Alcatel-Nokia : « l’Airbus des télécoms » prêt à décoller

 |   |  1521  mots
Le directeur général d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, et le PDG de Nokia, Rajeev Suri, ont été reçus ce mardi à l'Elysée.
Le directeur général d'Alcatel-Lucent, Michel Combes, et le PDG de Nokia, Rajeev Suri, ont été reçus ce mardi à l'Elysée. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Serpent de mer du secteur, le rapprochement des équipementiers français et finlandais pour créer un champion européen devrait finalement devenir réalité, avec le soutien de Bercy et sans doute de Bruxelles. Au prix probablement d’une énième restructuration.

Un mariage Alcatel-Nokia sonne comme la chronique de noces maintes fois annoncées sans jamais se concrétiser, un serpent de mer souvent balayé d'un revers de main comme une vieille rengaine usée. Les rumeurs d'un rapprochement des deux équipementiers européens, dans l'ombre du grand Suédois Ericsson, déchu l'an dernier de son titre de numéro un mondial au profit du Chinois Huawei, bruissaient en effet dans le secteur depuis au moins cinq ans, du fait de leurs complémentarités et de leurs faiblesses aussi. Désormais c'est officiel depuis mardi matin : ils sont en « discussions avancées » en vue d'un rapprochement, sous la forme d'une offre publique d'échange en actions de Nokia sur Alcatel. Les termes de l'OPE viennent d'être dévoilés ce mercredi matin.

Avoir à nouveau envie de convoler après avoir tant peiné à digérer leur propre fusion, Alcatel et Lucent d'une part, Nokia et Siemens d'autre part ? Les salariés, qui n'ont connu que des plans de restructuration depuis dix ans, ont de quoi s'inquiéter, comme l'ont exprimé dans un communiqué conjoint les syndicats CFE-CGC, CFDT et CGT d'Alcatel-Lucent.

« Constat d'échec, fuite en avant ? Que devient le projet industriel ? Une autre fusion, tout ça pour ça ? » s'interrogent les représentants CFDT, syndicat majoritaire, dans un communiqué séparé, créditant cependant le directeur général, Michel Combes, d'avoir réussi sur un point vital, la réduction de la pression de la dette.

« Une opération d'avenir » pour Bercy

En revanche, Bercy pousse en coulisses depuis au moins deux ans ce scénario d'un « EADS ou Airbus des télécoms » créant un champion européen aux positions renforcées.

Lire Nokia Siemens et Alcatel-Lucent : vers un « Airbus des télécoms » ?

Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, a d'ailleurs accueilli très favorablement l'annonce des discussions avancées entre les deux groupes, révélant que le dossier avait fait l'objet de « mois » de discussions avec l'Etat français.

« C'est une bonne opération pour Alcatel-Lucent. Parce que c'est une opération d'avenir, parce que nous construisons, avec ce rapprochement, la reconquête d'Alcatel-Lucent qui était une entreprise en très grande difficulté il y a deux ans. Il n'y aura aucune destruction d'emplois en France. Le nombre d'emplois sera le même et même davantage. Nous avons eu tous les engagements de la part de Nokia aujourd'hui et dans le temps » a déclaré le ministre mardi après-midi.

« Quand Jean Raby, ancien de Goldman Sachs, est arrivé comme directeur financier d'Alcatel, on s'est douté qu'il y aurait du M&A [des fusions acquisitions] » remarque un bon connaisseur du groupe.

Taille critique

Trop petits face au duo de tête Ericsson et Huawei, à force de régime minceur drastique, pour se recentrer sur des activités plus rentables et plus prometteuses en termes de croissance, les numéros trois et quatre du secteur ont un intérêt à s'allier. Dans le mobile, la part de marché d'un groupe fusionné Nokia-Alcatel grimperait de 18% à 29%, dépassant ou égalant celle de Huawei et talonnant celle d'Ericsson. Mais dans la 4G, le nouveau groupe réduirait l'écart mais resterait à 26% des contrats loin derrière Huawei (36%) et Ericsson (33%) selon le cabinet Ovum.

« Nokia va gagner en taille critique sur son cœur de métier mobile et en expertise sur les métiers du routage et de l'optique, ce qui est de plus en plus nécessaire pour être compétitif dans les réseaux mobiles et la virtualisation. Rester un acteur mono-produit du mobile devenait dangereux » relève Vincent Maulay, analyste chez Oddo Securities, qui estime que l'opération a une probabilité de 70% d'aboutir.

Dès lundi, commentant la rumeur d'une vente de Here, la filiale de cartographie numérique de Nokia (issue du rachat à prix d'or de Navteq), pour un montant estimé entre 1,8 milliard et 2 milliards d'euros, ce spécialiste du secteur écrivait qu'il « n'écartait pas que Nokia réfléchisse au rachat de tout le groupe Alcatel-Lucent. » Car une autre rumeur courait depuis des mois sur une vente de la seule activité mobile d'Alcatel.

Le groupe français compte aussi un joli trésor caché, 13 milliards d'euros de crédits d'impôts liés aux pertes antérieures, de quoi largement compenser le déficit de ses fonds de pension.

Est-ce l'alliance de deux faibles ? Ce ne sont plus les « deux canards boiteux du secteur » condamnés à s'allier d'il y a quelques années, le douloureux travail de restructuration, de suppressions des doublons issus des fusions antérieurs ayant déjà été effectué des deux côtés. Mais le « fleuron français des télécoms » avait-il vraiment les moyens de se développer seul dans le mobile ? La plupart des spécialistes en doutent.

Pas de fusion entre égaux

Ironie de l'histoire de Nokia faite de transformations multiples, le groupe finlandais s'est recentré sur les équipements de réseaux, qu'il avait essayé de vendre il y a cinq ans lorsqu'elle était déficitaire : il a d'abord racheté les parts de Siemens dans leur co-entreprise à l'été 2013, avant de se délester de l'activité des téléphones portables, revendue à Microsoft, quelques mois plus tard. Nokia est du coup désormais bardé de cash - plus de 5,4 milliards d'euros, sans compter la vente de Here qui pourrait intéresser un constructeur auto allemand, des fonds d'investissement ou même Uber selon l'agence Bloomberg. Une partie de l'offre publique pourrait se faire en cash.

En chiffre d'affaires, Alcatel-Lucent est un peu plus gros que lui, avec 13 milliards d'euros l'an dernier, dont 22% en Europe (France y compris) et 41% aux Etats-Unis, contre 11,2 milliards pour Nokia Networks. Mais le Finlandais est beaucoup plus rentable et beaucoup mieux valorisé : il pèse 26 milliards d'euros en Bourse, plus du double d'Alcatel à 12,6 milliards mardi soir, y compris le bond de 16% du jour lié à l'annonce des discussions. « Alcatel est sans doute gourmand et n'a dû accepter de discuter qu'à partir de 30% de prime sur le cours de la veille » avance un spécialiste des marchés, soit environ 14 milliards d'euros. L'offre annoncée mercredi matin valorise Alcatel à 15,6 milliards d'euros après dilution.

On est donc loin de la fusion entre égaux et il s'agit en fait d'un rachat d'Alcatel par Nokia.

Pourtant, en termes d'effectifs, les groupes sont assez proches. Alcatel-Lucent emploie 52.000 personnes (dont 7.000 en France) et Nokia 54.000. « Avec une activité principalement « wireless » (mobile) chez Nokia, on le comprend rapidement le risque sur l'emploi est énorme sur ces activités » s'alarme la CFDT. « On doit pouvoir sanctuariser des emplois dans les small cells et l'optique en France. Certains poste sont protégés : Nokia a besoin de l'expertise dans le fixe et des commerciaux du compte du client historique Orange » » indique un bon connaisseur du dossier.

Nokia pourrait faire de la France le principal centre de Recherche & Développement du futur groupe, a fait savoir Emmanuel Macron : « les discussions sont aujourd'hui sur la localisation d'un centre mondial de R&D. » C'est donc sans doute l'emploi hors de France qui pourrait être impacté par les inévitables synergies recherchées dans l'opération.

Et Bruxelles dans tout ça ?

Bénie par Bercy, sans doute bien perçue à Helsinki, cette fusion pourrait-elle être bloquée par Bruxelles ? Le ton a changé depuis l'arrivée de la nouvelle Commission et le discours est plutôt à la promotion de champions européens.

« Les politiques y compris à Bruxelles, pourraient adouber une telle opération qui irait dans le sens de la construction d'un Airbus des télécoms » considère ainsi Vincent Maulay d'Oddo.

Dans une activité très mondialisée et hyper concurrentielle comme les équipements télécoms, le risque de remontée des prix pour les clients opérateurs semblent assez faibles. Et les parts de marché cumulées sont loin d'en faire un acteur dominant.

« L'idée d'un champion européen des infrastructures, comparable à Ericsson et Huawei, peut séduire. Mais ne nous leurrons pas : ce choix serait aussi la conséquence d'un écosystème malade de la concurrence » observent les représentants de la CFDT.

La Commission européenne est souvent tenue pour responsable, par son approche libérale et consumériste, de la percée des équipementiers chinois en Europe alors que ces derniers sont tout bonnement interdits aux Etats-Unis, officiellement pour des questions de sécurité nationale.

La stratégie est aujourd'hui axée sur la souveraineté numérique européenne. Qui semble éclipser la dimension nationale mise en avant il y a quelques mois : autre ironie de cette histoire de mariage arrangé, c'est Alcatel-Lucent qui était le chef de file du plan « souveraineté télécoms » mis en place dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle France industrielle. Michel Combes, chantre du « patriotisme économique », s'appuyant sur Arnaud Montebourg pour enjoindre les opérateurs à s'équiper chez Alcatel, a semble-t-il changé de devise pour prôner l'Europe des télécoms, en version finlandaise.

Article publié mardi à 19h dans notre quotidien numérique, mis à jour mercredi à 8h.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2015 à 9:34 :
Va t'on enfin pouvoir compter sur des équipements européens sans tripatouillages americains de la NSA?
a écrit le 16/04/2015 à 5:31 :
Pechiney, Alstom, Rodia, Lafarge, RTD, Alcatel-Lucent - national industry champions in the foreign hands?! What will be the next? France risks to remain without its own brands and champions. Such "telecom airbus" should be at leat 50% French, with headquaters in Paris. Nokia revives at the account of french company.
Réponse de le 16/04/2015 à 15:32 :
Who cares, why dont you mind your business and your own country first ? Your country is not better. Thanks.
a écrit le 15/04/2015 à 19:21 :
il faut espérer que le pilote ne soit pas dépressif, car il y a la montagne cisco, huawei en face !!! constructeurs étrangers privilégiés par nos opérateurs dont free en premier qui en a inondé les centraux, les autres ont suivi par nécessité ....
Réponse de le 16/04/2015 à 6:36 :
Voilà une déclaration digne d'un salarié d'un concurrent de Free.
a écrit le 15/04/2015 à 19:10 :
errata dans le titre, il faut lire 'le boing des telecoms'
nokia, c'est microsoft, non?
Réponse de le 15/04/2015 à 21:13 :
Et non perdu :) Nokia a revendu sa division téléphonie mobile à Microsoft mais le Nokia équipements télécoms (qui rachète Alcatel) est bien toujours finlandais sans rapport avec Microsoft. Ce sera donc bien un Airbus !
a écrit le 15/04/2015 à 16:56 :
"Prêt à décoller" comme des.... Rafales vers l'Inde ? ou c'est encore du vent ? :-))
Réponse de le 15/04/2015 à 17:32 :
Derrière vous,................................ trop tard, le missile est lâché
a écrit le 15/04/2015 à 16:46 :
Pourquoi les articles concernant la "vente" de Rafale à l'Inde sont-ils tous disparus ? je me retrouve frustrée car j'aimerais en écrire un commentaire. C'est bizarre qu'on parle pendant des mois d'affilée de ce prétendu achat et le moment venu d'y faire le point le journal en efface toute trace. Cela rime à quoi ? Frustrant, décidément, surtout dès qu'on a quelques informations à passer là-dessus.
a écrit le 15/04/2015 à 14:39 :
La filiale câbles sous-marins d'Alcatel-Lucent, n°1 mondial du secteur, pourrait être sortie du deal et devenir indépendante (Michel Combes).
Fabrications, poses et maintenances de câbles sous-marins.
Une excellente nouvelle.
Réponse de le 16/04/2015 à 0:04 :
Il me semble que cette activité est ultra-stratégique, surtout depuis qu'on sait que la NSA envoie des navires pour poser des "boites" sur les cables sous-marins. Quand il y a une coupure de câble sous-marin, je me dis maintenant "ah la NSA vient de s'installer sur celui-ci".
a écrit le 15/04/2015 à 14:24 :
Ouh là là au final des nouvelles suppressions d'emploi chez Alcatel Lucent.
a écrit le 15/04/2015 à 13:33 :
En 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait demandé aux opérateurs français de soutenir Alcatel-Lucent, considéré comme une entreprise stratégique pour le pays. Comme Alstom ?
Après Péchiney, Arcelor, Alstom, Numéricable et SFR, Lafarge et tant d’autres, la braderie des joyaux de l’industrie française continue. Les grands groupes, tout comme les petites pépites, passent l’un après l’autre sous contrôle des actionnaires étrangers.
Tout doucement, on nous dépouille, c'est bien triste, et pourtant rien n’est fait pour maintenir la propriété française des entreprises, créées et développées patiemment par le talent et le travail de ceux qui nous ont précédés.
L’Europe est un prétexte pour décourager toute politique volontariste de notre part dans ce domaine.
Il faut s’en affranchir avant de se retrouver tout nu, c'est-à-dire sans usines - que les nouveaux propriétaires auront peu à peu réinstallées dans leur pays. Il ne nous restera que des chomeurs à entretenir par les contribuables.
Nos « élites » nous gouvernent très mal, et manquent de patriotisme ou de vision à long terme …
Les Allemands et les Suisses eux se débrouillent mieux et font tout pour garder le contrôle de leurs entreprises (Thyssen et Siemens sont toujours allemands et bien là, merci pour eux …)
Réponse de le 15/04/2015 à 17:27 :
@Analyse9
Il faut surtout arrêter d'être dépressifs et défaitistes, un mal bien français encore plus nocif que la lourdeur du secteur public français. Il suffit de travailler un petit peu en dehors de notre beau pays pour se rendre compte que tout ne marche pas si mal, et que les pépites dont vous parlez sont surtout des entreprises qui avaient besoin d'une aide extérieure pour continuer leur développement dans un monde où tout va de plus en plus vite. Il y a le même mouvement inverse vers des acquisitions étrangères.
Liste non exhaustive trouvée dans un autre post, pour l'année 2014 :
Si la monnaie n'est pas précisée, c'est en euros.
Certaines sociétés ne communiquent pas sur les sommes injectées.
Xavier Niel rachète Orange Suisse pour 2,3 milliards.
Xavier Niel rachète Monaco Telecom pour 322 millions d'euros.
GDF débourse 335 millions de dollars pour racheter Ecova aux Etats-Unis.
Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique rachète un spécialiste américain, Marquis ID Systems (MIDS).
InVivo NSA rachète le n°3 du petfood au Brésil.
Gemalto a racheté aussi le spécialiste américain SafeNet pour 890 millions $.
Renault passe de 25 à 33% du constructeur Avtovaz pour ~ 500 millions en aout (Nissan prend 17%).
Atos rachète la division informatique de l'américain Xerox, 855 millions.
BioAlliance Pharma rachète le danois Topotarget, acteur majeur dans le traitement des cancers rares en Europe.
CMA-CGM, 3ème transporteur maritime par conteneurs, vient d’acquérir OPDR Maroc, transporteur maritime appartenant au groupe allemand Bernhard Schulte.
CMA-CGM s’est aussi allié avec China Shipping Container Lines (CSCL) et United Arab Shipping Company (UASC) pour le partage des navires et des routes Asie-Europe et Asie-Pacifique.
Dassault rachète 8% de son capital à Airbus Group, pour 794 millions
Dassault Systèmes rachète l'américain Accelrys.
Total a annoncé être entré au capital de la société américaine Aquion Energy, spécialisée dans les technologies de stockage d'énergie provenant surtout de sources renouvelables comme le solaire ou l'éolien.
Nexter rachète à 100%, au groupe anglais Chemring, les deux sociétés Mecar et Simmel Difesa, pour 168 millions.
Sanofi va racheter 12% de l'américain Alnylam pour 700 millions $.
Altran rachète la société américaine Foliage.
Bonduelle rachète une nouvelle usine de surgelés au Canada pour 6 millions $
Publicis s'offre l’américain Sapient, spécialiste de marketing et communication numériques pour 3,7 milliards de dollars.
Publicis prend aussi 20% de l'agence israélienne Matomy Media, pour Publicis prend aussi 20% de l'agence israélienne Matomy Media.
EDF rachète le britannique Porterbrook, au sein d’un consortium (EDF, Allianz, Hastings, Alberta Investment Management)
Une petite fusion franco-française dans l’aérostructure, Aerolia et Sogerma créent le n°1 européen.
Piriou s’implante en Algérie dans une coentreprise Ecorep-Piriou, 51/49% et envisage aussi d’ouvrir un 3ème site sur Hô Chi Minh.
L’Oréal, rachète le brésilien Emporio Body Store au Brésil.
L'Oréal rachète le brésilien Niely Cosmeticos, pour 140 millions.
A aussi racheté 8% de son capital à Nestlé, pour plus de 4 milliards.
Danone, Bonduelle,
Michelin à racheté le spécialiste brésilien de la gestion de flottes de poids lourds par internet, Sascar, pour 440 millions.
BNP Paribas rachète BGZ à Rabobank pour 1 milliard.
Lactalis s'ouvre les portes de l'Inde en rachetant Tirumala, pour ~200 millions
Carrefour rachète à Rewe 53 supermarchés Billa en Italie.
Thales achète LiveTV, la connectivité pour avions, pour 400 millions $.
Klépierre, spécialiste européen des centre commerciaux rachète le néerlandais Corio, pour plusieurs milliards.
Accor rachète les murs de 97 hôtels en Europe, appartenant au britannique Moor Park Capital Partners pour 722 millions d'euros.
Hachette Book (Lagerdère) rachète le n°6 américain Perseus Book.
Norbert Dentressangle fait l’acquisition de Jacobson aux Etats pour 560 millions
Bénéteau a racheté un fabricant de bateaux à moteurs américain, RecBoats.
Numericable a racheté , à Omer Telecom Limited l'opérateur virtuel Virgin Mobile, pour 325 millions d'euros.
Tarkett rachète le polonais Gamrat
Safran/Snecma (qui est associé à GE pour les moteurs CFM, une affaire en or), investit au Maroc 1 Mrds dans la recherche, crée une co-entreprise en Inde pour les M2000, ouvre un centre de recherche dédié aux composites dans l’Essonne, Safran rachète les activités distribution électrique et solutions intégrées pour cockpit de la société aéronautique américaine Eaton Aerospace.
Etc…….
Et cela semble vouloir démarrer plus fort (plus vite) en 2015.
Réponse de le 15/04/2015 à 21:07 :
Vous mélangez tout. Vous nous citez une ribambelle d'opérations mineures, voire annulées (Hachette - Perseus) alors qu'on parle ici d Alcatel, 13 milliards d euros de CA. Lafarge 14 G€ ! Alstom 14 G€ ! On est loin de la pme polonaise du sol plastique...
a écrit le 15/04/2015 à 12:16 :
Airbus des Telecom ?? Où comment l'utilisation d'une formule racoleuse tente de cacher la réalité pure et simple de la disparition d'un champion national, l'absorption tout simplement d'ALU par Nokia. Soyons réalistes et rapportons les choses telles qu'elles le sont vraiment. Il n'y a plus de champion national des telecoms. Des 190.000 employés du conglomérat français Alcatel-Alsthom de 1995, ne restent effectivement que les quelque 28.000 d'Alstom Transport qui peuvent se targuer encore aujourd'hui de travailler pour un groupe français.
a écrit le 15/04/2015 à 11:15 :
Mais Nokia n'a-t-il pas été acheté par Microsoft ?
Cela veut-il dire qu'Alcatel est racheté par Microsoft ?
Réponse de le 15/04/2015 à 11:34 :
N'importe quoi, lisez un peu mieux l'article. Ils ont racheté l'activité "téléphones ortables".
a écrit le 15/04/2015 à 10:54 :
Vive l Europe , la base geographique a minima pour affronter le monde, lavec un savoir faire humain et technologique qui n est pas si depasse qu on le dit souvent.
A Nokia de reussir ce qu Alcatel a raté !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :