Sur quelles catégories d'actifs peuvent être indexés les fonds à formule ?

 |   |  288  mots
Antoine Delon, responsable de la distribution en France chez SGCIB (Société Générale) : "Le développement des marchés de matières premières a permis la création de produits"

L'univers des actifs accessibles aux investisseurs s'est considérablement élargi ces dernières années, sous l'effet conjugué d'un changement des modes d'investissement et d'un développement accru de l'innovation financière.

Les fonds à formule permettent aux investisseurs d'accéder à de nombreuses classes d'actifs, tout en bénéficiant d'un cadre d'investissement optimisé. Historiquement, la classe d'actifs actions (indices, actions, paniers d'actions) représente une proportion importante des sous-jacents utilisés.

Mais depuis quelques années, de nombreux fonds à formule sont apparus, indexés à des produits comme les obligations, ou les taux de change (parité euro-dollar, euro-livre sterling, dollar-yen, etc.). L'explosion des « spreads » de crédit lors de la crise financière de 2008 a également ouvert la voie à des opportunités intéressantes dans le domaine du crédit « corporate », autrement dit des obligations d'entreprise. Plus récemment, le développement des marchés de matières premières a permis la création de produits accessibles et liquides indexés sur l'or, le pétrole ou encore le blé.

Le point commun de tous ces sous-jacents ? Leur liquidité. Sans cela, les possibilités de création d'un fonds à formule sont limitées. En effet, l'émetteur se « couvre » contre le risque de volatilité du sous-jacent et contre le risque de variation de son prix en achetant une certaine quantité de ce même actif sur le marché. Autant dire que la capacité du marché à absorber une telle demande est alors primordiale.

Le développement des fonds à formule est étroitement lié à l'essor des marchés financiers et capitalise sur la grande diversité des sous-jacents accessibles.

Pour accéder à l'ensemble des "questions pratiques", cliquez sur le lien ci-dessous.

Retrouvez, tous les jours dans La Tribune une nouvelle "question pratique"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :