La Tribune

La Grèce menacée d'une crise sanitaire majeure

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Elisa Perrigueur, à Athènes.  |   -  729  mots
Le gouvernement grec envisagerait 800 millions d'euros de nouvelles coupes dans un secteur de la santé déjà agonisant.

Pharmacienne depuis 35 ans dans le quartier d'Ambelokipi à Athènes, Sofia assure «n'avoir jamais connu une situation aussi catastrophique.» Sur ces rayons manquent des médicaments essentiels, « surtout les antibiotiques, l'insuline... ». Lorsqu'une jeune femme enceinte pénètre dans sa pharmacie en quête d'un médicament anti-nauséeux, Sofia se désole de devoir l'envoyer dans une autre officine, faute de stock. « Elle a déjà fait cinq pharmacies sans trouver », déplore Sofia.


Les pharmacies au bord de la faillite


Selon Dimitros Karageorgiou, secrétaire général de l'association panhéllenique pharmaceutique, «300 médicaments de toutes catégories manquent en Grèce. Des traitements anti-cancer aux antidépresseurs. » Un paradoxe alors que de nouvelles pathologies, liées à la crise, ont fait leur apparition dans le pays : problèmes cardiaques, dépressions, diabète, hypertension...Ces ruptures s'expliquent en partie par la nouvelle exigence des laboratoires pharmaceutiques qui, depuis un an et demi, faute d'impayés, demandent à être couverts à l'avance, en liquide.

Une crise sanitaire avant la fin de l'année ?


Or les pharmaciens, dans l'attente des versements de l'Etat, n'ont plus de quoi avancer les frais. « Les clients sous ordonnance payent 10 à 25% des médicaments prescrits, l'Etat rembourse le reste», clarifie Sofia qui ajoute : « je n'ai presque pas été payée depuis un an et demi. » L'Etat doit environ 50 000 ? à cette tenante d'un petit établissement. Pour les grandes pharmacies, la dette peut atteindre 500 000 ?, souligne Sofia. Dimitros Karageorgiou estime que l'Etat doit « 1,7 milliard d'euros au système de santé.» Sur 3.500 pharmacies à Athènes, 158 ont baissé leur rideau ces dernières années. Sur les 12.000 du pays, la moitié sont dans une situation économique très fragile. Dimitros Karageorgiou alerte : « La Grèce va vers une crise sanitaire avant la fin de l'année. »


Pénurie de matériel médical dans les hôpitaux


Leta Zotaki est directrice du département de radiologie à l'hôpital de Kilkis, dans le nord du pays. En février, cette dernière avait appelé à une occupation de l'établissement pour dénoncer une situation alarmante. Alors qu'avec la cure d'austérité, les salaires de nombreux praticiens ont fondu, Leta souligne qu'à Kilkis, « les médecins ne sont plus rémunérés depuis janvier, et certains depuis octobre 2011. » Autre phénomène alarmant,le matériel médical de base : pansements, compresses, plâtres...est en rupture de stock dans de nombreux hôpitaux grecs. Les 138 hôpitaux du pays seront réduits à 80 par le biais de fusions. Une réorganisation qui «réduira dangereusement les offres de soins, surtout dans les îles», rétorque Leta.


Reflet de la corruption politique


De 2,4 milliards d'euros en 2005, les dépenses de santé sont passéesà 5,1 milliards en 2009 en Grèce. Les fraudes et abus en tout genre ont explosé : ordonnances falsifiées, distributions d'enveloppes d'argent en échange d'opérations, gratuité des soins non respectée... « Pour un accouchement, il faut dépenser de 800 à 1200 ? »,s'indigne Sofia la pharmacienne.Un fonctionnement profitant aux plus riches et sur lequel les gouvernements ferment les yeux.


Odyseas Voudouris, député de la gauche démocratique (Dimar), part membre de la coalition au pouvoir, insiste sur les déséquilibres de l'organisation du secteur.« Dans un hôpital près d'Athènes, par exemple, 12 services de pneumologie cohabitent !», note le parlementaire.« Tout ce système est géré par le ministère de la santé alors qu'il faudrait décentraliser pour réorganiser», préconise le député. Mais d'après Odysseas Voudouris, « ces réformes nécessitent des ruptures, personne ne veut les mettre en ?uvre.» *


800 millions d'euros amputés sur la santé


En 2012, le budget alloué au secteur de la santé s'élève à 5,2 milliards d'euros, selon le ministère, en baisse de 6,5 % par rapport à l'année précédente. Compris dans la cible du nouveau paquet d'austérité, ce budget devrait subir de nouvelles coupes, à hauteur de 800 millions d'euros. Andreas Xanthos, député de Syriza, dénonce : « 3 milliards d'euros ont déjà été économisés sur la santé.Mais si un peuple est en mauvaise santé, c'est tout le pays qui est malade. » Si les chiffres circulent sur le montant des nouvelles coupes sur la santé, les réformes à venir, elles, sont toujours en discussion. Peu d'informations sont communiquées. Un silence qui affole davantage les 11 millions de Grecs concernés. Parmi eux, 30% n'auraient pas de sécurité sociale.

 

Réagir

Commentaires

Hercule Poivrot  a écrit le 08/10/2012 à 21:38 :

La méthode Poutine fait des petits. Réduisez les pensions, ne remboursez plus les soins médicaux des seniors et ceux-ci vont dégager assez vite les comptes qu'ils plombaient. Le mythe de l'éternité humaine va en prendre un coup, mais, avouons-le, ce n'était qu'un mythe.

perplexe  a écrit le 04/10/2012 à 21:23 :

En Grèce, on peut obtenir des médicaments qui ne font aucun effet. Laboratoires escrocs????
On dit beaucoup de mal des Grecs, mais il y en a de très honorables, intègres ,cultivés et ouverts. Le malheur arrive de la même manière ici,en France. Avec la vulgarité ambiante, le manque de classe des gouvernants. Ces derniers ne savent rien des personnes normales qui vont finir par crever.

Je ne comprends pas  a écrit le 04/10/2012 à 2:09 :

Depuis quelques temps, on nous répète que la Grèce s'appauvrit, qu'elle est dans un état déplorable. Pourtant, on sait pertinemment qu'il y a quelques familles très riches, qui monopolisent toutes les richesses (qui ont d'ailleurs parqué une bonne partie de leurs actifs en Suisse), et qui continuent à tirer les ficelles.
Pourquoi est-ce que les autres ne se rebellent pas? Au point où ils en sont, qu'attendent-ils pour faire la révolution?

Vrai question  a écrit le 03/10/2012 à 17:51 :

La Grèce doit-elle encore faire partie de l'Union monétaire ?

Gruick  a écrit le 03/10/2012 à 16:23 :

Oups!!! jérémiades. Sorry

Gruick  a écrit le 03/10/2012 à 16:18 :

Ils ont tout de même trouvé 30 millions d'euros pour créer un circuit de formule 1. Je ne crois plus aux gérémiades perpétuelles des Grecs !

grouik  a écrit le 03/10/2012 à 16:12 :

il faut savoir ce que l'on veut.est ce qu'on préfère verser dans le tonneau des danaides de la sécu tout l'argent public,ou est ce qu'on préfère construire un circuit de f1 créateur de si précieux emplois?

zz  a écrit le 03/10/2012 à 15:50 :

ne nous moquons pas trop des grecs, au train où vous les choses chez nous...
La crise ne fait que commencer en france, depuis 2008 tout a été différé ; on aborde seulement maintenant le début des poroblèmes...

Paulo  a écrit le 03/10/2012 à 14:59 :

Ils pourront toujours aller voir des courses de F1, payée avec notre argent : http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/28-9-millions-d-euros-pour-un-circuit-F1-19186226

Je ne les plains plus car ils ont voté de nouveau pour ceux qui les ont mis dans le trou ... Samaras et cie ne sont pas mieux que le Pasok et ont encore plus contribué à mettre la Grèce là où elle est ...

Mykonos  a répondu le 03/10/2012 à 15:32:

Il faut bien qu'ils occupent leurs faux aveugles, handicapés... etc

Rv78  a répondu le 03/10/2012 à 21:54:

Des propos scandaleux, qui sentent bon la haine, et l'ignorance. Et quand ignorance et haine se rencontre cela donne rien de bon. Revoyez vos manuels d'histoire et d'économie.

Tahi  a écrit le 03/10/2012 à 14:14 :

Il y a quelque chose de terrible dans la crise grecque, car le pays ne maitrise plus son destin... Il est tout aussi triste, et encore plus navrant, de voir que le reste de l'Europe n'en tire aucune leçon, si ce n'est une leçon pitoyable du genre "voici un exemple de mauvaise gestion"! Notre époque vit dans le phantasme de chiffres délirants qui ne signifient plus rien pour ceux qui les manient : prenons l'exemple de l'effondrement du PIB grec, personne ne semble s'interroger sur ce qui se passe quand le PIB d'un pays s'effondre de 4 à 6 % pendant 5 ans? Et bien, les structures d'Etat (de Droit) se fissurent et risquent de s'effondrer à la soviétique, et la nature à horreur du vide... Il est aussi très triste qu'une population ne puisse plus se soigner convenablement. La natalité grecque était déjà d'un niveau lamentable avant la crise et cela n'arrange rien... Peut être ne pouvons nous pas aider la Grèce, mais cela nous aiderait déjà de porter sur elle un regard charitable.

Enfin !  a répondu le 03/10/2012 à 14:40:

Merci à vous, tahi, pour un commentaire enfin intelligent. Il est rare, en effet, de pouvoir lire un cmmentaire dont l'auteur n'est pas une victime (consentante, il est vrai) de la dictature de la pensée unique.
La Grèce et le peuple grec sont avant tout les victimes d'un système financier et d'une nébuleuse européenne nocives, nauséabondes et nisibles. Entre l'Europe mafieuse, la voyoucratie allemande ou française, la corruption de la tr^šika, l'incompétence notoire de la responsable (?) du FMI, les malversations de Goldman Sachs soigneusement encouragées par VGE en son temps,... la rèce n'a aucune chance.
La seule qu'elle possède, est de tourner le dos une bonne fois pour toutes à cette zone euro qui est une calamité anti-démocratique, qui encourage l'esclavagisme et pousse à la pauvreté. Elle a beaucoup d'atouts pour le faire et pour réussir par la suite. Encore faut-il que les Européens la laissent faire (ils sont tellement corrompus, notamment le "couple germano-français) et se spoliticiens sont tellement polichinelles que cela ne semble malheureusement pas pour demain.

Pauvre Tahi...  a répondu le 03/10/2012 à 15:18:

...qui visiblement ne maîtrise pas le concept d'Etat de droit. Va falloir retourner en cours, réviser intensément et revenir en deuxième semaine pour tenter votre chance à nouveau ! Qui sait ? Peut-être aurons-nous alors droit à un commentaire intelligent et pertinent ?

paille et poutre  a répondu le 03/10/2012 à 15:20:

En temps de famine, on se serre la ceinture, en temps de prospérité, on en profite et on économise aussi en prévision d'une famine éventuelle. Nos états dépensent sans limite et ils anticipent tout amélioration future en dépensant par avance alors quand les temps se font difficiles c'est la catastrophe. Vous pouvez maudire qui vous voudrez, seules les cigales sont dépendantes des fourmis.
Je vais en Grece pour soutenir les grecs, je paie en liquide, que les grecs en profitent, ils paieront leur soins (si je paie par carte, ils paieront les dettes de leurs dirigeants). Demandez leur si ils preferent rester dans l'euro, cent fois oui, on les a déjà ruiné une fois, ils n'ont pas envie de drachme de singe et de toute façon, qu'ils y retournent ou non, l'économie restera en euro ou en dollar comme dans tous les pays socialisants dont la monnaie ne vaut jamais rien.Du temps du Franc, on achetait du petrole en dollar cher, et on vendait des avions en dollar qui s'effondrait quand on nous payait.
Nostalgie d'amnesique.

Tahi  a répondu le 03/10/2012 à 15:57:

au fait, "pauvre Tahi", je signe toujours mes messages Tahi, alors utilisez aussi votre pseudo, n'ayez pas peur, c'est anonyme... L'Etat de droit (je ne parle pas du concept, mais de la pratique), nécessite certaines conditions pour fonctionner. Je vous invite à réfléchir à ce qui se passe si elles ne sont pas réunies.

@Tahi  a répondu le 03/10/2012 à 16:26:

Au lieu de pérorer vainement, commencer par apprendre le concept d'Etat de droit !

Pitcho  a répondu le 03/10/2012 à 18:41:

Les grecs sont avant tout victimes, comme nous bientôt peut-être, de leur vie perpétuelle au dessus de leurs moyens. Quand un couple qui gagne 6000 euros par mois vis comme s'il en gagnait 7000 en s'endettant pendant des années, est-ce la faute des gros méchants qui leur prête de l'argent. La finance internationale et l'hégémonie des investisseurs ne prendrait pas une telle place dans nos vie au quotidien si les grecs (et nous aussi d'ailleurs) ne leur devions pas une telle somme d'argent. Ne retournons donc pas le problème et arrêtons d'invoquer la ''finance internationale'' comme une espèce d'entité voulant anéantir l'humanité.

Faisons un peu d'économie  a répondu le 04/10/2012 à 2:03:

Pendant plusieurs années, le PIB grec s'est accru de 3 à 6% par an... artificiellement. En effet, ca ne reposait sur RIEN, sur aucune véritable création de richesse supplémentaire basée sur des gains de productivité, simplement sur l'embauche de fonctionnaires supplémentaires et sur des augmentations salariales qui ne pouvaient se justifier.
Depuis 3-4 ans, le PIB grec se contracte de 3-6% annuellement, pour revenir à un niveau qui correspond davantage à celui de ses capacités économiques réelles. Et ce ne serait pas normal?

Phidefer  a répondu le 04/10/2012 à 7:15:

Au lieu de vous envoyer tous des invectives, la question reste donc bien de savoir si les Grecs doivent partager ce qui reste pour le moment encore notre monnaie unique. Et si les Grecs ont fauté par le passé, il faut effectivement savoir préserver l'avenir !

ttt  a écrit le 03/10/2012 à 14:12 :

Il y a bien qu'en Grèce qu'on recommenderait un médicament anti-nauséeux à une femme enceinte... et pourquoi pas de la poudre d'étoile...

tous  a écrit le 03/10/2012 à 14:10 :

Merci à l'Europe qui protège, merci à l'Euro qui a permis de développer une corruption aussi énorme, merci à tous ceux qui vont voter ENCORE un fois un traité qui nous massacre. La Grèce magouille !!! HAHAHA nous jamais c'est bien connu ! Les vaccins bidons via une ministre, des médocs pourries qui nous tuent, le souhait de faire INTERDIRE les plantes ! Alors Grèce ou ailleurs c'est l'ensemble qui explose, mais avec Hollande on est sauvé, ouf il fait exactement la politique de Sarkozy ! Moralité la Grèce reste dans l'Euro mais crève sur place on peu m'expliquer l'idée au juste ?!!!

Effet de la collectivisation  a écrit le 03/10/2012 à 13:56 :

Fin inéluctable de tout secteur économique collectivisé, avec ses pénuries dramatiques, ses misères économique et morale, ses victimes innombrables. Ce n'est pas une question de moyens mais de méthode, d'absence de concurrence, d'absence de vrai prix, d'attaques violentes d'une bureaucratie tentaculaire, méprisante et inhumaine, qui jouit de sa toute puissance aux dépens des populations. En Grèce, c'est la santé qui trinque. En France, avec les torrents d'argent gratuit déversés en pure perte, c'est l'éducation des enfants qui est au fond du gouffre. Combien d'exemples dramatiques supplémentaires faudra-t-il avant que les politiciens et les fonctionnaires renoncent au parasitisme ? Combien de malades non soignés ? Combien d'illettrés supplémentaires ?

Centriste  a répondu le 03/10/2012 à 14:08:

Je ne vois pas ce que la collectivisation a à voir dans ce problème. Euro surévalué pour la grèce, politiciens irresponsables, fraudes fiscales généralisée, voilà les vrais responsables.

Tahi  a répondu le 03/10/2012 à 14:23:

un "secteur économique collectivisé", je ne suis pas sur que ce terme corresponde à la réalité grecque... L'économie grecque n'est qu'imparfaitement rentrée dans le monde moderne et a conservé des réflexes corporatistes (et clientéliste sur un plan politique). Le petit commerce grecque a son charme, il a néanmoins un poids économique excessif... Le petit commerce grec, comment voulez vous qu'il paye correctement ses impôts? Il vit chichement et tout est en liquide...

DRRW  a répondu le 03/10/2012 à 14:23:

Et la crise des subprimes est aussi un effet de la collectivisation. Saviez vous que nous sommes maintenant au 21eme siecle depuis plus d'une decennie? la gueguerre entre les plus et les rouges, c'etait au siecle dernier avec les resultats que l'on connait...

Trois aveugles  a répondu le 03/10/2012 à 14:55:

Aux trois aveugles volontaires qui précèdent, ouvrez-les yeux ! Nous ne sommes pas encore au XXIe siècle. Cette crise est ni la crise des subprimes ni celle de l'euro, c'est la crise des Etats collectivistes obèses et de leur providence irresponsable. C'est en privatisant la santé que les Grecs retrouveront des soins de qualité. C'est en privatisant l'éducation nationale que les enfants français ne seront plus illettrés. C'est en faisant reculer la collectivisation des économies développées, désormais en voie de paupérisation, qu'on entrera au XXIe siècle.

Rastapopoulos  a répondu le 03/10/2012 à 15:30:

"Aux trois aveugles volontaires qui précèdent, ouvrez-les yeux !" Mais c'est ce que font les aveugles grecs: ils sont chauffeurs de taxi, ils font de la chasse...
Plus sérieusement entre la corruption publique et la corruption privée, où sera le progrès ?

Yaniv L.  a écrit le 03/10/2012 à 13:52 :

Les milieux d'affaires grecs parlent "d'un cauchemar qui rappelle l'Albanie de Hoxha" en raison des pénuries de médicaments, de matières premières, et de nourriture; Il faut savoir que les sociétés d'assurance-crédit ne couvrent plus pour des exportations en direction de la Grèce.

MATHEO  a écrit le 03/10/2012 à 13:52 :

on veut encore couper dans le systéme santé alors que ce matin la gréce annonce une grosse subvention pour un circuit de formules 1 . comme en france tva restaurant le fouquets
tva à 7 taxe sur les complémentaires 13,5 !!!!!!!!!!!

Portnawak  a écrit le 03/10/2012 à 13:07 :

"de nouvelles pathologies, liées à la crise, ont fait leur apparition dans le pays : problèmes cardiaques, dépressions, diabète, hypertension" : à part la dépression, je ne vois pas en quoi les autres maladies sont liées à la crise ! Du grand n'importe quoi, probablement dans le but de nous apitoyer sur la Grèce.

Rastapopoulos  a répondu le 03/10/2012 à 13:49:

Surtout qu'ils avaient déjà plein de pathologies...
Extrait d'un article du Monde:
"Le 19 mars, Stelios Bozikis, le maire de Zakynthos (Zante, en grec), a convoqué les chaînes de télévision pour confirmer que l'île faisait l'objet d'une enquête des inspecteurs du ministère de la santé. En cause, le nombre anormalement élevé d'aveugles et de malvoyants : 682 personnes recevaient jusqu'à 325 euros d'allocation mensuelle. Soit, selon l'Organisation mondiale de la santé, neuf fois plus que la moyenne observée dans les pays développés...Athènes ne s'est attaquée au problème que récemment, et des cas comme celui de Zante font régulièrement les délices des médias grecs : il y a les amputés de l'île de Céphalonie, les handicapés de Thessalonique, les asthmatiques de la région de Viota... Des médecins ont été épinglés, comme ces gynécologues qui diagnostiquaient asthme et dépression."

silco  a répondu le 03/10/2012 à 14:17:

il y a ce genre d'anomalies en Corse....

Rastapopoulos  a répondu le 03/10/2012 à 15:21:

D'accord, c'est l'effet du climat méditerranéen. Au temps pour moi...

Criscarro  a écrit le 03/10/2012 à 12:44 :

Vous direz ce que vous voulez mais les grecs sont des voyous et ils le sont dans leur ensemble. Se payer 15 mois de salaire par an pour certain. Il fallait bien que cela explose et pour revenir à quelque chose de normal il est bien évident que cela va se faire dans la douleur. Si on me dit que ceux qui subissent et n'y sont pour rien sont majoritaire, alors c'est comme les musulmans et leurs islamistes. Ils avaient qu'à s'en occuper eux mêmes.

paille et poutre  a répondu le 03/10/2012 à 13:20:

generaliser des défauts à une population, cela s'appelle du racisme, je connais des grecs qui ont payé leurs impots, maintenant on a baissé leur salaire de 30% en deux fois et on a augmenté leurs impots.Ils sont dans la pauvreté, ceux qui trichaient trichent toujours. politique , eglise, une partie des fonctionnaires. Cela ne vous rappelle pas un pays (la france ) ou les augmentations de salaires et les retraites des uns sont garanties par l'état par avance alors que les autres n'ont de garantie que l'augmentation des charges et peuvent voir le travail disparaitre et leur retraite fondre..

Moins voyous que d'autres  a répondu le 03/10/2012 à 13:22:

Les vrais voyous sont ceux qui ont délibérément plongé la rèce et les Grecs dans ce bourbier et qui, aujourd'hui, en tirent un maximum de profit. t on peut facilement les dénoncer, puisque l'époque est à la délation, profitons-en.
A commencer par un certain psdt français (déjà !) qui a manigancé et magouillé de toutes parts pour que la Grèce entre de force dans la zone euro. Vous savez, ce même psdt qui a fait parler de lui et des diamants de Bokassa ...
Ensuite, les banques françaises et allemandes essentiellement qui, pendant des années, ont engrangé des profits colossaux sur le dos de la Grèce et des Grecs.
Pour continuer, il y a eu le couple diabolique Merkozy, aujourd'hui devenu Mekhollande sans que cela y change quoi que ce soit. Un couple, parfait représentant d'états-voyous, qui ont utilisé la Grèce comme un laboratoire et qui, aujourd'hui, sont coupables d'un véritable crime contre l'humanité.
Ensuite, il y a encore toute la voyoucratie représentée par les corrompus de la troïka et par les taupes de oldman sachs qui - Draghi, Papadémos, Monti & consorts - mènent la Grèce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, ... à leur perte. De manière délibérée. Juste pour amasser du fric, avec la complicité de politiciens polichinelles qui jouent (ou jouaient) des talonnettes ...
Sans oublier une bande de politiciens grecs qui, corrompis (mais pas plus que les Français qui accumulent les "affaires" : voire Sarko, Alliot-Marie, Lagarde, etc etc) qui, aujourd'hui, à l'instar du pitoyable Samaras, ne sont que des pions à la solde de Merkel et de la troïka.
Le peuple grec - dont vous ne connaissez manifestement rien, embourbé dans vos petityes certitudes nauséabondes et d'un autre âge - est un peuple digne, fort et courageux. Qui travaille beaucoup plus que vous (chiffres OCDE à l'appui), qui connaît encore la valeur de la solidarité familiale ou intergénérationnelle et qui possède un pays d'un énorme potentiel. L'ennui est que ce potentiel est systématiquement et sciemment mis à mal par des ... voyous que l'on trouve certainement plus à Francfort, Washington, Paris et Berlin qu'à Athènes.
Vous voulez des voyous ? Balayez devant les portes de la Maison Blanche, de la BCE, du FM, de l'lysée et du Bundestag. Et si vous les soutenez, ceux-là qui sont coupables d'un génocide économique, c'est que vous êtes du même accabit et que vous n'êtes qu'un de leurs nervis.

Tahi  a répondu le 03/10/2012 à 13:45:

"paille et poutre", le titre convient parfaitement. Un peu de charité "chrétienne" (ou islamique si vous voulez) devrait éviter les commentaires du type "bien fait pour eux". Ce type de charité sert aussi d'alerte intellectuelle : il est possible que les grecs aient cherché à éviter de payer des impôts, cela ne doit certainement pas nous servir de prétexte à éviter de réfléchir...

silco  a répondu le 03/10/2012 à 14:19:

....et en plus l'Europe oblige les Grecs à s'occuper d'une pléthore incontrolable d'illégaus passant ses frontières....

Rastapopoulos  a répondu le 03/10/2012 à 14:27:

Les faux aveugles, faux amputés, faux handicapés, faux asmathiques... mais les vrais corrompus !

Ceddric  a écrit le 03/10/2012 à 12:40 :

La Grèce est gouvernée par les technocrates, et ces derniers ont les moyens de se faire soigner.
Les autres peuvent crever... de toute façon, ils ne travaillent pas et ne rapportent rien à l'État.

Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes :
http://retoureneurope.blogspot.gr/

Génocide économique  a écrit le 03/10/2012 à 12:23 :

Alors que le polichinelle samaras, à la solde de Merkel, se plie à toutes les exigences de la troïka, celle-ci poursuit son oeuvre dévastatrice, enfonçant chaque jour un peu plus le pays et ses habitants. De manière délibérée; our le seul profit des établissements financiers, européens (français et allemands, essentiellement), pour la plupart. Une formidable oeuvre de voyoucratie, mise en route par le couple infernal Merkozy et poursuivi par Merkhollande; l'un ne valant vraiment pasmieux que l'autre.
Alors que le nervis de la troïka déciment la population grecque (classes d'écoles non chauffées en hiver; 400.000 ménages n'ayant plus aucune ressoruce financière depuis plussieurs mois et ne survivant que grâce à la solidarité populaire; 10 % de chômeurs touchant moins de 400 euros/mois pendant 6 mois, les 90 % restants ne touchant rien; des centaines d'enfan,ts qui s'évanouissent dans les classes parce que leurs parents n'ont plusles moyens de les nourrir; ...), cette même troïka refuse toute coupe dans le budget du ministère grec de la défense afin que celui-cicontinue d'acheter massivement des armes en All. et... en France, les principaux pourvoyeurs d'armes du pays.
Sous la dangereuse et criminelle coupe de l'Europe, du FMI et de la BCE, la Grèce continue à verser des milliards d'euros chaque année aux organismes financiers et aux deux principaux états-voyous européens (france et Allemagne). ce faisant, la Grèce cntinue à engraisser ces deux pays qui ne le méritent pas et qui n'en valent vraiment pas la peine. Alors que :
- les Grecs sont beaucoup plus courageux et travailleurs que les All. et les rançais puisqu'ils travaillent beaucoup plus (chiffres OCDE à l'appui) et ne confondent pas, comme les Français, "faire beaucoup de vent pour rien" et "bosser";
- la fraude fiscale, tant mise en avant, est moins élevée en Grèce qu'en france. En Grèce, plus de 75 % des salariés (toutes catégories confondues) sont directement prélevées à la source; ce qui est loin d'être le cas en France.
En tout état de cause, les agissements mercantiles perpétrés par des états et des organismes financiers européens et internationaux s'apparentent, dans les faits, à un véritable crime contre l'humanité et à un génocide économique. A quand les procès devant le TPI des Merkel, Sarko, Hollande, Draghi, Lagarde & consorts ?

chris  a répondu le 03/10/2012 à 13:06:

En Grèce, plus de 75 % des salariés (toutes catégories confondues) sont directement prélevées à la source; ce qui est loin d'être le cas en France. Certes.

mais hormis les riches qui montent des trusts à l'étranger pour payer moins d'impôts, vous m"expliquerez comment on peut échapper au fisc. Je parle de 90% des salaries, pour les professions libérales c'est différent. Le fisc vous oublie rarement en France, on est même connu pour cette formidable capacité à lever l'impôt. En grèce beaucoup sous estiment leur revenus, même si sans doute la majorité paient leurs impôts. Pour avoir été là bas y a quand même beaucoup d'arnaques ( pas de factures, tout en cash).

Le recouvrement de l'impôt sur le revenu n'est à mon avis qu'un problème secondaire, le problème n'est pas celui là mais les armateurs qui ne paient pas, l'église , la corruption générallisée. Bref c'est un tout.

Ici non plus l'IR rapporte assez peu par rapport à la TVA par ex.

Naïf ?  a répondu le 03/10/2012 à 13:49:

Parce que vous croyez peut-être que le fait de ne pas payer en cash évite toute fraude ? Etes-vous naïf (ou complice...) à ce point ? En outre, les cartes de crédit et de paiement ne sont pas faites pour soi-disant lutter contre les fraudes, mais bien pour vous fliquer et pour enfoncer leurs détenteurs chaque jour un peu plus dans le surendettement. Avec le cash, très pratiqué en Grèce et c'est fort bien ainsi, les gens dépensent l'argent qu'ils possèdent vraiment. Et pas un argent "invisible" qu'ils sont de moins en moins capables de rembourser.
Même si on vous donne un ticket de caisse (ce que certains nervis considèrent comme une panacée), cela ne signifie strictement rien car il suffit de posséder 2 caisses : la première installée sur le comptoir du commerce (avec destruction systématique du ruban en fin de parcours) et la seconde, planquée, qui permet d'établir une autre comptabilité plus accommodante. Et comme, en France, tout peut s'acheter au noir, ce ne sont pas les marchandises qui vont manquer dans le stock, loin de là !
Le travail au noir est une réalité en France, plus que dans bcp d'autres pays européens. Et nombreux sont les salariés qui bossent "sur le côté", qui arrondissent leurs fins de mois avec des "petits boulots" pas déclarés. ce que savent bien les politiciens qui savent aussi que, comme en Belgique, en Italie, ... l'économie croulerait immédiatement sans ce travail au noir. Car elle permet de faire circuler l'argent, ce qui est aujourd'hui la seule chose qui semble compter.
Quant aux armateurs : ils paient des impôts sur leurs sociétés qui sont bel et bien établies en Grèce. Leur activité maritime est offshore et c'est normal : toutes les cies maritimes sont établies dans des "paradis fiscaux". Imposer les armateurs grecs signifierait qu'ils ne seraient plus concurrentiels sur la scène internationale et mettraient la clé sous le paillasson ... avec des milliers d'emplos perdus à la clé, en Grèce et à l'étranger.
Enfin, si les popes sont bel et bien imposés et qu'ils ont déjà subi les mêmes diminutions de salaires que tous les autres fonctionnaires, il est vrai que l'église n'est pas imposée. Mais comment serait le Vatican s'il était imposé de par le monde et s'il ne bénéficiait pas d'avantages sonnants et trébuchants ... même dans les pays les plus pauvres où l'église (catho, celle-là) pourrait faire preuve d'un peu plus de solidarité ? En Grèce comme ailleurs, les églises, toute les églises, appliquent le principe qui veut que "charité bien ordonnée commence par soi-même".

churchill  a répondu le 03/10/2012 à 13:51:

on est donc tous d'accord, il ft que la grece se debrouille tte seule et ne soit plus le polichinelle de personne, et surtout pas des gens qui assurent ses fins de mois

Clyde  a écrit le 03/10/2012 à 12:21 :

Barroso, Van Rompuy, le Conseil Européen, la Commission et tous les autres contemplent leur oeuvre.

yvan  a écrit le 03/10/2012 à 12:18 :

Le premier mot qui m'est venu est lamentable, mais c'est finalement génocide qui est le plus approprié.

churchill  a écrit le 03/10/2012 à 12:18 :

"" De 2,4 milliards d'euros en 2005, les dépenses de santé sont passéesà 5,1 milliards en 2009 en Grèce."" <-- tout est dit, la, non? forcement quand ils n'ont plus personne pour leur remplir les caisses gratuit, ca change la vie!

Tomibiker  a écrit le 03/10/2012 à 11:57 :

Comme on les plaint, mais cela ne les empêche pas de mettre 30 millions pour attirer foule dans une course de voiture, n'aurait-il pas une autre bonne idée de construire un autre stade olympique ne servant à rien ?

churchill  a répondu le 03/10/2012 à 12:20:

les stades qui ne servent a rien et les metros ultra modernes ou personne ne paye son billet ont ete finances par l'union europeenne, comme quasiment tt dans ce pays.... la pantalonnade a assez dure...je doute que l'europe leur en paye un nouveau !

hellas  a répondu le 03/10/2012 à 13:34:


les supposés expert en économie internationale , en grecque en particulier, vous me faites doucement rigoler. La Grèce est dans une situation minable ou on l'y a poussé.
La crise a commencé pour une broutille de 40 milliards d'Euro ! 10% de son PIB et 2% du PIB européen. On lui a demandé de faire un effort qu'AUCUN pays en Europe n'a fait en proportion. Et on insiste. Maintenant grace à ce bla bla bla qui dure depuis 4 ans la grèce est asphyxiée tellement on l'a aidé (une aide comme ça j'en veux pas merci), pour sauver les banques allemandes ou françaises, l'europe est au bord du précipice et met en danger l'économie mondiale. En revanche les dépenses militaires profiter à Thyssen, Siemens ah celles là non non pas touche

ce leitmotiv le méchant grec, l'espagnol qui fait la sieste, etc...est un peu éculé. Vous en avez encore dans votre livre à cliches ?

avez vous lu le rapport de la commission sur le temps de travail : les grecs donnent des leçons aux allemands la dessus. Ah mais vous me direz alors que le travail d'un allemand vaut plus que celui d'un grec.
Bientôt on en arrivera à dire que c'est génétique !

Mais rassurez vous churchil ! Ce que vous pensez des grecs de votre piédestal bon nombre de pays du Nord ou d'outre atlantique le pense de la France et des français : pays.

Et ce beau pays de France prend le même chemin que la Grèce ! il y va tout droit. car l'Europe entière suit le même chemin un pays après l'autre et si la Grèce fut la première touchée rassurez vous à ce train la Paris le sera aussi. et votre retraite ne sera plus payée tres bientot. Je suis curieux alors voir vos commentaire sur les français tricheurs, faignants, incapables, etc etc. ou non ? Lisez les journaux européens vous en apprendrez sur les scandales financiers et autres détournements de fond public dans ce pays.

Une chose est sure je doute du "civisme" des français lorsque le chômage atteindra 25% ici, que les retraites seront passées à + 70 ans et leur niveau baisse... quel sera alors le comportement des français ? et le votre ? certains français couinent déjà et menacent de quitter le pays. Bref ils font exactement comme les Grecs que vous décriez tant. Vous en pensez quoi ? Les grecs et autres pays en crise que vous vous plaisez à toiser, acceptent des choses que les Français n'accepteraient pas et en attendant les grecs payent et vous non.

churchill  a répondu le 03/10/2012 à 13:49:

hellas vous etes quand meme d'une mauvaise foi sans nom; le pib per capita a double ou presque entre 2000 et 2007, c'est pas a cause de l'export d'olives, si? la difference entre les espagnols qui vont se relever, et les grecs qui vont aller au tas, c'est que quand on enleve la moitie de la dette de la grece ils en profitent pour vite embaucher 70.000 fonctionnaires de plus.... alors libre aux grecs de prendre leurs partenaires pour des c...., apres; faut assumer... quand ils vont sortir de l'euro ils vont revenir a leur niveau de vie des annees 70........... cela dit je suis d'accord avec vous, la france va finir comme la grece, et pour les memes raisons - et ca ne fera pleurer personne-!

silco  a répondu le 03/10/2012 à 14:25:

les grecs vont-ils devenir les Roms de l'Europe?

@hellas  a répondu le 04/10/2012 à 1:32:

C'est vrai que les Grecs en prennent plein la tête depuis un moment, mais vous devriez faire preuve de moins d'arrogance et suffisance.
La Grèce aurait bénéficié de "trop" d'aides depuis le déclenchement de la crise? Si vous n'avez pas compris que le problème ne remonte pas à 2007 mais à bien plus (son organisation politique et économique, ou plutôt son manque d'organisation), c'est que vous n'avez toujours rien compris, et qu'on n'avance pas.
Pour ce qui est des dépenses militaires, je vous donne en partie raison. Mais quelqu'un a-t-il forcé le gouvernement grec à acheter des armes à Thyssen? Non.
Arrêtons une fois pour toute de comparer les temps de travail, il y a 100 facons de le calculer. Ce que vous dites à propos des allemands ne veut rien dire.
Et contrairement à ce que vous dites, en attendant, les grecs ne payent rien du tout. Et c'est bien ca aussi, le problème. Ses partenaires perdent patience.

hellas  a répondu le 05/10/2012 à 21:53:

je m emporte sans doute. j'avoue..je suis revolté par ce qu'il se passe en Grece, au portugal en irlande et qui atteint toute l'europe.
Je remet en cause ce coté moralisateur que beaucoup de journalistes et autres intervenants reprennent. La supposé vertue intrinseque de certains et dite immoralité quasiement génétique d'autres.

Sincérement je ne sais pas quel pays meme du nord serait capable d´encaisser ce qu'encaisse ces pays en ce moment. la grece vit une véritable dépression. Et la dépression en allemagne en 1930 on a vu ce que cela a donne.

je reaffirme mes chiffres : on a laissé le jeu de domino degommer les pays d'europe les uns apres les autres pour 40 milliards. On a pas reussi a trouver 40 milliards en europe pour faire face au deficit grece ? on a laisse le doute s'installer 1 an durant et le jeu de domino a commence
Quant a l'armement vous avez raison personne ne force le gouvernement grec a s'equiper. quoique ? je me pose la question suivante : la troika demande des coupes dans les budgets, de l´education de la santé, demande de privatiser les entreprises publiques grecques. pourquoi la troika ne demande pas l'annulation des contrats d'armement ?
j'aimerai - suggestion de la tribune - que des journalistes aillent enqueter.
il est clair que tout n'est pas dit dans cette histoire.
il est clair que toute l'europe va dans le mur et continuer cette politique suicidaire. J'espere sincerement avoir tort et que les partisans de cette austérité aveugle ont raison que cela finira par payer que la croissance reviendra en Grece et en Europe grace a ce choc (depuis 4 ans ça ne vient pas ...). mais si ils ont tort le retour de baton risque d'etre violent.