Agences immobilières  : comment reconnaître un bon professionnel  ?

 |  | 317 mots
Claude-Olivier Bonnet, fondateur de Drimki : "ne soyez pas choqué s'il vous demande une pièce d'identité. C'est gage de sérieux."

Comme dans toutes les professions, il existe des bons et des mauvais agents immobiliers. Voici quelques astuces pour trier le bon grain de l'ivraie. Vérifiez d'abord que votre interlocuteur possède une carte professionnelle délivrée par la préfecture, qu'il soit le gérant ou simple commercial. Il doit pouvoir vous présenter son numéro d'inscription au registre du commerce et des sociétés, ses garanties d'assurance et son barème de commission. Ensuite, avant de confier la vente de son bien, il faut être en confiance. Privilégiez les discours clairs, les engagements fermes, écrits si possible, et, pourquoi pas, demandez à contresigner la charte qualité qu'il a pu établir. Sa rigueur constitue un autre critère. Un bon agent doit collecter les pièces utiles et obligatoires pour vendre. Ne soyez pas choqué s'il vous demande une pièce d'identité, au contraire. Il est important qu'il initie la vente en récupérant les informations qui permettront aux éventuels acquéreurs de s'engager sans aucun doute?: copie de l'attestation de propriété, pièces d'identité des signataires du mandat (ou procurations), copie des deux derniers procès-verbaux d'assemblée générale, diagnostics obligatoires... Par la suite, l'agent scrupuleux vous tiendra au courant de l'évolution de l'avancement de sa mission tous les dix jours. La loi précise d'ailleurs qu'un intermédiaire doit établir des rapports réguliers à son mandant.

En résumé, privilégiez les pointilleux qui demandent des informations tout en prenant le temps d'estimer le bien et de s'en imprégner, plutôt que les collecteurs de mandat qui restent chez vous une quinzaine de minutes. Et n'hésitez pas à demander un avis sur la valeur du bien à l'issue de la première visite.

Pour accéder à l'ensemble des questions pratiques, cliquez ici.


Retrouvez une nouvelle "question pratique" du lundi au vendredi dans le journal La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :