Rachat de SFR : Patrick Drahi devra-t-il revenir en France ?

 |  | 308 mots
Lecture 2 min.
Patrick Drahi est actuellement installé à Genève, en Suisse
Patrick Drahi est actuellement installé à Genève, en Suisse (Crédits : REA)
Fleur Pellerin, la ministre déléguée à l'Economie numérique suggère au dirigeant de Numericable, Patrick Drahi, installé en Suisse, de rapatrier ses avoirs en France, si les "négociations exclusives" pour le rachat par Altice de SFR devaient aboutir.

La ministre déléguée à l'Economie numérique Fleur Pellerin a très fortement suggéré dimanche au dirigeant de Numericable, Patrick Drahi, installé en Suisse, de rapatrier ses avoirs en France, si les "négociations exclusives" pour le rachat par Altice de SFR devaient aboutir.

"Je ne suis pas inspectrice des impôts. Mais si Patrick Drahi devient le deuxième opérateur de télécoms en France, il serait logique qu'il rapatrie sa résidence fiscale en France et gère ses affaires depuis Paris", a déclaré Fleur Pellerin dans une interview au Journal du dimanche (JDD).

Une holding cotée à Amsterdam

Le milliardaire franco-israélien Patrick Drahi, qui a bâti son holding Altice à force d'acquisitions opportunes dans le câble, est installé à Genève depuis quinze ans.

Son statut de résident fiscal suisse et la cotation de sa holding à Amsterdam ont été soulignés par ses détracteurs, même si le groupe Numericable est, lui, immatriculé et coté en France.

" Il va falloir que M. Drahi rapatrie l'ensemble de ses possessions et biens à Paris, en France, et donc nous avons des questions fiscales à lui poser ", avait souligné vendredi matin Arnaud Montebourg, soutien affiché de l'offre de Bouygues sur SFR.

Des efforts sont réclamés

Fleur Pellerin estime elle aussi que si le rachat devait aboutir, " M. Drahi devra faire des efforts ". Les télécoms sont un " secteur sensible. Racheter SFR lui donnera des responsabilités dont il est conscient ", indique la ministre, tout en soulignant ne pas vouloir " le stigmatiser ou lui faire de procès d'intention ".

La période  de négociations exclusives durera trois semaines. Ensuite, le conseil de surveillance de Vivendi se réunira à nouveau pour rendre sa décision. Dans le JDD, Fleur Pellerin assure que le gouvernement veillera au maintien de l'emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2014 à 10:00 :
Si ils veulent que cet opérateur reste Français, France Telecom n'a cas proposer de le racheter !
a écrit le 19/03/2014 à 14:44 :
Et lorsque Numéricable achètera un opérateur en Tanzanie, son actionnaire devra aller s'y domicilier ? C'est du grand n'importe quoi de la part d'un gouvernement qui ne connait trop peu à l'activité économique et aux règles fiscales.
a écrit le 17/03/2014 à 17:08 :
Au lieu de faire une fixette sur M.DRAHI,
il serait mieux de s'intéresser aux fuites de capitaux des sociétés,qui pour diverses raisons paient à la maison-mère,des redevances bien abusives!!
la cour des comptes a déjà alerté,mais Bercy et bien trop médiocre pour s'attaquer à ce vrai court-circuit.
a écrit le 17/03/2014 à 16:43 :
Le "patriotisme fiscal" est un oxymoron qui en France est synonyme de masochisme. Pourquoi ce monsieur irait-il soudainement à Canossa-Bercy pour se faire plumer par le fisc français alors qu'il réside légalement en Suisse depuis 1999? ajoutez à cela qu'il est double national franco-israelien et est en train de renoncer à la nationalité française conformément aux dispositions de l'Article 23-1 du Code Civil. Ça déplaît au gouvernement mais c'est son droit le plus strict.
a écrit le 17/03/2014 à 16:41 :
Si vous considérez que l'optimisation fiscale est certes légale mais condamnable d'un point de l'éthique, le consommateur abonné à Numéricable ou SFR est libre de se désabonner ...
Le choix est ici très simple car seuls les messages "sonnants et trébuchants" peuvent donner du sens face à la cupidité
a écrit le 17/03/2014 à 16:32 :
Je ne vois pas pourquoi un gars qui investi 11.75 Mia EUR en France doit forcement aller y habiter pour se faire plumer son argent personnel. Il peut mieux investir et générer de l'emploi que de le donner à un état qui ne sait même pas gérer le pays. Ce sont les entrepreneurs qui gèrent l'emploi et non pas l'état.
a écrit le 17/03/2014 à 15:47 :
l' Etat français est beaucoup trop interventionniste. Qu' il s' occupe uniquement de la sécurité, de la justice et de faire en sorte que les entreprises et les particuliers payent moins de taxes et d' impôts en réduisant son train de vie princier alors qu' il est en totale faillite. Nos politiques socialistes ne comprennent rien à la mondialisation.
a écrit le 17/03/2014 à 15:24 :
Bonjour,
J4ai vu plusieurs commentaires concernant le soi-disant renoncement de Mr DRAHI à sa nationalité française.
Merci aux juristes de confirmer mais il me semble qu'en droit français on ne peut renoncer à la nationalité française. On peut à la rigueur être déchu pour haute trahison mais on ne peut se déchoir soit même de la nationalité française... .
Donc tout cela est un faux problème.
Pour le reste toutes ces polémiques sont issues du fait que SFR rejoindrait la holding de M.DRAHI et donc les impôts de l’entreprisse seraient en partie consolidés à l'étranger d’où une fuite de recette non négligeable pour l’état.
Mais bon la loi ne l'interdit pas et le droit européen est en phase avec cela donc c'est comme ça et c'est tout. C'est dommage mais on n'y peut rien ... .
Lui demander de rapatrier ses avoirs en France c'est n'importe quoi ... .
Réponse de le 20/03/2014 à 15:37 :
On peut renoncer à la nationalité française, la suissesse, non.
a écrit le 17/03/2014 à 13:51 :
Il a raison dans son cas je ne reviendrait surement pas en france !!! Et je pense que énormement de gens ferrait pareil !
a écrit le 17/03/2014 à 12:28 :
Oui, pourquoi
a écrit le 17/03/2014 à 12:28 :
D'après Challenges, il aurait renoncé à la nationalité française :
www.challenges.fr/high-tech/20140314.CHA1585/sfr-sera-t-il-vendu-a-un-actionnaire-qui-a-renonce-a-etre-francais.html
a écrit le 17/03/2014 à 11:36 :
Bon, je suis chez numericable pour ma TV et internet.... Je vais voir ailleur. En esperant que bcp de gens fassent comme moi.
Réponse de le 17/03/2014 à 11:57 :
pourquoi?
a écrit le 17/03/2014 à 11:21 :
Ca y est, il a donné sa réponse : "je reste à Genève!" ..et il fait quoi le gouvernement, maintenant : il oblige Vivendi à vendre à Vodafone ou il interdit la domiciliation des français à l'étranger ?? Le gouvernement n'a plus qu'à bouffer son chapeau !!
Réponse de le 18/03/2014 à 0:27 :
Genevois pas ce qu'il y a de drôle.
a écrit le 17/03/2014 à 11:16 :
Il y a quelques années en arrière, Vodafone était le 1e actionnaire de SFR et a failli racheter la part de Vivendi : le gouvernement actuel, dans cette situation, aurait-il exigé le transfert du siège de la multinationale Vodafone en France ?? Ou peut-on en conclure que les investisseurs étrangers sont mieux traités que les investisseurs français ???... en sachant que l'investissement étranger a chuté de 77% en 2013 en France, que dire de l'investissement français en France !!!
a écrit le 17/03/2014 à 11:07 :
Bonjour,
Cette obligation de rapatriement de la domiciliation fiscale en France n'est ni logique, ni légal. Que cela fasse un manque à gagner fiscal pour le gouvernement est une évidence mais les lois françaises et européenne ne l'interdisent pas. Donc pour moi le débat n'existe pas ... .
L'état devra à terme cesser de maintenir une armée mexicaine de fonctionnaire, optimiser les traitements, passer à l'ère du web et se concentrer sur la santé, la justice, la sécurité, la gestion du territoire et l'éducation. Le reste peut-être cédé aux départements et collectivité et éventuellement partiellement privatisé (à l'instar de la RATP ou de la CPAM).
Pour faire court, si l'accord est entériné, cet homme d'affaire n'a aucune obligation concernant sa résidence fiscale. Il ne peut y avoir deux poids et deux mesures ... .
a écrit le 17/03/2014 à 10:52 :
Ce débat est logique mais dérisoire sinon ridicule. Gouvernants et politiques ont sacralisé optimisation et paradis fiscaux depuis longtemps, en faisant un "must"pour tout patrimoine ou intérêt conséquent. Le foirail européen auquel la France s'est soumise a placé pendant des années à la tête de l'eurogroupe le chef de gouvernement du fameux paradis fiscal qu'est le Luxembourg et la majorité du Parlement européen le place candidat pour la Commission. Alors...? pourquoi ce cirque ?
a écrit le 17/03/2014 à 10:50 :
Si SFR se donne à Numéricable, c'est pour le meilleur et pour le pire. Côté pire, je suis abonné Numéricable depuis 15 mois et c'est .. pathétique, mauvais, déconnecté tous les matins, obligation de relancer plusieurs fois la box.. Faut pas en avoir besoin pour le travail. J'ai vu de nombreux autres commentaires identiques sur Numéricable.
L'ensemble coulera certainement. Mais certainement pas la fortune de cet étranger.
Soutien au ministre Montebourg : enquêter sur le pourquoi les hommes de Vivendi préfèrent la solution Numéricable.
Merci.
a écrit le 17/03/2014 à 10:47 :
Il ne serait pas Français, ca ne lui serait jamais vu à l'idée de faire une pareille annonce. Mais là, un Français qui habite à l'étranger, ca rappelle tellement à la gauche pourquoi il fait si mauvais vivre en France quand on a de l'argent, que ca l'interpelle et qu'elle veut le faire revenir, de force! Allez, plus que 3 ans à supporter ces bras cassés avant le prochain lot de nullards...
a écrit le 17/03/2014 à 10:24 :
Déclaration démagogique socialiste ordinaire...la liberté de circulation des hommes et des capitaux ...serait elle remise en question...? Dans ce cas faudra obligé M. Mittal a habité en France...? et exiger le retour de Depardieu, Noah et etc....!
a écrit le 17/03/2014 à 9:57 :
est une caricature de la finance spéculative. Résident fiscal en suisse, fond personnel placé à Guernesey, Holding cotée à Amsterdam... Ne manque plus que la demande de naturalisation belge pour échapper aux impôts sur les successions et la panoplie sera complète. Pour le reste, Drahi a fait du tapisme, cad qu'il a racheté des dizaines d'entreprises et en a sabordé les 3/4 pour s'engraisser du surnageant. Au total il a fait bien plus de chômeurs que de nouveaux employés. C'est un spéculateur doué, pas un chef d'entreprise et encore moins un créateur. On est très loin de Jobs ou Niel.
a écrit le 17/03/2014 à 9:49 :
Numéricable et SFR deux exemples des dérives de la Finance, des boites survalorisées pompées par les financiers successifs et endettées raz la gueule comme on dit, l'opération Numéricable-SFR devrait être proscrite pour trois raisons: 1. L'acquéreur doit payer ses impôts en France notamment la plus value lors de la cession 2. Elle est réalisée à coup de dettes financières 3. Elle n'apporte rien concernant l'investissement réel au contraire les flux que vous s'attribuer les financiers et les banquiers vont réduire sa capacité d'investissement et réduire sa base taxable ce qui aura pour conséquence de réduire les capacités d'investissement de l'Etat. Cet exemple montre l'urgence de rendre les frais financiers issus d'acquisition non déductibles fiscalement en France tout en faisant tomber toutes les conventions fiscales entre pays européens pour éviter les contournement voir toutes les conventions fiscales internationales avec la France dans ce cas là et dans d'autres 2. Mettre fin au règne des vampires et des financiers qu'on survalorisent car au fond pour les avoir pratiquer de près ce sont en rien des sur hommes ou sur femmes je dirais m^me au contraire, ils sont largement en deçà du niveau des entrepreneurs les vrais je ne parle pas des affairistes, des commerçants à deux balles fraudeurs spécialistes de la faillite quand ils ont bien pomper leur boite, ses salariés bien souvent non déclarés, et la SS ou le reste.
Réponse de le 17/03/2014 à 10:47 :
77% de chute des investissements étrangers en France en 2013 : on continue ??
Réponse de le 17/03/2014 à 13:18 :
Votre raison est juste mais irréalisable. Cela fait des lustres que les économies fonctionnent ainsi et que l'on remplace nos gouvernants incompétents par leurs opposants, compétents nuls ne changerait rien de rien. L'on n'est pas en Chine où il y a une stratégie de progression rapide et peu à peu bénéfique aux Chinois.
a écrit le 17/03/2014 à 9:28 :
Et pour les étrangers qui investissent en France, nos ministres vont-ils exiger qu'ils viennent se faire taxer en France : ils sont pitoyables !!
a écrit le 17/03/2014 à 9:24 :
Les ministres de ce gouvernement, les uns après les autres, nous font de magnifiques envolées oratoires... qui n'aboutiront à rien !! Le statut de résident français en suisse va-t-il être supprimé ? Non ! Va-t-on créer une loi interdisant ce statut à une personne en particulier? Non ! Alors tout ca, ce n'est donc que de l'esbrouffe ! A moins qu'on utilise l'arme de l'acharnement fiscal, et là, ca devient un détournement de la fonction publique à des fins punitives politiciennes (je sais, ca s'est déjà fait !), mais là,... ca devient le fait du prince et ca, c'est purement (sic!) scandaleux !! ... donc, y aura RIEN !!!
a écrit le 17/03/2014 à 9:12 :
Il y a une règle fiscale les 181 jours de résidence
Réponse de le 17/03/2014 à 9:26 :
Rassurez-vous, je reste persuadé que ce milliardaire survivra plus de 6 mois par an hors du territoire français !!!
Réponse de le 17/03/2014 à 12:49 :
ça c'est de la foutaise et de la désinformation, il faudrait commencer par définir comptablement et économiquement ce qu'est un investissement étranger et quels sont les investissements étrangers productifs.
a écrit le 17/03/2014 à 9:00 :
elle reve eveillee! il ne va pas revenir pour se faire plumer et insulter !
a écrit le 17/03/2014 à 8:02 :
la situation de M. DRAHI d'un point de vue fiscal est légal, il est le résultat d'une politique fiscale menée depuis des années basée sur des exonérations et exemptions qui diminue l'assiette de l’impôt et augmente les taux d'imposition
Nos politiques ne peuvent l'obliger à se domicilier en FRANCE. La seule possibilité pour eux pour lutter contre l'évasion fiscale serait d'imposer dans les marchés publics que les groupes qui se présentent ne doivent pas avoir de participations dans des paradis fiscaux ne coopérant pas avec le fisc, ou d'interdire les déductions des charges du résultat fiscal des sociétés dès lors que la facturation est faite par une entité basée dans un paradis fiscal non coopérant sauf à déposer en France ses résultats réalisés sur le territoire français
Réponse de le 17/03/2014 à 11:15 :
Une telle clause serait illégale au regard des accords de l'OMC...
a écrit le 17/03/2014 à 5:38 :
Le gouvernement n'a rien a dire, il s'agit d'une transaction purement privée entre 2 sociétés sinon l'Etat doit se porter acquéreur (nationalisation) et payer. Mais les caisses sont vides donc le gouvernement peut gesticuler tout ce qu'il veut c'est de la pure agitation socialiste pour manipuler les gens et faire croire aux naïfs qu'on les défend. De moins en moins de personnes sont dupes. Montebourg ne sert à rien comme tant d'autres
Réponse de le 17/03/2014 à 10:02 :
Faux. La marché des télécoms est un marché régulé avec licences, impacts publics, règles de concurrences spécifiques, etc.

L'état a donc toute légitimité pour intervenir dans le secteur tant qu'il respecte les règles.
a écrit le 16/03/2014 à 22:07 :
Drahi, c'est ce bon français qui ne voulait pas faire Polytechnique car cela impliquait de porter l'uniforme...
Réponse de le 16/03/2014 à 22:53 :
Français de papier ?
a écrit le 16/03/2014 à 19:19 :
Il est fort probable qu'Altice donc Patrick Drahi retire ses billes après l'inflation de la bulle spéculative sur la fusion SFR-Numericable. De cette manière il ne sera plus inquiété! Cela fait déjà pas mal de temps qu'Altice envisage de se retirer de Numericable et comme personne n'est prêt à payer pour une boite hyper-endettée sans avenir... la fusion était une opportunité à saisir ou l'opération de la dernière chance. En tout cas ça sent mauvais pour les salariés de SFR...
Réponse de le 16/03/2014 à 23:54 :
Allez ! Tu es démasqué montegourde. On t'a reconnu sous ton pseudonyme :-)
Réponse de le 17/03/2014 à 6:24 :
@ArNul

Ce n'est pas pour rien que M. Drahi a choisi l'actionnariat plus que tout autre forme d'investissement. Cela présente l'avantage d'en sortir très rapidement une fois les titres remis sur le marché!
Réponse de le 17/03/2014 à 9:27 :
Tu connais d'autres formes de possession que l'Actionnariat dans une entreprise ? Je suis toute ouïe. Regarde la structure du Groupe Bouygues, puisque tel est le sujet du moment. La famille a une holding personnelle, actionnaire a 20% d'une entreprise, autour d'autres actionnaires. Ma question est donc : Quelle est la différence entre une action ? ;-)
Réponse de le 17/03/2014 à 12:31 :
@ArNul

L'actionnariat fait partie du capital flottant d'une société. M. Drahi aurait pu injecter son capital sous une autre forme qu'en action et négocier sa participation avec le conseil d'administration de Numericable. Un associé n'est pas forcé d'être actionnaire au sein d'une entreprise.
Réponse de le 17/03/2014 à 13:07 :
@CRC32
Je ne sais pas où vous avez suivi vos cours d'économie mais ça devait être passionnant...
Réponse de le 17/03/2014 à 16:46 :
@Gabriel

C'est bien là le syndrôme français. Dès qu'on évoque l'entreprise et son capital, les français fantasment sur le patron millionnaire. Le capital d'une entreprise tient compte de l'apport en numéraire (argent) mais aussi en nature (local, mobilier, etc). L'introduction en Bourse d'une part du capital de la société (rendu flottant) permet de lever des fonds pour son développement cependant rien n'interdit l'augmentation de son capital propre (essentiel à son fonctionnement) par un apport de toute nature y compris un rachat d'actions (puisé dans les bénéfices par exemple). La notion de gérant dépend essentiellement de la part du capital détenue ce qui n'a aucun rapport avec des actions pour une entreprise non cotée.
Réponse de le 17/03/2014 à 18:44 :
@CRC32, tu es sur de vraiment bien comprendre le sujet dont tu parles ? Il n'y a aucune autre forme de possession d'une entreprise que les actions de la dite entreprise, autrement dénommées capital. Maintenant, si tu cherches bien, en Corée du Nord il doit encore rester quelques variantes sympathiques. Après toi ...
a écrit le 16/03/2014 à 19:11 :
Et sous quel prétexte il devrait rapatrier ses avoirs? Quelle est cette mentalité de dictateur ? Il se trouve bien en Suisse, et je le comprend, et dirige de la ses activités en Israël! C'est déjà beaucoup qu'il accepte d'investir en France. Pourquoi ce gouvernement veut-il commander au monde entier?
Réponse de le 16/03/2014 à 20:55 :
Mon cher bob, tout ça n'est que de la posture pour inciter le peuple de gôôôche à se déplacer voter dimanche prochain ...
a écrit le 16/03/2014 à 19:01 :
Quand on crée une entreprise avec plus de 11 Milliards de dette , cela serait bien qu'il soit en France, à portée de la justice pour rendre des comptes au cas ou le château de carte s'effondrerait ou quand il y aura quelques licenciements....
Chez Noos il nous avait dit la même chose " Aucun licenciement nos sociétés sont en tout point complémentaire" on a juste était 2500 mis à la porte ...

Bonne chance aux employés de SFR l'homme est discret mais il fait mal
Réponse de le 16/03/2014 à 21:29 :
plaignez-vous ! Il vous a accordé un sursis chez Noos, il n'était pas obligé de le faire. Scandaleux encore une fois que l'état français hyper-spoliateur se comporte encore comme ceci. En fait, ils savent très bien qu'ils n'ont rien à dire. Mais il ne faut pas désespérer Billancourt, n'est-ce-pas ?
a écrit le 16/03/2014 à 18:14 :
Elle se mêle de quoi, cette ministre ingénue. Patrick Drahi peut très bien gérer son business depuis la Suisse. Peut être qu'il reviendra en France quand les sans-culottes auront été boutés hors du pouvoir. Yahoo est passé sous pavillon Irlandais, Google risque d'en faire de même.
a écrit le 16/03/2014 à 17:27 :
Vous oubliez qu 'il est aussi le premier cablo en Israël et à des activités dans d'autres pays. Il n'y a pas que la France dans le monde.
a écrit le 16/03/2014 à 16:48 :
Totalement d'accord, quelle serait sa vie sans la France et Numéricâble? la moindre des choses à faire est de revenir en France ne serait-ce que pour y gérer ses affaires... Et payer ses impôts ! (ainsi que ceux de sa société)
Réponse de le 16/03/2014 à 21:33 :
oui oui et l'économie... voilà où nous en sommes en France. On comprend pourquoi ce pays va si mal. On agite la rancœur, on excite les ressentis du bas peuple afin de justifier n'importe quoi. Qu'il reste en Suisse ce cher Monsieur, il a bien raison ! Quand on lit les commentaires de certains blaireaux....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :