Est-on couvert par la Sécurité sociale lorsque l'on part travailler à l'étranger ?

 |   |  309  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : P. Castano)
L'analyse de Philippe Rivallan, PDG d'April Mobilité


Travailler à l'étranger pose d'autant plus la question de la couverture santé que les frais sont très élevés dans nombre de pays. Il faut distinguer plusieurs cas de figure.

Si l'entreprise envoie un collaborateur à l'étranger mais continue à cotiser à la Sécurité sociale française pour son compte durant cette période, pas de problème : en tant que détaché, il bénéficie de l'assurance maladie française. Les factures doivent être adressées au centre de Sécurité sociale habituel en France, accompagnées d'un formulaire (le « S3124 »). Attention : les remboursements ne pourront toutefois pas dépasser le montant perçu si les soins étaient survenus en France, ce qui peut représenter de gros écarts.

En Europe, il est également possible de se munir de la Carte Européenne d'Assurance Maladie (disponible sur demande auprès de la CPAM). Sur présentation de cette carte, les frais médicaux sont pris en charge selon la réglementation du pays d'accueil. Dans certains pays extra-européens signataires d'un accord avec la France, on peut être rattaché au régime local. Le « Cleiss » est l'organisme habilité à donner la liste des pays concernés.

Ceux qui sont employés localement par une société étrangère dépendent en revanche de l'organisme de Sécurité sociale local. Mais on peut bénéficier des prestations de l'Assurance Maladie française en adhérant à la Caisse des Français de l'étranger (CFE).

Dans tous les cas, opter pour une couverture santé privée internationale ne sera pas superflu afin de faire face aux dépenses à l'étranger, parfois bien plus élevées qu'en France. Le choix se fait entre une assurance complémentaire classique ou un contrat santé dit « au premier euro », lorsque l'on ne bénéficie pas d'un régime de base français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :