Convergence télécoms-médias : Altice lève le pied en Europe

 |   |  632  mots
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice.
Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice. (Crédits : Reuters)
Depuis ses déboires en Bourse, l’an dernier, conséquence de la mauvaise gestion de SFR, le groupe de Patrick Drahi a interrompu, sur le Vieux Continent, sa politique d’achats tous azimuts de contenus et de médias.

Il a finalement choisi de jeter l'éponge. Il y a presque un an, Altice annonçait le rachat du Media Capital. Ce dernier est un poids lourd de la presse au Portugal, lequel possède notamment la chaîne de télévision TVI et la radio Radio Commercial, qui caracolent en tête des audiences du pays. Avec cette emplette, valorisée 440 millions d'euros par son offre, Patrick Drahi, le fondateur et propriétaire d'Altice, voulait mettre en œuvre sa stratégie de convergence entre les médias et les télécoms au Portugal, où il possède déjà l'opérateur historique Portugal Telecom. A noter qu'Altice a, en outre, déjà mis la main sur d'importants contenus dans ce pays. En 2015, il s'est notamment offert les droits de retransmission télévisée du club de football FC Porto. Cette même année, le groupe a aussi signé un partenariat avec Cristiano Ronaldo, l'attaquant star du Real Madrid, aux multiples Ballons d'Or, pour en faire un ambassadeur de sa marque.

Mais patatras. Ces derniers jours, Altice a choisi de ne pas poursuivre ses efforts pour acquérir Media Capital. Concrètement, ce rachat inquiétait l'Autorité portugaise de la concurrence. Craignant que ce deal ait « des répercussions sur la facture des consommateurs », l'institution a émis d'importantes réserves. Mais plutôt que de revoir sa copie et d'amorcer des négociations, comme c'est l'usage, Altice a préféré tout arrêter.

La convergence a la cote aux Etats-Unis

Ce n'est pas vraiment une surprise. Depuis ses déboires en Bourse l'an dernier, conséquence de la mauvaise gestion de SFR, le groupe de Patrick Drahi a choisi d'interrompre sa frénésie d'achats tous azimuts de médias et de contenus. Si le groupe refuse de parler de la fin de sa politique de convergence, chère à Patrick Drahi, celle-ci n'est plus, pour le moment, sa priorité. En France notamment, le groupe se concentre désormais sur son cœur de métier, les télécoms, pour mettre fin à ses grosses fuites de clients longtemps déçus et insatisfaits. Ainsi, Altice et SFR, qui avaient ces dernières années raflé à prix d'or des chaînes de télévision, des journaux et de prestigieux droits sportifs (BFM-TV, RMC, Libération, L'Express, les droits du championnat anglais de football, ceux de la Ligue des Champions, de la Ligue Europa...) ont refusé de participer, le mois dernier, à l'appel d'offres des droits de la L1, le championnat de France de football. En parallèle, Altice a, ces derniers mois, clairement séparé ses actifs dans les médias et les droits sportifs des activités télécoms de SFR.

Paradoxalement, Patrick Drahi lève le pied sur la convergence au moment où, à travers le monde, des cadors des télécoms y voient leur salut. C'est bien sûr le cas du géant américain du mobile AT&T, qui vient de décrocher le feu vert pour avaler, pour 85 milliards de dollars, le mastodonte des contenus Time Warner. Si, en Europe, Patrick Drahi attend probablement que SFR aille mieux pour, peut-être, retrouver son appétit pour les médias et les contenus, il pourrait se montrer plus offensif, sur ce créneau, au pays de l'Oncle Sam, où il est numéro quatre du câble. Outre un contexte plus favorable à la convergence de l'autre côté de l'Atlantique, ses activités se portent mieux là-bas que sur le Vieux Continent. Sachant que, par ailleurs, il vient de finaliser la séparation de ses activités américaines et européennes. Ce qui lui donne, possiblement, des marges de manœuvre pour fondre sur de nouvelles proies aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2018 à 19:41 :
Plus on s'élève et plus dure sera la chute....!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :