Le point sur la menace de hausse des impôts

 |   |  209  mots
Le débat sur la réduction des avantages fiscaux n'est pas clos. Le gouvernement et le Parlement vont en débattre.

Officiellement, il n'est pas question d'augmenter les impôts comme s'y est engagé à plusieurs reprises Nicolas Sarkozy.

Les Parlementaires ont bien lancé un débat sur la nécessité de réduire les avantages fiscaux dont bénéficient de nombreux Français, avantages surnommés "niches fiscales" au nombre de près de 400 et qui représenteraient un manque à gagner de 70 milliards d'euros pour les finances de l'Etat, confronté à un très lourd déficit à cause de la crise, synonyme de moindres rentrées fiscales, et du coût du plan de relance.

Mais cette initiative a été rapidement bloquée. Toutefois, le ministre du Budget, Eric Woerth, envisage toujours de réduire certaines niches.

Une réduction des avantages fiscaux signifierait bien, pour ceux qui la subissent, une hausse des impôts. D'où le caractère sensible du sujet.

Retrouvez tout notre dossier sur le sujet :

- les dernières annonces d'Eric Woerth

- l'offensive parlementaire bloquée

- notre sondage sur vos craintes de hausse des impôts

- le programme de la rentrée sur le dossier des impôts

- le débat politique sur la réduction des avantages fiscaux

- comment la polémique a commencé

- ces niches fiscales qu'on abat

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La flat tax! La flat tax!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la hausse des impôts,on la prend déjà en pleine gueule,taxe foncière + 27%.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Niches fiscales ne pas toucher, c'est l'argent des riches et amis de nos enarque qui nous prennent pour des cons
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Impôt? Impôt ? P'têtre qui boivent à Paris ?
Comme le disait Fernand Raynaud
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Hypocrisie gouvernementale, les impôts locaux 2009 en ille et vilaine s'envolent plus de 7 % de hausse, alors si SARKOZY ne veut pas que les impôts augmentent, alors qu'il limite les hausses des différentes institutions...Nos députés, souvent élus locaux, doivent remettre en cause le budget du gouvernement et lui imposer le retour à l'équilibre (il en est de même pour les budgets locaux), quitte à augmenter l'impôt sur le revenu, supprimer les niches fiscales, instaurer des plafonds de hausses des budgets des collectivités territoriales (hausse limité à 2% ou à l'inflation). Ce laxisme budgétaire nous entrainera à un moment donné à prendre des mesures qui seront plus douloureuses.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon sens faites payer les marchés qui sont responsable du désastre actuel. Pourquoi devrais payer pour eux!!! Enfin!!!!
Dans quel pays vit on!!!Vous allez vous réveiller français!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On est champion du monde pour les impôts, que ce soit ceux des particuliers ou des sociétés. Malgré cela on creuse le déficit qui devient un gouffre. Il n'y a qu'une solution pour sortir de la facilité que choisissent nos élus : inscrire dans la constitution l'INTERDICTION d'AUGMENTER L'ENSEMBLE DES PRÉLÈVEMENTS D'UN POURCENTAGE SUPÉRIEUR À CELUI DE L'INFLATION.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Au lieu de polemiquer sur ce qu'il convient de faire pour payer ou non des impôts en plus, pourquoi, pour être sûr que l'Etat récupère de l'argent, ne pas "fonctionnariser" les députés, les sénateurs avec un salaire mensuel, "un peu moins élevé, quand même, que celui qu'ils touchent actuellement" et surtout qu'ils ne soient rémunérés qu'en étant présents à toutes des séances et qu'ils payent des impôts sur "TOUT" ce qu'ils encaissent
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis propriétaire de ma résidence principale que je n'arrive pas a vendre et je viens de recevoir ma taxe foncière en augmentation de plus de 9% sur Lyon.C'est un véritable racket et les élus qui votent ses augmentations sont complètement dingues et irresponsables.Au fait le Maire de Lyon est de gauche!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Quand je vois le trou de la sécu, le cout du plan de relance, la bourse qui fait depuis un an n'importe quoi, sans oublier le saupoudrage de petites taxes supplémentaires, je vais bien finir par me barrer en Belgique ! Vive la France !
un internaute qui a l'impression d'être pris pour un citron...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ou Olivier Sarkozy, je ne sais plus tres bien qui a été élu président de la république. Une chose est sur, vivement que la gauche revienne au pouvoir pour faire une politique favorable aux classes moyennes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Jusque dans les années 70 le taux global des prélèvements était d'environ 1/3. Le pays construisait des routes, des autoroutes des hôpitaux des écoles des lycées et des facultés. Renault et d'autres "pompaient" de l'argent du contribuable, on se payait des "danseuses" comme le FRANCE et le CONCORDE et on remboursait la dette de guerre. A partir de la fin des années 70 le pays a commencé a augmenter régulièrement ses prélèvements et a fini par ne quasiment plus rien investir en renvoyant tout à la sphère privée tout en faisant des déficits inexistants antérieurement. Où est passé le pognon, qui l'a piqué ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :