La justice américaine donne son aval au mariage Sprint-T-Mobile

 |   |  457  mots
De nombreux opposants estimaient que cette fusion plomberait la compétition, et provoquerait un renchérissement des prix. Ils n'ont pas eu gain de cause.
De nombreux opposants estimaient que cette fusion plomberait la compétition, et provoquerait un renchérissement des prix. Ils n'ont pas eu gain de cause. (Crédits : DADO RUVIC)
Un juge fédéral a estimé que cette mégafusion entre les numéros trois et quatre du mobile ne nuirait pas à la concurrence.

C'est un long feuilleton, qui, semble-t-il, va prendre fin. Ce mardi, la justice américaine a décidé de donner son feu vert au mariage à 26 milliards de dollars entre les opérateurs Sprint et T-Mobile. Les numéros trois et quatre du marché du mobile au pays de l'Oncle Sam, qui avaient annoncé leur projet courant 2018, devraient prochainement pouvoir fusionner. Il ne leur manque plus qu'un dernier aval, celui de la Commission californienne des services publics, pour unir leurs forces. Et accoucher d'un nouveau mastodonte de près de 130 millions d'abonnés sur le marché du mobile. L'objectif de cette union est claire : façonner un solide numéro trois, capable de rivaliser avec les deux leaders du secteur, les géants Verizon et AT&T. Les marchés ont d'emblée applaudi. L'action de Sprint s'envolait de 73% dans les premiers échanges à la Bourse de New York tandis que le titre de T-Mobile, lui, gagnait environ 10%.

In fine, le tribunal a donné son feu vert au mariage en arguant qu'il « ne peut pas être raisonnablement vu comme diminuant la concurrence ». De nombreux opposants estimaient que cette fusion plomberait la compétition, et provoquerait un renchérissement des prix. Ces derniers n'ont pas eu gain de cause. Cette décision de justice est importante, car elle constituait le dernier feu vert important pour boucler le deal, après celui du ministère américain de la Justice, et celui de la FCC, le régulateur des télécoms.

Un mariage pour accélérer dans la 5G

Après avoir plusieurs fois tenté d'unir leurs forces, Sprint et T-Mobile sont en passe de réussir leur pari. Mais ils ont dû faire de nombreuses concessions. Les opérateurs ont accepté de céder pour 5 milliards d'actifs à Dish, un champion de la télévision par satellite, pour qu'un nouvel acteur voit le jour et anime la concurrence sur le marché du mobile.

En outre, Sprint et T-Mobile ont clamé que leur union permettrait de déployer très rapidement un grand réseau 5G à travers le pays. Un argument qui a séduit les autorités, qui souhaitent que les Etats-Unis disposent rapidement, pour des raisons de compétitivité, de la prochaine génération de communication mobile. Pour la Maison Blanche, la 5G est perçue comme un des principaux catalyseurs économiques dans les années à venir. Elle est considérée une priorité stratégique, un virage à ne rater sous aucun prétexte. Dans ce domaine, pas question pour Washington de se faire doubler par Pékin, qui met lui aussi les bouchées doubles pour être leader dans cette technologie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2020 à 22:50 :
Journalistes économiques,

Quand allez-vous enfin cesser de détruire les valeurs du Mariage entre un Homme et une Femme, en utilisant le terme "mariage" pour désigner une très vulgaire fusion d'actifs entre deux sociétés privées ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :