Immobilier : les prix dans l’ancien restent stables

Globalement, les prix des logements anciens ne baissent pas en France. Ils augmentent même légèrement en Île-de-France.

2 mn

Les transactions dans l'ancien augmentent de près de 3%.
Les transactions dans l'ancien augmentent de près de 3%. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Alors même que les Français consacrent une part proéminente de leur budget pour se loger, les prix des logements anciens en France sont restés quasi stables, en légère hausse de 0,1% au premier trimestre 2014 par rapport aux trois mois précédents, selon l'indice Notaires-Insee publié mardi. De janvier à mars, les prix des appartements ont progressé de 0,3% tandis que ceux des maisons restaient inchangés, selon ces données provisoires.

Sur un an toutefois, les prix des logements anciens affichent un recul de 1,4% en France. Dans le détail, une hausse de 1 % pour les appartements et une diminution de 1,7% pour les maisons. Si la baisse des prix n'a pas lieu, c'est avant tout parce que les transactions dans l'ancien progressent à 740.000 ventes sur les douze mois écoulés à fin mars, en hausse de 2,9% comparé aux douze mois arrêtés à fin décembre. Signe d'une demande qui reste malgré tout soutenue.

Les prix augmentent en Île-de-France

En Île-de France, l'indice reflète une très légère augmentation des prix des logements anciens de 0,2% sur les trois premiers mois de l'année, avec des évolutions contrastées selon le type de bien. Ainsi les prix des appartements ont progressé de 0,7%, tandis que ceux des maisons, eux, reculaient de 0,9%. Sur un an toutefois, les prix ont reculé de 1,6% dans la région parisienne. La baisse étant davantage prononcée pour les maisons (-2,3%) que pour les appartements (-1,2%).

En province enfin, les prix de l'ancien sont restés quasi stables au premier trimestre (+0,1%), avec de faibles évolutions, tant pour les appartements (+0,1%) que pour les maisons (+0,2%). Sur un an toutefois, comme en région parisienne, les prix des logements anciens en province s'inscrivent à la baisse (-1,3%) au premier trimestre: un repli là encore plus marqué pour les maisons (-1,5%) que pour les appartements (-0,6%).

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 02/06/2014 à 16:01
Signaler
Avis aux amateurs qui en ont assez de vivre dans des régions où il est difficile de se loger à un prix correct. Dans la Drôme et l'Ardèche, les prix ont fortement baissé dans l'ancien, y compris dans des préfectures (ex. dans ma copropriété située à ...

le 02/06/2014 à 19:26
Signaler
"Avis aux amateurs qui en ont assez de vivre dans des régions où il est difficile de se loger à un prix correct." : Et niveau travail, ça donne quoi? Ceux qui râlent sur les prix du logement sont rarement en retraite!

à écrit le 31/05/2014 à 10:33
Signaler
@@Dondiegodelavega: et allez! En avant pour les caricatures... Le vilain proprio, vieux, moche, puant et bossu revenant à la charge dès que les loyers ont quelques heures de retard avec la maréchaussée portant moustache et l'air sévère juste derrière...

le 31/05/2014 à 12:21
Signaler
"Arrêtez Zola et renseignez-vous: je suis en discutions avec plusieurs constructeurs pour poser une maison de 90 m2 en RT 2012 sur un terrain pour du locatif." : Regardez aux fenêtres des caves en région parisienne et reparlez en! Les locataires des...

à écrit le 29/05/2014 à 8:42
Signaler
Normal : les mesures socialistes ont découragées les investissements et donc le monbre de logement produits diminue alors que a demande est toujours importante ! Moralité : laissons faire le marché et sécurisons les investissements immobiliers des...

le 29/05/2014 à 16:23
Signaler
et vous oubliez pour la revente 22 à 30 ans + les charges syndic + foncier + le reste ,il faut être malade pour investir dans l'immobilier en France, en Allemagne d'accord

le 29/05/2014 à 16:27
Signaler
"C'est pas politiquement correct mais je pense que cela serait assez efficace " : Subventionner le marché pour maintenir les prix à des niveaux délirants, c'est surtout une escroquerie!!! Les impôts des jeunes partant les poches vides et des entrepri...

le 30/05/2014 à 5:33
Signaler
l'investissement immobilier ne sert qu'à faire monter la demande donc les prix sur des logements qui se seraient construits de toute façon mais moins chers, ce n'est pas la vocation du contribuable d'attirer et subventionner les branleurs rentiers.

le 30/05/2014 à 8:41
Signaler
Je rappelle que les subventions ne s appliquent qu au neuf ( duflot qui est un bide donc plus de subvention) .A moins qu on supprime les APL comme certains le préconisent .

le 30/05/2014 à 9:15
Signaler
"Je rappelle que les subventions ne s appliquent qu au neuf" : Ce ne fut pas le cas au début de Scellier et du PTZ. C'est depuis que ça ne concerne que le neuf que le marché est bloqué à des niveaux de prix délirants. "A moins qu on supprime les APL...

le 30/05/2014 à 23:03
Signaler
Ça y est c'est reparti avec les "parasites, improductifs, rentiers...". Rappelons donc à nos économistes blogueurs en carton que le bâtiment c'est: 1,5 millions de salariés et artisans et 130 milliards de CA hors taxes! Et ben oui les gars, tout le m...

le 31/05/2014 à 8:45
Signaler
Les investisseurs font des remises à neuf avec deux coups de peinture quand les propriétaires occupants refont l'isolation. Alors, cessez de vous planquer derrière le bâtiment : Il tournerait mieux si l'argent des ménages ne partait pas dans les poch...

le 02/06/2014 à 13:30
Signaler
@zola nous fait encore dans la caricature! : Sans cesse il fustige les investissements immobiliers ( scellier borloo de robien etc etc ..) qui sont pour l essentiel du neuf donc bien isolé depuis une vingtaine d annees ..

à écrit le 29/05/2014 à 8:38
Signaler
La vraie baisse ce sera dans dix ans lorsque les boomers commenceront à partir ,d ici là pas grand chose à attendre .

le 29/05/2014 à 16:29
Signaler
Ou quand les pensions de retraite suivront les revenus des actifs (ils cesseront alors de dire qu'ils ont ni besoin de vendre, ni besoin de louer).

le 30/05/2014 à 22:52
Signaler
Avec une démographie à +200 000 par an et une construction à l'arrêt, le départ des boomers ne changera pas grand chose sur la tension des prix en zones tendues malheureusement.

le 02/06/2014 à 8:04
Signaler
importe, c'est la solvabilité des gens qui compte, et depuis que l'on a freiné les subventions à outrance des années UMP ( l'équipe de choc sauveur de 2017 ) comme par hasard les prix sont orientés à la baisse.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.