Le gouvernement déterminé à renforcer la sécurité des réseaux 5G

 |   |  563  mots
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances.
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances. (Crédits : Reuters)
Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a indiqué que l’exécutif fera d’ici peu des propositions pour assurer la sécurité des réseaux en vue du déploiement de la prochaine génération de communication mobile.

Alors qu'en Europe, la méfiance grandit à l'égard de l'équipementier télécoms chinois Huawei, le gouvernement affiche sa détermination à renforcer la sécurité des réseaux mobiles. Ce mercredi sur France 2, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie a affirmé que l'exécutif fera, « dans les prochains jours », des propositions pour s'assurer, en particulier, que les infrastructures des futurs réseaux 5G ne présentent aucun risque en matière d'espionnage ou de sabotage. « Le rôle de la nation, c'est de protéger les intérêts économiques du pays, a indiqué le locataire de Bercy. La 5G peut nous amener à prendre des décisions fortes en ce sens. »

Pour arriver à ses fins, le ministre a évoqué deux possibilités. Il est d'abord revenu sur un amendement au projet de loi Pacte déposé fin janvier par le gouvernement. Celui-ci vise à étendre les pouvoirs de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Si cet amendement est validé, il permettra à l'agence d'autoriser ou d'interdire un éventail très large d'équipements télécoms utilisés dans les réseaux mobiles.

Problème : cet amendement ne fait pas l'unanimité. La manière dont il a été déposé par le gouvernement suscite la grogne de certains sénateurs.

« Nous devons réfléchir aux moyens d'assurer la sécurité de nos communications sur le territoire, a notamment affirmé ainsi Patrick Chaize, sénateur de l'Ain (Les Républicains), lundi dans nos colonnes. Ce n'est pas un sujet annexe, c'est un vrai sujet, lequel mérite d'être discuté... Pourtant, nous voyons soudainement arriver cet amendement, alors même qu'il n'y a plus de possibilité d'amendement pour les parlementaires ! »

En outre, l'amendement du gouvernement, qui doit être discuté ces prochains jours en séance publique, a reçu un avis défavorable de la commission spéciale chargée d'examiner le projet de loi Pacte.

Face au risque de voir cette proposition retoquée, Bruno Le Maire a indiqué que le gouvernement pourrait faire une proposition similaire dans un autre texte législatif.

Ce renforcement de la sécurité des réseaux mobiles - une initiative jugée spécifiquement anti-Huawei par certains - pourrait avoir des conséquences importantes. Les opérateurs craignent notamment que cette manœuvre ne leur fasse prendre du retard dans le déploiement des réseaux mobiles, et en particulier de la 5G. Lundi soir, dans un entretien sur BFM, Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, le régulateur des télécoms, a affirmé que la réglementation devait être « claire ». Selon lui, les opérateurs doivent rapidement être informés de leur droit à utiliser - ou pas - des équipements Huawei pour la 5G.

Sébastien Soriano a jugé que la France ne devait pas rater la révolution de la 5G, une technologie jugée cruciale pour l'économie du pays dans les années à venir. Il a appelé à ne pas répéter les erreurs du passé, rappelant que l'Hexagone avait pris du retard dans le déploiement de la 4G. « Nous sommes encore en phase de rattrapage », a-t-il indiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 6:53 :
Pourquoi Bercy s'occuperait-il de la sécurité des réseaux 5G ? n'est pas du ressort de la défense ? décidément, en France, l'organisation de l'administration, c'est du grand n'importe quoi...
Réponse de le 07/02/2019 à 7:51 :
Parce que d’un point de vue géostratégique le sujet n’est pas uniquement la sécurité (au sens Défense du terme),,,
a écrit le 06/02/2019 à 15:01 :
"Le gouvernement déterminé à renforcer la sécurité des réseaux 5G" : NON, la vraie sécurité serait d'arrêter de suite la 5G et d'interdire purement et simplement les objets connectés !!
Mais bon, avec les élites et les dirigeants à pensée unique et court-termiste qu'on se trimbale dans tous les pays ... !
Réponse de le 07/02/2019 à 7:50 :
Vive la pensée rétrograde! Interdisons les voitures pour améliorer la sécurité automobile, interdisons les ordinateurs pour éradiquer les arnaques sur Internet et interdisons tous les couteaux et fourchettes pour éviter les attaques à l’arme blanche...
Au moins le monde avancera avec vous!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :