Pourquoi les prix de l'immobilier ne baissent (toujours) pas ?

 |   |  554  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : John Taylor)
Alors que le nombre de logements neufs disponibles à l'achat ne cesse de croître, et que les transactions dans l'ancien sont en chute libre, les prix ne baissent pas. Explications.

Dans une économie de marché parfaitement huilée, une baisse des transactions immobilières devrait théoriquement être suivie d?une baisse des prix. Pourtant, cet ajustement n?a absolument pas lieu en France.
Dans le neuf, les prix des appartements ont baissé de seulement 1,3% au premier trimestre 2013 par rapport au même trimestre en 2012, et de 7,3% pour les maisons individuelles. Ce, alors que les logements disponibles à la commercialisation ont crû de 18% sur la même période à près de 100.000 logements.

Le prix de revient des promoteurs ne baisse pas 

Emmanuel Ducasse, directeur des études du Crédit Foncier Immobilier, explique cette anomalie par plusieurs facteurs affectant l?équilibre économique des opérations, et obligant les promoteurs à vendre à des prix élevés.
M.Ducasse ne constate d?abord aucune baisse du prix du foncier. Celle-ci pourrait pourtant se produire si les promoteurs abandonnaient davantage d'opérations ou négociaient plus durement leurs conditions d'achat.
Le poids du foncier dans les zones les plus tendues peut aujourd'hui atteindre 50% du prix de revient.
La modification par le nouveau gouvernement de l?article 55 de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) qui fait passer de 20 à 25% la part minimum de logements sociaux par ville renchérit également, au sens d?Emmanuel Ducasse, les prix du secteur non social. "Etant donné que les promoteurs vendent aux bailleurs sociaux 25% de leur production à un niveau inférieur à leur prix de revient, ils se rattrapent sur la partie non sociale", explique-t-il.
La nouvelle réglementation thermique 2012, les normes accessibilité handicapés, et le renchérissement des coûts de construction dans le logement collectif (main d??uvre et matériaux), sont également des éléments qui empêchent les prix de ventes de diminuer.

Dans l'ancien, les prix stagnent, mais les transactions chutent

Dans l?ancien, le paradoxe est encore plus marqué. Alors que les transactions ont chuté de 805.000 à 709.000 en 2012, le Crédit Foncier Immobilier n?en prévoit que 630.000 en 2013. Mais pendant ce temps là, les prix au premier trimestre 2013 se sont stabilisés par rapport au premier trimestre 2012 sur tout le territoire : stables à Paris, ils ont très légèrement reculé en petite et en grande couronne (entre 0,7 et 1,2%) et ont même crû un peu en province.

Acheteurs et vendeurs dans l'expectative

L?atonie du marché est la conséquence des positions figées des acheteurs et des vendeurs. Ces derniers souhaitent vendre au bon prix pour racheter ensuite, alors que les acheteurs attendent la bonne affaire...
La qualité et l?emplacement du bien sont désormais deux caractéristiques prépondérantes à la détermination du prix de la transaction. Un logement bien placé et sans défaut verra quoiqu?il arrive son prix croître, contrairement à un bien isolé en périphérie et de mauvaise qualité.
En fait "si l?offre est inadaptée à la demande, les négociations sont difficiles sur les prix et les cessions se dénouent plus difficilement", indique Emmanuel Ducasse. "Ce qui augmente les délais et les marges de négociation", ajoute-t-il.
 

>> Pour aller plus loin :

- Découvrez les prix au mètre carré partout en France

- Retrouvez toutes nos annonces immobilières

- Estimez le coût de vos travaux

- Réalisez les diagnostics immobiliers (Loi Carrez, DPE, plomb...)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2013 à 18:42 :
Paris est et restera une ville où l'offre immobilière est structurellement inférieure à la demande. Donnée simple de marché mais qui agit comme un frein important à la baisse des prix immobiliers parisiens.
Réponse de le 15/07/2013 à 22:15 :
L'offre actuelle est bien supérieure à la demande solvable. D'où la baisse très importante du nombre de transactions. La baisse des prix resolvabilisera la demande. Une alternative ? Que les revenus augmentent, mais on n'en prend pas le chemin.
a écrit le 11/07/2013 à 21:44 :
Dans un immeuble neuf , le problème, signalé dans cet article est que l'on fait payer par l'acheteur de son appartement, la part sociale, sur le manque à gagné du promoteur sur cette résidence. Une proposition / qu' une partie des loyers permette une réduction des charges pour l'acheteur du fait que 25% de l'immeuble sont impartie pour la location, ceci ne serait que justice.
a écrit le 30/06/2013 à 22:38 :
Les taux de crédits sont descendu vraiment très bas; ce qui a permis de solvabiliser les acheteur et maintenir des prix très élevés.L?immobilier c'est avant tout la demande, ce que les médias oublient de préciser , c'est que la demande n'est pas la même dans toutes les régions et les communes. La bulle a plus qu?éclatée dans certaines régions.Les prix restent soutenus dans les grandes villes ou la demande est très forte !!
Réponse de le 01/07/2013 à 12:06 :
Demande solvable, la précision est importante. La demande est forte, la demande solvable beaucoup moins, d'où la nécessité d'un réalignement des prix.
a écrit le 30/06/2013 à 0:42 :
Toutes les bulles immobilières des pays occidentaux ont crevées dapuis 2008. Pourquoi la France ferait-elle exception ? Dans un contexte financier mondialisé devenu fou il me semble que l'exception française atteindra ses limites tôt au tard. La seule question est quand et à quelle vitesse (la valeur de la pente négative).

Il est certain qu'il y a en France des freins pour ne pas dire un sérieux blocage lié à des jeux intergénérationnels pervers où chacun se sent légitime à ...
1- En une génération (toujours la même papy-boomers) la France est redevenu un pays de rentier : 54% de propriétaires, ça veut dire beaucoup de multi-propriétaires qui peuvent donc se permettre de repousser la vente maintenant ainsi les prix haut.
2- Les personnes en situation de vente forcée aujourd'hui qui pourraient réellement amorcer une baisse des prix sont les divorcés de la génération X qui ont achetés sur une marché haussier.

Et c'est là que ça bloque car on ne peut se réjouir d'aucune façon que des familles se retrouvent endettées et contrainte de vendre en dessous de ce qu'elles ont "emprunté" (je pèse mes guillemet car je sais parfaitement qu'il ne s'agit pas d'emprunt mais de création d'argent dette : c'est-à-dire d'une grosse illusion bien partagée sur toute la planète que l'on devrait rebaptisée "ARGENT" ou comment créer de la rareté sur une Terre d'abondance et privé les humains de la jouissance de cette abondance mais je m'égare).
Supposons que cela se produise à grande échelle, à votre avis quelles seront les conséquences globales ? Faillite en masse des banques prêteuses en vue ... ça ne vous rappelle rien comme scénario ?

J'ai donc bien peur que les prix baissent mais très lentement en trébuchant rendant la tension insupportable pour tout le monde et qu'il faille attendre la disparition des papy-boomers pour que la situation de retour à la normale historique des prix se fasse.

Et croyez moi cela ne me fait pas plaisir car tout comme 537663 dont je partage les commentaires, à bientot 40 ans et 16 ans de vie active dans des métiers pas trop mal payés, à aucun moment je n'ai été en situation de primo-accédant. Trouvez-vous cela normal ?
Pour ce qui concerne les célibataires de ma génération à moins d'avoir hérité des générations précédentes, il a été impossible d'accéder à la propriété tout en payant des loyers astronomiques pour des boites à chaussures. Et ceci est vrai quel que soit votre niveau de revenu en excluant les Jérôme Kerviel.

Comme tout le monde de sent "légitime à", je pense qu'il est aisé de comprendre qu'à l'aube de la quarantaine on aspire à autre chose à un minimum de sécurité d'autant qu'on sera bientot "séniors" sur le marché de l'emploi et futur sans retraite ou retraite de merde en raison des carrières incomplètes dédiées à notre génération "chomage de masse", salaire gelés et flexibilité sans sécurité.

Puisque tout le monde y va de sa légimité personnelle à, serait-il légitime que je paye la bagatelle d'un demi million d'euros en loyers et impots (et oui j'ai fait le calcul : VERTIGINEUX NON ?) pour finir locataire et avec une retraite de misère au bout de 42 ans de travail ?

Pour qu'une société fonctionne il faut que le plus grand y trouve un intérêt et très franchement pour ce qui me concerna je n'en vois aucun à part enrichir par mon travail le patrimoine des autres qu'ils soient actionnaires ou propriétaires.

Y'a comme quelque chose qui cloche, propre à éveiller des colères bien légitimes et personne ne peut prévoir comment tout cela va finir mais à lire les affrontements sur ces sujets, il n'y a rien de bon qui se profile chez les Gaulois ...
Réponse de le 30/06/2013 à 8:46 :
le gouvernement UMP a appauvri , sacrifié une population au profit d'une autre , c'est extrêmement grave et les français leur ont pourtant fait un score conséquent aux dernières élections.
Mais là problème, on s'aperçoit que ça nui par dessus le marché à la compétitivité française...
Réponse de le 30/06/2013 à 19:10 :
La couleur des partis politiques n'est qu'une pièce de théatre kaleidoscopique simulant l'illusion d'un choix ou d'une alternance. De l'extrême gauche (NPA inclu) à l'extrême droite, ils vont tous faire une p'tit tour au groupe Bilderberg. C'est la finance mondialisée qui elle n'a pas de frontière contrairement à vous et moi (chacun ses pauvres) qui mène la danse.

Sinon je précise que mon demi million d'euro ne tient compte que des seuls loyers pour me loger et des impots sur le revenu sur 42 ans. Je ne me suis pas amusée à intégrer la taxe d'habitation et tous les prélèvements obligatoire "sociaux" finançant des mesures dont je ne bénéficierai jamais en tant que célibataire sans enfants. Les solos sont 14% et fournissent 35% de l'impôt sur le revenu du pays.

Nous n'avons aucun droit à moins de finir au RSA et encore. Nous sommes les grands invisibles dont personne ne parle jamais. C'est à croire que l'on existe pas ou uniquement pour payer payer pour les TOUS les autres.

Pourtant nous préfigurons la société de demain ... Il serait bon que la société en prenne conscience car le modèle familial tel qu'on l'a subi jusqu'à la génération baby-boom c'est définitivement TERMINE. Si l'on tient compte de ces évolutions sociétales en plus de la donnée démographique d'une population vieillissante mais encore en bonne santé, il est évident que le %age des solos de tout âge va croitre de + en + dans les décennies qui viennent.
Il est à prévoir un fort découplage entre le marché des petites surfaces et celui des maisons.

Lorsque je m'étais intéressée fin 2007 (et j'avais bien anticipé la crise qu iest arrivé en 2008) à l'éventualité d'acheter un studio (Byzance vous voyez), je ne trouvais que des résidences de services pour séniors. Donc même les promoteurs immobiliers aujourd'hui sont plus occupés à construire pour les séniors que pour le reste de la population, comme nos politiques quoi.

Un pays qui ne vit que par et pour ses vieux est déjà mort. Non qu'il faille ne pas s'occuper des anciens mais force est de constater que personne ne s'y retrouve ni les jeunes dépendant du chômage ni les anciens en situation de dépendance.
C'est un nouveau projet de société qu'il nous faut. Pour que cela arrive, il faudra néanmoins attendre d'être devant le mur afin que plus personne ne puisse pratiquer le déni de perception de la réalité : nous sommes à la fin de quelque chose qui n'a que trop duré.
Réponse de le 09/07/2013 à 10:38 :
Bonjour je suis dans la meme situation que vous, j'ai eu mon 1er cdi a 32 ans , en 2000 et j'avais pour projet de m'acheter un appartement (abordable a l'epoque), mais tres vite j'ai dechanté face a l'explosion des prix, (passage a l'euro plus election de l'ump) qui comme chacun sait a favorisé ceux qui etait multis proprietaires, les gouvernements qui font payer ceux qui n'ont ni famille ni enfants pour arroser tous les autres...et oui ceux qui plantent PAYENT pour ceux qui deboisent...SCANDALEUX et personne ou si peu ne mouftent...
Réponse de le 11/07/2013 à 21:55 :
Je vais faire court, l'offre et la demande c'est tout. Voilà la vérité.
Réponse de le 05/09/2013 à 10:27 :
La situation actuelle n'a plus rien a voir avec" l'offre et la demande," je connais des gens qui ont une maison, la plupart on meme fini de la payer, mais l'argent qui brule le bout des doigts insite les gens qui ont du fric de poche a investir dans la "pierre", notamment dans du cellier (sur le dos de la collectivité ) en payant 0 euro d'impôts pendant 9 ans, il y a la demande urente de se loger qui est legitime et la demande rentiere qui devrait etre totalement interdite au lieu d'etre encouragee.
a écrit le 29/06/2013 à 17:56 :
Les provinciaux veulent quitter leur province pour paris ou bien veulent tous vivre dans une grande ville, les petites villes se vident. Alors que faire ? Où est la décentralisation promise ?
a écrit le 29/06/2013 à 3:33 :
Arrêtez de rêver... Ca me fait rire les types qui derrière leurs écrans d'ordi rêvent d'une grande chute de l'immobilier pour pouvoir enfin acheter la grande maison avec jardin au centre d'une grande ville... avec un salaire de... caissiere. Nan.. tout ce qui va baisser c'est les mauvais biens (les beaux prefa à 40Kms du centre ville)! quelques biens de qualités seront un peu remisés dû aux ventes contraintes par des deces et divorces.. mais vous serez comme des mouches sur un etron à faire vos petites offres.. le plus offrant remportant toujours le lot!
En ce qui me concerne, j'ai acheté, ma maison en centre ville pour 500K? cash cette année. Si l'immo baisse de 40%, rien à carrer, je vend pas.. j'ai encore du cash en reserve.. je ferais comme la plupart de ceux qui ont des biens de qualité.. j'attendrais que le vent tourne, et si le vent tourne pas, ca ira à mes enfants.
Bref, vous vous bataillerez toujours des biens de seconde zone... Ce qui a de la valeur continuera a avoir de la valeur
Réponse de le 29/06/2013 à 13:07 :
Vous achetez un bien (maison à 500.000?) pour essayer de la revendre tout de suite??
Je pense qu'a ce prix là, seuls des acheteurs fortunés peuvent acheter un bâtiment à ce prix là... donc la crise du logement ils s'en foutent.
SI vous êtes riche tant mieux pour vous, mais c'est pas le cas de la majorité des gens, donc un bien même de qualité à 500.000 ne trouvera pas si facilement preneur.
Réponse de le 29/06/2013 à 14:09 :
@Actarus : quel discours présomptueux ! Qu'est-ce qu'une "seconde zone" ? Il y a une première aussi j'imagine ? Tout cela me semble bien relatif ! Permettez-moi, mais 500K pour une maison de ville en "première zone", vous n'êtes par contre très certainement pas dans une ville de "première" zone ! Facile donc de se trouver dans de la première zone quelque part ! Les besoins des gens sont différents, les envies aussi, et il est déplacé de se considérer "surclassé" en maison de ville à Dunkerque par rapport à un 2 pièces dans Paris. Chacun voit midi à sa porte, le jugement n'est que peu respectueux. Alors un peu de modestie !

Ceci dit, que vous ayez trouvé chaussure à votre pied est une très bonne chose et en cela le marché a remplit son rôle d'équilibre vous concernant. Cependant, à vous lire, vous n'en avez "rien à carrer" si le vent tourne mais bizarrement vous titrez votre introduction d'un moralisateur "Arrêtez de rêver" ! Si vous aviez acheter pour les raisons invoquées, vous devriez faire preuve de plus de simplicité envers un avis différent du vôtre parce que si "rien à carrer" que vous êtes, j'y vois plutôt une tentative de vous convaincre vous-même, de vous rassurer. La méprise n'est que l'expression de la peur. Mais vous avez sûrement posté votre commentaire pour dire ô combien vous aviez payé CASH votre nouvelle maison et qu'au pire elle reviendra à vos enfants... nous pouvons situer votre génération, sûrement celle des 18-35 citée plus bas !!!!
Réponse de le 29/06/2013 à 18:03 :
Actarus,il y a un facteur fondamental qui fait que l'immobilier est fortement baissier en france sur le long terme mais ça ni les notaires , ni les agents immobiliers ne te le diront . La génération précédente a obtenu ces biens avec des prêts à taux négatifs dans les années 80 (en gros pour une bouchée de pain avec effet de levier) . La génération actuelle n'a fait que perdre du pouvoir d'achat par rapport à leurs ainés car l'augmentation des salaires ne suit plus l'inflation comment dans les années 70 donc au final , on va se retrouver avec énormément de biens à vendre (quand cette génération va décéder) à des prix élevées face à des acheteurs potentiels faiblement capitalisés . Que va t-il se passer d'après toi sachant que la remontée des taux est imminente + les normes bâle 3 des banques?
Cela va être la panique et les prix vont s'ajuster vers le bas car les héritiers devront bien régler les droits de succession qui s'annoncent gratinés avec la hausse de la fiscalité à venir ....
a écrit le 28/06/2013 à 22:53 :
Avec la remontée des taux qui se profilent , plus le décès de la génération baby boomer dans une dizaine d'années,plus la pression fiscale à venir il y a encore des naifs qui pensent que ça va monter .
Tous les riches du privé font leur bagage pour londres ... Cette divergence dans la formation des prix constitue l'annonce du chute colossale .. Mon pronostique : - 30% dans les 4 ans , - 50% sur 10 ans


a écrit le 28/06/2013 à 21:43 :
Comme je me désole de lire (une fois de plus) un article sur la non-baisse des prix de l?immobilier. Une fois de plus les « experts » nous expliquent les raisons de ce paradoxe. Quelques réflexions à la lecture de cet article et des commentaires :
1/ On parle du marché de l?immobilier mais en réalité il y a DES marchés de l?immobilier. Toute mesure fiscale ne fonctionnera que si l?on s?intéresse aux véritables raisons. Les Scellier et autre réductions d?impôts ne sont que des accélérateurs. La vraie raison est, à mon avis, l?hyper centralisation en France. Si l?on décentralisait les bassins d?emplois d?Ile de France sur le reste du territoire le problème serait vite résolu. Mais cela ne plairait pas à certains élus locaux?
2/ Les 68-tards sont souvent pointés du doigt par nos jeunes trentenaires « actifs ». Dois je rappeler que ces fameux 68-tards sont nos parents, que nous avons profité des avantages sociaux acquis (congé pour nos parents pour partir en vacances avec nous, crèche, allocations familiales etc). Il est bon de rappeler que nous avons tous d?une manière ou d?une autre profité de ces avantages :)
3/ Je me demande toujours s?il ne faudrait pas taxer TOTALEMENT les plus values sur les ventes de résidences principales (modulo l?inflation et les coûts éventuels de certains travaux?) Après tout l?Etat taxe bien les plus values lors de la cession d?une entreprise. De plus l?achat d?une résidence principale ne devrait pas permettre l?enrichissement puisqu?il ne comporte pas de « risque » contrairement à un investissement financier.
4/ Il serait bon d?interdire l?acquisition de résidence dans les zones tendues à des non-résidents. Quand je vois que dans certains quartiers de Paris il y a plus d?étrangers que de Français je m?interroge? Après tout l?accès à l?immobilier, vu la rareté dans certaines grandes villes, devrait être réservé aux habitants. Certains pays le pratique déjà.

A bon entendeur.
Réponse de le 29/06/2013 à 15:13 :
@krok : beaucoup de très bons sujets de réflexion ! 1 - oui il y a plusieurs marchés de l'immobilier comme il y en a toujours eu, ce n'est pas nouveau. En quoi aujourd'hui spécifiquement la décorélation devrait être imputable à cette multitude de marchés ? N'y a t-il pas un marché principal ? (le plus important en volume et en valeur ?). Pour les mesures fiscales, il serait bon de considérer que l'impôt est à la base la source de financement des mesures publiques initiées dans l'intérêt de toute la population. Il est aussi utilisé à des fins de rééquilibrage des biais de la société. Dès lors qu'il devient un outil permettant d'amplifier les déséquilibres (scellier par exemple) il devient un impôt de clivage de la société, sûrement initié par un "quelconque" lobby ! Pour l'hypercentralisation et ce besoin urgent de décentraliser et d'ouvrir de nouvelles méthodes de travail (à distance) je vous rejoins à 100%, c'est une des clés mais le pays à du mal à bouger sur ce point, quelle rusticité, c'est à se demander si nous ne sommes pas à tous les niveaux gérés par des "vieilles générations". 2- Pour la génération 68, nous en avons effectivement tous profité inconsciemment c'est sûr ! Et ce n'est pas cela qui est remis en jeu, c'est le fait de voir cette génération (sans généraliser pour autant) se comporter en capricieux ! Ils ont eu la place, l'opportunité, le pouvoir de se construire sans études, sans capitaux, sans contraintes, ils ont bossé nous diront-ils, et nous nous ne bossons pas peut-être ? La différence, c'est que nous bossons et le soir après le bureau ce n'est pas l'apéro dans le jardin de la propriété de 200m2, mais le clapier à lapin. Ils bossaient mais ils avaient une contrepartie, ils pouvaient se construire. Ils bossaient mais l'état injectait massivement de la dette pour améliorer leur condition, ce qui sous-entend qu'ils ont obtenus à l'époque plus que ce que leur "boulot" leur aurait permis de vivre. Aujourd'hui, la situation est quelque peu différente, nous récoltons cette dette à payer, nous devons être restructurés pour assurer leur retraite, nous devons assurer également le paiement de plus en plus de charges sociales tout en étant de moins en moins remboursés ? bref la facture est salée et les acquis sociaux s'effondrent (entendons nous, les acquis sociaux qu'ils se sont créer, qu'ils font porter sur les générations suivantes, qui elles-mêmes se les voient petit à petit retirés). Alors, quand à côté de cela, une partie de cette génération dorée qui avait facilité à se constituer un patrimoine immobilier conséquent, se regroupe au sein d'un partie politique qui défend très bien leurs intérêts, je n'y vois pas une France de liberté, d'égalité et de fraternité, mais une France égocentré, égoïste et cupide. Je ne rechigne pas à payer impôts et charges quand je vois autour de moi des gens malades ou qui rencontrent des passages de vie difficiles, c'est ça la vie en société. Tout comme cela ne me serait pas difficile si je pouvais avoir une condition de vie "normale" et non pas "pénalisée", si je pouvais sortir de chez moi et voir un village, une ville.. entretenu à la hauteur du niveau des impôts ! Au lieu de ça, la politique est au service de quelques uns, le coût de la vie en France y est exorbitant (certains pensent qu'il faut augmenter les salaires : grosse erreur, cela ne changera rien, il faut baisser le coût de la vie) ! Je ne crois pas un seul instant à cette pénurie de logements ! C'est à mon sens une pure manipulation. On restreint la construction pendant 10 ans, on créé une Europe plus puissante, permettant de récolter des capitaux colossaux, on inonde le marché d'argent frais (de dettes), si ça ce n'est pas l'art de gérer la pénurie pour s'enrichir ! Seulement derrière, il y a de véritables nations, de véritables peuples, matraqués par les mouvements de masse "Achetez, c'est le moment !". Paradoxalement, on tire sur la bourse, alors qu'elle permet le financement d'entreprises ! Donc on investit dans la pierre, elle emploiera nos enfants, elle financera notre retraite (avec des locataires au chômage), ainsi à quoi sert une entreprise après tout !!!!! Un immobilier moins cher, des lobbys au placard, c'est moins de pression sur les salaires, une consommation plus importante, un bonheur de la population plus dense, un peuple plus heureux qui se réconcilie, c'est plus d'emploi, plus de cotisations, plus de retraites payées? un interventionnisme étatique plus limité ! Mais augmenter les salaires, s'assurer une rente en prenant 50% du salaire des gens via l'immobilier, faire payer 1 mois de salaire pour le plombier, 2 mois de salaire pour le garagiste, 10% pour les énergies et 20% pour les besoins vitaux, c'est juste de l'organisation centralisée pour mettre un peuple au service de la rente !

Pour le reste, le sujet est délicat et il se pose en conjoncture d'aujourd'hui, tellement déséquilibré par la fiscalité passée, qu'il faudrait forcément une fiscalité compensatrice qui s'annulerait lorsque le marché sera de nouveau à l'équilibre, sans biais. Quant à privilégier les résidents, il en est ainsi dans beaucoup de pays, mais encore une fois, les lobbys français crient au loup "bouh pas beau" alors que je serai plutôt partisan que refuser d'interdire, c'est être indirectement traître de sa propre patrie "bouh pas beau non plus" !
Réponse de le 09/09/2013 à 13:05 :
Bonne analyse,mais le manque d'altruisme et de solidarite (surtout entre les generations,) tout ça a disparu depuis 20 ou 25 ans, les gens qui ont 200 m2 avec jardin te repondront que "moi j'ai acheté au bon moment", et que si toi tu vis dans un clapier ben "fallait bosser a l'ecole" etc etc, l'euro etant passé par la, loyers qui doublent en 10 ans, prix du metre 2 qui triple, prix dans l'ancien qui explosent, tout ça ceux qui "ont" ne se sentent guere concernés par les difficultés des autres qui vont devoir ramer a contre courant et debourser + pour arriver a avoir des biens de moindre qualité et plus petits...
a écrit le 28/06/2013 à 20:09 :
On lit de nombreuses choses interessantes!!
Je ne suis pas sur d'etre le plus au fait d'un point de vue economique... Ce que je sais en revanche c'est que souvent, ceux que l'on entend le plus se plaindre sont les meme qui vendent des terrains plusieurs millions d'euros à des promoteurs...
Effectivement certains promoteurs vendent à perte à des bailleurs sociaux (ATTENTION LA MARGE NETTE D'UN PROMOTEUR EN ILE DE FRANCE NE DEPASSE QUE TRES RAREMENT 10% NET), afin de "sécuriser" leurs operations , ce qui leur permet d'atteindre leur quota nécessaire pour obtenir la GFA (Garantie financiere d'achevement) d'un etablissement bancaire et enfin demarrer les travaux.
Ceci étant, afin de palier à ces baisses des qu'un immeuble fonctionne bien,, et si vous surveillez bien, vous trouverez differentes augmentations de prix successives.... Ce n'est pas du vol, toute entreprise augmente les prix des ses produits phares afin de baisser ceux qu'elle vend moins bien...

Par contre, encore une fois dans le neuf, COMPRENEZ QUE VOUS PAYEZ AUJOURDHUI LES CONSEQUENCES DU DISPOSITIF SCELLIER ! Tous les programmes neufs (en ile de france du moins) qui se sont bien vendus, en miroitant le levier d'economie d'impots, ne vous leurrez pas !!! cette fictive economie d'impots, vous l'avez bien sur surpayee par les augmentations de prix demesuree de TOUS LES PROMOTEURS! l'effet indirect c'est evidemment que TOUS les francais participe (par le biais des impots) à ces marges augmentees!
l'autre effet indirect c'est evidemment la flambee des fonciers que tous les promoteurs surencherissent et pleurent maintenant aupres des pouvoirs publics afin des les faire degonfler, c'est un comble!
le probleme est complexe car la promotion/construction est un des rares secteurs non delocalisables et qui emploie un nombre important de francais, aussi se defendent-ils de sauvegarder l'emploi francais!

Je reste par contre sceptique sur le raccourci que j'ai pu lire concernant les APL que l'on assimile à une rente pour soixante huitards multi proprietaires!

Il faut un choc, cela est certain, mais comme dirait DSK, on n'attrape pas une ferrari avec une renault, les outils des controleurs notamment des marches financiers et bancaires sont sans outils, et les abus et ententes illicites entre les banques sont bien plus prejudiciables en volumes que tout le reste...
a écrit le 28/06/2013 à 18:15 :
oui, il faut taxer les retraités qui détiennent 80 % du patrimoine, pas les 900 000 qui ont le minimum vieillesse (800 euros/mois) toujours mis en avant, les 15 millions qui disent rien et qui font des beaux voyages...allez françois au boulôt, ils ont plein de sous cachés...
Réponse de le 29/06/2013 à 15:19 :
En effet, c'est important de souligner qu'il ne faut pas englober toute la génération 68 ! Une partie à besoin de la solidarité du pays et c'est important qu'elle puisse y avoir confiance et soutien, et qu'il s'agit bien de l'autre partie qu'il est grand temps de responsabiliser.
Réponse de le 11/07/2013 à 22:12 :
Il me fait rire le Michel, taxer, imposer, il trouve que le français ne paye pas assez. Un conseil Michel, nous avons en France plein de villages et de petites villes qui se vident pour les grandes agglos; voilà déjà un de nos problèmes pour le logement. Je suis dans une situation positive, par le fait d'avoir quitter mon pays, pour la Belgique ou je gagne correctement ma vie mais ou l'impôt est moindre qu'en France, pour une bonne raison très simple, moins de taxes pour le social et moins de cas sociaux. Michel pour parler impôt il faut en payer.
a écrit le 28/06/2013 à 15:56 :
Dans le neuf, les prix des appartements ont baissé de seulement 1,3% au premier trimestre 2013 par rapport au même trimestre en 2012, et de 7,3% pour les maisons individuelles.

BIEN SUR QUE SI et dans l'ancien encore plus.
a écrit le 28/06/2013 à 10:23 :
L'immobilier est utilisé depuis 10 ans comme moyen spéculatif d'une génération à l'abri et à l'affût de la rente, avec pour conséquences de "pourrir" la vie des générations suivantes (auriez-vous apprécié à votre époque de payer votre logement 3 fois le prix que vous l'avez réellement payé ?).

Le lobbying immobilier se défend qu'il faut construire plus pour ce "soit-disant" déséquilibre offre/demande, mais en 10 ans on a investi massivement les impôts des Français pour cela et les prix ont flambés! On a construit plus tout en faisant flamber les prix : enrichissement/endettement irraisonné. Alors aujourd'hui quand ils montent au créneau en brandissant le spectre de la pénurie et d'un avenir encore plus sombre, on y voit surtout un "Au secours, sauvez mon 4x4 allemand")!

Le comble est de voir tous ces propriétaires pleurer! Oui vous avez raison sur une seule chose : la responsabilisation des locataires profiteurs MAIS une responsabilisation des propriétaires l'est tout autant, que cela vous déplaise. 10 ans de droite au profit d'une organisation bien huilée à l'enrichissement immobilier engendrant un appauvrissement de l'économie "travail" et de ses actifs! 10 ans d'un pays tourné vers sa génération 55+ et on s'étonne que la France se casse la gueule ? Doit-on aller de l'avant et penser aux générations qui font la France d'aujourd'hui et feront la France de demain OU doit-on veiller aux intérets des générations passées (qui ont déjà été les capricieux de la république, nous laissant dettes et déficits) quitte à empêcher les générations suivantes à vivre correctement ? Force est de constater que la France préfère vieillir (et conserver ses vieux principes au passage)!

Les 18-35 ans sont les nouveaux joueurs arrivés en milieu de partie sur la plateau du Monopoly. Manque de bol (dis donc!), la Rue de la Paix et toutes les autres sont déjà attribuées : qu'ont-ils à faire ? PAYER (à perte)!
Loyers excessifs, consommation frustrée (partie dans le loyer), les entreprises subissent la pression des salariés qui ne conçoivent plus de bosser pour tout juste payer un loyer mais également pression sur la rentabilité puisque la consommation ne suit plus, licenciement, chômage, décroissance des acquis sociaux... régression de la société.

Alors remettre tout ce petit monde de droite (qui pendant 10 ans, a bien veillé à ses intérêts comme si la France c'était juste "eux"), est plus que légitime. Et très certainement, ceux qui crient au loup aujourd'hui sont ceux qui n'apprécient pas d'en avoir moins aujourd'hui qu'hier, eux même qui n'imaginent pas une seule seconde que pendant 10 ans tout le reste du pays a baissé la tête et a bien dû faire avec toujours moins!

Une responsabilisation des locataires doit suivre à un cassage en règle du marché immobilier qui se doit de revenir dans l'intérêt de TOUTE la population et pas seulement de quelques-uns! Et en ce sens, progressivement, ce nouveau gouvernement en prend la direction, et c'est une bonne chose!
Réponse de le 28/06/2013 à 13:21 :
Tu as tout juste et tout compris
Réponse de le 28/06/2013 à 13:41 :
très bien dit. voilà pourquoi comme beaucoup je me prépare à quitter la France en emmenant avec moi femme et enfants...hors de question de continuer à servir de vache à lait aux gateux trop gatés....merci les boomers 68ards ! vous aurez ruiné ce pays que vos parents ont reconstruit après la guerre...vous aurez aussi ruiné l'avenir des générations suivantes....vive le hold-up intergénérationnel, le plus grand casse de l'histoire !
Réponse de le 28/06/2013 à 14:01 :
à ajouter, exposé clair et juste
Réponse de le 28/06/2013 à 15:33 :
D'une clairvoyance juste, votre commentaires. MERCI
Comme quoi arrêtons de croire que faire l?ENA permet de gérer un pays ........!

Réponse de le 28/06/2013 à 15:53 :
oui c'est exactement cela. Nantis ayant profités de 30 de glorieuses et de plein-emploi, cherchant à s'assurer à vie une rente de situation. Pour le public et para-public, autres nombreuses rentes de situation (retraites notamment), financées par du déficit public pendant que les enfants de la crise (qui dure depuis 40 ans) peuvent s'endetter à vie pour essayer de loger leur famille et éponger l'incontinence budgetaire de leurs chers, très chers anciens. Un quarantenaire de droite avec 2.000 ? de remboursement par an pendant encore... 15 ans.
Réponse de le 28/06/2013 à 16:04 :
bravo pour votre commentaire! tout à fait d'accord!!!
Réponse de le 28/06/2013 à 17:06 :
Et comment expliquez que j'ai pu vendre mon bien et acheter ma maison neuve sans être une ancienne 68tarde et en plus en étant au chômage actuellement ?

ton analyse ressemble à celle des gens qui n'ont pas réussi à mettre un seul sous de côté et qui n'ont pas acheté quand il le fallait.
J'avais acheté en 1999, j'ai vendu début 2013 pour acheter une maison neuve en construction.
comme quoi tout est possible quand on s'en donne les moyens.
Réponse de le 28/06/2013 à 17:55 :
En 1999, les prix étaient quasiment au plus bas après une longue descente de 91 à 98, on ne peut comparer la situation d'alors avec celle d'aujourd'hui. Je suis entré dans le marché du travail en 2003 et à aucun moment je n'ai été en position d'acheter un logement qui puisse satisfaire mes modestes besoins. Je ne suis pas une cigale, mais je ne suis pas bien-né non plus :-)
Réponse de le 28/06/2013 à 18:09 :
Vous confondez votre situation personnelle et une situation globale... Ce dont parle 537663 est une réalité: c'est la première fois qu'une génération a pu dans le même temps accéder au contrôle quasi-global des ressources et des pouvoirs et rester en place (voire en vie) aussi longtemps. Cette même génération (et là je parle bien de façon générale pas particulière) a ainsi développé -naturellement je dirais- une conception démesurée de la vie (c'est le syndrome bien connu souligné par des économistes comme Daly ou Boulding qui expliquent, concernant la gestion des ressources, que les Européens ayant eu historiquement peu de terres comparativement aux colons Nord-Américains ont du limiter rapidement l'exploitation des terres tandis que l'imaginaire du cowboy devant l'infini des territoires inexplorés est resté bien ancré Outre-Atlantique). Cette vision a conduit notamment dans les années 80 cette jeune génération, à l'époque, a accepté massivement que l'économie puisse devenir irréaliste (notamment en imposant des taux de rentabilité attendus de 15%) du moment que ça rapportait (en ignorant les conséquences).
Réponse de le 28/06/2013 à 18:23 :
@MDR : je ressemble à "ces gens" qui n'ont pas réussis pensez-vous ? Ma situation n'est vraiment pas à plaindre même si cela ne regarde personne, un cursus d'analyste, un bon poste, un capital financier supérieur à l'apport moyen national pour votre information, une épargne mensuelle à 4 chiffres ! Seulement ce n'est pas une raison pour faire n'importe quoi avec ! Voilà pour votre attaque, me pensant "frustré", vous voilà déçue !

Par contre, quand vous arguez avoir acheté en 1999 ... vous donnez de l'eau à mon moulin. En 1999 les prix étaient correct, vous achetiez, moi je venais juste d'avoir la majorité et n'était pas encore actif mais en études ! Quand vous me dites "vous ressemblez à qq'un qui n'a pas pû acheter à temps", croyez vous que les jeunes qui sont nés il y a 15 ans, vous allez leur dire "ben mon petit fallait te lever plus tôt pour acheter". Donc permettez moi d'appuyer mes propos, mais vous ne vous afficheriez pas si "forte" si en 1999 vous aviez dû fournir un salaire 3 fois supérieur pour vous offrir ce même bien qui vous a permis d'acheter aujourd'hui votre maison. Si vous avez acheté cette maison c'est parce que vous avez profitez de la hausse démesurée (mais votez-vous sûrement à droite) !

Et en disant cela, vous confirmez que les prix aujourd'hui sont déconnectés de la réalité et que pour être un(e) winner(euse) comme vous, il fallait être actif avant la crise. Si ça c'est pas confirmer mes propos en voulant juste être contrariante !!!

Alors si "tout est possible quand on s'en donne les moyens", je pense que c'est faire abstraction que ce que vous avez n'est pas juste dépendant de vos moyens, j'en ai peur. Croyez le fermement mais essayez de réfléchir au delà de votre cas personnel !
Réponse de le 28/06/2013 à 19:05 :
Yeahhhhh
Bravo 537663
Réponse de le 11/07/2013 à 22:26 :
Entièrement d'accord avec cet écrit, je voudrais ajouter pour nous tous, sommes tous responsables que l'on est aujourd'hui 30 ou 80 ans; nous avons bien bouffé. Depuis 1968 les français gamins ou adultes se sont engraissés, les bébés de 68 qui ont 45 ans à ce jour, ce sont ou ont été nourris comme aucune génération avant eux. Oui pour cette analyse, mais un petit complément de vérité à celle ci
a écrit le 28/06/2013 à 7:52 :
Mais oui baisse pas.
Les daubes qui ne se vendent plus restent des mois voir des années dans les bacs.
Ce qui se vend est maintenant négocié au minimul à -10%
Le marché immo français est en train de prendre une claque depuis qu'on lui a retiré sa dose ( subventions, défiscalisation ptz ptz+ scellier borloo de robien ect ).

Reste plus que quelques étapes, et on verra ou en serra " la valeur refuge".
- La taxation des plus valus sur la résidence principale ( dans de nombreux pays dont les États Unis qui sont connus pour être de grands communistes).
- Remontée des taux 'in challah" comme on dit.
- Baisse ou disparition des "apl", qui est en faite une aide subventionnée aux assistés rentiers.


Réponse de le 28/06/2013 à 13:23 :
Très vrai et pour les APL notamment
a écrit le 27/06/2013 à 20:34 :
Les prix ne baissent pas, à cause des plus-values, à cause des taxes et divers impôts sur les transmissions à nos enfants, à cause des retraites incertaines, à cause de l'augmentation toujours EXCESSIFS du prix des pensions dans les maisons de retraites, etc, etc. Et puis que ferions-nous de mieux ? ! Tant qu'on a F. HOLLANDE au pouvoir, mieux vaut garder notre immobilier et attendre des jours meilleurs : en attendant on l'entretien, on le rénove et voilà ..... !
Réponse de le 28/06/2013 à 9:40 :
L'immobilier est à présent dans le collimateur quoi qu'il en soit car c'est un fléau pour la mobilité et la compétitivité française et c'est là où on peut taper facilement car ce n'est pas délocalisable, faites votre deuil mon pauvre ami, la fête est terminée.
Réponse de le 06/09/2013 à 8:35 :
Perceval dirait :ouais, c'est pas faux! ! !
a écrit le 27/06/2013 à 18:47 :
Parlons emprunt pour acheter un bien immobilier : un exemple ( bien énervant quand on est vendeur !!!) les banques ( plusieurs "marques" en tout cas) en Picardie, en 2012, entre mai et septembre, se sont entendue pour ne pas prêter au dessus de 200000 euros pour l'achat d'un bien immobilier.et encore, il était demande aux acquéreurs un apport de...20 % !!!!!!!!!.c'est uniquement ce genre de pratique qui décide de la baisse des prix de l'immobilier, mais c'est au détriment du vendeur.la encore, ce genre d'entente ne dérange pas nos élus, qui font figure d?employé de banque serviles....
Réponse de le 28/06/2013 à 11:26 :
Je vous trouve ça au contraire plutôt raisonnable de la part des banques de fixer un minimum d'apport. 2% du prix d'achat est un bon seuil. C'est à la fois un garde-fou pour les ménages et un frein à l'augmentation déraisonnée des prix.
Réponse de le 28/06/2013 à 13:07 :
Oups. 20% évidemment.
Réponse de le 28/06/2013 à 16:03 :
desole maurice mais votre situation me fait sourire
il faudra trouver autre chose pour vous payer vos plus values que vous estimez legitimes
Réponse de le 28/06/2013 à 17:36 :
ça s'est termine par une vente sans aucune plus-value ( de toute façon, ce n?était pas le but ).et un départ du territoire Francais. croyez-moi, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs, il existe simplement des moyens différent de vous tondre.nous vivons sur cette planète un mauvais capitalisme !!
a écrit le 27/06/2013 à 18:02 :
la réponse a votre question est que la plupart des logements en vente, sont mis en vente par des particuliers qui ont un crédit sur le dos ! ILS NE VONT TOUT DE MÊME pas, POUR LA PLUPART D'ENTRE EUX, VENDRE EN DESSOUS DE CE QU'ILS DOIVENT A LA BANQUE.ce serait un comble.mais certain profitent de la situation en se comportant comme de véritables vautours : il visitent plusieurs bien, et propose un prix ridicule bien en dessous du prix de vente, et cela marche, car le taux de surendettement non-déclaré en France se porte très bien...Si nous avions des hommes politiques intelligent, il serait interdit aux banquier de faire payer les premières années que les intérêts d'un emprunt immobilier, il faudrait tabler sur du 20 intérêt/80 remboursement.ce qui plombe le marche et l?économie, c'est le laxisme du politique a laisser faire un capitalisme trop gourmand.le capitalisme, oui, bien sur, mais donnant/donnant !!!
Réponse de le 28/06/2013 à 9:48 :
"ILS NE VONT TOUT DE MÊME pas, POUR LA PLUPART D'ENTRE EUX, VENDRE EN DESSOUS DE CE QU'ILS DOIVENT A LA BANQUE"

Ils seront obligés de baisser leur prix si il veulent vendre, c'est la loi du marché, de l'offre et de la demande solvable.
Réponse de le 28/06/2013 à 10:21 :
@MAURICE
Alors sous pretexte que certains "moutons" ont suivi la tendance sans réfléchir et aujourd'hui se trouve à avoir acheté un bien au delà de sa valeur réelle, la société doit accepter de leur RACHETER leur bien au delà de la valeur restante de leur crédit ? La bêtise s'assure et se paye maintenant ?
Réponse de le 28/06/2013 à 12:38 :
Ne jamais suivre les moutons de panurge, c'est la règle élémentaire à appliquer partout.
Réponse de le 28/06/2013 à 15:35 :
Sauf cas de force majeure, on ne vend pas en dessous du prix d'achat car un achat immobilier doit être du LONG terme (minimum 10-15 ans). On achète pas un bien immobilier comme un iPhone.
Réponse de le 28/06/2013 à 17:47 :
je pense que : acheter un iphone est une connerie, 537663 : a certaine période, si vous ne vouliez pas vivre dans un taudis, le marche, ce cher marche ne vous laissait pas d'autre choix que d'acheter au dessus de la valeur réelle.pour assainir le marche, je propose juste qu'un acquéreur commence a rembourser son bien des le premier mois, au lieu d'uniquement engraisser les banquiers ( qui ont crée de l'argent virtuel pour vous) qui vont donner tout ça a jerome kerviel, et vous savez comment ça fini...! cela permettrai de reelement faire baisser les prix en cas de necessite.
Réponse de le 29/06/2013 à 20:03 :
@maurice : même s'il est concevable que "tout n'est pas toujours simple", on n'est jamais contraint, nous faisons les choses de nous-même, nous sommes responsables de nos actes. La seule raison qui peut pousser à acheter tout en ayant conscience de la surélévation d'un bien (encore faut-il en avoir conscience mais quand nous voulons qq chose nous ne voulons voir que le positif et c'est bien là le danger), c'est d'avoir les moyens (afin de limiter la dette) pour acquérir le bien correspondant à SES BESOINS REELS. Dans un autre cas, c'est sur une base spéculative, ou pour faire "comme tout le monde" parce que "ça fait bien". Dans ce dernier cas, la bêtise doit se payer. Un achat immobilier mal calibré et c'est 20 ans de frustration ! Quand on sait que ce phénomène moutonnier généralisé embarque tout le monde, je trouve normal que cette population en subisse les conséquences. Ne faites pas ce que l'on vous dit, faites ce que vous ressentez, toujours avec analyse et objectivité. Cela rendrait les manipulations organisées inutiles => prendrait-on les gens pour des "peu éduqués et manipulables"... malheureusement !
Réponse de le 10/09/2013 à 8:23 :
En effet et le pire est que c'est avec le remboursement des credits de ces empreinteurs qu'est emise la monnaie ! ! ! et le jour ou ceux ci ne remboursent plus les banques font faillite (subprimes)
a écrit le 27/06/2013 à 17:24 :
Bien sûr, les propriétaires ne veulent pas brader leurs biens.
Mais il y a d'autres facteurs majeurs stabilisant les prix
Tout d'abord, en France, tout le monde rêve d'être propriétaire. Les incertitudes sur la retraite entrainent un effort d'épargne des classes moyennes. La suspicion française concernant la finance et la bourse fait que la pierre reste le refuge traditionnel de l'épargne. Et enfin, l'immobilier reste un marché de pénurie, il manque des dizaines de milliers de logements par an depuis de nombreuses années pour simplement absorber la croissance démographique.
Les prix vont baisser... doucement, sauf pour ceux qui doivent abandonner leur crédit et vendre leur bien faute de pouvoir le rembourser à cause de la crise. Pour tous les autres, ils garderont ce qu'ils considèrent comme le plus précieux, un toit au dessus de leur tête, s'ils peuvent le rembourser ou s'il est déjà payé...
Réponse de le 28/06/2013 à 7:46 :
Enfin un commentaire intelligent.
Merci!
Réponse de le 28/06/2013 à 9:49 :
les ventes contraintes feront les prix qui seront bien en baisse
Réponse de le 28/06/2013 à 10:19 :
L'immobilier est utilisé depuis 10 ans comme moyen spéculatif d'une génération à l'abri et à l'affût de la rente.
Le lobbying immobilier se défend qu'il faut construire plus pour ce "soit-disant" déséquilibre offre/demande, et en 10 ans on a investi massivement les impôts des Français pour cela. Résultat : on a construit plus et les prix ont flambé au profit d'un enrichissement/endettement irraisonné. Quand tout s'arrête, brandir le spectre de la pénurie et d'un avenir encore plus sombre ne fait passer qu'un message : "Au secours, sauvez mon 4x4 allemand"!
Les 18-35 ans sont les nouveaux joueurs arrivés en milieu de partie sur la plateau du Monopoly. La Rue de la Paix et toutes les autres sont déjà attribuées : qu'ont-ils à faire ? PAYER (à perte)!
Une responsabilisation des locataires doit suivre à un cassage en règle du marché immobilier qui se doit de revenir dans l'intérêt de TOUTE la population! En ce sens, ce nouveau gouvernement en prend la direction, et c'est une bonne chose!
Réponse de le 17/09/2013 à 8:19 :
Pour creer de la demande, il faut creer le manque, tout le secteur de l'immobilier est anti-economique, et la hausse brutale DE LA DECENNIE 2000 , toute ces années de travail qui a ete fortement devalorisé par la hausse des prix, 10 ans de boulot, augmantations de salaire, prime d'ancienneté, economies pour se constituer un apport, tout ça reduit a neant pour la plupart des primos accedant ...et tout ça parce que l'on a dit au gens que la pierre c'etait de jouer comme au casino...mais quand on accepte une telle prise de risque, alors faut aussi savoir perdre.
a écrit le 27/06/2013 à 14:49 :
Monsieur DUCASSE dit que les négociations sont difficile, ce qui est vrai, et que "cela augmente les délais et les marges de négociations" !!! Vrai pour les délais mais certainement pas pour les marges....
a écrit le 27/06/2013 à 14:23 :
"... les promoteurs vendent aux bailleurs sociaux 25% de leur production à un niveau inférieur à leur prix de revient ..." mais pourquoi encore une tel état de fait ? Pourquoi ne serait ce pas vendu au prix marché ou au minimum au prix de revient + n% de marge ? Ce sont de telles distorsions des règles de marché qui rendent illisibles et incompréhensibles les évolutions.
Réponse de le 28/06/2013 à 15:32 :
ça reste a voir que les logement sociaux sont vendus a perte....
a écrit le 27/06/2013 à 14:20 :
et ce ne sont pas les délires de la
verte fée du logement, ministre tout de
même qui vont arranger les choses
propriétaires bailleurs fuyez vite
a écrit le 27/06/2013 à 11:36 :
Résultat du blocage: Les transactions sont en chûte libre. La suite de cette chûte: les prix qui seront en chûte libre. la mauvaise nouvelle: les transactions ne remonteront pas bcp; c'est une stratégie perdant/ perdant pour ceux qui veulent vendre....il faudra bientôt baisser significativement les prix pour attendre encore plus...
a écrit le 27/06/2013 à 9:23 :
C'est vrai qu'avec des murs extérieurs en agglo, des murs intérieurs en placo plâtre et du lino au sol, les prix du "neuf" ne peuvent descendre.....

L'argument du social tient nettement plus, mais savez vous qui bénéficie de ces logements "sociaux"? Et au détriment de qui ensuite? Toujours la même chose en France, deux poids, deux mesures...
Réponse de le 27/06/2013 à 11:00 :
BIEN PARLE BRAVO MAIS LE VRAIS PROBLEME C EST ENCORE ET TOUJOUR LA SPECULATION FONCIERE CERTAIN TERRAIN SONT SUREVALUE IL ONT TET MUTIPLIE PAR TROIS DANS CERTAINE REGION ; chercher a qui profite le crime est vous conprendrais beaucoup????
Réponse de le 11/09/2013 à 7:55 :
Ca profite aux notaires, agences, communes,assurances,banques. ça en fait donc du monde. Les gogos ne sont pas les gens qui achetent, mais ceux qui achetent cher. et plus c'est cher, plus ça rapporte a tout ce petit monde.
a écrit le 27/06/2013 à 9:19 :
Les prix affichés ne correspondent pas aux prix de ventes donc les prix baisses. J'habite à 12 km de Paris et je peux vous dire que les délires des propriétaires et des agences sont terminés. C'est ça ou fermer l'agence immobilière et le propriétaire reste avec son bien sur les bras. Les stocks des agences sont très importants trop importants.
Réponse de le 27/06/2013 à 18:35 :
ce que vous appelez "les stocks des agences" ce sont des gens qui travaillent sur la statistique, plus ils rentrent de bien ( deux trois photos et un contrat signe par un gogo), plus ils ont de chance d'en vendre un ou deux par mois, parce que ce genre de crise fait le ménage, et supprime généralement les intermédiaires de cet acabit. notons que les "frais de notaire" sont passés sous l?ère sarkozy de 5 a 7%, et la, ça fait mal.donc, le vendeur avertit se passe d'une agence.
a écrit le 27/06/2013 à 9:16 :
On est content d'apprendre encore que le social est payé par les gens qui ne peuvent pas en bénéficier... et qui sont déjà matraqués d'impôt en tout genre.

Réponse de le 27/06/2013 à 11:07 :
Idem + 1
Réponse de le 27/06/2013 à 15:35 :
C"est les riches qui profitent le plus des fruits de la société, donc du social, et pas l'inverse.
Réponse de le 27/06/2013 à 19:23 :
Ne cherchez pas, ils font diversion pour faire oublier que les APL des pauvres finissent dans leurs poches d'assistés de la rente immobilière...
Réponse de le 06/09/2013 à 9:04 :
Les APL, ptz et autres aides ne sont que des subventions aux logements chers...rien a été fait dans le secteur de l'immobilier pour empecher la hausse des loyers qui ont doublés en 10 ans, aisi que le prix d'achat au m2 qui lui a triplé lui dans certaines communes, je le repete qu'il y a 2 sortes de demandes, la demande locative et la demande d'accession a la propriete en residence principale sont legitime , ce qui pose probleme est que rien n'empeche un particulier ou une entreprise d'acheter 300 baraques ou apparts s'il en a envie, et ça c'est une consequence directe de la liberalisation ET donc de la dereegulationdu secteur...CQFD.
a écrit le 27/06/2013 à 9:02 :
Parce qu'un vendeur ne vendra jamais à perte sauf s'il y est forcé.
Réponse de le 27/06/2013 à 11:52 :
la pluaprt des vendeurs ne vendent pas a perte, a moins d avoir achete il y a 1 ou 2 ans
par contre, c est sur que le baby boomer qui pensait avoir une fortune avec son tas de parpaing va dechanter. il a pas encore compris qu il a loupe le coche et que le pigeon ne se presentera plus
il a donc le choix entre vendre aujourd hui a 100 ou demain a 50. mais vu qu il a achete a 40, il fait encore du benef
Réponse de le 28/06/2013 à 17:52 :
votre analyse est exacte.les baby boomeur ont paye leur maison une bouchée de pain par rapport au prix de la pierre d?aujourd?hui. il y a de la marge.
a écrit le 27/06/2013 à 7:37 :
Plus creuse comme analyse, difficile a faire !
a écrit le 27/06/2013 à 2:07 :
La remontee des taux longs, combinee a la pression fiscale, va accelerer la baisse. Le phenomene decrit est classique, il faut 1 a 2 ans de baisse sensible des transactions avant que les prix ne suivent le meme chemin. Dans l'ancien les vendeurs sont encore persuades que leur parpaing vaut de l'or. Il faudra encore du temps pour que leurs pretentions s'ajuste aux moyens de la clientele solvable.
a écrit le 27/06/2013 à 0:17 :
Ducasse raconte des conneries! certes ca baisse pas assez , mais ca abaissé quan meme, avec la fin du ptz dns l'ancien et l chute continuelle du ptz dns le neuf (divisé presque par deux dans le neuf)

je suis l'immo depuis deux ans, et je peux vous dire que les terrains , certes toujours tres tres chers ont perdu facilement en moyenne 20 000 euros sur 150 000 euros, dans l'essonne par exemple! et il ya plus de choix, meme si cest pas la panacé! en 2011, les gens etaient fous, achetaient comme du petit pain des terrains minables et hors de prix, se battaient meme entre eux pour l'avoir.... aujourdhui ca a bien changé!
a écrit le 26/06/2013 à 23:28 :
les transactions chutent ... Mais c'est bien HOLLANDE qui a passé de 15 ans à 30 ans l'exonération de la plus-value !
De plus cette plus-value est souvent fictive quand on tient compte de l'inflation !
Réponse de le 27/06/2013 à 11:33 :
Mais oui fictive... quand ça prends 10% par an comme à Paris je crois que faut pas prendre les gens pour des pigeons.
Réponse de le 27/06/2013 à 13:30 :
Et les prix dénués de toute réalité économique, bien sûr, n'ont rien à y voir...L'intelligence des acheteurs qui attendent plutôt que de se mettre un boulet pour 25 ans pour un bien qui ne vaut même pas la moitié de son prix affiché non plus hein...Votre commentaire est soit partisan, soit le reflet de quelqu'un qui suit le marché depuis 3 mois...
Réponse de le 27/06/2013 à 23:16 :
La France ne se réduit pas à Paris !!!
Réponse de le 28/06/2013 à 11:29 :
Le calcul de la plus-value prend en compte l'inflation.... et les travaux justifiés par des factures. Où est donc le problème ?
Réponse de le 29/06/2013 à 10:05 :
Rohraff a écrit le 26/06/2013 à 23:28 :

les transactions chutent ... Mais c'est bien HOLLANDE qui a passé de 15 ans à 30 ans l'exonération de la plus-value ! De plus cette plus-value est souvent fictive quand on tient compte de l'inflation !
Faux; c'est Sarkozy...
a écrit le 26/06/2013 à 23:26 :
Faut croire que le marché n'est pas assez bloqué pour que les prix baissent. Ok, on va attendre encore un peu
Réponse de le 27/06/2013 à 14:40 :
+1
j'ai dû vendre à perte (mobilité professionnelle), normal j'avais acheté il y a 2 ans.
Donc maintenant je m'installe bien tranquillement dans mon fauteuil avec mes pop-corn et j'attends. Pourtant j'ai le projet et le budget pour acheter.
a écrit le 26/06/2013 à 23:19 :
Dans l'ancien à Paris les prix ne baissent pas car les taux d'emprunt sont en chute libre. Ils se seraient maintenus à leurs niveaux d'il y a un an, les prix se seraient alignés à la baisse.
Dit autrement, avec une telle baisse de taux, les prix auraient dû prendre 10% aisément. Mais bon, les professionnels se gardent bien de dire tout ça.
a écrit le 26/06/2013 à 23:13 :
Les prix restent stables à cause de facteurs combiné :
- Le gouvernement déclare sans arret la reprise de l'économie d'ici la fin de l'année donc il vaut mieux vendre plus tard pour vendre plus cher
- Le gouvernement ne cesse de repeter qu'il y a une pénurie de logement donc crée une sensation de rareté qui n'existe pas
- Le rapport entre les bailleurs et les locataires sont déséquilibre en faveur du locataire ce qui freine les petits propriétaire de bien inutilisé à devenir bailleur car beaucoup n'ont pas envie de galerer plusieurs années pour expulser un mauvais payeur qui va ravager le bien loué (ce qui entrainerais la faillite du petit bailleur).
- On a rallongé la durée de la taxe sur les plus value immobiliere donc plus on attend, plus on rentrera facilement dans ses frais.
- Personne ne souhaite brader ses biens
- De moins en moins de monde ont acces à un crédit immobilier parce que les banques se méfie d'un éclatement de la bulle immobiliere et que le fait d'avoir un CDI ne suffit plus vu les licenciements en pagaille...
a écrit le 26/06/2013 à 23:03 :
Avez-vous vu les PV ? Ne parlons pas non plus des droits à payer pour transmission à nos enfants ? Donc on attend des jours meilleurs ! Perso, je rénove mon immobilier en défiscalisant : il y a alors des demandeurs, mais toujours pareil, Duflot leur dit tellement que les loyers sont trop chers, QU'ILS VEULENT TOUS ETRE LOGES GRATIS !
Réponse de le 27/06/2013 à 11:41 :
Duflot a bien raison, les loyers sont trop chers !
Vivement que les rentiers profiteurs dans votre genre soit obligé de les louer à un prix maximal fixé par l'Etat.
Réponse de le 27/06/2013 à 19:40 :
"QU'ILS VEULENT TOUS ETRE LOGES GRATIS !" : Dire que ces gens se mettent dans les APL pour lesquelles je cotise en intégrer ces aides dans les prix... Entre être loger gratis et voir ses impôts doper les prix : Il y a une marge! Quand aux droits de succession, seules les personnes incapables de se loger par le travail s'en plaignent! Les autres trouvent leur compte dans une République où la concurrence est moins rude avec les enfants bien nés qui vivent du travail des grands parents! Hériter sans frais ou se faire expulser des zones d'activité par des feignasses bien nées incapables de payer des droits de succession : Il faut choisir!
a écrit le 26/06/2013 à 22:54 :
Beaucoup de gens se sentent bloqués et font face à trop d'incertitudes. Sauf nécessité, ça peut être prudent de ne pas brader son bien immobilier. Quelle est l'alternative ? Assurance-vie ? Personnellement, j'envisageais de vendre un appartement pour acheter ailleurs, mais je ne baisserai mon prix de vente que si je vois mon prix d'achat baisser...
Réponse de le 27/06/2013 à 11:07 :
il va bien falloir le baisser ton prix
Réponse de le 27/06/2013 à 12:28 :
Pas forcément !!!! On peut ne pas vendre aussi. Beaucoup sont en train de le faire. Et là il va dans quelques mois y avoir moins de biens à la vente ce qui va un peu "gommer" la baisse des prix que vous êtes si nombreux à espérer. Vous en devriez pas, toute grande crise immobilière s'est soldée par de grandes souffrances économiques pour de nombreux ménages modestes. Vous vous trompez de combat.
Réponse de le 27/06/2013 à 12:54 :
A entendre les propriétaires qui louent leurs biens, la loi Duflot va les obliger à vendre leurs biens, le choc d'offre voulu par Hollande semble fonctionner...
Réponse de le 27/06/2013 à 13:18 :
Lisez mieux je crains que vous n'ayez pas compris. C'est justement tout le contraire !
Réponse de le 27/06/2013 à 14:24 :
Il est bien connu qu'une augmentation continuelle du coût du logement décorrélée de l'évolution des revenus se solde par un grand bonheur économique pour de nombreux ménages modestes et moins modestes.
La baisse va faire grincer des dents les rentiers et les investisseurs qui ont calculé leur rentabilité sur la sainte plus-value obligatoire.
Réponse de le 27/06/2013 à 19:25 :
"Sauf nécessité, ça peut être prudent de ne pas brader son bien immobilier." : La définition de brader SVP? 100% de PV au lieu de 150%? Nous allons rire quand vous braderez vraiment face au capacité d'emprunt des jeunes ménages.
a écrit le 26/06/2013 à 22:48 :
Bon article, qui décrit bien les causes du prix hallucinant dans le neuf. Comme d'habitude, c'est la faute de personne, mais l'Etat et les collectivités semblent en pole position en réalité. Comme d'habitude, à tout vouloir réglementer, contrôler ...
Réponse de le 27/06/2013 à 17:39 :
Ce sont bien l'Etat et les collectivités qui sont responsables des prix hallucinants : rétention du foncier, contraintes fortes liés aux PLU et subvention du neuf (déduction des intérêts d'emprunt, PTZ, PTZ+, Robien, Scellier...).
Réponse de le 27/06/2013 à 19:30 :
Si les subventions ne concernaient que le neuf, ça serait un moindre mal! PTZ concernait l'ancien de même que Scellier à ses débuts si mes informations sont exactes. Aussi, dans la mesure où les loyers sont fixés librement en présence des APL, les APL tirent les prix vers le haut en rendant possible des loyers plus élevés que ce que permettent les revenus. Quand au rétention du foncier, les collectivités ont bon dos : Ce sont les administrés demandent à ne pas avoir des constructions nouvelles devant chez eux!
a écrit le 26/06/2013 à 22:31 :
Oui, pourquoi, après les bulles immobilières des années 2000, les prix ont baissé partout dans des proportions très importantes (Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne,...) sauf en France ? Tout simplement, car il n'y a pas assez de concurrence dans le secteur immobilier, qui agit comme un véritable cartel en régulant l'offre afin d'empécher les prix de baisser.
Réponse de le 27/06/2013 à 11:54 :
et surtout car sarkozy a arrose le marche avec des subventions (scellier, PTZ, deduction des interet de l IR)
maintenant que les caisses sont vides, fini la subvention et les prix vont atterrir
Réponse de le 27/06/2013 à 12:26 :
Malheureusement ce n'est pas si simple ! Sarkozy ne peut être rendu responsable de tout, pas plus qu'Hollande au demeurant. Cessez ces remarques enfantines entre propriétaires et locataires, investisseurs et jaloux ! C('est stérile et ne changera rien. A moins d'y être fondamentalement obligé, un propriétaire n'obtenant pas le prix qu'il souhaite, reportera sa vente. Ne vous en déplaise !!!
Réponse de le 27/06/2013 à 13:05 :
En tant que professionnel de l'immobilier bientôt retraité, je peux vous dire que l'immobilier est fait de cycle plus ou moins long, je pense que nous sommes à la fin du cycle de hausse continue depuis 2000. La stabilisation des prix est souvent la période de transition entre le cycle de hausse puis de baisse. La baisse des transactions amorce une baisse des prix(déjà visible), d'ailleurs les notaires aussi prédisent depuis quelques mois une baisse des prix pour 2013 et 2014 au moins! Personnellement je pense qu'il faudra au moins 5 ans de baisse ( environ 5%-10% par an) pour corriger le marché qui est complètement grippé depuis près de 2 ans. Il ne faut pas s'attendre à une baisse de 30% en 1 an mais plutôt une baisse de 30% sur 5 ans.
a écrit le 26/06/2013 à 22:21 :
Marché immobilier bloqué. Il faut être clair: insolvabilisation croissante des acquéreurs potentiels + illusion sur la valeur théorique vénale des biens par les propriétaires + fiscalité immobilière parfaitement rédhibitoire. Donc plus personne n'achète, et plus personne ne vend. Solution:un krach attendu qui rééquilibrera l'offre et la demande en termes purement financiers, car la pénurie de logement est bien réelle, et le pouvoir d'achat catastrophiquement en berne.
a écrit le 26/06/2013 à 21:45 :
il est évident qu'il faut continuer à consulter "les professionnels de la profession" comme disait l'autre pour continuer à nous intoxiquer !
a écrit le 26/06/2013 à 21:20 :
"" positions figées des acheteurs et des vendeurs. Ces derniers souhaitent vendre au bon prix pour racheter ensuite, alors que les acheteurs attendent la bonne affaire...""

il serait plus honnete de dire : " les acheteurs cherchent a ne par surpayer leur bien (prix multiplié par 3 en 15!), alors que les acheteurs cherchent à faire la culbute...."
a écrit le 26/06/2013 à 21:02 :
L'immobilier est une "laveur refuge"... comme l'or, qui vient de passer de 1800$ l'once à 1230$...
Réponse de le 05/11/2013 à 13:56 :
et le locataire qui se fait tondre est un gros con qui n'a rien compris au marché...un gros con qui rapporte a ceux qui propage la valeur "travail" officiellement mais qui la detruit en louant ses biens hors de prix!
a écrit le 26/06/2013 à 21:00 :
Dans une économie de marché parfaitement huilée, le prix marché ne dépend pas du prix de revient. Cf l'industrie.
a écrit le 26/06/2013 à 20:44 :
Comme quoi, la loi sacrée de "l'offre et la demande" qui ne pouvait expliquer seule la formation de la bulle immobilière délirante, n'explique pas non plus le maintient des prix. L?irrationnel reste encore une excellente explication sur le court terme.
a écrit le 26/06/2013 à 20:19 :
Il faut être patient dans la vie ...
a écrit le 26/06/2013 à 20:11 :
"Les prix ne baissent pas" ne peut être que l'assertion d'un Parisien. Une bonne partie de la France rurale s'est déjà mangé une claque. Quant à Paris, la baisse est là mais n'est pas retranscrite dans les statistiques. Des biens exceptionnels se vendent aujourd'hui au prix moyen et les "nanards" ne se vendent plus, du coup, les rares transactions se font au prix moyen ce qui entraine une stagnation du prix moyen. Enfin, c'est ce que je constate dans mon agence (14-15e). Ca devrait baisser à Paris d'ici la fin de l'année, ou dès que les taux remonteront significativement (ça commence).
Réponse de le 21/09/2013 à 7:40 :
Bonjour j'habite dans le 14 eme j'aimerais bien avoir des infos sur le marché du secteur :)
a écrit le 26/06/2013 à 20:06 :
c'est le temps de la purge voilà tout... ça commence par le volume les prix vont suivre... Il suffit de regarder le marché, combien de personne sont propriétaire de bien dont le prix est tel qu'ils n'auraient pas pu se l'acheter. Ce que je veux dire c'est que les personnes ayant par le passé de grosses plus value du à la montée des prix et des durées courtes de prêt car leur acquisition date d'avant l'an 2000, ont déjà réalisés leurs opérations. Maintenant pour acheter les maisons en ile de France supérieur a 500Ke les acheteurs ne vont pas être ceux qui ont acheté leur appartement a crédit ses dix dernières années, ils sont scotchés avec des prêts sur 20 25 ans et des plus value largement insuffisante pour faire la culbute du deuxième achat. Les primo ascédant j'en parle même pas !!! Si le nombre de transactions baissent je suis d'accord il y a des attentistes, mais le plus gros est constitué de gens qui veulent mais ne peuvent financièrement pas suivre....
a écrit le 26/06/2013 à 20:02 :
Tout ceux qui nous prometaient le Krach depuis 15 ans en sont pour leur frais...
Ils vont encore venir nous dire qu ils ont eu raison d attendre 15 ans en location ..
HAHAHAHAHA
Réponse de le 27/06/2013 à 11:52 :
Je connais des gens à Paris qui sont locataire depuis 10 ans dans le même appart' et qui paient un loyer ridiculement faible vu le quartier et la surface. Au lieu de s'endetter à mort pour acheter une cage à lapin à Paris, ils ont acheté des appartements en Province.
Réponse de le 27/06/2013 à 13:28 :
@prolo
Merci pour apporter un peu de bon sens.
Réponse de le 27/06/2013 à 13:38 :
15 ans ça fait beaucoup, en l'occurence ça nous remonte à la fin de la précédente crise immobilière, là où c'était intéressant d'acheter pour revendre en 2006-2008...Et que voyez vous comme critères qui relanceraient les prix à la hausse plutôt qu'à la baisse ? Auriez vous des infos sur la distribution prochaine de planches à billets à chaque particulier acheteur ? Merci de me dire où en obtenir, en plus d'une baraque, j'ai deux ou trois biens d'équipement à changer. J'ai hâte de vous lire l'année prochaine ! Mais probablement allez vous disparaître comme tant d'autres posteurs avant vous l'ont fait, surtout depuis quelques mois que les médias ne relaient plus bêtement les mots des lobbys...HAHAHAHAHA
Réponse de le 05/09/2013 à 10:40 :
tu vaux pas mieux que les grevistes qui prennent les usagers en "otages" c'est sur que la pierre est le dernier refuge de la barbarie REFOULEE de bureau....
a écrit le 26/06/2013 à 19:59 :
"Etant donné que les promoteurs vendent aux bailleurs sociaux 25% de leur production à un niveau inférieur à leur prix de revient, ils se rattrapent sur la partie non sociale", : ben non : le prix fixé sur la partie non sociale est supérieur au prix de revient mais comme à ce prix personne n'achète, les sommes engrangées étant égales à 0, le prix de revient n'est donc pas du tout atteint... Donc, les promoteurs immobilisent du capital et perdent de l'argent, bien plus que s'ils se décidaient à vendre à des prix qui correspondent au pouvoir d'achat en baisse des français...
Réponse de le 27/06/2013 à 19:47 :
"s'ils se décidaient à vendre à des prix qui correspondent au pouvoir d'achat en baisse des français..." : Avec pour beaucoup des retraites indexées sur l'inflation et non sur les salaires, ils ne sont pas conscient de la baisse du pouvoir d'achat des français...
Réponse de le 06/09/2013 à 9:10 :
S'en foutent royalement du pouvoir d'achat des français, mot a la mode qui n'est devenu qu'un slogan publicitaire pour compagnie d'assurance ou de la grande distribution.
a écrit le 26/06/2013 à 19:38 :
Le seul bon prix c'est ce que vaudra le même bien quand tout sera redevenu fluide! Car doit on le rappeler mais un bon prix ne vaut pas à l'instant "t" mais s'évalue sur la durée !!!!le reste c'est du pipo !!!
Réponse de le 27/06/2013 à 13:41 :
+1. Le prix de marché est celui auquel l'offre rencontre la demande ET AUQUEL le maximum de transactions se réalisent. En clair : si t'as 100 biens à vendre, 100 acheteurs ou plus, mais que tu ne réalises que 10 transactions, c'est que ton prix n'est pas le bon. A bon entendeur...
a écrit le 26/06/2013 à 19:27 :
Sur Paris où je travaille les acquéreurs sont de plus en plus difficiles et n'hésitent plus à demander d'importants rabais...que les vendeurs les plus pressés sont souvent obligés d'accepter. Les autres patientent mais quand certains biens passent 8 mois sans trouver preneur, les vendeurs sont obligés de faire des concessions. Je pense que nous ne sommes hélas qu'au début d'une baisse marquée des prix. Seuls les biens d'exception restent à l'abri.
Réponse de le 27/06/2013 à 11:45 :
Nous ne sommes "hélas" qu'au début de la baisse ?
Mais tant mieux que ça baisse faut arrêter la spéculation des rentiers spéculateurs !
a écrit le 26/06/2013 à 19:10 :
Faut juste une franche augmentation de taux et les prix vont s'ajuster de suite. Les taux sont anormalement bas. Leur vrai niveau est autour de 5-6%.
Réponse de le 27/06/2013 à 17:01 :
Ça serait bien dommage que la baisse des prix ne provienne que d'une hausse des taux, cela voudrait dire que pour l'acheter le cout d'achat n'a pas changé, le vendeur y "perd" de l'argent et les vrais gagnant serait les banques....

Réponse de le 27/06/2013 à 17:24 :
sauf cher Nico, qu'un taux de credit se renegocie LUI, mais pas un prix! cest là toute la subtilité!
Réponse de le 28/06/2013 à 10:05 :
FAUX : un taux se négocie et un prix se négocie également MAIS un prix plus bas rend l'APPORT crédible (si quelqu'un dans ce pays se soucie encore de ne pas tout acheter en faisant de la dette) ! Quand vous avez 50 000? d'apport et que votre logement coûte ce qu'il coûte aujourd'hui, vous vous demandez à quoi ça sert d'économiser. Par contre, si les prix étaient en corrélation avec les salaires, votre apport serait un véritable atoût !
Voilà pourquoi les taux doivent être cohérent (5/6%), les prix doivent revenir à la réalité et les acheteurs doivent réfléchir et pas acheter n'importe quoi à n'importe quel prix !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :