Altice monétise ses tours en France et au Portugal

 |   |  296  mots
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice.
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice. (Crédits : Reuters)
Altice Europe a annoncé ce mercredi 20 juin la cession de participations dans ses tours télécoms en France et au Portugal pour 2,5 milliards d'euros en cash, un montant qui sera consacré à son désendettement.

Cette rentrée d'argent frais était attendue. Altice Europe a annoncé ce mercredi 20 juin la cession de participations dans ses tours télécoms en France et au Portugal pour 2,5 milliards d'euros en cash, un montant qui sera consacré à son désendettement. Altice France a conclu un accord avec le fonds de capital-investissement américain KKR pour lui céder 49,99% du capital de la société de tours nouvellement créée "SFR TowerCo", qui regroupe les 10.198 sites actuellement exploités en France par SFR.

Parallèlement, PT Portugal a conclu un accord avec un consortium comprenant Morgan Stanley Infrastructure Partners et Horizon Equity Partners pour lui céder 75% de la future société "Towers of Portugal" (ToP) qui regroupera les 2.961 sites actuellement exploités par Altice Portugal.

Diminuer l'endettement du groupe

Ces cessions de participations dans les tours télécoms étaient envisagées par Altice depuis que le groupe a dégringolé en Bourse, l'an dernier, à la suite des mauvais résultats de SFR. En mars dernier, lors d'une conférence téléphonique, le directeur financier d'Altice Dennis Okhuijsen, a précisé que le groupe voulait faire passer le ratio d'endettement d'Altice Europe en dessous de 5 fois, contre 5,4 actuellement. Le directeur financier a aussi indiqué qu'Altice devrait signer au deuxième trimestre 2018 la cession de toutes ses tours télécoms au Portugal et de 50% à 60% de ses tours en France.

La vente de ces tours, a alors déclaré Dennis Okhuijsen, a suscité l'intérêt de nombreux acquéreurs potentiels, "probablement plus de dix", sociétés de capital-investissement, assureurs ou encore acteurs de l'industrie des télécoms. La cession pourrait dépasser au total les 2 milliards d'euros, a-t-il ajouté. Altice a, au final, largement dépassé cette prévision.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2018 à 21:25 :
A bien y regarder, c'est un crédit bail rétroactif, c'est à dire de l'ingenierie financière. Rien de productif ni rien qui va améliorer la qualité du service ou la satisfaction ou bien encore la rentabilité qui, au contraire, sera "plombée" par le paiement des loyers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :