La dépendance, le point de vue de l'assureur

 |   |  161  mots
Dans le cadre des "Rendez-vous de la protection sociale et patrimoniale La Tribune - AG2R LA MONDIALE", retrouvez notre émission sur "La dépendance, le point de vue de l'assureur". Interview menée par Olivier PROVOST - Journaliste - Rédacteur en chef de la tribune.fr avec Jean-François ROPELEWSKI - Directeur Marketing du Groupe AG2R LA MONDIALE.

Selon l'Insee, la France comptait, en 2008, 5,6 millions de personnes de plus de 75 ans, un tiers de plus qu'il y a dix ans. À plus long terme, « la population des plus de 75 ans devrait doubler approximativement d'ici à 2050... ».

Dans un monde où l'on vit de plus en plus âgé, la question de la dépendance devient donc un enjeu de premier plan pour la société et pour les familles. La prise en charge de la personne dépendante nécessite du temps et de l'argent. Pour financer ces coûts, il existe plusieurs solutions qui varient en fonction de la situation du patient, de son âge et de ses ressources notamment. Les assureurs proposent alors des contrats « dépendance » qui prévoient le versement d'indemnités dans les cas de perte d'autonomie. Ces indemnités peuvent se cumuler avec l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) qui constitue la seule aide financière vraiment dédiée à la perte d'autonomie pour les plus de 60 ans.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2010 à 6:19 :
Le coût de la dépendance évolue au rythme de l'évolution de la durée de vie, comme d'ailleurs le coût des frais médicaux et de Sécu. A partir de 75 ans une personne coute 75% de + en frais de santé. Pour 2050, ce coût doublera puisque les + de 75 ans vont doubler.
Pour trouver ce financement supplémentaire, comme pour celui des retraites, une seule solution :
Augmenter fortement la durée d'activité et établir aussitôt une durée proportionnelle à la durée de vie.
Il nous manque déjà 6 années d'activité pour être en équilibre tant pour les retraites que la Sécu.
Nous ne serions simplement qu'au niveau de beaucoup de pays Européens.
livres-dmc-ed-moinier.com
D.MOINIER

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :