Free Mobile ne fait pas de low-cost pour les MVNO

Le nouvel entrant vient de publier ses offres d'accès à son réseau pour les opérateurs mobiles virtuels. Toutefois, avec une couverture incomplète d'environ 30% de la population, l'offre ne risque de ne pas séduire à court terme. Les tarifs sont prohibitifs selon un MVNO
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : free)

Sans tambour ni trompette, Free Mobile a publié ce mercredi sur le site de sa maison-mère Iliad ses offres d'accès à son réseau 3G pour les opérateurs mobiles virtuels. Le nouvel entrant se propose donc d'accueillir les MVNO tels que Virgin Mobile et NRJ Mobile sur son réseau, qui ne couvre que très incomplètement la population métropolitaine : 27% au mois de novembre selon le régulateur des télécoms, l'Arcep. Cette dernière a d'ailleurs démarré des mesures de contrôle sur le terrain dont elle rendra publics les résultats dans les prochaines semaines, afin de répondre aux allégations des concurrents de Free Mobile qui affirment que le nouvel entrant ne respecte pas ses engagements et n'a pas activé toutes ses antennes-relais. L'opérateur se conforme aux dispositions de sa licence dans laquelle il s'est engagé à « publier une offre d'accès à son réseau 3G dès que sa couverture aura atteint 25% de la population. »

Interdiction de « sous-louer » le réseau d'Orange

Si Free a signé un accord d'itinérance à la fois 2G (pour la voix et les SMS) et 3G (Internet mobile) avec Orange pour pouvoir offrir des services mobiles sur tout le territoire, il lui est interdit, bien sûr, de « sous-louer » le réseau d'Orange à des MVNO. Ses offres d'accès portent donc exclusivement sur son réseau en propre. Il est donc peu probable que les MVNO en activité ou de nouveaux acteurs se ruent sur les offres de Free. Du moins pas avant fin 2014- début 2015, lorsque l'opérateur aura couvert 75% de la population selon les obligations de sa licence. Il faudra aussi être prêt à sortir le (gros) carnet de chèque : par exemple pour un « Full MVNO », opérateur « dégroupé » ayant quelques uns de ses propres équipements techniques, comme Virgin, les frais d'accès au lancement du service sont de 2 millions d'euros puis la facturation mensuelle s'élèvera au minimum à 1 million d'euros...

« Il se moque du monde ! »

Le président de Zéro Forfait, un MVNO qui emprunte le réseau de SFR, Patrick Gentemann, s'emporte : « Free se moque du monde ! » Il souligne par exemple que le SMS est facturé 4,35 centimes au MVNO contre seulement 1 centime à l'abonné Free Mobile à l'offre à 2 euros (au-delà des 60 SMS compris dans le forfait). « Free a tout compris au business ! C'est un moyen de dire qu'il ne veut pas de MVNO. Bien sûr, personne ne va signer ce contrat » analyse Patrick Gentemann, qui avait écrit à Free en janvier pour connaître ses offres d'accès destinées aux MVNO. Par ailleurs, le président de Zéro Forfait calcule, d'après les moyennes de consommation communiquées par l'Arcep (141 minutes d'appels, 212 SMS et 77,7 Mo), que le forfait illimité facturé à 19,99 euros TTC aux clients Free Mobile reviendrait au MVNO à 20,92 euros HT, auxquels il faut rajouter 2 euros par client actif par mois soit 22,92 euros... Impossible dans ces conditions de concurrencer les offres du quatrième opérateur.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 11/02/2012 à 12:38
Signaler
L'ARCEP s'est fait rouler dans la farine, et ne doit pas s'en remettre :-)

à écrit le 09/02/2012 à 9:18
Signaler
@Tarentino Ce que Free appele un MVNO "light" est en fait un MVNO classique, comme ceux qu'on a actuellement (on en aura qui vont basculer en full -NRJ, Virgin...- mais pas encore). Et pour eux, le prix est bien de 4,35c?. Donc oui, il faut verifier...

le 11/02/2012 à 13:16
Signaler
L'impact de l'asymétrie de TA est très différente sur les deux offres. Dans le cas d'une offre a trafic ilimité, c'est en effet plus probablement l'abonné possédant cette offre qui va appeler les autres, donc plutôt du trafic sortant. Par contre, dan...

à écrit le 09/02/2012 à 7:01
Signaler
@Delphine Cuny vérifier vos sources avant de publier, aller vérifier le lien suivant http://www.iliad.fr/documentation/ et vous verrez que le SMS est à 1cts et non pas à 4.35 cts. De plus comme le précise YoplaBooom, il faut prendre en compta la TA, ...

à écrit le 09/02/2012 à 0:27
Signaler
L'article oubli totalement de prendre en compte les revenus générés par la terminaison d'appel dans le calcul des coûts ...... bref sur le dossier free mobile, j'ai l'impression qu'il y a un concours de celui qui sortira les plus grosses énormités ...

à écrit le 08/02/2012 à 19:40
Signaler
gageons que l'ARCEP saura intervenir comme elle a su le faire jusqu'à présent

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.