L'hypocrisie de "la fin du Scellier"

 |   |  631  mots
DR
DR
Parmi les mesures égrenées par François Fillon ce lundi, figure la fin de la loi de défiscalisation Scellier en 2012. Cette annonce, ainsi que la grogne des professionnels, a de quoi surprendre : la disparition du Scellier fin 2012 était inscrite dans la loi depuis le départ. Chronique d'une mort annoncée.

François Fillon n'y est pas allé avec le dos de la cuillère. La loi Scellier, ce dispositif de défiscalisation immobilière pour l'investissement locatif, qui a fait les beaux jours des promoteurs immobiliers et représenté l'an passé jusqu'à 60% des ventes dans le neuf, sera purement et simplement supprimé fin 2012.

De quoi faire monter au créneau les promoteurs immobiliers, par la voix du président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Marc Pigeon, qui a estimé que "la France s'inscrit dans la spirale du déclin car la seule disparition du Scellier va coûter 100.000 emplois et diminuer de 2 milliards d'euros les recettes de TVA". Ajoutant que "c'est un rude coup pour le pouvoir d'achat des Français car le logement représente 25% de leur budget. Cela va entraîner une augmentation des loyers d'ici deux à trois ans".

Même ton chez Alain Dinin, PDG du promoteur Nexity, qui assure que "ces mesures n'ont pas de sens car la disparition du Scellier risque de supprimer 60% du marché de la promotion immobilière".

Rien ne change en réalité...

Ces réactions paraissent un peu excessives quand on sait que ce dispostif devait de toute façon... s'éteindre au 31 décembre 2012 ! "L'acquisition du logement, ou le dépôt de la demande de permis de construire dans le cas d'un logement que le contribuable fait construire, doit intervenir au plus tard le 31 décembre 2012" indique une instruction du 12 mai 2009 du Bulletin officiel des impôts, promulguant la loi dite "Scellier".

Rien de neuf sous le soleil finalement. Si ce n'est un bel effet d'annonce par François Fillon et une pression de la part des promoteurs pour que le prochain président de la république mette en place une loi de défiscalisation aussi juteuse que celle-ci.

Espoir déçu

Si la réaction des professionnels est si violente, c'est aussi parce qu'ils pensaient avoir gagné la partie il y a quelques semaines. Fin septembre, le dispositif Scellier, devait être prolongé jusqu'à la fin 2015 dans le projet de loi de finances 2012, avait appris l'AFP par des sources proches du gouvernement.

En contrepartie, le taux de réduction d'impôt appliqué pour les bâtiments basse consommation (BBC) qui, dans le plan de rigueur du mois d'août, avait déjà chuté de 22% en 2011 à 16% en 2012 (au lieu des 18% prévus initialement) et devait tomber à 14%.

Malgré son coût exorbitant, dénoncé par Gilles Carrez, le rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, les professionnels de l'immobilier pensaient donc avoir gagné la partie.

"La prolongation du "Scellier" jusqu'en 2015 serait une bonne nouvelle mais il faudrait que le taux de réduction d'impôt soit encore suffisamment intéressant", avait alors déclaré le président de la fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Marc Pigeon, interrogé par l'AFP.

Une première en France deplus plus de 15 ans

Il faut dire aussi qu'une absence de dispositif de défiscalisation immobilière serait une première en France... Cela fait 16 ans que les lois pour doper ce secteur primordial de l'activité se succèdent, quand elles ne se chevauchent pas. Seuls les noms changent et les modalités de défiscalisation changent : loi Périssol en 1996 puis loi Besson en 1999, puis loi Robien en 2003, à laquelle s'est ajoutée la loi Borloo (2006), pour aboutir enfin à la loi Scellier en 2009.

Si la disparition du Scellier inquiète autant les promoteurs, c'est qu'aucun dispositif n'est pour l'instant prévu en remplacement. Et ils préfèrent mettre d'ores et déjà la pression au prochain président : "après les élections de 2012 quel que soit le gouvernement, de droite ou de gauche, il sera obligé de rétablir des mesures incitatives pour les investisseurs" glisse Alain Dinin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2011 à 20:36 :
pourquoi ce dispositif de 12 mois apres reception du bien peu pénaliser la reduction fiscale si on a les mains liés directement sur un contrat d'agence immobiliére qui celle ci à l'esclusivité de pouvoir louer notre bien , sinon les avatages locatif et dèfiscalisation sont annulé?
a écrit le 26/11/2011 à 9:15 :
Bonjour,

Merci pour cet article.
Comme aux USA, en Espagne, en Italie, en Irlande,?les prix immobilier vont chuter en France.
Nous ne serrons pas épargnés.

En complément, je vous invite à lire notamment sur :
http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/
- La Chute des prix immobiliers en 7 raisons
- Evolution des prix immobiliers en france d'ici à 2020 - mise à jour
- La baisse des prix immobiliers en GB annonce la chute en France
- Pouvoir d'achat immobilier des Français au plus bas
- Immobilier : 2 scénarios de baisse !
- Krach immobilier ?
- Immobilier Espagne : point bas atteint ?
- Evolution des prix immobiliers en france d'ici à 2020 - mise à jour


Bien Cordialement,

Laurent
http://immobilier-finance-gestion.over-blog.com/
Réponse de le 04/02/2012 à 13:14 :
Vous devriez apprendre à écrire français, cela vous rendrait plus crédible
a écrit le 16/11/2011 à 17:10 :
Très bien.
Mais qu'on arrête aussi tous les avantages indus accordés au dit logement social:
-TVA à 5.5 % au lieu de 19.6%.
-Ce qu'on appelle pudiquement "bonification foncière". (Les communes vendent le terrain en dessou de la valeur marché et se rattrapent sur les autres terrains vendus plus cher aux promoteurs).
-Exonérations de taxes foncières pendant 18 à 25 ans.
-Garantie des emprunts par les collectivités pour obtenir des taux plus bas.
-Exonération d'impôt sur les sociétés pour les socitées HLM.

-etc... etc.. etc...
a écrit le 08/11/2011 à 14:08 :
la meilleure façon de mettre de l'ordre dans l'immobilier c'est de ne plus l'aider car toute subvention est VOLEE par ces professionnels . Avec les banquiers et assureurs on est servi !
a écrit le 08/11/2011 à 12:24 :
Enfin! Arretons de donner de l'argent aux promoteurs! C'est eux qui sont gagnant.
Une politique de logement serait de payer ces promoteurs pour batir des logements HLM et non leur donner de l'argent pour arnaquer les gens.
a écrit le 08/11/2011 à 10:26 :
La fin du scellier est le début du retour à une économie de marché normale, comme on en voit à l'étranger. Les promoteurs continueront à construire des bâtiments, mais se feront un peu moins de marge averc des prix de vente plus raisonnables, voilà tout. Brandir des menaces de destructions d'emplois, c'est pour augmenter la pression sur le gvt. Sauf que plus de marge de manoeuvre de coup ci puisque plus d'argent dans les caisses de l'état.
a écrit le 08/11/2011 à 10:20 :
Quand on voit le fric déversé par l'Etat ces quinze dernières années, et que l'on met en face la tension locative exacerbée dans les grandes villes, les prix à l'achat délirants, les 400.000 logements neufs et VIDES construits dans des villes moyennes et dont les propriétaires ne défiscaliseront jamais le moindre centime, lire les commentaires des professionnels cités dans l'article est HONTEUX. Comment peut on avoir l'indécence de réclamer encore des efforts de l'Etat quand on est aussi INEFFICACE ? Ah, et enfin, quel plaisir de voir des "entrepreneurs" avec une telle mentalité d'ASSISTES bien française. Avec des "entrepreneurs" comme ça, on n'est pas sorti de la crise !
a écrit le 08/11/2011 à 9:10 :
beau commentaire,
mais derrière des promoteurs, il y a combien de corps de métier qui travaille dans la construction de ces logements. Les promoteurs ils continueront à vivre, car ils ont osé entreprendre et la promotion immobilière est risquée donc juteuse. Elle est aussi génératrice d'emploi, ce volet est beaucoup plus inquiétant que toute les remarques pseudo idéologique que l'on peut lire.
Réponse de le 08/11/2011 à 12:28 :
Je ne vois pas de quel droit les promoteurs serait subventionné. Qu'ils travaillent et gagnent de l'argent oui mais pas sur notre dos.
Regardez la courbe des prix et celle des aides. Bizarre elle augmente en meme temps. Qui c'est qui s'en met plein les poches ?
Réponse de le 08/11/2011 à 16:15 :
"la promotion immobilière est risquée donc juteuse"

Oui enfin elle est surtout risquée donc... risquée (et sans risque donc juteuse quand elle se fait à coup de subventions de l'Etat)
Réponse de le 08/11/2011 à 20:15 :
La droite "juste" devrait s'assurer d'un saine concurrence entre les entrepreneurs et non favoriser ceux de la construction plutôt que les autres ....
a écrit le 08/11/2011 à 8:55 :

Le scellier (& Cie), ça s'est finalement terminé par une hausse des prix du neuf.
Le PTZ+ (& Cie), ça s'est finalement terminé par une hausse des prix de l'ancien (qui augmentait déjà bien avec la forte baisse des taux, l'allongement de la durée des prêts, et la lobotomisation du lobby sur "préparez votre retraite, c'est le bon moment d'acheter).

Toutes les aides ou autres subventions à la construction partaient d?une idée qui était bonne, mais le résultat attendu n?est pas au rendez-vous : cela a entretenu la bulle immobilière, fait que les jeunes s?endettent sur 25-30 ans pour accéder à l?achat d?une studio.

Le lobby crie au scandale actuellement. Mais quand est-ce que les français vont crier au scandale sur le niveau de prix de l?immobilier en France ???? Les prix ont augmenté en moyenne de +150% en 10 ans, hausse organisée par les intéressés financièrement de l?immo (agents immo, banques, notaires et Etat. Ce dernier reconnaissant l?erreur de son système d?aides) alors que les salaires ont à peine augmenter de 30%.

quand Dinin parle de 60% de construction en moins, j'aimerais que les journalistes de La Tribune cherchent l?historique de la part d?investisseurs dans les ventes de neuf sur les 5-10 dernières années. Ce taux de 60% est une anomalie récente faisant suite à la crise de 2008 et aux premiers coups de rabots sur le scellier : les investisseurs se sont rués sur les programmes neufs pour défiscaliser tant qu?ils le pouvaient encore, quitte à acheter à 20-30% plus cher ?
a écrit le 08/11/2011 à 8:46 :
Aucun de mes commentaires n'apparait sur votre site ! Pourtant il ne me semble pas qu'ils soient particulièrement subversif. Merci de me dire pourquoi je suis blacklisté ?
Réponse de le 19/11/2011 à 20:11 :
Voit ton anti-virus
a écrit le 08/11/2011 à 8:45 :
Si le prochain gouvernement remette le Cellier (ou son équivalent) en oeuvre, c'est qu'il protège les intérêts d'une corporation au détriment de l'état et de la population: les français ne veulent plus de mesures fiscales qui ne font que pousser les prix vers le haut. En plus, cette mesure coute très chère à l'état et donc aux contribuables français.
a écrit le 08/11/2011 à 8:36 :
Excellent ! Suppression du Scellier, suppression du PTZ et de toutes les subventions sur la demande qui n'ont jamais aidé les ménages, les aides étant répercutées sur les prix.
Et tant pis pour les spéculateurs qui y laisseront des plumes avec le krach en vue : L'immobilier sert à se loger, pas à spéculer.
Que les investissements se dirigent vers l'entreprise et la production, pas vers la rente. Que les plus riches laissent les appartements aux ménages au lieu de payer n'importe quoi à n'importe quel prix pour faire du déficit déductible.
Réponse de le 08/11/2011 à 10:11 :
ok avec vous.

Le problème supplémentaire, c'est qu'après 10 années de hausse continue, le frnçais lambda (moyen, ou moutonnier, appelons-le comme on le souhaite) est persuadé que l'immobilier c'est synonyme de grosse "PLUS-VALUE" sans rien faire !
reagrdez autour de vous, on ne parle plus du besoin de se loger, mais de faire du fric sur l'immo grâce à la "PLUS-VALUE" ... et ils sont donc prêts à payer cher car ils en espèrent un fort gain derrière.

Jusqu'au jour où ... (les ricains, espagnols, irlandais pourraient nous parler de ce jour d'ailleurs)
a écrit le 08/11/2011 à 7:24 :
Si l'état avait investi l'équivalent de cet avantage fiscal dans la construction de logements, cela aurait évité toute bulle immobilière : pas d'augmentation des prix d'achat (qui compensait l'avantage fiscal), moindre pression sur les loyers (puisque plus de logements proposés à des prix raisonnables) et donc moindre pression sur les prix d'achat de logements proposés à la location.
Réponse de le 08/11/2011 à 8:51 :
Comment voulez vous que l'etat surrendetté finance la construction de logements, avec quel argent , vos impots ?
Avec le scellier c'est un moyen de le faire financer par des particuliers qui plus est l'état recupere 19,6% de TVA!!
Réponse de le 08/11/2011 à 12:32 :
Le scelier represente un manque à gagner pour l'état. Cet argent aurait du servir à construire des logements ou il y en a besoin et non à arnaquer ou le plus rentable.
Réponse de le 08/11/2011 à 20:10 :
Certains ont du mal a comprendre que les exonérations ... cela se finance sinon cela fait de la dette ... et que plutôt qu'exonérer on peut investir les fonds correspondants parfois plus intelligemment ... Mais bon la droite française ne voit que son coté : exonération, réductions d'impôts , l'efficacité ils s'en fichent ....
Réponse de le 15/11/2011 à 21:54 :
"Si l'état avait investi l'équivalent de cet avantage fiscal"? Pour un T2 à 130000 euros, l'état encaissait tout de suite 25480 euros de TVA, et promettait (ce qu'il ne tiendra pas) de rembourser sur plusieurs années 32500 euros en réduction d'impôt. Différence : 7020 euros sortis peu à peu de la poche de l'état? s'il avait tenu ses promesses. Avec 7020 euros, vous construisez quoi comme logement social Mr "Assez" ? Un demi-garage ?
Réponse de le 26/12/2011 à 21:16 :
@ rectification
vous oubliez un détail,c'est que loi scellier ou pas loi scellier,la tva l'investisseur la paie quand même,car de toute façon c'est un impot que l'on paye sur tout,aussi bien sur la baguette de pain du jour que sur la villa que l'on va s'acheter.

7020 euros c'est juste la "prime-avantage" que l'état offre à l'investisseur,une fois que VOUS vous avez déduit la tva,sinon le manque à gagner pour l'état il s'élève TOUJOURS à 32500 euros,dans la mesure ou sans ce dispositif,l'état se serait juste contenté d'empocher ses 25480 euros de tva sans plus en parler du tout après.

Certes avec 7020 euros on fait pas grand chose,même si on peut dire que 7020+7020+7020...etc
mais avec 32500 euros déjà c'est plus pareil.
Réponse de le 02/01/2012 à 20:55 :
@ clovis : Détail par-dessus le détail que vous évoquez : l?investisseur n?est PAS obligé d?investir dans un logement neuf pour le louer. Il peut acheter un terrain en pariant à la hausse, placer ses économies dans une assurance-vie, ou ne pas épargner et profiter d?un certain train de vie : belle voiture, voyages, loisirs. Ce n?est d?ailleurs pas plus stupide de faire la cigale, parce qu?un jour ou l?autre les fourmis seront sérieusement mises à contribution pour boucher le trou abyssal de l?endettement collectif. Notre investisseur a peut-être penché pour le dispositif Scellier par attrait de la carotte fiscale. S?il s?était offert quelques voyages, parlez-moi du manque à gagner de l?état avec l?argent qu?il aurait dépensé à l?étranger...Dans le cas présent, l?argent, encaissé par le promoteur, est redistribué en partie (le promoteur ne s?oublie pas?) vers la TVA et les entreprises (entreprises=emplois) . L?investisseur s?est peut-être endetté sur 15 ans pour cette acquisition. En ce sens, il s?est endetté pour l?état, qui va lui rendre avec intérêts sa TVA. N?oubliez pas que les 32500 euros ne lui seront rendus par l?état que sur 9 ans. Ceci s?appelle un prêt, concédé par l?investisseur à l?état. Ne vaut-il pas mieux que l?état emprunte à ses propres contribuables plutôt qu?aux marchés financiers ? Surtout si, rigueur oblige, l?état décidait de revenir sur sa parole, et de raboter voire supprimer l?avantage fiscal, le contribuable-investisseur en étant pour ses frais. Si l?état avait emprunté cet argent sur les marchés financiers, et qu?il décide ne ne pas rembourser, ceci s?appelle faire défaut, et c?est une autre histoire.
a écrit le 08/11/2011 à 6:05 :
Ces dispositifs de défiscalisation, insensés, n'ont en rien réduit la crise du logement, locatif en particulier. Ils n'ont fait que transférer l'avantage fiscal de l'acheteur vers un surprix de vente par les promoteurs et constructeurs en neuf, s'ils n'ont pas aussi encouragé les constructions où il n'y avait pas de demande réelle. La crise du logement ne se résoudra sur une décennie que par la libération de terrains sans usage en zones urbaines pour le neuf, et la requalification de l'ancien délabré en resolvabilisant ses propriétaires accablés par une fiscalité générant des revenus nuls voire négatifs.
a écrit le 07/11/2011 à 23:37 :
Pfff, les lois de defiscalisation ne remontent pas uniquement a Perissol mais à Mr Mehaignerie en 87.C'est fait bientot 25 ans, et c'est une aberation de supprimer cette loi, car les incitations fiscales permettent d'écouler + de 50% des stock de la promotion immobiliere et sans cela on va fracasser toutes l'aile neuve de l'immobilier donc le secteur de la construction et bien sur moins de frais de mutation pour l'etat mais plus d'alloc chomage a verser.........je leur donne pas 6 mois pour faire marche arriere....a tient cela correspond au prochaine election...bizarre vous avez dis bizarre
Réponse de le 08/11/2011 à 14:12 :
Ces aides n'ont aucune efficacité économique, coutent de l'argent au contribuable et ont un effet de distortion sur les prix. Il existe un grand nombre de pays dans lesquels ces aides n'ont pas lieu d'être et ils ne s'en portent pas plus mal.

Maintenant, sur votre dernier point, je pense que vous rêvez. Vous ne comprenez décidemment pas que la France est désormais dans une situation desespérée. La fête est finie, on allume les lumières et on évacue les cadavres.
Réponse de le 26/12/2011 à 21:23 :
@brice
je donne juste mon avis qui est...que ce genre d'aide ne peut être productive que dans des périodes de "non-bulle immobilière",donc dans des périodes ou il n'y a pas de forte spéculation immobilière pour tirer les prix vers le haut.
autrement dit aujourd'hui ne se prête pas à ce genre de dispositif.
a écrit le 07/11/2011 à 22:59 :
"la disparition du Scellier risque de supprimer 60% du marché de la promotion immobilière" => n'importe quoi ... au lieu de pomper les impôts à la place de l'état en revendant plus cher des logement qui ne le méritaient pas ... ils devront faire une petite reduc pour vendre et se feront un peu moins de pognon ... pas plus mal ...
Réponse de le 08/11/2011 à 0:12 :
Effectivement, c'est incroyable les promotions et la baisse des prix sur les logements neufs actuellement construits et invendus.
Réponse de le 08/11/2011 à 20:05 :
Il faut savoir attendre lulu ... surtout que les mesures viennent d'être décidées et ne sont pas encore effectives and......
Réponse de le 26/12/2011 à 21:25 :
@ZORRO
sachez vous méfier du calme avant la tempête,une autre crise s'annonce déjà.
a écrit le 07/11/2011 à 22:16 :
Un des sujets de plus qui n'ennuie qu'une petite partie de la population : les investisseurs.
Bonsoir,
toutes ces lois ne profitent qu'a un petit nombre. Les locataires de ces bien "lois Scellier" paient des loyers de moins en moins supportables. Et pour ce qui concerne les primo-accédants...enfin ce n'est pas le sujet.
J'aurais juste deux questions qui peuvent-être posées dans presque tous les sujets d'actualité :
1°/ Pourquoi vouloir toujours plus d'argent, quand on en a déjà plus que la masse du "peuple" n'ose même pas esperer posséder?
2°/ A part une "révolution", quelle est la soltution pour que la classe "moyenne" sorte de ce cauchemar ?
Bon courage.
a écrit le 07/11/2011 à 21:48 :
rhou rhou.
a écrit le 07/11/2011 à 20:48 :
Enfin?

La suppression du Scellier est une excellente mesure, il faut que le marché se recentre enfin sur les primo-accédants.

Maintenant je pense que le secteur immobilier ne doit pas s?écrouler (beaucoup d?emploi) il doit s?ajuster à la solvabilité des acquéreurs, et pour cela il est absolument nécessaire de prendre des mesures pour améliorer l?élasticité de l?offre dans les secteurs en tensions (grandes villes?). Il faut donc trouver des solutions qui ne coutent pas d?argent au contribuable afin de soutenir une dynamique dans ce secteur en particulier dans les grandes villes ou les besoins sont immenses.

L?état peut agir sur :
- Forcer la libération de foncier (entreprise publique SNCF, armée, reconversion des bureaux, taxe sur la rétention de foncier, etc...)
- La simplification du code de l?urbanisme etc?

Si la suppression du scellier est accompagner d?action coordonnée sur la libération de foncier alors :
- Le secteur immobilier ne s?effondrera pas
- Les français seront mieux logés
- Les finances publiques seront OK
Réponse de le 09/11/2011 à 16:48 :
Je ne pense pas que les prix du neuf puissent baisser beaucoup et suffisamment rapidement dans les secteurs convoités (foncier et coûts de construction très cher), donc la baisse de la construction, et le chômage qui va avec, semble inévitable. Maintenant, dans mon cas personnel, j'ai regardé l'offre en neuf dans mon département, et ... je suis parti en courant (vraiment trop cher). Le souci est que les investisseurs se tournent vers l'ancien, qui sans incitation fiscale est beaucoup plus rentable. Cela va soutenir les prix, et au minimum exclure les primo accédants.
Réponse de le 26/12/2011 à 21:55 :
@claude34
"Le souci est que les investisseurs se tournent vers l'ancien, qui sans incitation fiscale est beaucoup plus rentable."
il faut donc réfléchir à des mesures fiscales pour rogner sur la rentabilité des investissements immobiliers à but LUCRATIF,c'est à dire dans un but autre que celui de se loger,pour garder ce type d'investissement dans des proportions RAISONNABLES.
Par exemple augmenter les impots sur les revenus des loyers quand ceux-ci représentent mettons plus de 500 000 euros par an pour un particulier personne physique(pour freiner les gros gros investisseurs sans TROP pénaliser les petits).Des mesures du même type pour les entreprises qui possèdent de l'immobilier a ces fins,mais avec d'autres barèmes.
ce que je viens de dire c'est juste pour faire saisir l'esprit de ce que j'en pense,à ne pas prendre au pied de la lettre.
a écrit le 07/11/2011 à 18:58 :
On doit investir dans l immobilier sans carotte fiscale voilà une bonne nouvelle, et d une niche fiscale de moins BRAVO
a écrit le 07/11/2011 à 18:02 :
Il étai temps. Marre de ce dispositif scandaleux, marre d'entendre dire "Tiens , tu sais, j'ai acheté un 3 pièces dans le 15ème le mois dernier. Bah, c'est pas grand chose, tu sais, c'est le truc qui se finance tout seul"..............
a écrit le 07/11/2011 à 17:42 :
C'est la fin d'un dispositif scandaleux qui aura entretenu une bulle immobilière jusqu'au bout au détriment de ceux qui ont besoin de se loger et des investissement productifs et créateur d'emploi.
L'argument des 100 000 emplois en jeu m'amuse dans la mesure ou ces emploi sont essentiellement venus du reste de l'Europe. Je n'ai rien contre les "plombiers polonais" mais de la à les subventionner, tout de même...
Quand à l'argument marronnier de l'augmentation des loyer qui pourrait subvenir, il est purement et simplement malhonnête. Les promoteurs vont juste devoir réajuster leurs marge colossales à la baisse pour revenir à des niveaux décents.
Cela fait trop longtemps que cette arnaque dure.
J'espère que les lobbies ne vont pas retourner le gouvernement ce coup-ci.
Réponse de le 07/11/2011 à 23:45 :
Avant de parler de marge extravagante pour les promotteurs, renseigner vous dabord sur le cout du foncier (propritaires privées) qui a doublé en deux, + cout de construction BBC qui explose.....c'est belle et bien le premier maillon de la chaine qui se gave le plus et le dernier qui en fait les frais....
Réponse de le 08/11/2011 à 4:21 :
Le coût du foncier baissera aussi à ce moment là, il a bien été entretenu par la bulle lui aussi, les prorpiétaires de terrains ont surenchéris les prix du mètre voyant le marché exploser c'est pas plus compliqué.
a écrit le 07/11/2011 à 17:27 :
La suppression du Scellier (et de ses dérives !) serait une très bonne chose. Les différents dispostifs qui se sont succédés (Perissol, Robien, Borloo, etc..) n'ont jamais réglé le problème du manque de logements et sont donc inutilement couteux. Evidemment le secteur de la construction immobilière va crier au scandale et va essayer de faire annuler cette suppression. Ce serait au détriment de nos impôts et en plus les acheteurs de Scellier, qui sont des investisseurs, sont moins regardants sur les prix car on leur vend du "défiscalisé" et ils acceptent des prix plus élevés...quand ils ne se font pas avoir avec des logements construits dans des zones où il n'y a pas assez de locataires potentiels !
a écrit le 07/11/2011 à 17:17 :
Ras le bol des promoteurs.
Qu'ils baissent leurs tarifs. Il y aura alors des investisseurs, mais aussi des acheteurs de résidence principale...
a écrit le 07/11/2011 à 17:11 :
il faut surtout que les promoteurs baissent leur marge car les prix sont déjà trop surestimés.Dans AUCUN pays d'europe les marchands de bien dit"promoteurs" ne sont aidés à ce point!
Réponse de le 07/11/2011 à 17:23 :
100% d'accord. Marre de ces subventions pour promoteurs et riches investisseurs. qui n'en ont pas besoin.
Il serait bien préférable qu'on encourage les gens à investir dans des entreprises plutôt que dans la pierre.
Réponse de le 07/11/2011 à 19:31 :
Tout à fait d'accord avec Seb.
Je suis heureux de voir que des gens pensent lucidement à une autre voie que celle des rentiers.
J'espère d'ailleurs qu'un prochain gouvernement viendra à imposer par l'impôt le fait auprès de multipropriétaires de louer systématiquement leur bien à un tarif plafonné dès lors que celui-ci se situe dans des centres urbains. Trop de logements inoccupés dans les rues des grandes métropoles.
Réponse de le 07/11/2011 à 20:47 :
je ne suis pas tout à fait d'accord avec vous; la loi scellier m'a permis d'acheter un bien en province alors que je vis à Paris où les pris sont inabordables; ce bien va s'auto-financer et je compte le récupérer pour ma retraite; sans cette récupération fiscale, je n'ai pas les moyens de financer un achat; les loyers à Paris ou région parisienne son excessifs et ne facilitent pas les économies nécessaires pour un apport personnel; ne croyez surtout pas que les promotteurs vont baisser leurs pris, surtout s'ils vendent moins dans les secteurs ou la demande de logement reste importante; ce sont les loyers qui vont augmenter dans les zones ou la demande est plus forte que l'offre.
Réponse de le 07/11/2011 à 23:19 :
qui se préoccupe des exclus du logement qui ne "peuvent plus se loger normalement" beaucoup de jeunes ou des smicards tout simplement car les petits salaires pullulent en 2011 ?
les riches ne suffisent plus à maintenir la croissance ! la bulle immobilière cachait la récession qui s'installe ! il nous faut une autre politique pour que l'économie fonction ne et que "l'argent tourne" ...
Réponse de le 08/11/2011 à 4:24 :
@fmc

Et oui la carotte fiscale a encore frappé et vous a permis d'acheter un bien à prix bullesque, du n'importe quoi dans toute sa splendeur.
Réponse de le 26/12/2011 à 22:03 :
@fmc
"ne croyez surtout pas que les promotteurs vont baisser leurs pris, surtout s'ils vendent moins dans les secteurs ou la demande de logement reste importante; ce sont les loyers qui vont augmenter dans les zones ou la demande est plus forte que l'offre"
vous,comme beaucoup d'ailleurs,vous oubliez toujours qu'avant même le critère de l'offre et de la demande sur le marché,c'est le critère de la solvabilité du payeur potentiel (acheteur comme locataire) et de son pouvoir d'achat,qui est déterminant avant tous les autres.

pour vous donner une image,il ne sert a rien d'essayer de vendre un diamant finement taillé en installant son échoppe au milieu des pauvres gens qui se payent que durement leur repas quotidien.
Réponse de le 26/12/2011 à 22:05 :
@tron
"Et oui la carotte fiscale a encore frappé "
on peut faire plus de choses que vous ne le pensez avec une carotte...des choses en tout genre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :