Bourse  : faut-il s'intéresser aux marchés d'actions africains  ?

 |   |  302  mots
Marc Olivier, directeur général France de Nordea : "Les marchés prometteurs sont l'Egypte, le Nigeria, la Mauritanie et l'Afrique du Sud"

Les marchés actions des pays émergents s'affirment aujourd'hui comme une catégorie à part entière dans l'univers des classes d'actifs. Malgré l'engouement des investisseurs, une région reste très peu exposée : l'Afrique. Longtemps considérée comme un marché de troisième zone, elle reste encore assez ignorée des investisseurs. Injustement.

En effet, le continent africain s'est engagé depuis une dizaine d'années dans un processus de profonde transformation, offrant des perspectives d'investissement intéressantes. Dans le cadre de leur politique économique, les gouvernements ont favorisé la stabilisation des déficits publics, la maîtrise de l'inflation (taux d'inflation de 9 % en 2009, attendu à 6,5 % en 2010) et l'ouverture des marchés aux investisseurs étrangers. Entre 2000 et 2008, les flux de capitaux étrangers ont progressé de 900 %.

Autre atout : la faible corrélation des marchés africains avec les grands marchés mondiaux, ce qui les préserve des chocs exogènes. L'impact de la récente crise a été relativement limité pour la région, l'activité des banques africaines étant centrée sur leur marché domestique. Quant à la valorisation des titres, les actions des sociétés africaines présentent des cours attractifs.

Attention toutefois : l'évolution économique des différents pays d'Afrique reste très hétérogène, et exige d'être très sélectif. Les marchés les plus prometteurs ? L'Égypte, principal centre financier du nord de l'Afrique, le Nigeria pour ses ressources pétrolières, ou encore la Mauritanie pour la diversification récente de son économie. Sans oublier le pays africain dont l'économie est la plus mature : l'Afrique du Sud. D'autant que les perspectives de la coupe du monde stimuleront sa croissance.

Pour accéder à l'ensemble des questions pratiques, cliquez ici.

Retrouvez une nouvelle "question pratique" du lundi au vendredi dans le journal La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :