Face à la hausse des taux, doit-on se dépêcher d'acheter son logement ?

 |   |  402  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le probable relèvement des taux de la BCE en avril aura un impact sur le crédit immobilier. Ce sont d'abord les prêts révisables qui en pâtiront.

C'était attendu mais pas aussi vite. En effet, Jean-Claude Trichet a créé une demi-surprise en annonçant une possible hausse du principal taux directeur de la BCE dès avril. « Nous l'avions prévu, mais plutôt pour l'été » confirme Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez le courtier en crédits Meilleurtaux.com. Néanmoins, pas de quoi s'inquiéter.

« Ce probable relèvement d'un quart de point aura peu d'impact sur l'immobilier, rassure Stéphane Romanyszyn, fondateur d'EntreParticuliers.com. Nous sommes encore à un très bas historique ». Optimisme que partage Sébastien de Lafond, président de Meilleursagents : « l'indicateur le plus important pour le marché immobilier, c'est l'OAT, pas le taux de la BCE. Ce n'est pas parce qu'il y a un relèvement de celui de la BCE que l'OAT va immédiatement bondir ». Les taux fixes disposent donc d'un sursis. Les taux révisables, en revanche, seront davantage affectés par la décision de la BCE, et risquent de ne plus devenir intéressants du tout. Face à ce scénario, Empruntis rappelle qu'il existe une alternative : « les semi-fixes avec une période fixe de 8 à 10 ans suivie d'une période plus longue variable mais capée, c'est-à-dire que la hausse est plafonnée à 2 points ».

Sauf que les banques n'ont pas attendu Jean-Claude Trichet pour relever leurs taux de crédit. Il a suffi de 3 mois de hausse pour effacer 1 an de baisse des taux ! Et ce n'est pas fini : interrogée par « La Tribune », Meilleurtaux a annoncé que 73 % de ses banques partenaires avaient déjà augmenté leur taux fixe de 0,15 point en moyenne ces dernière semaines. Christophe du Pontavice, président d'Efficity, rappelle que chaque hausse d'un point du crédit fait perdre 8 % de pouvoir d'achat immobilier. « Depuis janvier, la remontée des taux a déjà fait perdre 2 % ».

Inquiétudes relatives

Si les taux continuent de grimper, la solvabilité des acheteurs ne pourra être compensée que par...une baisse des prix immobiliers. Conclusion ? Il faut soit se dépêcher d'acheter... soit attendre que les prix baissent. Pour l'heure, seules les zones les moins attractives connaissent un repli. Il faudrait une hausse des taux bien plus conséquente pour enrayer la flambée parisienne, par exemple. Sauf que Jean-Claude Trichet a bien précisé que ce relèvement ne constituerait « certainement pas le point de départ d'une série de hausses ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2011 à 19:51 :
Il faut monter la TVA à 33% sur l'immobilier, encadrer les prix de l'immobilier, cela fera recettes fiscales, et les promoteurs et autres marchandes de biens gangsters de tous poils s'en mettrons moins dans les poches.
a écrit le 09/03/2011 à 19:51 :
Il faut monter la TVA à 33% sur l'immobilier, encadrer les prix de l'immobilier, cela fera recettes fiscales, et les promoteurs et autres marchandes de biens gangsters de tous poils s'en mettrons moins dans les poches.
a écrit le 08/03/2011 à 19:28 :
La faible hausse des taux ne freinera pas l'envolée des prix immobiliers puisque 3/4 des ventes aujourd'hui sont des investissements (donc beaucoup d'apport voire pas de crédit...). Pour l'instant, la bulle va bien, merci pour elle !

PS : pourquoi toujours parler d'optimisme quand on parle d'une hausse des prix de l'immobilier ? De plus en plus de personnes ne peuvent plus devenir propriétaire...
Réponse de le 08/03/2011 à 21:10 :
En effet, pour ma part, je considère qu'une hausse des prix est du pessimisme, et qu'une baisse des prix est le scénario optimiste. Ne pas oublier que la crise actuelle est due à des prix immobiliers trop hauts, qui se sont ensuite effondrés d'où de massives pertes bancaires sur les crédits pourris (crise des subprimes). Il est donc urgent que les banques centrales remontent les taux pour tuer dans l'oeuf (autant que possible) cette bulle immobilière extrèmement dangereuse. Weber, patron de la Bundesbank prévoit d'ailleurs PLUSIEURS hausses des taux cette année, contrairement à ce que dit cet article.
a écrit le 08/03/2011 à 18:27 :
Il est surtout urgent d'attendre . Ce serait pure folie que d'acheter maintenant au sommet de cette bulle surréaliste , un véritable suicide financier !
Attendez et vous verrez que vous avez eu entièrement raison de le faire !
Réponse de le 08/03/2011 à 19:52 :
Bulle surréaliste, ça dépend sur quel type de biens...
Un suicide financier ? Mouais. On disait cela aussi dans les années 80 et début 90 avant la folle décennie 2000.
Bon, c'est vrai que je ne parierais pas sur une nouvelle envolée dans un contexte de remontée des taux et de pouvoir d'achat gelé pour longtemps, mais bon...
Réponse de le 09/03/2011 à 19:15 :
Dans quel tour d'ivoire vivez vous donc pour considérer que les prix sont somme toute acceptables malgré une hausse de 150% en 10 ans sans réelle corrélation avec les revenus moyens ? Et en effet c'était un suicide d'acheter au prix du marché au début des années 90 puisque les prix se sont écroulés de 40% sur environ 7 ans , avant la folle décennie 2000 !
a écrit le 07/03/2011 à 16:37 :
J'ai une question : Les taux vont monter sur 2011 et pensez-vous que les taux peuvent monter sur 2012,2013.... et si oui pour quelles raisons ?
Réponse de le 08/03/2011 à 8:40 :
Parce que le marché est soutenu par les étrangers qui investissent en France et notamment à Paris ...
Réponse de le 08/03/2011 à 10:06 :
Vous parlez des taux ou des prix ?
Réponse de le 08/03/2011 à 20:30 :
en parlant des poncifs classiques vous avez oublié les divorces, les foyers monoparentals, l'accroissement de la population, il est nécessaire de se loger, il manque des millions de logements, les taux baisseront peu , les prix ne peuvent pas baisser, ...si vous en avez d'autres de ce genre là!!!!LOL et vousn'avez pas oublié le célébrissime les ETRANGERS qui achètent tout à x millions d'euros à Paris, chacun sachant que tout étranger à des millions d'euros en poche.
Réponse de le 13/03/2011 à 19:05 :
La pierre connait une flambée car la peur de la bourse fait que des liquidités ont été investies dans le logement cela baissera-t-il peut-être mais pas dans les régions à forte demande Paris, Lyon, une partie de la région PACA, alors même si les taux montent il y aura encore de l'argent pour de la pierre. En 2008 on prévoyait un effondrement de la pierre il y a eu une baisse mais sur le fond dans les régions citées plus hauts relativement faible.
a écrit le 07/03/2011 à 13:44 :
Je pense que l'augmentation des taux aura un effet plus important que ce que disent les professionnels. Lorsque les taux étaient bas, on nous expliquait que c'était une raison de l'augmentation des prix. Avec des taux en hausse les prix doivent baisser ou alors on nous avait menti...De toutes façons, vu le niveau des prix actuels, le candidat acheteur a toutes les raisons d'attendre car avec le crédit plus cher il va y avoir moins de candidats solvables.
a écrit le 07/03/2011 à 13:02 :
Vite, il faut s'endetter sur 25-30 ans à 5% parce que cela va continuer de grimper .... C'est FAUX !! Nous sommes à l'aube d'un nouveau krach pétrolier alors soyez patient, tout va bientôt rentrer dans l'ordre.
a écrit le 07/03/2011 à 12:43 :
Pire que ça, les banqusters refusent les prêts immos en ce moment à la moindre complication de dossier, ils veulent gagner du temps vu que les crédits grimpent de 0,15 pts/mois en ce moment. Pour un projet que je suis depuis début janvier, les propositions sur 25 ans sont passés de 3,5 à 4,4 ..... C'est Cantona qui a raison.....
Réponse de le 07/03/2011 à 15:33 :
C'est un taux de marché, et le taux a fortement augmenté ces derniers mois (OAT 10 ans).
Ce n'est pas la marge des banques qui monte là-dessus...
Réponse de le 08/03/2011 à 21:14 :
Les banques empruntent à 1%, auprès de la BCE, des sommes ILLIMITEES (full aloitment). Il est grand temps que ce cadeaux scandaleux cesse. C'est à cause de ces injections massives de liquidités que le prix des actifs (immobiliers, pétrole, aliments) subit une telle inflation, totalement insupportable. Demandez aux Tunisiens et aux Egyptiens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :