Assurance-vie  : quelle est l'utilité des versements programmés  ?

 |   |  301  mots
(Crédits : DR)
Roger Mainguy, directeur des réseaux et partenariats chez Cardif France : "les versements programmés servent à lisser les évolutions boursières"

Vous souhaitez constituer votre épargne de manière progressive sans subir les soubresauts des marchés financiers ? Les versements programmés sont un bon moyen d'accroître son capital de façon sereine et régulière, car ils lissent les effets des marchés boursiers. Ils peuvent être mis en place sur tous les contrats d'assurance-vie, capitalisation et retraite individuelle. Très souples, ils peuvent être installés, suspendus ou modifiés à tout moment. Votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant vous aidera à choisir le montant et la périodicité (mensuelle, trimestrielle, annuelle...) de vos versements programmés.

Outre leur souplesse, ils sont très accessibles : ils ne nécessitent pas la mobilisation d'un capital initial et les montants minimum sont souvent inférieurs à 100 euros par mois.

Prenons l'exemple d'un épargnant qui ouvre un contrat d'assurance-vie le 18 janvier 2010 et qui le dote de 30.000 euros (soit 28.800 euros investis après 4 % de frais d'entrée). Le taux de capitalisation net de frais est de 3,5 % pour le fonds en euros et de 7 % pour les unités de compte (fonds actions), pour une répartition de 60 % sur le fonds en euros et de 40 % sur les supports actions. Avec la mise en place de versements réguliers mensuels de 150 euros bruts, le capital de cet épargnant atteindrait presque 70.000 euros au bout de 10 ans, contre 43.500 euros sans les versements programmés.

Car, contrairement aux idées reçues, l'assurance-vie n'est pas seulement un réceptacle pour une somme importante à un moment donné. Elle reste le moyen le plus sûr de se constituer progressivement un capital. Pas si bête, en cette période d'incertitude sur les retraites...

Pour accéder à l'ensemble des questions pratiques, cliquez sur le lien ci-dessous.

Retrouvez tous les jours dans La Tribune une nouvelle "Question Pratique", en page "Vos Finances"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2010 à 11:12 :
1% de droit d'entrée ...sachant que les droits d'entrée représentent la rémunération de la personne chargée de suivre votre contrat (conseils d'allocation, arbitrages, rachat partiel ou demande d'avance, rédaction et évolution de la clause bénéficiaire...) ne vous attendez pas à beaucoup de présence de ce coté...vous travailleriez pour rien vous?
Il est plus judicieux de comparer niveau, pertinence et régularité du conseil avec le niveau des droits d'entrée. 3% sans aucun suivi, c'est scandaleux. 4,5% avec du suivi, du conseil, des points de situation régulier c'est correct.
a écrit le 22/05/2010 à 8:03 :
Sauf qu'il ne faut pas oublier de dire qu'à chaque versement meme programmé une ponction exesive de droit d'entrée est faite .
La question est plutot de savoir s'il vaut pas mieux faire un versement important plus espacés en négociant les droits d'entée.
Personnellement j'ai obtenu 1% de droit d'entée .
Bien sur il faut être un bon client avec un portefeulle correct.
Qui demande rien n'a rien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :