Internet fixe : l’Arcep fustige « le ralentissement » du déploiement de la fibre d’Orange

Lors d’une audition au Sénat, Laure de La Raudière, la présidente du régulateur des télécoms, a vivement critiqué l’opérateur historique. Elle lui reproche d’avoir levé le pied sur le déploiement de la fibre dans les villes moyennes et dans certains grands centres urbains.
Pierre Manière
Laure de La Raudière, la présidente de l'Arcep.
Laure de La Raudière, la présidente de l'Arcep. (Crédits : D.R)

Entre Orange et l'Arcep, rien ne va plus. L'audition de Laure de La Raudière, la présidente du régulateur des télécoms, ce mercredi matin par la Commission des affaires économiques du Sénat, l'a confirmé. La cheffe de file de l'Arcep a vivement critiqué l'opérateur historique concernant le déploiement de la fibre. Elle l'accuse d'avoir largement levé le pied. « Le ralentissement des déploiements d'Orange en zone AMII [les villes moyennes et périphéries des grandes agglomérations, Ndlr] est problématique car il prive certains de nos concitoyens du bénéfice de la fibre », a canardé Laure de La Raudière devant les sénateurs.

Pour la présidente du gendarme des télécoms, cette situation est inacceptable, car elle « fragilise la trajectoire de fermeture du réseau cuivre », utilisé pour le téléphone et l'ADSL. « J'insiste, a poursuivi Laure de La Raudière, il n'est pas raisonnable d'avoir comme stratégie de fermer le réseau cuivre et, en même temps, d'arrêter les déploiements de la fibre en zone AMII ou en zones très denses. » Ce dossier empoisonne depuis longtemps les relations entre Orange et l'Arcep. Les désaccords portent en particulier sur la teneur des engagements de l'opérateur historique dans les villes moyennes. Quoi qu'il en soit, l'Arcep a mis en demeure Orange de respecter ses obligations de couverture en fibre. Ce qui a provoqué l'ire du numéro un français des télécoms, qui a attaqué cette décision au Conseil d'Etat. « Je suis étonnée, moi-même, de l'étonnement d'Orange sur le fait que nous l'avons mis en demeure de respecter les engagements qu'ils ont pris », a renchéri Laure de La Raudière.

« C'est un mensonge »

Orange, pour sa part, se défend d'avoir « arrêté » les déploiements de fibre dans les villes moyennes. « C'est un mensonge », nous dit-on, sans pour autant nier des « ralentissements ». Ceux-ci découlent, se défend l'opérateur, du fait que certaines « questions », comme « celle des raccordements longs et complexes », ou concernant la possibilité « de proposer, dans certains cas, des technologies alternatives à la fibre », ne sont « toujours pas réglées ».

Laure de La Raudière est également revenue sur un autre dossier explosif : celui de l'entretien du réseau cuivre d'Orange. L'opérateur est souvent accusé de délaisser cette infrastructure, encore utilisée par des millions de Français en attendant que la fibre arrive. D'après Laure de La Raudière, Orange n'a pas d'excuse pour ne pas entretenir correctement son réseau. « Il y a encore 15 millions de lignes cuivre actives en France, ce qui représente 2 milliards d'euros de revenus annuels pour Orange », a-t-elle affirmé. D'après la dirigeante de l'Arcep, il n'y a « aucun élément, aujourd'hui, qui justifierait qu'Orange ne soit pas en mesure de respecter ses obligations de qualité de service sur le réseau cuivre, compte tenu des revenus qu'il en tire actuellement ».

Tensions sur le prix du dégroupage

Orange n'est pas du tout de cet avis. L'opérateur souligne qu'il perd de plus en plus d'argent sur le réseau cuivre. Ses pertes se sont élevées, affirme-t-il, à 130 millions en 2022, contre 80 millions d'euros en 2021. Celles-ci sont liées à la baisse des abonnés qui migrent vers la fibre, mais aussi à l'entretien, de plus en plus coûteux, de ce réseau vieillissant. C'est la raison pour laquelle Orange milite depuis des années auprès de l'Arcep pour une augmentation du prix du dégroupage. Il s'agit du prix payé par ses concurrents (SFR, Bouygues Telecom et Free) pour accéder à son réseau cuivre. Orange accuse l'Arcep de ne pas avoir respecté un deal visant à réviser ce prix du dégroupage, et a déposé, le 20 décembre dernier, un recours au conseil d'Etat.

Pierre Manière

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 27/01/2023 à 10:48
Signaler
cela me va bien qu'on ne déploie pas la fibre à la bonne vitesse. Si c'est pour défigurer nos villes avec des câbles dans tous les sens...qui croisent les rues, qui font n'importe quoi sur les façades. Le déploiement est une honte. Pour cela fait 1,5...

à écrit le 26/01/2023 à 20:39
Signaler
De tte facon orange ne vaut plus rien... Prestataires mal payés et mis en surc-concurrence delocalisation des hotline a tunis et tt ca pour plus cher qu ailleurs...a fuir

à écrit le 26/01/2023 à 13:49
Signaler
@Math, le réseau cuivre est installé partout à ce jour. Donc remplacer le cuivre par la fibre, c'est de l'émission nette. Comme vous l'écrivez : le débit augmenté de la transmission par la fibre engendre u effet rebond dans la consommation de données...

à écrit le 26/01/2023 à 8:20
Signaler
L’arroseur arrosé. Si l’état voulait des opérateurs télécoms riches, il n’eu pas fallut lancer free dans le bain. L’appauvrissement critique de nos opérateurs est en partie du aux passager clandestin des télécoms. Le second facteur est l’absence de r...

le 26/01/2023 à 9:22
Signaler
Pas vraiment ce que dit l'article de la Tribune publié le 12 janvier "les revenus des opérateurs télécom ne cessent de progresser " !!! Pour le reste les opérateurs essorent leurs sous traitants qui sont de moins en moins nombreux à vouloir bosser po...

à écrit le 26/01/2023 à 8:11
Signaler
Pourtant les travailleurs détachés moldaves qui installent la fibre par chez nous sont sur les chantiers du matin au soir !

à écrit le 26/01/2023 à 7:08
Signaler
Comment l'état peut-il s'étonner du fonctionnement normal d'une entreprise privée. Une société ne va pas investir dans un secteur qui n'est pas rentable. C'est impossible pour des raisons économiques. C'est le socle même du fonctionnement du capitali...

à écrit le 25/01/2023 à 21:11
Signaler
C'est très bien, le cuivre me va très bien. C'est fiable, si l'on ferme les boîtes de rue et on prend de vrai techniciens, c'est facile à réparer, c'est moins cher, pas besoin de boîtiers intermédiaires ou d'outils spécifiques ect.. Le gain pour le q...

le 26/01/2023 à 8:24
Signaler
Empreinte carbone multipliée par 3 pour le cuivre, débit 10 à 100 fois moins importants. gâchis d’une ressource essentielle (le cuivre) alors que le sable pour la fibre est abondant. Complexité du maintien de l’agrégation de 2 réseaux d’accès fixe et...

le 27/01/2023 à 13:59
Signaler
vous avez parfaitement raison. La ligne téléphonique existe partout, il ne faut plus rien tirer. J'ai ADSL à mon pied à terre et c'est top; je n'ai que des soucis avec la fibre dans ma maison principale. Je ne parle même pas des déconnexions et du gr...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.