Malgré ses déboires, Huawei voit ses ventes bondir

 |   |  476  mots
Richard Yu, le président de la division grand public de Huawei, a présenté ce mardi à Paris ses nouveaux terminaux de référence, les P30 et P30 Pro.
Richard Yu, le président de la division grand public de Huawei, a présenté ce mardi à Paris ses nouveaux terminaux de référence, les P30 et P30 Pro. (Crédits : Reuters)
En dépit des pressions américaines et des soupçons d’espionnage pour le compte de Pékin, le géant chinois des smartphones et des télécoms a vu son chiffre d’affaires progresser de près de 20% l’an dernier. Celui-ci passe, pour la première fois, la barre des 100 milliards de dollars.

D'un point de vue commercial, Huawei affiche une santé de fer. Ce vendredi, le champion chinois des télécoms et des smartphones a publié ses résultats 2018. Et le groupe de Shenzhen affiche, une nouvelle fois, une croissance insolente. L'an dernier, le dragon a vu ses ventes croître de près de 20%, à 721 milliards de yuans (107 milliards de dollars). C'est la première fois que ses ventes franchissent cette barre symbolique des 100 milliards de dollars. Son bénéfice net, lui, a également progressé de 25% sur un an, à 59,3 milliards de yuans (près de 9 milliards de dollars).

Huawei est largement porté par ses ventes de smartphones, qui représentent désormais près de la moitié de son chiffre d'affaires global. En quelques années, le géant chinois a su s'imposer comme un rival sérieux de Samsung et d'Apple, respectivement numéros un et deux du marché. Ce mardi, Huawei a levé le voile sur ses nouveaux smartphones, les P30 et P30 Pro, dotés d'un appareil photo surpuissant. Huawei table depuis longtemps sur la photographie, notamment via un partenariat avec Leica, pour se démarquer de la concurrence.

Un rapport britannique très critique

En revanche, les choses commencent à se compliquer sur son métier historique, celui des équipements télécoms. Sur ce créneau, le géant chinois commence vraisemblablement à pâtir de ses déboires aux États-Unis et sur le Vieux Continent. Pour rappel, Washington accuse depuis des mois Huawei d'espionnage pour le compte de Pékin (ce que l'industriel a toujours nié), et l'a banni du marché des réseaux 5G. L'Europe, de son côté, menace de s'aligner sur la position américaine. Ce qui pèse sur les ventes d'équipements télécoms du groupe. La branche infrastructures de Huawei a vu ses ventes reculer de 1,3% l'an dernier, contre une croissance de 2,5% l'exercice précédent. À l'AFP, Brock Silvers, directeur général du cabinet Kaiyuan Capital, explique que « les préoccupations en matière de sécurité ont un impact sur Huawei, car de plus en plus de pays imposent des restrictions sur les matériels de réseau de l'entreprise ».

Ce jeudi, un rapport britannique a encore épinglé Huawei, pointant les « nouveaux risques » que ses équipements feraient peser sur la sécurité des réseaux télécoms du pays. Cette enquête du comité de surveillance du centre d'évaluation de cybersécurité (HCSEC), un organe piloté par l'État, constitue un sérieux revers pour le groupe chinois. Celui-ci juge qu'il « ne peut complètement assurer que tous les risques concernant la sécurité nationale britannique liés à la participation de Huawei dans les réseaux les plus sensibles peuvent être réduits à long terme de façon satisfaisante ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2019 à 14:15 :
Dans une société consumériste dans laquelle on nous injecte la pensée que le bonheur viendrait du matérialisme il est bien évident qu'un objet à la mode tel que le smartphone va bien mieux se vendre à 200 euros qu'à 400, à savoir le prix que proposent ses concurrents.

Oui parce que l'on nous dit que consommer c'est vivre mais par contre ils nous retirent régulièrement du pouvoir d'achat.

JE peux vous garantir que si les gamins avaient les moyens de se payer du iphone ou du Samsung à ce prix là Huawei n'existerait même pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :