Altice rachète officiellement Portugal Telecom pour 7,4 milliards d'euros

 |   |  350  mots
L'opérateur Portugal Telecom emploie près de 11.000 personnes et détient entre 40% et 50% des parts des marchés de la téléphonie mobile, du haut débit et de la télévision au Portugal.
L'opérateur Portugal Telecom emploie près de 11.000 personnes et détient entre 40% et 50% des parts des marchés de la téléphonie mobile, du haut débit et de la télévision au Portugal. (Crédits : Reuters)
L'opérateur brésilien Oi a annoncé mardi 9 décembre avoir vendu la totalité de ses actions de PT à la maison mère du Français Numéricable-SFR.

C'est désormais officiel. Le groupe Altice, maison mère du Français Numéricable-SFR, a racheté lundi soir Portugal Telecom (PT) à l'opérateur brésilien Oi pour 7,4 milliards d'euros, a annoncé Oi.

"A la suite de l'opération approuvée, Oi vend à Altice la totalité des actions de PT pour la valeur de 7,4 milliards d'euros", a indiqué Oi à l'organisme de régulation du marché brésilien. Il a ajouté qu'il recevrait 500 millions d'euros supplémentaires, liés aux revenus futurs de PT.

Oi veut consolider sa présence au Brésil

La firme brésilienne a affirmé qu'avec cette vente elle visait "à renforcer sa capacité financière", afin de consolider sa présence sur le marché des télécommunications au Brésil.

Elle a également expliqué qu'avant de finaliser la vente, des opérations de regroupement sont prévues afin de délimiter le nombre des firmes lui appartenant qui ne seront pas cédées, telles Africatel, Timor Telecom, ainsi que les actifs de PT dans Rio Forte Investments.

Une offre ferme déposée début novembre

Altice avait déposé le 3 novembre une offre ferme de 7,025 milliards d'euros pour racheter Portugal Telecom, dont les actifs sont aujourd'hui intégrés dans l'opérateur brésilien Oi. Les fonds d'investissement Apax et Bain Capital avaient fait une offre supérieure, à 7,075 milliards d'euros.

L'Angolaise Isabel dos Santos, la femme la plus riche d'Afrique, avait lancé une offre publique d'achat (OPA), via sa société Terra Peregrin, à hauteur de 1,2 milliard d'euros. Son offre avait aussitôt été jugée "inopportune" par Oi, qui avait ensuite jugé que ces conditions étaient "inacceptables.

11.000 salariés chez Portugal Telecom

Il s'agit de la troisième acquisition d'importance pour le groupe du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi, après SFR, finalisée, pour 13,36 milliards d'euros, donnant naissance à l'ensemble "Numericable-SFR" et le rachat de Virgin Mobile.

L'opérateur Portugal Telecom emploie près de 11.000 personnes et détient entre 40% et 50% des parts des marchés de la téléphonie mobile, du haut débit et de la télévision au Portugal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2014 à 13:16 :
Très bon article d'information, mais il serait bon que les journalistes spécialisées nous dressent un tableau complet de la situation.
Laissons de côté le statut fiscal de M. Drahi (Suisse et Israël) et de Altice (Luxembourg) pour se concentrer sur le coeur du problème : tout des achats (Numéricable, SFR, Portugal Télécom, etc ...) sont réalisés pat endettement pyramidal de chacune des structures de holding. L'endettement "officiel" est de 25 milliards d'euros sans compter l'endettement à l'international ou les obligations. C'est une véritable fuite en avant , et les synergies promisent risquent d'être insuffisante pour supporter le poids financier de la dette (les intérêts). Il y a quelque chose qui cloche dans le ration d'endettement.
En cas d'échec, le coût social en France sera très élevé et personne ne semble se préoccuper de la situation.
Réponse de le 01/02/2015 à 20:13 :
De quoi vous préoccupez vous ? Nous sommes dans une économie libérale.Seul le fric compte .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :