Huawei : Pékin dénonce une « répression politique » des Etats-Unis

 |   |  469  mots
Les Etats-Unis ont interdit à l'entreprise de participer au déploiement de la 5G, la cinquième génération de réseaux mobiles. Selon eux, les équipements du groupe pourraient être utilisés par la Chine pour espionner d'autres pays.
Les Etats-Unis ont interdit à l'entreprise de participer au déploiement de la 5G, la cinquième génération de réseaux mobiles. Selon eux, les équipements du groupe pourraient être utilisés par la Chine pour espionner d'autres pays. (Crédits : Reuters)
Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré vendredi, en réponse à une question sur le géant des télécoms Huawei, que Pékin prend et continuera à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour défendre l'entreprise.

Pékin prend une nouvelle fois la défense de Huawei. Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a déclaré vendredi, en réponse à une question sur le géant des télécoms, que le gouvernement prend et continuera à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour défendre l'entreprise. Les Etats-Unis ont interdit à l'entreprise de participer au déploiement de la 5G, la cinquième génération de réseaux mobiles. Selon eux, les équipements du groupe pourraient être utilisés par la Chine pour espionner d'autres pays. La justice américaine veut également juger la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, pour violation des sanctions contre l'Iran. Celle-ci a été arrêtée au Canada, où elle est actuellement en liberté surveillée.

"Il suffit d'avoir une position objective et impartiale pour voir que les actions récentes contre une entreprise et des particuliers chinois bien spécifiques ne constituent pas une simple affaire judiciaire, mais une répression politique délibérée", a martelé Wang Yi face à la presse. "À cet égard, nous avons pris et continuerons de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger résolument les droits et intérêts légitimes des entreprises et des citoyens chinois. Il incombe au gouvernement chinois de prendre cette responsabilité." Géant mondial des smartphones aux côtés de Samsung et d'Apple, Huawei a annoncé jeudi qu'il portait plainte contre Washington pour avoir interdit aux administrations américaines l'achat de ses équipements et services.

« Le droit légitime au développement d'un pays »

La compagnie chinoise va également demander des dommages et intérêts aux Etats-Unis en raison de restrictions la visant, qu'elle juge "inconstitutionnelles". "Nous appuyons les entreprises et les personnes concernées dans l'utilisation des armes légales afin de protéger leurs droits et leurs intérêts, afin qu'elles ne soient pas des agneaux silencieux", a indiqué Wang Yi lors d'une conférence de presse en marge de la session annuelle du parlement.

"Ce que nous voulons défendre, ce ne sont pas seulement les droits et les intérêts d'une entreprise, mais aussi le droit légitime au développement d'un pays et d'une nation, et celui de tous les pays du monde qui souhaitent améliorer leur niveau de développement scientifique et technologique." Les Etats-Unis considèrent Huawei comme une menace en raison du passé de son fondateur Ren Zhengfei, 74 ans, ingénieur de l'armée chinoise à ses débuts. Les inquiétudes de Washington se sont renforcées avec l'essor du groupe. Les équipements de Huawei sont réputés plus avancés que ceux de ses rivaux suédois Ericsson ou finlandais Nokia et aucune entreprise américaine n'oppose une concurrence sérieuse au géant chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2019 à 17:45 :
Très drôles d'entendre nos amis Chinois jouer les Calimero. Quel "droit légitime" : celui de la propriété intellectuelle des sociétés étrangères dont Huawei a très certainement profité largement ? Celui du droit international sur lequel s'assied joyeusement le gouvernement Chinois ? Celui des Chinois eux mêmes ? Ou juste celui des oligarques du PCC ?
a écrit le 08/03/2019 à 16:42 :
Ça y est la Chine s’eveille ! Une partie du monde tremble et essaye de se défendre .
L’union europeenne hésite.
On leur a donné le TGV ils essayent de nous piquer Airbus !
Une fois qu’ils nous auront piqué la technologie nous ne fabriquerons et ne vendrons plus rien !
La France pays sur la voie de la tiers mondialisation:
Réponse de le 09/03/2019 à 6:17 :
Les élections européennes sont un des occasions nous permettant de faire prendre conscience du danger que représente la Chine.
Il faut soutenir la position des US/UK/Australie/Belgique/Canada... sur le cas Huawei et bannir cette compagnie de nos appels d'offre sur la 5G. Il existe des solutions avec Ericsson, Nokia et Samsung peut être moins performantes (et encore cela reste à démontrer) mais moins sujettes à la suspicion d'espionnage que les solutions chinoises Huawei ou ZTE.
Cependant un problème majeur existe à Bruxelles ou les chinois sont chez eux en particulier grâce à un accord appelé "16+1" élaboré en 2016 avec 16 pays auparavant catalogués "de l'est" (dont 12 font partie des 27) qui sont des véritables chevaux de Troie pour les chinois.
Si nous voulons gagner cette guerre essentielle, il faudrait commencer par reconstruire l'Europe autour d'un noyau dur à 14 pays (configuration de 2003 moins la Grande Bretagne par exemple), un noyau avec une culture, une histoire et des objectifs communs qui nous permettrait de mieux résister à cette invasion...et à d'autres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :