Les fonds socialement responsables dépassent les 50 milliards d'euros d'encours

 |   |  404  mots
Les encours de l'Investissement socialement responsable (ISR) ont progressé de 70 % l'an dernier. Ils séduisent de plus en plus les particuliers.

C'est peu dire que l'Investissement socialement responsable (ISR) a progressé l'an dernier. En réalité, il a fait un grand bond en avant. Selon les derniers chiffres du bureau de recherche Novethic, les encours ISR sur le marché français l'an dernier ont augmenté de 70 % pour s'établir symboliquement au-dessus des 50 milliards d'euros. Une hausse qui va bien au-delà de celle de 37 % enregistrée entre 2007 et 2008.

Il faut dire qu'à force d'en parler, le phénomène ne pouvait plus passer inaperçu. L'effet de mode a donné lieu à un mouvement d'ampleur dans la gestion collective. Au-delà d'une collecte de 3,4 milliards d'euros, plusieurs fonds se sont ainsi convertis l'an dernier à l'ISR à l'image d'Amundi, Aviva, Axa ou OFI Asset Management. Une tendance d'autant plus importante qu'elle porte sur 7,8 milliards d'euros, soit une grande part de la croissance des encours de la gestion collective qui a atteint, l'an dernier, 24,9 milliards. Et il se pourrait que cette mode à la conversion se poursuive également en 2010, car Natixis vient également de convertir au début de l'année un gros fonds en ISR.

Plus généralement, il ressort de l'étude de Novethic que la tendance ISR a surtout gagné du terrain auprès du grand public. Une avancée intéressante sachant que cette thématique était d'ordinaire plutôt réservée aux professionnels et aux initiés. En septembre dernier un sondage réalisé par l'Ifop pour « La Tribune » avait mis en lumière cette carence. La tendance serait donc en train de s'inverser. Dans la gestion collective, les encours des particuliers ont progressé de 125 % l'an dernier contre 105 % pour les institutionnels et 118 % pour l'épargne salariale. Certes, les institutionnels restent très majoritairement investis puisqu'ils représentent 69 % des encours ISR en France. Mais la part détenue par les particuliers est passée entre 2008 et 2009 de 25 à 31 %. « Il semblerait que les efforts des réseaux, en particulier via les produits d'assurance-vie, commencent à porter leurs fruits » soulignent ainsi les experts de Novethic.

Reste que, comme le relativise Anne-Catherine Husson-Traore, directrice générale de Novethic, « il ne s'agit pas de penser que tous les fonds se convertissent à l'ISR ». En effet, ces 50 milliards d'euros d'encours ne représente en réalité qu'une goutte d'eau comparés aux... 2.617 milliards d'euros d'actifs gérés en France à la fin 2009 ! Mais l'amorce d'un mouvement de fond se dessine peu à peu.

Pour accéder au détail de l'étude, cliquez ici

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2010 à 9:10 :
Petit problème dans l'étude Novethic sur l'épargne salariale : les encours ne correspondent absolument pas aux données publiées par l'AFG, association professionnelle des gestionnaires.
L'écart n'est pas mince : 6.5 milliards pour Novethic contre 3.9 pour l'AFG dont le chiffre est a priori fiable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :