Hellomerci, le prêt solidaire très particulier

 |  | 506 mots
Lecture 3 min.
DR
DR
Pour financer, Il n'y pas que les banques qui prêtent... il y a aussi le prêt entre particuliers. Le site Hellomerci, créé fin avril à mi-chemin entre prêt solidaire et financement participatif, épaule les internautes désireux de financer des projets du quotidien ou entrepreneuriaux, sans avoir recours au prêt bancaire.

Jusqu'ici le "crowdfunding" concernait surtout des projets artistiques et humanitaires. Le premier domaine fonctionne avec un système de dons sur des plateformes comme Ulule et Kisskissbankbank. Le second consiste en des prêts solidaires, via Babyloan ou Kiva, et sont souvent tournés vers l'international. Plus proche d'Hellomerci, le site britannique Zopa a été pionnier en lançant en 2005 le prêt désintéressé entre particuliers. "On n'a pas la prétention de remplacer les banques", explique Vincent Ricordeau, cofondateur du site sur lequel on peut emprunter des sommes allant de 200 à 15.000 euros. "Mais on peut combler certaines carences" et "donner envie d'aller au bout d'un projet", précise-t-il.

"Les banques partent du principe que vous allez vous planter", regrette-t-il. Avec le "crowdfunding", les financeurs "bénévoles" sont plus enclins à prendre des risques. "Même s'ils ne touchent pas de royalties, ils savent que leur argent est placé dans un projet utile".

Deux mois après le lancement du site, 13 porteurs de projets ont bouclé leur budget et 23 sont en cours de collecte pour financer notamment une remorque réfrigérée, une table tactile, un studio d'enregistrement ou une boulangerie.

Crowdfunding, des blocages à faire sauter

Selon une étude de 2012 conduite par l'association Crowd-sourcing.org, le financement participatif s'est « industrialisé » avec plus de 500 acteurs dans le monde qui, à eux tous, ont levé plus de 1,5 milliard de dollars - dont 837 millions aux États-Unis et 583 millions en Europe. Quant au nombre de projets financés avec succès par les internautes, il a dépassé le million durant la seule année 2011.

Les opérateurs d'equity crowdfunding doivent créer et administrer une holding passive pour chaque startup lançant une campagne pour lever des fonds. Cette holding qui réunit les investisseurs devient actionnaire de la start-up. « Aujourd'hui, la réglementation sur les Offre publique de titres financiers nous impose un cercle d'investisseurs restreint à 149, contre 99 jusqu'à l'été dernier, analyse Anne Saint-Léger, PDG de Finance Utile. Ainsi, pour lever 149.000 euros, chaque investisseur doit miser 1.000 euros - contre 1.500 euros jusqu'à cet été. Nous voudrions que la réglementation permette d'abaisser le seuil de cette mise, afin d'ouvrir les projets à plus de monde. » À cet égard, au Royaume-Uni, les opérateurs peuvent démarrer leur mise à moins de 15 euros...

Autre frein à lever, celui du statut de Prestataire de services d'investissement (PSI) qui réclame d'être agréé par l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP). « Cela nous obligerait à avoir un capital social de 730.000 euros. C'est hors de notre portée! » s'indigne Anne Saint-Léger qui, à l'instar d'opérateurs de crowdfunding français, fait partie de l'association Financement Participatif France (FinPart), créée en mars dernier dans l'espoir de faire bouger les lignes. Lors d'une rencontre avec les membres de l'association, la ministre Fleur Pellerin a évoqué les premières pistes envisagées par le gouvernement pour faciliter l'émergence de plateformes de crowdfunding. Cette évolution règlementaire reposerait sur une diminution des exigences en capital, en échange de transparence dans les affectations des sommes transitant par ces plateformes.

______

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2017 à 10:09 :
au chomage depuis un an je travaille sur mon projet professionnel a batir le plan de financement et previsionnel avec l aide d organisme competent mais arrive a la phase financement on me demande un garant a hauteur de 3000 euros ou un font de garantie de 1500 euros et je n ai ni l un ni l autre ! decouragee je ne sais comment faire ? abandonner et reduir mes efforts a neant ! c est pas mon genre alors j essaie de trouver des financements participatif car je sais que mon projet est viable ! est ce que je pourrais etre aider ?
a écrit le 03/08/2015 à 12:33 :
Bonjour,je suis totalement intéressé des vos interventions dans le cadre des projets solidaires.Je suis en R D Congo,comment puis-je acceder à vos financements(prêt) pour réaliser mes projets?
a écrit le 02/09/2013 à 17:53 :
Merci pour cet article intéressant.
Les plateformes de Crowdfunding fleurissent un peu partout en France et c'est de bonne augure !
Dans le même esprit qu'Hellomerci, la Nef a lancé pret-de-chez-moi.coop, une plateforme de finance participative reliant épargnants et porteurs de projets solidaires.
C'est assez intéressant car le système s'appuie sur l'agrément bancaire de la Nef et il n'y a donc pas de freins réglementaires à son développement.

Nicole,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :