Les Français pessimistes sur l'avenir des remboursements des soins par la Sécu

Le remboursement des soins de santé arrive au cœur des débats de la campagne présidentielle. Il reste une source importante de préoccupation pour les Français.
Hugo Baudino

2 mn

Le remboursement des frais médicaux par la Sécurité sociale pourrait être réduit dans les années à venir.
Le remboursement des frais médicaux par la Sécurité sociale pourrait être réduit dans les années à venir. (Crédits : REUTERS)

Cela reste un sujet majeur d'inquiétude pour les Français quand ils pensent à l'avenir, au même titre que le financement de la retraite. Selon un sondage Harris interactive* pour la Mutualité française publié le 20 février, 68% des personnes interrogées pensent que les soins seront moins bien remboursés par la Sécurité sociale à l'avenir. Les Français restent tout de même majoritairement satisfaits de leur système de santé, considérant qu'il fonctionne bien à 61%.

Parmi huit sujets proposés par l'étude, les deux plus importants dans le cadre de la campagne présidentielle sont, selon les sondés: le financement de la protection sociale pour 48% et l'accès aux soins pour tous (47%), loin devant la prise en charge des personnes dépendantes (26%). Parmi les derniers cités figurent l'utilisation des nouvelles technologies dans le système de santé (10%) et l'évolution des carrières et des parcours professionnels (12%).

Un sujet au cœur de la campagne présidentielle

Si l'avenir de la Sécurité sociale est remis en cause, c'est à cause de son déficit, pour 3 Français sur 4. Pour réduire ce déficit, 73% se disent contre ou jugent secondaire la mise en œuvre d'un "plafonnement de la somme totale de remboursements qu'une personne peut recevoir par an", parmi neuf propositions (augmentation de la CSG, TVA...). Ils sont 80% à se dire contre l'augmentation des cotisations sociales des salariés.

En revanche, 89% des personnes interrogées retiennent comme "prioritaire ou importante" une meilleure organisation du système de santé (coopérations entre professionnels de santé, médecine de ville et hôpitaux...). Un résultat à quasi égalité (88%) avec la mise en place de plus de contrôles contre les fraudes et les abus.

Cette étude a été divulguée à l'occasion d'un grand oral qui aura vu cinq des candidats à la présidentielle présenter leurs propositions en matière de santé auprès de la Mutualité Française le 21 février. Le candidat du parti Les Républicains François Fillon en a d'ailleurs profité pour confirmer son revirement sur la question. François Fillon a effacé sa proposition d'un "gros risque" santé pris en charge par la sécurité sociale tandis que le "petit risque" serait pour sa part couvert par les mutuelles. A la place, il propose un meilleur remboursement de ceertains soins par la Sécu : l'intégralité du coût des lunettes pour les enfants, des prothèses dentaires ou encore des audio-prothèses. Benoît Hamon propose également "d'augmenter la part de remboursement de la Sécurité sociale" pour ces différents soins

*Le sondage a été réalisé en ligne du 30 janvier au 7 février auprès d'un échantillon représentatif de 2.000 personnes, selon la méthode des quotas.

(avec AFP)

Hugo Baudino

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 27/02/2017 à 3:06
Signaler
Ils peuvent être pessimistes ! Je suis en train de lire "Santé, Le trésor menacé" d'un médecin retraité, Antoine Vial (voir le site du Formindep. Il accuse, raconte, propose. IL y a beaucoup d'accusations dans les commentaires, et il se pourrait ...

à écrit le 23/02/2017 à 4:15
Signaler
Les francais sont incorrigibles. D'un cote ils se plaignent d'avoir a payer un bras en taxes de tous genres en oubliant qu'ils generent d'eux meme par leurs exces de prise en charge par l'etat "qui peut tout ou presque" en continuant d'en ignorer le ...

à écrit le 23/02/2017 à 1:52
Signaler
Je vois des migrants en France qui eux sont pourtant épanouis. Ils ont tous le sourire et rigolent bien ensemble avec Hiphone en main dans la rue, aux arrêts de bus etc......

à écrit le 22/02/2017 à 16:48
Signaler
Le pire est maintenant. Ce sujet étant tellement émotionnel et complexe, les français ne voient aucune issue politique assez courageuse pour équilibrer le système, sachant que plus on dote une administration en ressources, plus elle en réclame, et pl...

à écrit le 22/02/2017 à 15:38
Signaler
"Un résultat à quasi égalité (88%) avec la mise en place de plus de contrôles contre les fraudes et les abus". Avec qui ? La fraude aux cotisations sociales a atteint entre 20 et 25 milliards d'euros en 2012, selon des estimations publiées p...

à écrit le 22/02/2017 à 14:50
Signaler
le vieillissement de la population augmentent les charges il est donc inevitable que les cotisations augmentent .Une tva sociale n'est pas à exclure UNE TVA parce qu'elle est aussi payée sur les importations .ELLE est aussi proportionnelle au pouvo...

à écrit le 22/02/2017 à 13:33
Signaler
Entre ceux qui ne cotisent pas et qui bénéficient de la sécu et ceux qui en abusent, on se doute bien que le système ne peut pas perdurer :-)

à écrit le 22/02/2017 à 12:41
Signaler
Avec des pathologies lourdes plus nombreuses touchant des patient de plus en plus jeune (Leucémie, cancer, diabète, etc...) . Et des coûts de traitement de plus en plus cher. Honnêtement se système ne peut pas perdurer. Ca coute déjà 260 milliards et...

le 22/02/2017 à 13:50
Signaler
@ZEEEL Il faudrait commencer par se demander pourquoi ces pathologies explosent ces dernières années. on aura fait un grand pas le jour où les français vont comprendre à quel point nous sommes empoisonnés par les pesticides, additifs alimentaires,...

à écrit le 22/02/2017 à 11:06
Signaler
Beaucoup de français ont une mutuelle et payent entre 100 et 200 euros par mois. Pourquoi ne pas verser ces sommes à la sécu directement , ce qui lui permettrait de mieux rembourser les patients. Cette idée n'est pas ridicule, c'est 35 milliards par...

à écrit le 22/02/2017 à 9:31
Signaler
Non seulement cette taxe sur l'énergie permettrait de régler le problème des retraites, mais elle permettrait de sauver ALSTOM, la SNCF, AIRFRANCE et toutes les entreprises soumises à la concurrence internationale. C'est urgent, très urgent. Qui le c...

à écrit le 22/02/2017 à 9:25
Signaler
Le problème le plus urgent, c'est celui du financement des retraites. Il faut financer le chomage et les retraites par une taxe sur la consommation d'énergie. Il faut appliquer de toute urgence la note n°6 du CAE, en liaison avec l'allocation "univer...

à écrit le 22/02/2017 à 9:02
Signaler
Les français sont donc bien plus nuancés et bien plus imaginatifs en ce qui concerne les solutions pour pallier aux déficit de la sécu que les politiciens qui ne pensent qu'à dépecer l'état pour l'offrir à leurs amis hommes d'affaires.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.