Match nul entre Martin Bouygues et Xavier Niel devant le tribunal

 |   |  260  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les deux patrons s'accusaient mutuellement de "dénigrement".

Les rapports exécrables entre Martin Bouygues et Xavier Niel ont pris ces derniers mois une tournure juridique. Fin 2010, le groupe de BTP a attaqué Free devant le tribunal de commerce, réclamant un euro de dommages, plus 25.000 euros de frais de procédure, et la publication du jugement. Il estimait dénigrants les propos tenus par son fondateur Xavier Niel sur la radio BFM : "malheureusement, nos concurrents ne sont pas capables d'inventer. Le seul qui est capable de bouger, c'est France Télécom, c'est dire si les autres sont mauvais... On invente, les autres copient... Je qualifie ces acteurs de parasites, mais c'est mon avis. Ça me vaudra une mise en examen."

"Un oiseau parasitaire"

Un mois après, Free ripostait en attaquant Bouygues, réclamant la même chose que son rival. Il contestait cette fois les propos tenus par Martin Bouygues dans une interview aux "Echos" fin 2008 : "Free est bien plus profitable que Bouygues Telecom. Si l'on veut plus de concurrence et faire baisser les prix pour le consommateur, Free serait donc déjà bien inspiré de réduire un peu ses marges sur l'ADSL avant de penser à venir sur le mobile. Et déployer un réseau 3G pour un milliard d'euros, comme l'affirme Free, me paraît impossible, sauf à faire le coucou sur le réseau des opérateurs en place." Free rappelait que le coucou est "un oiseau parasitaire connu pour s'approprier le nid des autres."

Le juge a finalement renvoyé les deux patrons dos à dos, les condamnant chacun à payer un euro à l'autre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :