Chine : divorcer...pour échapper à une taxe immobilière

 |   |  390  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'Empire du Milieu a enregistré cette semaine une brusque hausse du nombre de divorces. De nombreux couples ont en effet réalisé qu'en se séparant (momentanément), ils échapperaient à une taxe sur les plus-values immobilières.

Ils divorcent pour... mieux se remarier ensuite, mais surtout pour éviter de payer une taxe immobilière. C'est le curieux phénomène qui frappe la Chine en ce moment. Le pays a en effet enregistré une flambée du nombre de divorces cette semaine. 

Des dizaines de milliers d'euros d'économies

A l'origine de cette tendance, une nouvelle loi adoptée vendredi par le gouvernement central. Celle-ci prévoit une taxe de 20% sur les plus-values à la vente de propriétés dans un souci de contenir les prix de l'immobilier et de limiter la spéculation. Mais une faille législative permet - dans certaines conditions - aux couples possédant deux biens immobiliers de divorcer, de se partager les deux propriétés et d'en revendre au moins une sans impôt. Les deux divorcés peuvent ensuite se remarier.

Un grave problème immobilier

L'économie ainsi réalisée peut atteindre des dizaines de milliers d'euros. Sachant que les prix de l'immobilier sont devenus un grave problème en Chine. La cherté des logements ces dernières années a en effet exclu de larges pans de la population de l'accession à la propriété. Aussi, pour endiguer la flambée des prix, le gouvernement a pris depuis 2010 plusieurs séries de mesures restrictives, dont des limitations sur l'achat d'un deuxième et d'un troisième logement par les particuliers, un relèvement de l'apport personnel pour obtenir un crédit ainsi que l'introduction de taxes foncières dans certaines villes.

Effet immédiat

Les Chinois n'ont donc pas manqué l'occasion de profiter de cette aubaine. "Je compte vendre mon bien immobilier cette après-midi", a ainsi déclaré à l'AFP une habitante à Shanghai, tout juste après avoir obtenu son certificat de divorce. Les villes de Canton (sud), Harbin (nord) ou Ningbo (est) ont également enregistré un phénomène similaire, selon la presse.

Un casse-tête qui embarrasse les autorités. Un officier d'état-civil de la métropole, cité par le quotidien de Shanghai, a ainsi confié son impuissance face à la situation: enregistrer des demandes de divorces de la part d'habitants qui ne cachaient pas leur intention de se remarier peu après. Un responsable a toutefois mis en garde les épouses contre des maris volages qui profiteraient de l'occasion pour divorcer pour de bon.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2013 à 11:11 :
En France ce sont les divorces qui dopent le marché immobilier.
a écrit le 07/03/2013 à 9:17 :
Rien de très nouveau, en France c'est la même chose pour obtenir plus d'allocs alors je ne vois pas trop le scoop ? On nous a pris la tête avec le "marriage pour tous" là aux moins on va nous laisser tranquille avec le "divorce pour tous" :-))
a écrit le 06/03/2013 à 22:03 :
J'ai pas bien compris en fait je vois pas l'intérêt de vendre à tout prix aujourd'hui plutot que de conserver son bien et le vendre dans disons 10 ans quand le nouveau gouvernement sera en place, que les prix auront grimpés (pas sur ca) et que cette taxe sera abolie (ou renforcé Ahh le CPC et sa dureté)
Réponse de le 06/03/2013 à 23:11 :
@yay: t'as déjà vu des taxes abolies ou réduites ?
a écrit le 06/03/2013 à 21:53 :
C'est une taxe a laquelle nos socialos n'ont pas encore pense.
a écrit le 06/03/2013 à 21:36 :
au moins un pays qui fait en sorte que quelques personnes possedent tous avoir une maison ça suffit,
a écrit le 06/03/2013 à 17:36 :
On se croirait dans un régime capitaliste ...
a écrit le 06/03/2013 à 17:04 :
Je ne suis pas sur que la photo illustrant le propos soit bonne:
cela ressemble tres fortement aux mariages collectifs de la secte Moon.... en Corée!
a écrit le 06/03/2013 à 17:01 :
Différence de culture : pour "bénéficier" du rêve américain, ils vendraient père et mère... Mais à qui réellement la faute..??
a écrit le 06/03/2013 à 15:34 :
en voilà quand ils auront aussi le mariage gay qui vont sérieusement gonfler le déficit public.
a écrit le 06/03/2013 à 15:32 :
On a une solution encore meilleure, on ne se marie pas , ce qui permet de toucher plus d allocations ( mère isolée par ex ) et de faire des montages bien tordus ( louer en scellier à sa moitié )...
Réponse de le 06/03/2013 à 17:26 :
En france si vous avez l ambition de réussir ne vous mariez pas : l ISF est calculé par foyer fiscal sans tenir compte (tres peu) du quotient famifial ..ségolene et francois pourraient vous l expliquer mieux que moi.
Réponse de le 06/03/2013 à 17:47 :
Louer en scellier à sa moitié, purée j'y avais pas pensé, trop honnête...
a écrit le 06/03/2013 à 15:31 :
en voilà qui quand ils auront aussi le mariage gay vont gonfler sérieusement le déficit public.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :