Alcatel-Lucent : l'accord avec Nokia est "inacceptable" selon le deuxième actionnaire

 |   |  478  mots
D'après les termes de l'opération, transmis dans un communiqué publié le 15 avril, Nokia lancera une offre publique d'échange de titres sur la base d'un ratio de 0,55 action Nokia pour une action Alcatel-Lucent.
D'après les termes de l'opération, transmis dans un communiqué publié le 15 avril, Nokia lancera une offre publique d'échange de titres sur la base d'un ratio de 0,55 action Nokia pour une action Alcatel-Lucent. (Crédits : © Gonzalo Fuentes / Reuters)
Le gestionnaire de fonds Odey Asset Management LLP, qui possède plus de 5% du groupe français, estime qu'Alcatel-Lucent est sous-évalué par le groupe finlandais. Il n'apportera donc pas ses actions à l'accord de rachat par Nokia, qui a proposé 15,6 milliards d'euros.

Le rapprochement des équipementiers français et finlandais, qui a pour but de créer un champion européen, ne fait pas que des heureux. Le gestionnaire de fonds Odey Asset Management LLP, deuxième actionnaire d'Alcatel-Lucent avec 5,27% du capital et 5,18% des droits de vote (depuis une montée la semaine passée), a exprimé son désaccord, estimant que l'offre sous-évalue le groupe français, rapporte jeudi 30 avril le Financial Times.

Odey n'apportera pas ses actions à l'offre de Nokia

Lors d'une actualisation trimestrielle, le gestionnaire de fonds a ainsi déclaré à ses investisseurs :

"L'accord a été présenté comme une prise de contrôle d'Alcatel par Nokia. En réalité, la prime qu'ils offrent a les caractéristiques d'une fusion. Par conséquent, nous considérons les termes de l'accord inacceptables."

Dans un document transmis à l'Autorité des marchés financiers, daté du 23 avril, le gestionnaire de fonds avait déjà écrit :

"Odey estime que la société est fondamentalement sous-évaluée. Si Nokia devait prendre le contrôle de la société, Odey attend que le prix d'offre soit juste. Odey
n'a pas l'intention d'apporter ses actions à l'offre actuelle de Nokia. Sous réserve des conditions de marché, Odey envisage de poursuivre ses achats d'actions et de CFD (un instrument financier, ndlr)."

Odey a toutefois reconnu "l'intérêt stratégique" de l'opération, qui créerait "une entreprise plus forte, avec des possibilités de synergies matérielles", écrit le journal financier.

Les propos du deuxième actionnaire d'Alcatel-Lucent contrastent fortement avec la position du gouvernement français,qui a donné sa bénédiction à cette "opération d'avenir". Mais l'acquisition par Nokia ne devrait rencontrer aucun problème. Comme le note le FT, l'équipementier finlandais n'a besoin que de 50% des actions Alcatel et les actionnaires de Nokia approuveront la transaction.

Nokia n'a jamais parlé d'une fusion

D'après les termes de l'opération, transmis dans un communiqué publié le 15 avril, Nokia lancera une offre publique d'échange de titres sur la base d'un ratio de 0,55 action Nokia pour une action Alcatel-Lucent. Un ratio qui valorise le groupe franco-américain 15,6 milliards d'euros et représente une prime de 28% par action pour les actionnaires d'Alcatel (sur la base du prix moyen non-pondéré de l'action ces trois derniers mois).

Lors de la conférence de presse conjointe le 15 avril, l'actuel directeur général de Nokia et futur PDG du groupe résultant du rachat, Rajeev Suri, avait d'ailleurs tenu à clarifier les intentions du Finlandais :

"Il ne s'agit pas d'une joint-venture, c'est tout à fait clair. Nous avons appris de nos erreurs."

"Cette opération est une acquisition pure et simple", avait pour sa part commenté Stéphane Richard, le PDG d'Orange, lors de la présentation de son plan 100% Fibre.

>> Aller plus loin "Tous les champions européens ne peuvent être français"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2015 à 11:24 :
Pourquoi la cotation des actions ALCATEL LUCENT n'a-t-elle pas été suspendue dès lors que bruissaient les rumeurs d'un rapprochement avec NOKIA. cela aurait évité des mouvements irrationnels sur cette valeur et des sueurs froides aux petits porteurs. Lamentable.
a écrit le 01/05/2015 à 9:06 :
Comme à l'habitude, le gouvernement parle.. Mais les seuls habilités à donner leur accord sont les actionnaires. L'état n'a quasi pas d'action (3 pour cent via la Caisse des dépôts) et donc l'avis du Ministre est sans aucune importance. La France se porterait mieux si les droits de chacun était respectés, et donc si certains se taisaient..
a écrit le 30/04/2015 à 23:16 :
Such « l’Airbus des télécoms » should be at least 50% French. This may be an issue of national honour and national strategy interests and should reflect the weight of France. Otherwise - to find another equal partner in order not to disappear.
a écrit le 30/04/2015 à 16:30 :
Et où est passé le spectre Windows dans tout ça? Qui a racheté Nokia il y a peu...!!!

Donc ce n'est pas franco-finlandais mais américano-français!
Réponse de le 01/05/2015 à 18:45 :
microsoft n'a pas racheté nokia mais les téléphones nokia. nokia s'est recentré sur les réseaux
a écrit le 30/04/2015 à 16:29 :
Et où est passé le spectre Windows dans tout ça? Qui a racheté Nokia il y a peu...!!!

Donc ce n'est pas franco-finlandais mais américano-français!
Réponse de le 30/04/2015 à 18:05 :
cjenny7

Ne pas confondre la division mobile de nokia bien racheté par microsoft, et le groupe nokia qui reste un des leaders mondial de l'infrastructure mobile, nokia et belle et bien une entreprise indépendante, donc alcatel lucent devient bien finlandais et non pas américains comme vous le pensez
a écrit le 30/04/2015 à 13:43 :
Le gouvernement français voit dans la fusion Alcatel-Nokia la construction d'une base solide capable de reprendre par la suite les actifs correspondants d'Ericson avant que ce dernier ne soit repris à son tour pour le solde par Airbus. La stratégie prime sur les conditions. Au reste elles sont favorables pour la France puisque les centres de recherche se renforcent alors que la société au départ perdait environ 1 milliard de chiffre d'affaire tous les deux ans, comme ses confrères face à un marché en régression. Il appartiendra au finlandais de se faire le véhicule international de la technologie en majeure partie française tout en essayant de changer de métier au fil du temps, s'il le peut. Le regroupement avec Ericson donnera plus de chance encore à la manoeuvre. Au delà c'est aussi le choix stratégique de ne pas priver la Finlande de sa seule société d'importance tandis que le pays subit une véritable punition économique de la part des russes. Bien entendu il s'agit aussi avec l'aménagement puis la reprise des actifs suédois de permettre à ce pays de rebondir dans des activités de plus petite masse qu'il pourra porter à l'avenir [nota : Airbus devrait aussi reprendre une large part de Volvo, l'anglais BAE prochainement et des positions italiennes]. Une recomposition stratégique donc qui tourne autour des activités aéronautiques et de défense tout en impactant pour leur bonheur des entreprises périphériques. Une négociation de consolation des conditions sera certainement possible pour les actionnaires qui ont bien raison de se manifester.
a écrit le 30/04/2015 à 11:22 :
Personnellement actionnaire de Alcatel Lucent , je déplore que nous ne sommes pas consuLtés pour cette opération . Le management se permet des négociations secrètes et c'est un comble .
De mon côté , je ne cautionne pas cette fusion même si elle est démentie par Nokia , quand au gouvernement , c'est un comble de donner son avis en ne possédant aucune action , là c'est du blabla habituel
a écrit le 30/04/2015 à 11:06 :
Je ne comprends pas les spéculateurs, la valeur ALCATEL est donnée par tous complétement en retournement , cette opération de fusion avec NOKIA est saluée par tous les observateurs et malgré cela l'action chute lourdement. Où est le blême.
Réponse de le 02/05/2015 à 8:25 :
L'offre porte sur 0,55 actions Nokia pour 1 Alcatel apportée. Autrement dit, le cours de l'action ALU est maintenant lié à celui de Nokia. Et quand Nokia annonce de mauvais résultats comme cette semaine , son cours baisse et celui d'ALU suit donc cette baisse.Quant à l'article, il n'est plus à jour puisque la "valorisation" d'ALU est tombée largement en-dessous du chiffre cité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :