Orange fait la promo de son pôle cybersécurité via une fausse publicité

 |   |  439  mots
A travers une fausse campagne de « hameçonnage », Orange précise quelques « indices » permettant de déceler les sollicitations malveillantes.
A travers une fausse campagne de « hameçonnage », Orange précise quelques « indices » permettant de déceler les sollicitations malveillantes. (Crédits : DR)
L’opérateur historique s’est fendu d’une fausse campagne publicitaire vantant une offre « 6G illimité pendant 100 ans ». Celle-ci constitue en réalité une tout aussi fausse tentative d’hameçonnage destinée à sensibiliser le public aux cyberattaques. Mais aussi à vanter les solutions d’Orange Cyberdefense, sa branche dédiée à la sécurité informatique.

Auprès du grand public, Orange, qui vend des abonnements Internet, du mobile, distribue des films et autres divertissements audiovisuels, est plutôt habitué à distiller une communication positive. Mais pas simple de conserver ce ton pour vanter des solutions de cybersécurité, un domaine où l'opérateur historique investit énormément depuis quelques années à travers son pôle Orange Cyberdefense. Chez le numéro un français des télécoms, pas question, visiblement, de faire comme certains concurrents dans ce domaine, lesquels ne rechignent pas à jouer sur les peurs pour attirer le chaland. Mais comment parler de cybersécurité sans se montrer anxiogène et en restant dans les clous de la communication du groupe ? En jouant un coup de billard à deux bandes.

Ce mardi, Orange s'est fendu d'une fausse campagne publicitaire vantant une offre « 6G illimitée pendant 100 ans ». Par l'intermédiaire d'affiches et de bannières publicitaires sur la Toile, l'opérateur historique appelle les consommateurs à se rendre sur un site spécial, baptisé 6g100ans.fr. Sur cette page, l'internaute doit renseigner son nom, son prénom, et sa date de naissance. Mais une fois ces informations envoyées, une nouvelle page s'affiche, avertissant l'utilisateur qu'il vient d'« être victime d'une tentative de phishing ». Cette pratique - le « hameçonnage » en français - est utilisée par les pirates informatiques pour soutirer des informations personnelles (comme des identifiants bancaires) via des mails ou des sites frauduleux. Orange indique d'emblée que son initiative est sans conséquence pour l'internaute, et qu'elle constitue une « opération de sensibilisation ».

Orange Phishing

(Crédits: capture d'écran du site 6g100ans.fr)

La page renvoie ensuite vers le site institutionnel du groupe. Lequel liste quelques « indices » permettant de déceler les sollicitations malveillantes. Un lien intitulé « comment se prémunir du phishing » renvoie enfin vers une autre page. L'opérateur y assure, ici, la promotion de son pôle Orange Cyberdefense. Le groupe indique notamment que l'an dernier, son « engagement client s'est notamment traduit par la fermeture quotidienne de 200 sites malveillants par jour, rendant Internet plus sûr ». Le tout agrémenté d'une explication vidéo de Michel Van Den Berghe, le DG d'Orange Cyberdefense.

Dans un secteur des télécoms aussi mature qu'ultra-concurrentiel, Orange mise beaucoup sur la cybersécurité pour doper sa croissance. Au printemps dernier, l'opérateur n'a pas hésité à débourser 515 millions d'euros pour s'offrir le néerlandais SecureLink. Dans un communiqué, Orange a affiché son ambition : ne devenir rien de moins qu'« un leader paneuropéen des services de cybersécurité ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2019 à 6:35 :
C’était avant ou après cette publicité : l’efficacité ( soit disant )de la cybersécurité de Orange ?
C’est nouveau alors ?
Il faut s’abonner à la fibre pour le «  re- tester »?

Si les hackers sont si puissants : ça veut dire que «  il y a trop de passoires » et que c’est voulu : par tous ( le secteur du Hitech): sinon il y aurait déjà des condamnations exemplaires et une sécurité d’utilisation pour tous et toutes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :