La polémique "The Economist", une "bombe"... qui éclate en retard ?

 |   |  415  mots
DR
DR (Crédits : DR)
Le dossier polémique de The Economist dresse un bilan plutôt noir de la situation française. Son auteur, John Peet affirme ce vendredi dans une interview au Nouvel Observateur l'avoir terminé avant la publication du rapport Gallois et du pacte de compétitivité, au moment où circulaient les rumeurs sur son contenu et ce qu'allait décider le gouvernement.

"So much to do, so little time" ("Tellement à faire, si peu de temps"). C'est par ce sous-titre que The Economist résume la situation française dans son dossier qui fait polémique depuis jeudi. Et justement, une question de "timing" se pose quant à la publication de ce fameux reportage qui décrit la France comme une "bombe à retardement" pour l'Europe. Car, interrogé par Le Nouvel Observateur, l'auteur de cette enquête et rédacteur en chef Europe du titre, John Peet précise : "Nous avons terminé notre dossier il y a trois semaines, avant la publication du rapport Gallois, et avant l'annonce du pacte de compétitivité". Pour mémoire, Louis Gallois a rendu son rapport le 5 novembre et le Pacte de compétitivité, qui comprend un allègement d'impôt de 20 milliards d'euros sur les entreprises a été dévoilé le lendemain.

Gallois cité deux fois

Pourtant, que ce soit dans l'éditorial qui accompagne le dossier ou à l'intérieur même de celui-ci, le rapport Gallois et le pacte du compétitivité sont bien cités. "Mr Hollande a reconnu que la France manquait de compétitivité, et, de façon encourageante, il a récemment promis de mettre en oeuvre de nombreux changements recommandés par un nouveau rapport de Louis Gallois, un homme d'affaires, notamment la réduction du poids des charges sociales sur les entreprises", est-il écrit dans l'éditorial. Plus loin, il est à nouveau question du rapport: "Le gouvernement a également demandé à Louis Gallois (...) d'enquêter sur la façon d'améliorer la compétitivité. Bien qu'il ait rejeté son exigence de 'choc de compétitivité', il a promis de réduire les taxes sur le travail". Au moment où The Economist dit "boucler" son dossier, le contenu du rapport avait largement fuité, mais les conclusions tirées par le gouvernement n'étaient pas encore connues. Elles l'étaient toutefois au moment de la décision de publication, ce qui n'a pas eu pour conséquence de modifier le texte.

La France, difficile à réformer?

Le rédacteur du dossier répond au Nouvel Observateur que s'il devait le rédiger aujourd'hui, il écrirait "que le gouvernement reconnaît le problème de manque de compétitivité de la France, et qu'il a annoncé son intention de réformer dans la bonne direction. Mais il y a une différence entre annoncer et faire". Il considère enfin que "la France est un pays difficile à réformer".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/11/2012 à 15:51 :
Les commentaires des lecteurs de ma Tribune que je lis montre une fois de plus que les français ont l'impression de faire bien. La France a beaucoup d'atouts mais à droite comme à gauche le courage politique fait cruellement défaut . Cela fait 10 ans qu'il faut supprimer les 35h, cela fait des années qu'il faut simplifier la vie de l'entrepreneur (ie supprimer les usines à gaz), cela fait des années qu'il faut assouplir le code du travail pour les PME / TPE qui n'ont pas les moyens de se payer un juriste et qui ont besoin de souplesse face à un carnet de commande instable : 3 mesures simples, 3 mesures pragmatiques, 3 mesures proposées par qqn qui a mis les mains dans le cambouis (et non pas un nième énarque englué dans ses théories keynésiennes).
a écrit le 18/11/2012 à 14:26 :
3 mois avant le sauvetage de l'Irlande, the Economist considérait ce pays comme l'exemple à suivre... Mort de rire, quelle bande de guignols !!
a écrit le 18/11/2012 à 14:25 :
The economist n'a absolument pas venu venir a crise des subprimes; ils ont perdu tout crédibilité depuis et cherchent à se rattraper en prédisant de nouvelles crises qui n'auront peut-être pas lieu...
Réponse de le 18/11/2012 à 17:33 :
Apparemment vous n'avez jamais lu ce journal. Ils alertaient depuis au moins 2006 sur l'aveuglement de ceux qui pour gagner 0,1% de plus étaient prêts à prêter à des clients insolvables (que ce soit la Grèce ou les subprimes).
a écrit le 18/11/2012 à 13:05 :
La propagande anti europe des marchés anglo-saxons est risible, ils savent bien que la livre et le dollar ont un avenir, en terme de domination, qui se limite à 2013, diversion, diversion. L'europe se structure dans la douleur; les anglo-saxons se désagrègent à la vitesse grand V, il nous faudra les aider. Fuir la bourse au plus vite, il est encore temps.
a écrit le 18/11/2012 à 12:22 :
Il n'y a ABSOLUMENT AUCUNE possibilité que ce pays se réforme un jour. Trop d?intérêts sont en jeu, et la caste au pouvoir ne laissera pas l'état maigrir, ce serait signer son arrêt de mort. L?Italie, l'Irlande, l'Espagne, le Portugal vont vivre des heures difficiles, mais s'en sortiront. Pour la France, c'est la vie sous perfusion des fonds européens, mais rien, absolument rien ne peut plus changer. C'est pas grave, nos enfants iront vivre ailleurs (c'est de plus en plus le cas).
Réponse de le 19/11/2012 à 17:49 :
Vous oubliez le défaut de paiement... la Grèce, l'Argentine, la Suède...
a écrit le 18/11/2012 à 9:45 :
Malheureusement pas ! La réduction de charges de 20 milliards prévue par Hollande sous conditions fait suite à des hausses de charges inconditionnelles par Sarkozy puis par Hollande qui dépassent 30 milliards en cumulé, sans compter des taxes locales qui augmentent parfois de 300% ! Au total, en 2017, les charges qui pèseront sur les entreprises auront augmenté de plusieurs dizaines de milliards mais on peut être certain que la dette publique n'aura pas reculé le moins du monde. Ne nous y trompons pas : l'article de "L'Economiste" est tout à fait pertinent pour les années à venir. Si l'Etat français ne fait pas rapidement des économies significatives, de l'ordre de 80 à 100 milliards de réduction des dépenses publiques, la crise de la dette frappera durement la France. Il faudra alors économiser très rapidement plus de 300 milliards, soit directement 15% du PIB actuel. Mais en réalité, les conséquences indirectes de cette catastrophe seront bien plus lourdes, au moins un tiers du PIB risquant d'être détruit en quelques mois. Le risque n'est même pas d'entrer en récession mais dans une véritable dépression économique qui entraînera l'explosion de la zone euro. La France est la maillon faible de l'Europe ; les Allemands nous le disent, les Anglais nous le disent : faut-il être aveugle et obstiné, obsédé par le dogmatisme politicien, avec une espèce d'arrogance inouïe, pour refuser de tenir compte des avertissements avisés venant du reste du monde ?
Réponse de le 18/11/2012 à 19:49 :
Et oui nous sommes le maillon faible , et oui on va payer très cher , çà va saigner , et non rien ne changera tant que çà marche , pourquoi ils s'en priveraient , on va s'écraser dans le mur à pleine vitesse , et alors , c'est le peuple qui paient , les nantis se seront mis à l'abris juste avant .
Réponse de le 19/11/2012 à 17:51 :
On est déjà dans le mur... 6 millions de chômeurs, la récession, la dette en quoi est-ce un système bénéfique pour la population?
a écrit le 18/11/2012 à 0:32 :
En tous cas espérons que le temps où l?Allemagne et la France se mettaient d?accord avant un sommet pour imposer leur solution aux autres soit révolu, parce-que c'est bien cela qui a conduit l?Europe au bord du précipice et qui a permis à l'Allemagne de s'engraisser aux dépens des autres économies européennes, ceci grâce à son excédent commercial chronique qui lui permet d'exporter son chômage!
Réponse de le 18/11/2012 à 9:48 :
Le socialisme et son endettement public irresponsable ont conduit l'Europe au bord du gouffre. L'Allemagne exporterait son chômage ? Tu t'es vu quand t'as bu ?
Réponse de le 18/11/2012 à 9:52 :
L'Allemagne n'a jamais empêché personne de travailler ardemment, je dirais même qu'elle a encouragé ses voisins Européens a en faire autant.
Mais voila le gros problème ce sont les entraves mises en place par les dirigeants des pays du sud pour entreprendre et travailler dans de bonnes conditions, alors pas étonnant aujourd'hui que ces mêmes pays du sud trainent un chômage endémique et une paupérisation grandissante.
Mais je suis d'accord avec vous sur un point, l'Europe communautaire a vécu et elle a coulé, désormais place à une Europe des nations.
Réponse de le 18/11/2012 à 10:18 :
Badoglio à raison. C'est L'Organisation internationale du travail (OIT) qui le dit. Allez voir ceci sur: http://www.lemonde.fr/crise-financiere/article/2012/01/24/les-bas-salaires-allemands-seraient-a-l-origine-de-la-crise-en-zone-euro_1633684_1581613.html
a écrit le 17/11/2012 à 15:27 :
pour nos socialistes etre critiqué par un journal libéral de droite est carrément insupportable par contre les critiques de la LCR n'indisposent personne c'est quand même bizarre non ?
a écrit le 17/11/2012 à 14:01 :
Quand le socialisme passe, l'humanité trépasse...
Réponse de le 17/11/2012 à 14:27 :
dans le cas d'espèce ce serait plutôt "quand l'incapacité à faire son métier d'informer , l'humanité ...". Pour votre gouverne personnelle je vous signale que The Economist a passé les années 1933/1940 à faire un éloge de Hitler et de ses "réformes", sans oublier son hostilité à Churchill!
Réponse de le 17/11/2012 à 15:16 :
Indice: Elle n'a pas fait l'ENA. et elle connait très bien les dérives du socialisme:
Après ses études, elle part pour Berlin avec son époux. Elle est admise comme collaboratrice à l'Institut central de chimie-physique de l'Académie des sciences de Berlin-Est. Sous la direction de Lutz Zülicke, elle prépare sa thèse de doctorat5 en chimie quantique, qu'elle soutient en 1986. Elle obtient la mention « très bien » (magna cum laude). Pour pouvoir obtenir le grade universitaire de Docteur en Sciences de la nature (Dr rer. nat. : Doctor rerum naturalium), il était obligatoire en RDA de joindre à la thèse de doctorat un travail écrit prouvant que les connaissances en Marxisme-léninisme du postulant avaient été approfondies durant ses études. Elle rédige un texte intitulé : « Qu'est-ce que le mode de vie socialiste ? » qui reçoit la mention « correct » (rite).
Durant cette période, elle n'est pas membre du SED ni d'aucun autre parti affilié, et elle ne montre pas non plus d'activité dans l'opposition civile ou religieuse.
Réponse de le 17/11/2012 à 23:59 :
j'ai bon ?
Réponse de le 18/11/2012 à 8:08 :
Quand l'humanité trépasse, le socialisme passe.
Réponse de le 19/11/2012 à 17:57 :
Et la gauche n'a-t-elle pas fait l'éloge de Staline, l'idéologie est bien criminelle. L'homme conquiert sa liberté, mais ici on réduit les salariés à l'état d'esclaves de la fonction publique. Ainsi le niveau de vie se réduit progressivement et les entreprises s'écroulent comme des dominos. C'est une mise en faillite ce que nous vivons.
a écrit le 17/11/2012 à 13:55 :
Le socialisme est bien l'ennemi public numéro un de l'humanité. Non seulement l'Etat supprime la liberté de la population mais en plus il dévaste le pays. SOCIALISME ET HUMANISME, VOILA UNE OXYMORE !!
a écrit le 17/11/2012 à 12:14 :
Mais des bombes il y a en a plein en Europe. L'allemagne n'est pas la moindre mais elle est à mèche lente! De toute façon les marchés ne nous laisserons pas nous désendetter. Ils n'y ont aucun intérêt. Par contre ils veulent bien une part plus importante de l'argent public. C'est ce qu'ils ont encore fait en Espagne en prélevant en intérêts financiers supplémentaires l'équivalent des économies faite par Rajoy sur la protection sociale soit plus de 20 milliards. Alors le socialisme de l'offre est il une réponse? laphrasedeshabillee.blogspot.fr
Réponse de le 17/11/2012 à 13:11 :
Faux ! L'Allemagne n'est une bombe que a cause des pays comme la France qui lui pourrissent ses economies.

Et si tu insistes vraiment, oui l'Allemagne est une bombe mais que dans au moins 15 ans. D'ici la, la France aura deja eu le temps de devenir un pays de l'Est.....
Réponse de le 17/11/2012 à 14:05 :
Si Allemagne est une bombe à cause de sa natalité trop faible, elle a besoin de l Europe pour survivre.
Merkel va perdre les élections, sont seul moyen d inverser la tendance est de convaincre que Hollande et Monti sont dans l erreur, tout les moyen sont bon même de payer une feuille de choux anglaise.
a écrit le 17/11/2012 à 12:08 :
Dans les improductifs, classez-vous les retraités ? 15 millions de seniors qui votent bien UMP et qui mangent 15 points de PIB (chiffre en croissance)
Christian St. Étienne souligne qu'en France les 25-55 ans sont les générations sacrifiées : elles supportent toutes les autres, elles n'auront pas de retraite et elles rembourseront les dettes à la finance dérégulée
a écrit le 17/11/2012 à 11:47 :
La France est difficile à réformer à cause de sa caste de fonctionnaires et d'administrations publiques et par ses syndicats prêt à défendre leurs propres intérêts que celui de la nation.
a écrit le 17/11/2012 à 11:39 :
La France est juste une oligarchie gérée par l'administration (ENA ...) et quelques syndicats qui n'ont aucunes raisons de réformer le pays puisqu'ils en vivent et, en aucun cas, il ne s'agit de politique (idem à gauche comme à droite) ! Ce pays a créé depuis des dizaines d'années un vivier d'électeurs (fonctionnaires et assimilés) qui ne souhaitent pas non plus de réformes structurelles comme l'égalité entre public et privée ... Que faire ? Il faudra juste être devant le mur de la dette pour une profonde remise en cause de notre modèle mais surtout de notre mode de fonctionnement avec ce nombre incalculables d'improductifs.
Réponse de le 17/11/2012 à 14:04 :
tout à fait d'accord avec vous, ceux qui proclament de belles idées cachent souvent la défense de leurs intérêts privés. Les différences entre les français en matière de retraites sont inadmissibles et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.
Réponse de le 18/11/2012 à 12:18 :
Elnormando : Mur de la dette ou pas, je suis plus pessimiste que vous. Je pense, en effet, que la caste au pouvoir n'acceptera jamais de lâcher le volant. Elle fera tout pour conserver ses privilèges, même après une faillite. Je pense avec tristesse qu'il n'y a ABSOLUMENT AUCUNE chance que ce pays se réforme un jour. Il va continuer sa descente et tendre vers un mélange de Roumanie et de Maroc. C'est ce que j?appelle la Roumarocanisation.
a écrit le 17/11/2012 à 11:33 :
Pour moi , la bombe à retardement s'appelle les usa .
Si la croissance des usa parait presque correcte, elle se fait au prix d'un déficit budgétaire énorme. Or cela revient à mettre l'économie sous perfusion de fond publics.
Les usa ne peuvent continuer comme cela.
Quand les usa vont se serrer la ceinture, même graduellement, ça va faire mal.
Réponse de le 17/11/2012 à 13:57 :
Exactement, seuls les pays qui font des excédents fonctionnent correctement. Les autres s'apauvrissent.
Réponse de le 18/11/2012 à 0:02 :
Et quelle conclusion devrait en tirer notre gouvernement ??
a écrit le 17/11/2012 à 10:36 :
Je n?adhère pas du tout au "modèle" anglais fait de la paupérisation des salariés mais il y'a une part de vérité, que les multiples étages administratifs font de la France une usine à gaz, que le corporatisme et le masquage au travers des mots fait oublier que nous nous mettons à portée d'attaques financières violentes qui pourraient plonger le pays dans le chaos financier. On emprunte 8 milliards/mois pour nourrir des retraites de cheminots, les oligarques, gaver le CAC40 de subventions en échange de rien, donner des retraites gratuites qui partent au bled, payer des retraites qui ne sont pas financées, etc On va dans le mur en chantant. C'est pas sérieux. E(t ce n'est pas une réaction d'homme.
Réponse de le 17/11/2012 à 11:16 :
je ressens la même chose que vous , la société anglaise me fait horreur du fait des inégalités sociales mais la société française recèle des inégalités plus insidieuses et prétendument fondées sur le mérite ou l'élitisme. Ces inégalités sont à rapprocher de celles qui gangrènaient la société de l'ancien régime, avant la révolution française. la société française actuelle a des relents de monarchie et de privlèges qu'il faudrait supprimer . En réalité , au lieu de récompenser le mérite comme elle le prétend, elle récompense toujours plus le statut qui assure confort et revenus ceux qui ont eu la chance de faire les bonnes études , les grandes écoles qui conduisent aux carrières politiques avec le cumul des mandats, aux métiers de la haute fonction publique où les privilèges se multiplient , au pantouflage , aux métiers prestigieux des grandes sociétés.
A l'opposé on laisse tomber l'éducation des enfants issus des milieux populaires surtout s'ils sont blancs car les enseignants les méprisent. On étrangle , on asservit les milieux populiares et les métiers manuels pour que les milieux décrits précédemment continuent à prospérer.
a écrit le 17/11/2012 à 9:39 :
when life is so black in the UK it's necessary to slag-off France and french people !
Réponse de le 17/11/2012 à 10:41 :
En Français ?
Réponse de le 17/11/2012 à 11:31 :
Alex : speak white !
a écrit le 17/11/2012 à 9:28 :
Je ne suis ni de gauche ni de droite en termes d économie. Je suis pour ceux qui ont des idées et qui sont capables de démontrer leur impact réel et garantir aux citoyens travailleurs que la politique permet de vivre en France et non de survivre. Les derniers éléments du pacte de croissance ne vont pas dans le bon sens. Car je suis prêt à parier que : cela sera refusé par le conseil d état, qu il y aura nombre d amendements et qu au final seules les grosses sociétés y auront un bénéfice réel. Que l on commence par faire le ménage chez nous dans les budgets de l état sur pleins de choses (les calculs effectués avec un groupe économiste apolitique) montrent que nous pouvons faire jusque 60 milliards d économies en France en rationalisant notre fonctionnement et la dessus nous pourrions en rétrocéder la moitié aux régions et aux communes. Mais y aura t il un jour en france un président qui se moque des sondages d opinion et qui fasse ce pourquoi il a été élu? Non aucun. On ne pense qu aux prochaines élections pour garder le fauteuil doré. Je n apprécie pas the economist mais la ils ont mon approbations car je pense que 2013 est l année ou la france va dans le mur. Le gouvernement actuel va exploser et nous aurons une cohabitation des 2013 car notre président va devoir dissoudre l assemblée. Si seulement les politiques voulaient écouter au lieu de commander des commissions sur tout... À titre d information, depuis l avènement de notre gouvernement il y a 6 mois il y a autant de commissions créées et de demande de rapport que le précédent en 3 ans et l addition est déjà de plus de 2 milliards dépenses. Cela signifie une chose : aucun sujet n est maîtrise, étudie, analyse ou encore connu des politiques. merci a tous nos gouvernements successifs donc !!!
Réponse de le 17/11/2012 à 10:25 :
Désolé que la plupart des économistes plutôt néolibéraux aient salué ce plan comme allant dans le bon sens. Pour ce qui est de la dissolution, ne prenez pas vos désirs pour la réalité.
Réponse de le 17/11/2012 à 10:45 :
Les économists sélectionnés par la presse qui ne vous cite pas Jovanovic, par exemple !
Réponse de le 17/11/2012 à 11:30 :
J'ajouterais que les commissions sont surtout faites : 1) pour "gaver" les amis et les amis des amis 2) pour faire croire à l'opinion que les décisions sont collégiales. Un livre que je vous recommande : "La France aveugle?e par le socialisme"
Réponse de le 18/11/2012 à 20:43 :
Vous avez bien senti comment çà fonctionne : quand on a du boulot bien payé , d'abord on le garde , ensuite on empêche les autres de vous piquer la place , on raconte tout et son contraire , pourvu qu'on garde son boulot , las commissions , çà fait bien , les copains sont bien arrosés , quand à son avis , justement ce n'est qu'un avis , la décision n'est pas là et en commandant la commission ou le rapport , sa conclusion était déjà rédigée , il suffisait juste de donner des éléments pour justifier cette rédaction préalable . Alors quand à la réalité du constat , de la conclusion à prononcer et à suivre , retour à la case départ , pourvu qu'on garde son fauteuil à vie avec plein d'argent ...le reste c'est de la foutaise ! et oui , ce sont des professionnels du beau parler pour soi au final , pardon de la politique ! Actuellement , endettement maxi , aucun moyen de rembourser , même les intérêts , vu l'économie et la balance commerciale plombée définitivement ... au fait quand on emprunte en finances publiques , ce n'est pas pour fonctionner et se gaver , mais pour de l'investissement qui permet une meilleure production . On en est très loin et çà va continuer à endetter pour leur bon plaisir et notre plus grand châtiment . Chacun son domaine !
a écrit le 17/11/2012 à 9:23 :
Savez vous vraiment à quoi correspondent nos dépenses aux niveau du budget pour 57% pour la santé au niveau national et pour 60% des budget des départements et des communes l aide social, même chiffres au niveau RH. Bien sur immigration est le facteur principal une réduction massive produirai des effets, mais pas trÚs longtemps si on installe la précarité dans les classes moyenne.
Pour réformer il faudrai renoncer non pas aux avantages scandaleux d EDF et de la SNCF en autres qui ont plombe les caisses de retraites ( merci Sarko), mais aussi à notre systÚme de santé, qui oserai?
a écrit le 17/11/2012 à 9:13 :
Eh bien moi, mon avis est ici : http://wp.me/p2OGe4-1p
a écrit le 17/11/2012 à 8:58 :
C'est la city qui va s'effondrer , leur modèle économique est 100% artificiel, tous leurs placements sont sans aucune garantie, des millions de gogos qui croient encore à la magie de la finance vont être ruinés par les mages de la city. Le prochain crash du high frequency trading mettra fin à cette utopie de l'économie spéculative, suivra un effondrement de la livre (qui a déjà perdu 30%!) Le retour à l'économie réelle sera violent en UK qui n'a plus d'industrie et pas grand chose à vendre....que le vent de ses produits financiers qui vont partir en fumée......Ah! le beau credit crunch, et le bank run qui se prépare....
Réponse de le 17/11/2012 à 9:35 :
eh oui !! mais il est important pour eux de reporter l'attention sur les autres ... sur l'Euro, sur les problèmes de l'Europe , sur la France .. c'est la vieille technique du rideau de fumée mais la fumée va pas tarder à se dissiper :-))
Réponse de le 17/11/2012 à 9:58 :
J'ajouterai qu'il est heureux que la France ait du mal à se réformer. Sinon, on aurait imité vite fait mal fait les modèles que l'on nous donnait en 2007 juste avant la crise : l'Espagne, l'Irlande, le Royaume Uni qui avaient une croissance rapide. Il n'était pas urgent, en effet, de se réformer pour leur ressembler, leur croissance de l'époque s'étant révélée artificielle. La crise a donc eu un effet bénéfique sur nous : nous n'avons pas eu le temps de "rendre les gens propriétaires de leur logement" (cf subprimes) etc. Ma liste de pays corrobore d'ailleurs les prévisions de walter99 car seules les réserves de la mer du nord (qui s'épuisent) ont, selon moi, retardé l'échéance pour l'UK.
Réponse de le 17/11/2012 à 10:00 :
Notez que the Economist est également loin d'être tendre envers le gouvernement anglais. Idem avec celui américain. Que ce soit en terme de réforme ou d'immigration, le constat est (étrangement ?) très similaire. Seuls les couvertures traitant de la France arrivent à filtrer dans nos médias.
a écrit le 17/11/2012 à 8:45 :
Le seul choc réel de la compétitivité c'est qu'il demande à l'instrument de production de ramer encore et toujours plus fort afin que les officiers de la galère puissent,eux, ne produire aucun effort supplémentaire.
Réponse de le 17/11/2012 à 10:24 :
Faux . C'est les fonk qui doivent ramer plus.
Les travailleurs sont devenus les esclaves d une fonction publique au dessus de leur moyens.
a écrit le 17/11/2012 à 7:39 :
A lire l'original de cet article en anglais, cela n'a rien de noir du tout, ce n'est absolument pas anti-français, le ton est très mesuré. L'article décrit la réalité française telle qu'elle est, sans langue de bois et sans rien occulter... ce dont les français ne veulent évidemment pas !!! Le problème est tout simplement là. Hollande, s'il était courageux, comme il a la majorité partout et cinq années devant lui, aurait déjà engagé des réformes de structure... Comme il n'en est rien, il est effectivement logique de s'inquiéter de ce qui ressemble fort à une bombe à retardement. Avis aux amateurs. Les français préfèrent bien sûr continuer à se regarder le nombril. Comme d'habitude.
Réponse de le 17/11/2012 à 9:17 :
Effectivement : le nombril s'appelle UMPS.
a écrit le 17/11/2012 à 7:27 :
Et si la véritable bombe se situait à la City.
a écrit le 17/11/2012 à 7:01 :
Manipulation du Libor et l'Euribor par Barclays, Royal Bank of Scotland, Lloyds Banking Group, entre autres, "The Economist" pourrait peut-être balayé devant sa porte.
a écrit le 17/11/2012 à 6:49 :
Réponse à Chris: si tout le monde dévalue, il se produira une hausse généralisée des matières premières, du pétrole, des métaux précieux; les prix à la consommation grimperont à peu près en proportion de la dévaluation.
C'est donc le pouvoir d'achat qui sera directement affecté.
Réponse de le 17/11/2012 à 9:13 :
Heu c'est déjà ca qu'il se passe depuis 2008, faudrait peut être se mettre au courant lol
a écrit le 17/11/2012 à 2:55 :
Bombe à retardement économique peut-être, bombe à retardement consécutive à l'immigration-invasion imposée plus sûrement. On n'a pas fini d'en baver.
Réponse de le 17/11/2012 à 9:42 :
Oui bien sur c'est toujours plus facile de rejeter ses problèmes sur l'immigration. Ce qui est marrent c'est quecertaines personnes ne voient que le mal dans l'immigration mais jamais le bien: les nouveaux chefs d'entreprise ou ingénieurs qui créent de la richesse. La fermeture totale d'esprit de certains français qui ne verront jamais plus loin que le bout de leur nez ...
Réponse de le 17/11/2012 à 12:38 :
@easy. Encore un peu de patience et vous allez comprendre. Quand ma femme voit débouler 15 gus dans le RER et qu'elle ne sait pas si cela va finir par une tournante... Comme fermeture totale d'esprit, exilé à l'étranger depuis 17 ans, je continue à créer des richesses et bien m'en a pris de mettre les voiles à temps. Notre beau pays s'enfonce dans la misère alors qu'ici, pays émergent, le niveau s'améliore à vue d'oeil. Celui qui ne voit pas plus loin que son nez n'est peut-être pas celui qu'on croit. Bon courage, easy,vous allez en avoir besoin.
Réponse de le 18/11/2012 à 0:05 :
@Berlin, Vous voulez dire que vous êtes un emmigré et donc un immigré dans le pays ou vous vivez. Faites attention! Le jour ou ca n'ira pas là ou vous êtes, ce qui arrivera inévitablement un jour, ca sera sans doute votre faute.
N'oublier jamais vos propos!
a écrit le 17/11/2012 à 2:08 :
Auparavant, nous pouvions devaluer notre monnaie pour être compétitive mais cette Europe de technocrates va nous entraîner vers les abîmes. Merci l Allemagne qui va nous imposer son diktat et merci les politiciens français d avoir détruit notre pays
Réponse de le 17/11/2012 à 5:24 :
Et si tout le monde dévalue sa monnaie qu'est-ce qui se passe ?
Réponse de le 17/11/2012 à 9:21 :
La part des dividendes donnée aux actionnaires Voilà ce qui tue l'économie et absolument rien d'autre.
On nous dit 40 milliards de déficits, tiens c'est curieux la part des dividendes représentent plus de 40 milliards en augmentation depuis 2008.
Chercher l'erreur.
C'est dingue qu'en France on dise que le coût du travail (=nos salaires en fait) est très cher, alors que c'est le coût du capital qui est trop cher et qui tue toute compétitivité.
Et avec ce rapport Gallois, superbe on leur donne 20 milliards de plus, le on c'est nous les travailleurs.
Bon sang les Français sont vraiment aveugles
Réponse de le 18/11/2012 à 12:48 :
Ben interdisons tout versement de dividendes ... et il n'y aura plus le moindre investissement privé dans ce pays : on tente ???!!
a écrit le 17/11/2012 à 0:03 :
C'est cela! répétez la même chose suffisamment longtemps... et une fois que les esprits seront prêt....; Y'a plus qu'a !
a écrit le 17/11/2012 à 0:01 :
La France a ses problèmes structurels que la crise n'influence pas finalement. C à la fois positif et négatif.Car on a moins subi que le ru ou l'Italie durant crise, d'un autre côté, mais quand la reprise économique se fera, elle sera inférieure chez nous qu'au ru et en Italie. À voir à la longue, je crains que la France se caractérise plus par une économie stagnante, ce qui nous vaut un lent déclassement par le dépassement, notamment bientôt le brésil. le ru est plus internationalisé donc suit plus les mouvements conjoncturels, aussi bien à la baisse qu'à la hausse.a voir dans 10 ans...
a écrit le 16/11/2012 à 23:33 :
Pourquoi cette analyse qui n apporte rien, pourquoi oublier volontairement le rapport Gallois.
Les réformes sont déjà en route impôts TVA et csg et ce n est pas terminer.
Le pacte de compétitive va maintenant être abordé sur son volet social, fin des 35h et flexibilité au programme, il n y pas d autres issue le gouvernement le sais.
Chercher qui a commander le rapport et vous trouverez pourquoi.
Un indice qui va perdre les élections en 2013, non la vipÚre n est pas outre Manche, mais outre Rhin.
Réponse de le 17/11/2012 à 10:05 :
Tout ce que je retiens c'est que les "iphones" sont drôlement américanisés, apparemment, pour ne reconnaître aucun des caractères, accents etc. étrangers à la langue anglaise. Merci pour cette uniformisation générale du monde et pour cet impérialisme insidieux.
a écrit le 16/11/2012 à 23:32 :
On tire sur une ambulance! La situation de la France ne bouge pas: Une administration inefficace et redondante, un déficit structurel de 40 Milliards d'euros par an, des impôts locaux et des taxes et des prélèvements sociaux en constante augmentation.
a écrit le 16/11/2012 à 23:09 :
"La seule certitude, c'est que rien n'est certain."

citation de Pline l'Ancien
Réponse de le 17/11/2012 à 4:15 :
Non la seule certitude c'est qu'on va tous mourir.
a écrit le 16/11/2012 à 22:28 :
La France est irreformable ! Il y a de nombreuses annees deja, des journalistes japonais, suisses et autres avaient tiré cette conclusion !
Réponse de le 16/11/2012 à 22:47 :
vous oubliez les politiciens allemands
Réponse de le 16/11/2012 à 23:23 :
C'est sur qu'au Japon ca fonctionne d'enfer, au royaume unis, c'est le paradis, et en suisse ? C'est aussi le paradis, mais pour les sdf (sans domicile fiscal). Quant à l'allemagne, c'est bien entendu génial... un allemand sur deux est satisfait (Les job probablement > à 5 euros de l'heure)
C'est sur, il faut les écouter, prendre exemple et surtout faire pareil si la réussite de sa vie s'appuie exclusivement sur le travail et l'appat du gain... C'est une philosophie comme une autre.

Sur ce, vive la France !
Réponse de le 17/11/2012 à 7:34 :
La France irréformable.La France ingouvernable.Normal,les élections 50/50,et trop d'acquis sociaux..
Quand on sera tous dans lamerde,on va mieux comprendre.Seuls les politiciens,vont s'en tirer.
Pourquoi voter pour ces gens-là? réfléchissez,le problème c'est la faute à QUI? Pas à vousR
Réponse de le 17/11/2012 à 15:12 :
Si dans le monde, la réussite de sa vie ne s'appuyait pas exclusivement sur le travail et l'appat du gain, la France n'aurait aucun problème. Seulement voilà, pour certains décideur, il n'y a rien d'autre. C'est sans doute pour cette raison que ca ne tourne pas bien. Et quelque soit le pays, ca ne tourne pas bien! Le jour ou on aura compris que la concurence n'apporte rien au peuple (bien que le peuple l'a compris et le subit tous les jours), le monde s'en portera que mieux. Il ne faut pas diminuer notre qualité de vie parce que les autres en ont rien à faire. Au contraire, il faudrait plutot que les autres augmentent leur qualité de vie. Il faut converger vers haut et non pas vers le bas sous pretexte qu'alleur ca se passe de cette facon. C'est dailleur comme ca qu'on nous à vendu l'Europe, sinon, maastricht & compagnie n'auraient jamais vu le jour, et pourtant, l'écart se creuse ! Ramener à votre quotidien ca signifie qu'il vaut mieux penser : "ca n'est pas normal! je n'ai pas les avanges que lui" , plutôt que de penser : "ca n'est pas normal, il n' a pas les mêmes inconvénient que moi"
a écrit le 16/11/2012 à 21:57 :
Ce sont les porte paroles de gens qui ont peur qu'un pays puisse vivre autrement que leur façon de penser. Ils vraiment la trouille qu'un caractère social permette à un pays de s'en sortir. Ils sont les maître du monde et n'hésite pas à faire la guerre , à brader la vie pour leur profit. Ils ont perdu d'avance car tout les pays qui leur servait de modèle et surtout leurs intérêts sont à la faillite. L' Allemagne pavane en tête certes, encore 5 ans et c'est la descente aux enfers pour les allemands. Bien ce sera encore une faillite des économiste. Sur quel raisonnement: du simple bon sens qui comme en 2003 on avait avec quelques ramasseurs de poubelles et un vieux cultivateur prédit cette crise de 2008. Actuellement je mets en garde la population contre un danger bien supérieur au nucléaire et dont l'espèce humaine ne s'en remettra pas: ce sont les OGM qui sont pire qu'un crime contre l'humanité : c'est un crime contre la Vie. Ce n'est pas quelque personne déguisé en blouse blanche et parlant une langue vernaculaire qui me convaincront de leur prétention à être plus fort que des millions d?années où la vie à perdurer.
L?ignorance a permis à l?humanité d?exister pendant 1 million d?années : grâce à leur intelligence en 200 ans ils auront fait sauter la planète et tout cela pour la théorie économique et leur profit ! Chapeau bas messieurs vous êtes fort.
Réponse de le 16/11/2012 à 23:31 :
j'ai le même vision que vous concernant l'Allemagne
Réponse de le 17/11/2012 à 7:42 :
@visionrealiste tu es très fort,je me suis régalé en lisant ton commentaire,dommage il ya trop de c o n s dans le monde,en ce moment on nous pousse vers la guerre civile en Europe et et la 3eme guerre mondiale,ça va péter..
Réponse de le 17/11/2012 à 8:50 :
enfin un commentaire qui, s'il tergiverse un peu, a le mérite de pointer l'un des vrais problèmes.
a écrit le 16/11/2012 à 21:56 :
Que la Perfide Albion s'occupe de son île et de sa population.
Réponse de le 17/11/2012 à 0:04 :
@PhiD: à chacun ses opinions et le journaliste en question n'est pas plus perfide que les nôtres :-)
a écrit le 16/11/2012 à 21:15 :
il faut arreter d'etre dupe avec ce journal, cet article comme ceux publié en allemagne sont des appels aux marchés pour attaquer la France. Hollande, dans sa conference de presse, a declaré qu'il y'en avaient tellement qui souhaitait que la France soit attaqué à l'etranger.
Réponse de le 16/11/2012 à 22:17 :
Je vous renvoie l'argument sur la duperie, peut etre que nous sommes dupés par nos politiques, et que le seul moyen de vraiment connaitre notre état de santé c'est les informations étrangères.
Il est clair que les anglais ne nous ont pas dans leur coeur, mais les allemands c'est different. Maintenant, on peut dire qu'il va y avoir des élections en Allemagne, que Schroder fait de la politique.
N'empêche que les différents classements mondiaux (panorama de la société ocde par exemple) ne sont pas en notre faveur.
La question c'est comment vraiment savoir qui dit vrai ?
Pour ma part, la médiocrité de nos politiques, de nos médias et de notre démocratie (voir le classement "baromètre de la démocratie" avec une place de 28/30 ou sur la liberté de la presse à la 44ème place), me fait pencher vers l'information étrangère.
Réponse de le 18/11/2012 à 12:51 :
ceux qui critique sont des vendus à l'ennemi : c'est facile, comme argument, pour faire taire toute opposition ou critiques !! ... bientôt, vous allez nous proposer des camps de travail pour ceux qui s'obstinent à critiquer les actions de ce gouvernement ??!
a écrit le 16/11/2012 à 20:36 :
Je conseille le bouquin "misère de la pensée économique" de Paul Jorion qui vient de paraître. Jorion, un des rares intellectuels à avoir prévu et même théorisé la crise de 2007, y explique en quoi les sbires de la city et de wall street et leur supporters du NE, feraient mieux de se cacher que de la ramener !
Réponse de le 16/11/2012 à 21:15 :
Parmi ceux qui avaient prévu la crise, Nouriel Roubini, Marc de Scitivaux, Christopher Potts, l'association des directeurs des études des banques centrales...
Réponse de le 16/11/2012 à 21:54 :
Question misère intellectuelle, Jorion en connaît un rayon ! C'est même son domaine de prédilection.
Réponse de le 17/11/2012 à 11:30 :
Vous connaissez le proverbe : " au pays des aveugles..." JORION est juste borgne !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :