Ce que prévoit le Bipe en 2012 pour le niveau de vie des ménages français

 |   |  385  mots
La Tribune infographie
La Tribune infographie
Stagnation des salaires, mesures d'austérité, chômage... L'année 2012 promet à nouveau d'être difficile dans les foyers français.

Le millésime 2012 sera-t-il une année noire pour les ménages ? Le BIPE, société d'études économiques et de conseil en stratégie auprès des grandes entreprises privées et des pouvoirs publics, n'est guère optimiste. Selon sa dernière étude, qui s'appuie sur les chiffres de l'Insee, la confiance des ménages s'est largement détériorée, arrivant, en novembre, à son plus bas niveau depuis février 2009, soit 79 points.

Cette tendance négative devrait se poursuivre. Au premier plan, le marché du travail, « avec un taux de chômage qui s'affichera à 10,3 % cette année et se rapprochera de 11 % en 2012. Les ménages français se montrent donc particulièrement anxieux sur leur niveau de vie futur : cet indicateur a en effet chuté à partir de juillet (8 points en novembre, soit 20 points de baisse depuis juillet) pour ­atteindre en novembre son point bas historique depuis ... ?le début du présent siècle? ».

Crainte de la pauvreté

D'ailleurs, 28 % des Français considèrent qu'il y a un risque qu'ils tombent dans la pauvreté. Une crainte qui pourrait, malheureusement, se confirmer : le pouvoir d'achat des ménages, lourdement pénalisé par les mesures d'austérité et le ralentissement de la croissance des salaires, va basculer dans le rouge l'année prochaine, enregistrant un recul de 0,6 %.

Les dépenses contraintes représenteront près de 36 % du budget des ménages en 2012, soit une progression de 3 %. Ils devront donc, encore et toujours, rogner sur les autres dépenses, au premier rang desquelles celles relatives aux transports (- 0.2 % en volume en 2012) et à l'alimentation, qui ne progresseront quasiment pas. Les dépenses dites de plaisir (culture, tourisme, tabac et alcools, cafés et restaurants,...), qui étaient dans le passé souvent épargnées dans les arbitrages, ne progresseront que de 1,9 % en 2012, soit un rythme inférieur à la progression des dépenses totales (2,3 % en 2012).

67 % des classes moyennes françaises, les plus touchées par l'évolution du pouvoir d'achat, s'imposent désormais des restrictions sur un ou plusieurs postes de leur budget. « Le pouvoir d'achat par ménage n'a en effet progressé que de 0,7 % sur la dernière décennie. Celui des classes moyennes a, quant à lui, progressé en moyenne de 0,3 % par an entre 2000 et 2012 mais il recule annuellement de 0,3 % entre 2005 et 2010 », précise le bureau d'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2012 à 11:43 :
2012 sera encore une bonne année pour les plus riches et pour les autres ceinture.. tant qu'on a a manger et que les restos du coeur assure, on continuera de baisser la tête et d'obéir.. bonne année et surtout bonne santé, ça devient important!!
a écrit le 31/12/2011 à 17:51 :
que dire!!!!
a écrit le 29/12/2011 à 9:22 :
Profitez pendant que vous pouvez encore !!!
a écrit le 28/12/2011 à 15:36 :
Bonne année !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :