La France veut renforcer la sécurité des équipements télécoms

 |   |  526  mots
Toutes les générations de communication mobile sont concernées par le nouveau régime d'autorisation préalable de l'Anssi.
Toutes les générations de communication mobile sont concernées par le nouveau régime d'autorisation préalable de l'Anssi. (Crédits : Reuters)
Un amendement a été déposé, ce vendredi, au projet de loi Pacte. Il étend les pouvoirs de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). Celle-ci pourra autoriser ou interdire un éventail plus large d’équipements télécoms utilisés dans les réseaux mobiles. Si Bercy affirme que cette mesure ne vise aucun équipementier en particulier, elle intervient alors qu’en Europe, plusieurs pays craignent que le géant chinois Huawei n’utilise ses infrastructures à des fins d’espionnage.

Non, non, et non, il ne s'agit pas d'une mesure « anti-Huawei ». Voilà, en somme, le message qu'a fait passer Bercy, ce vendredi, en annonçant à la presse un renforcement du contrôle des équipements télécoms des réseaux mobiles. Ce même jour, le gouvernement a déposé un amendement au projet de loi Pacte. Il vise, à travers un nouveau régime d'autorisation préalable, à étendre les pouvoirs de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). Celle-ci sera en mesure d'autoriser ou d'interdire un éventail plus large de matériels et logiciels utilisés dans tous les réseaux de communication mobile. Concrètement, un opérateur désireux de déployer de nouveaux équipements jugés sensibles dans l'Hexagone devra d'abord décrocher le feu vert de l'Anssi, qui vérifiera qu'ils ne présentent aucun risque en matière d'espionnage ou de sabotage.

La mesure concerne les produits de tous les équipementiers télécoms, qu'il s'agisse de Huawei, de Nokia ou d'Ericsson. Bercy argue que « ce nouvel instrument de contrôle » était nécessaire avec l'arrivée, à partir de 2020, de la 5G. Cette technologie va permettre de nouvelles applications, comme la voiture autonome, qui nécessiteront un niveau de sécurité sans faille, justifie-t-on au ministère. En clair, il ne s'agirait pas d'un dispositif visant à écarter Huawei du marché de la 5G, alors qu'en Europe, plusieurs pays craignent que le géant chinois des télécoms n'utilise ses infrastructures à des fins d'espionnage.

Le Drian « conscient des risques » liés à Huawei

Il n'empêche que ce mercredi, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, a déclaré devant le Sénat que le gouvernement était « conscient des risques » liés à Huawei, et qu'il prendrait « les dispositions nécessaires » quand il le faudrait. En outre, ce renforcement des pouvoirs de l'Anssi intervient dans le sillage d'une fâcherie entre l'exécutif et SFR, comme l'a indiqué La Tribune en décembre dernier. Selon deux sources proches du dossier, l'opérateur au carré rouge a fait le forcing pour déployer des équipements Huawei en Ile-de-France, un territoire sensible, ce qui a suscité un très vif agacement au sein du pouvoir.

Voilà pourquoi certains estiment que les nouveaux pouvoirs de l'Anssi visent, en réalité, surtout à contrôler Huawei, sans l'interdire manière officielle à l'instar des Etats-Unis, de la Nouvelle Zélande ou du Japon. En procédant ainsi, la France évite de se brouiller avec le géant chinois des télécoms, et surtout avec Pékin.

Bercy affirme également que le nouveau dispositif de contrôle n'a rien d'une « usine à gaz », et ne compliquera pas le travail des opérateurs. Un point jugé crucial par Didier Casas, le président de la Fédération française des télécoms. « Il est important que ce nouveau régime ne vienne pas ajouter de la complexité et de la lenteur aux déploiements », a déclaré à l'AFP le chef de file du lobby des télécoms.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2019 à 22:54 :
Bcp à faire chez Orange avec des données personnelles des clients et salariés en open source pour les barbouzes mal intentionnés du dark net
a écrit le 27/01/2019 à 11:30 :
Incroyable de se réveillez maintenant et de s'en prendre aux Chinois ! Ancien ingénieur Alcatel, je peux affirmer que les équipements US sont bourrés de logiciels espions pour récupérer les données stratégiques, qu'ils soient des équipements de réseaux ou terminaux mobiles ou des infrastructures HD. Le tournant vient de la main mise sur Alcatel, qui était la première entreprise technologique mondiale .. mais Française ! Nous sécurisions le secteur stratégique des télécoms, évitant d'être espionné par ce moyen puisque nous fournissions alors la plupart des équipements (notamment à France Télécom et sur l'Europe). La reprise d'Alcatel par les fonds américains a permis cette agression caractérisée qui dégénère actuellement contre la France et l'Europe. Dans ce domaine, les Chinois font pâle figure ...
Les dirigeants actuels sont vraiment prêts à tout céder aux USA, l'affaire Alstom le prouve. Nous sommes à un tournant de l'histoire de la France. Disparaitre comme nation, comme le veulent certains, ou renforcer notre indépendance technologique et financière ... Mais pour choisir, encore faut-il que les citoyens soient informés ! Hélas la plupart des médias (journaux, TV, sites internet) ont été rachetés depuis 3 ans et pratiquent une omerta de première ....
a écrit le 27/01/2019 à 0:08 :
Mais est ce la peine ? La Chine a déjà gagné depuis longtemps.
Le temps est son meilleur allié. Et elle est très copain avec le pays qui possèdent des centaines d’ogives nucléaires et assez de gaz pour tuer 20 milliards d’habitants.
Ne vous inquiétez pas pour elle, les pets de lapin des petits européens seront vite du passé.
a écrit le 26/01/2019 à 11:42 :
Bouf ! Le portable est déjà un passoire informatique. Le grand luxe, c'est de ne pas en avoir.
a écrit le 26/01/2019 à 10:43 :
Heureusement que les américains sont en train de réveiller le monde sur l'obscurantisme chinois.

IL n'y a que l'intérêt des mégas riches à ne pas comprendre que la Chine en tant que dictature n'a qu'un seul but, s'étendre.
a écrit le 25/01/2019 à 23:38 :
La Chine communiste va déclarer dangereux pour la sécurité nationale chinoise tous les produits agricoles français, toutes les grosses berlines allemandes et tous le soja US. on va bien rigoler.
La Chine communiste n'a plus besoin du capitalisme occidental mafieux qui n'a plus de politique industrielle et en voie de mort annoncée.
Comme l’avait prévu Marx le capitalisme sera mort par sa propre stupidité idéologique.
Réponse de le 26/01/2019 à 2:06 :
N’exagerons rien... Huawei fait des équipements téléphoniques. Ces équipements étaient fabriqués en France il n’y a pas 10 ans. C’est une forme de protectionisme. La France a beaucoup à perdre en y allant trop fort, mais la balance commerciale franco-chinoise n’est pas à notre avantage. Non, ceux qui ont à y perdre sont outre Rhin. Nous, franchement... On pourrait taxer sans vergogne que ça ne changerai rien. Le truc c’est de ne pas les virer pour faire entrer les américains à la place. Ça, ce ne serai pas très smart...
Réponse de le 26/01/2019 à 17:44 :
ils ne vont pas mettre les allemands dehors avant transfert total des technologies.... quand ca sera fait, zou, le coup de pied au cul, pied viendront vendre des voitures chinoises avec une etoile sur le capot, en creant une nouvelle marque genre Mercedece, et en envoyant xi jing pire dire que tout le monde doit ouvrir ses frontieres aux produits chinois.......
ils font comme les yankees, en pire
ils expliquent pourquoi les autres doivent respecter une regle qu'ils sont les premiers a violer en arriere boutique
meme pascal lamy a compris que l'OMC a ete bcp trop laxiste depuis leur entree, c'est dire!
pas besoin de patriot act a la chinoise s'ils fournissent tous les equipements telecoms utilises par les boites et les administrations, les transferts se feront automatiquement!
Réponse de le 27/01/2019 à 11:12 :
Ben voyons..... Faut il être ignorant pour dire que la chine n'a plus besoin du capitalisme occidental..... Vous imaginez la situation ou la chine se fermerai aux produits occidentaux..... C'est oublier que bien des secteurs de l'économie chinoise mettraient la clef sous la porte sans les marchés occidentaux.

La Chine à plus à perdre que l'Occident....
a écrit le 25/01/2019 à 19:36 :
avec des operateurs qui propsent des forfaits a 2 euros, personne n'aurait bien sur imagine que ca allait devenir la chasse aux couts version acceleree, et quelle qu'en soit le prix!
c'est etonnant que l'arcep n'ait pas sortie une note visant sfr orange et bouygues ( euh, non, j'ai rien oublie!) qui mettent en danger la securite du pays avec des pratiques plus que douteuses!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :