SFR limite la casse face à Free Mobile

Le numéro deux français des télécoms a perdu 53.000 clients mobiles au deuxième trimestre mais regagné des abonnés. La filiale de Vivendi confirme ses prévisions de résultats sur l'année, soit une baisse de 12% à 15% du bénéfice opérationnel.
DR.
DR.

 Comme Orange et Bouygues Telecom, SFR a encore perdu des clients au deuxième trimestre, encaissant l'arrivée du nouvel entrant Free Mobile, mais dans le même temps renversé la tendance du côté des abonnés mobiles. Très précisément, la filiale de Vivendi indique dans les comptes semestriels de la maison-mère publiés ce jeudi matin qu'elle a conquis 122.000 nouveaux clients forfaits sur le trimestre, à 16,414 millions. Mais les chiffres révèlent que le numéro deux français des télécoms a aussi vu sa base clients totale reculer de 53.000 clients au deuxième trimestre par rapport au premier, à 20,79 millions. Toutefois, SFR précise que ces gains viennent « notamment des bonnes performances du segment Entreprises et Machine to Machine (M2M) », ces cartes SIM intégrées dans des voitures ou des compteurs intelligents par exemple, qui génèrent de très faibles ARPU (revenus moyens par abonné). SFR perd encore des clients dans le grand public mais se situe "presque à l'équilibre." Sa marque vendue en ligne Red a presque 300.000 clients (contre 452.000 pour B&You chez Bouygues et 367.000 pour Sosh chez Orange). L'opérateur dévoilera de nouvelles offres mobiles et ADSL fin septembre. Dans le haut débit, SFR a conquis 22.000 abonnés (5,01 millions à fin juin).

Prévision de baisse de 12% à 15% du résultat confirmée 
Du côté des résultats financiers, SFR enregistre une baisse de 8,8% de son chiffre d'affaires au premier semestre à 3,88 milliards d'euros, mais de 2% seulement de celui des services mobiles hors impact réglementaire (diminution des terminaisons d'appel et des tarifs d'itinérance). Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) recule de 5% à 1,8 milliard d'euros. Vivendi confirme l'objectif d'un Ebitda de SFR en recul de 12% à 15% cette année (page 22 des transparents de la présentation). Mardi soir, Bouygues a abaissé les perspectives de Bouygues Telecom. SFR va mettre en oeuvre un plan "d'adaptation", comme Bouygues Telecom, dont l'objectif est de réduire de 500 millions d'euros les coûts opérationnels annuels (-25%) d'ici à fin 2014, passant par un plan de départs volontaires qui sera précisé en novembre, et une diminution des investissements (sauf dans la 4G). Le nouveau président du directoire de Vivendi, Jean-François Dubos, successeur de Jean-Bernard Lévy, parti avec fracas fin juin, déclare dans le communiqué « nous poursuivons, avec le Conseil de surveillance, nos travaux relatifs aux orientations stratégiques pour Vivendi. Nous communiquerons en temps utile sur les nécessaires évolutions du groupe. » Vivendi a annoncé le 20 août la nomination d'un directeur général des télécoms (SFR, Maroc Télécom, GVT), Jean-Yves Charlier, un nouveau poste. A la Bourse de Paris, l'action Vivendi a gagné 3,28% à 15,60 euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 30/08/2012 à 17:41
Signaler
Comment nous faire noyer dans des chiffres.... comme d'hab, on change les repères pour ne rien suivre entre abonnés, autres utilisations entre machine....etc.. une illustration de la transparence de notre carton rouge que j'ai quitté et je suis heure...

à écrit le 30/08/2012 à 16:19
Signaler
à maquisard, il faut rappeler que le système du régulateur ne consiste qu'à donner des avantages particuliers en tordant les règles dz la concurrence. voir l'article précédent de la tribune, en autorisant free à surfacturer les terminaisons d'appel, ...

à écrit le 30/08/2012 à 12:19
Signaler
Le bénéfice net reste quand même au environ de 10 % du chiffre d'affaire. Beaucoup d'entreprises seraient très heureuse avec un tel rendement.

à écrit le 30/08/2012 à 10:55
Signaler
C'est tout de même bizarre... on nous vend à longueur de journée les avantages de la libre concurrence en europe et là, sur un marché local, avec un nouvel arrivant, on nous parle de séisme, de chômage, de désequilibre de la concurrence causée par Fr...

le 30/08/2012 à 11:14
Signaler
je suis propriétaire de plusieures boutiques. J'en suis à mon 14ème licenciement. Pour infos, Free nous aura couté quelques 8 000 emplois en six mois sur nos magasins mais c'est invisible du fait de nombre de petits indépendants. C'est bien les salar...

le 30/08/2012 à 11:28
Signaler
Arrêtons d'être naïf, d'accord pour ouvrir la concurrence mais lorsque l'ARCEP fait un Giga-cadeau à Iliad/Free en lui évitant d?investir les quelques Gigas-milliards (15-20 milliards) que les trois autres opérateurs ont investis et en obligeant l?...

le 30/08/2012 à 12:02
Signaler
Cadeau à Free ? Vous avez sans doute oublié la surfacturation des communications vers les mobiles pour investir dans le réseau mobile. Free y a bien participé en tant que prestataire de communications fixes mais n'en bénéficiera pas en tant qu'opéra...

le 30/08/2012 à 14:28
Signaler
Et en quoi ces emplois de vendeurs sous payés dans des boutiques totalement inutiles rapporte quelque chose à la société ? Pour parvenir au même résultat, il suffit de taxer 1000 euros par foyer (somme généralement économisée grâce aux nouveaux forfa...

le 30/08/2012 à 15:00
Signaler
entièrement d'accord avec Le Sage. le medef est un repère de faux libéraux mais de vrai coquin qui ne veulent pas de la concurrence autrement que devant les caméras pour sauver la face. bouygues et sfr sont pitoyable dans leurs arguments.

le 30/08/2012 à 15:15
Signaler
Curieux raisonnement que de remplacer des emplois productifs par des impôts et des fonctionnaires... Même si vous les considérez inutiles, ces vendeurs assistent, guident, informent et conseillent les clients sur les services opérateurs et les termi...

le 20/05/2013 à 21:56
Signaler
Que free soir premier

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.