SFR perd son cinquième patron en cinq ans

 |   |  580  mots
Diplômé de l'Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, Michel Paulin a fréquenté les bancs de Polytechnique, en compagnie de Michel Combes, PDG de SFR.
Diplômé de l'Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, Michel Paulin a fréquenté les bancs de Polytechnique, en compagnie de Michel Combes, PDG de SFR. (Crédits : Jacky Naegelen)
Entré chez SFR en janvier 2016, le directeur général Michel Paul a annoncé son départ. Il n'est pas directement remplacé mais le PDG Michel Combes et le directeur général de SFR Media Alain Weill vont se partager ses champs d'activités.

Depuis 2012, l'instabilité règne à la tête de SFR. Le directeur général de l'opérateur télécoms au carré rouge, Michel Paulin, va quitter son poste pour des "raisons personnelles", avec effet immédiat, a annoncé lundi le groupe dans un communiqué. L'opérateur, à la tête duquel se sont succédés cinq dirigeants en cinq ans, perd un homme clef alors que le traitement de choc appliqué à la société née du rachat de SFR par Numericable fin 2014 tarde à produire ses effets.

"Michel [Paulin] a réussi à poser les bases de la nécessaire transformation du Groupe. Son expertise et son leadership ont été des atouts majeurs pour l'entreprise", a déclaré le PDG de SFR Michel Combes, cité dans le communiqué.

Dans un mail envoyé à l'ensemble des salariés du groupe, que l'AFP a pu consulter, Michel Paulin ne donne pas plus d'explication pour son départ, rendant hommage à "l'énergie" déployée pour "le rétablissement des fondamentaux de SFR et la transformation vers notre nouveau modèle convergent".

"Le projet des fondateurs d'Altice constitue une aventure industrielle inégalée, sans nul doute la plus audacieuse, la plus visionnaire et la plus enthousiasmante du secteur", a ajouté l'ex-directeur général dans son mail.

Après une carrière débutée chez France Télécom, Michel Paulin est notamment devenu directeur général de Neuf Cégétel au début des années 2000 pour quitter l'opérateur lors de son rapprochement avec SFR en 2008. Il était à la tête de Meditel - désormais Orange Maroc - depuis 2013, avant de rejoindre SFR en janvier 2016 en remplacement d'Eric Denoyer, qui occupait ce poste depuis fin 2014 et le rachat de SFR par Numericable. Diplômé de l'Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, il a également fréquenté les bancs de Polytechnique, en compagnie de Michel Combes.

Pas de remplacement mais une promotion pour Alain Weill

Si l'opérateur n'a pas nommé de successeur direct à Michel Paulin, il a en revanche promu Alain Weill, directeur général des activités médias d'Altice et directeur général de SFR Media. Il s'occupera de "l'intégration des actifs télécoms et médias". Le PDG du groupe, Michel Combes, prendra quant à lui directement en charge la "transformation de l'entreprise et le rétablissement de la performance opérationnelle".

Depuis son rachat en 2014, l'opérateur s'est engagé dans un modèle de convergence entre télécoms et contenus, marqué par la prise de contrôle par SFR de Groupe News Participation, qui regroupe les actifs de NextRadioTV, dont BFMTV et RMC, autorisée en juin par l'Autorité de la concurrence.

Déjà détenteur des droits de la Premier League, la première division anglaise de football, l'opérateur, qui prendra le nom de sa maison-mère Altice avant l'été 2018, a mis la main sur les deux coupes d'Europe de football, Ligue des Champions et Europa League en mai dernier et pour les trois prochaines saisons, pour un montant record de 350 millions d'euros. SFR a également lancé en août sa chaîne de séries et de cinéma, baptisée Altice Studio. L'opérateur est par ailleurs attendu sur sa promesse de "fibrer la France" sans subvention publique.

>> Aller plus loin Très haut débit : quand SFR veut fibrer la France tout seul

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2017 à 17:55 :
SFR a beau changer de nom, cette société va périr et ce grâce à ses services clients et SAV nuls et incompétents. La publicité pour ALTICE SFR est désormais assurée par ses anciens "clients" et le Titanic va bientôt couler.......
a écrit le 14/09/2017 à 16:08 :
Hello, petite faute dans l'intro !
Même si Michel Paulin ne risque pas de se fâcher si vous écourtez son nom de famille ("Michel Paul") :)
a écrit le 13/09/2017 à 19:49 :
Ils sont tellement occupés à faire une énorme plus-value immobilière (personnelle) avec les locaux de Balard, d'une part, ... et à tenter de camoufler la gigantesque dette d'Altice.

Avec le plan de rachat de SFR basé sur la dette de l'entreprise alors qu'ils ont cassé l'outil de production... forcément c'est plus dur.
a écrit le 13/09/2017 à 11:09 :
SFR n'a plus la culture client depuis belle lurette, et forcément ça se ressent dans le CA et les bénéfices, donc dans les dividendes des actionnaires. Pour avoir personnellement pâti de l'incompétence de la Hot Line SFR pour un problème de transmission Internet via ma box, avec son cortège d'explications difficilement compréhensibles en mauvais français (tous les interlocuteurs de la Hot Line sont étrangers) et ses solutions très peu fiables, j'ai mesuré l'incurie de ce service client de base ; j'ai moi-même trouvé la solution avec l'aide d'un ami informaticien ! Et ne parlons pas du technicien SFR qui se déplace à domicile et qui ne trouve rien d'autre à dire que de vous proposer de réparer au Black !
J'ai évidemment changé d'opérateur ....
a écrit le 11/09/2017 à 16:35 :
J' avis un forfait à 7.99 euros, ils viennent de m' augmenter de 20 %, je les vire sur le champ ...
a écrit le 11/09/2017 à 14:40 :
Les journalistes font PaS leur boulot ! C était prévisible et certains commentaires l ont annoncé depuis plus d un mois !
Le réseau et la qualité de service de sfr ne peut que conduire à la démission des gens un peu responsable ! Le client on sait plus ce que c est ! Chez Sfr
Réponse de le 11/09/2017 à 21:41 :
Par ailleurs Michel paulin a refusé de faire shabbat et il n à pas tord !;0))
Ça devient un vrai panier de crabe pincé ce board !
a écrit le 11/09/2017 à 13:50 :
SFR = offres ne tenant pas compte des demandes du client, obscures, capacités techniques limitées, incompétence et non réactivité du service client (quand on arrive à le joindre..., marre de ces automates téléphoniques), jamais de réponse aux demandes et réclamations faites au travers de questionnaire dit" de satisfaction", tout pour une qualité déplorable et en dégradation continue depuis quelques années.
a écrit le 11/09/2017 à 12:13 :
SFR une entreprise mot qui n'est pas en phase avec respect du client SFR une entreprise qui n' a pas comme mot clé RELATION CLENT. SFR une entreprise qui licenciera encore pas par un marché qui s'effondre ou un manque de chiffre d'affaire NON simplement par une entreprise qui n'a rien affaire sur un marché concurrentiel. Pas la peine d'embaucher des personnes qui sortent des grandes écoles non il suffit d'embaucher des personnes qui on le mot satisfaction client en priorité.
a écrit le 11/09/2017 à 11:16 :
je pense que tout le monde comprend se qu'il se passe, donc.........
a écrit le 11/09/2017 à 10:21 :
C'est ce qu'on peut qualifier de véritable catastrophe industrielle. Ce groupe est risible et ridicule, avec d'un côté ses annonces farfelues consistant à promettre de fibrer tout la France, et d'un autre côté la réalité où il ne sont pas fichus de dépenser 3€ pour remettre des gobelets dans leurs fontaines d'eau ...
a écrit le 11/09/2017 à 10:10 :
Je lis nombreux commentaires qui tapent logiquement sur Drahi mais dites vous bien que taper sur Drahi sans remettre notre système oligarchique qui l'a mit en place en question c'est comme nettoyer la colique du nourrisson sans soigner sa gastro.
Réponse de le 11/09/2017 à 16:12 :
donc si je comprends bien votre raisonnement Drahi est le résultat d'une gastro ? ... :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :