Retraites complémentaires : le coup de gueule d'un syndicat

La CFE-CGC estime que "le patronat souhaite aller vers un changement de modèle social qui ne dit pas son nom". Et elle accuse le Medef de vouloir se servir de ces négociations sur les retraites complémentaires pour obtenir du gouvernement une baisse des cotisations patronales.
Infographie LaTribune
Infographie LaTribune

Les négociations entre patronat et syndicats sur les retraites complémentaires se passent mal. En témoignent deux communiqués vengeurs successifs de la CFE-CGC, syndicat de l'encadrement.

Le premier, intitulé : "Retraites complémentaires, toujours pire !", souligne qu'"à l'occasion de la négociation Agirc-Arrco qui se déroule aujourd'hui au Medef, la CFE-CGC déplore que le patronat souhaite aller vers un changement de modèle social qui ne dit pas son nom :

 - refus dogmatique de toute ressource complémentaire qui entraine la baisse des pensions et affaiblit la retraite par répartition.

- démarche patronale qui pervertit notre modèle social et instaure un nivellement par le bas des prestations sous couvert d'un égalitarisme obsessionnel.

- accentuation de la baisse des pensions de l'encadrement qui conduit à la paupérisation des retraités de la classe moyenne.

 La CFE -CGC ne cautionnera pas cette démarche qui fait le lit de l'assurance privée !", conclut le syndicat.

Vendredi soir, le ton monte encore et la CFE-CGC parle cette fois de "l?errance patronale !". Il écrit : "Aujourd?hui, le patronat avait-il une ligne de conduite ? Si c?est le cas,a-t-il perdu la boussole ? Louvoyer n?est pas négocier !

 

Un pas en avant : Après de multiples allers-retours, on nous fait miroiter un statut quo pour les pensions de réversion !

 

Deux pas en arrière : les majorations pour trois enfants et plus initialement proposées à 10% régressent à 8 % ! puis reviennent à 10% avec plafonnement à 1000 euros par

an ! ,L?évolution des rendements n?est pas stabilisée à terme, ni pour l?AGIRC, ni pour l?ARRCO et c?est l?encadrement qui paie l?addition la plus lourde !

 

Et du sur-place obstiné pour refuser de nouvelles recettes, qui seules permettraient de pérenniser la retraite complémentaire par répartition.

 

Tout cela pourquoi ?

 

? Pour proposer un maintien de l?AGFF pour quelques années, alors que personne ne prendra le risque de la supprimer ! Un beau miroir aux alouettes !

 

? Pour permettre au MEDEF, de plus en plus ultralibéral de détruire le modèle social français, qu?il juge dépassé et trop onéreux."

 

La CFE CGC lance en conclusion qu'elle "refuse d?être l?otage du jeu trouble du MEDEF qui veut faire plier le gouvernement sur la baisse des cotisations patronales. Ils veulent brader notre protection sociale, pour davantage de bénéfices et de dividendes."

Un bras de fer à suivre dans les prochaines heures.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.