Comment l'Irlande a liquidé son fardeau bancaire en une nuit

 |   |  744  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dublin a vécu une nuit folle pour régler son problème bancaire. Un mouvement qui a conduit le pays à contraindre la BCE à accepter ses conditions.

Il y a eu cette nuit un parfum de crise de la dette à Dublin. Le gouvernement irlandais a lancé une procédure accélérée pour liquider l'Irish Bank Resolution Corporation (IBRC), qui regroupe les reste des banques Anglo Irish Bank et Nationwide qui avait été nationalisées en 2009 et 2010.

Une nuit pour agir

Vers 17 heures, mercredi, les agences Reuters et Bloomberg commencent à évoquer une possible liquidation de la banque. Michael Noonan, le ministre irlandais des Finances, prend alors peur. Si cette nouvelle se répand, les déposants à l'IRBC vont vider leurs comptes et les détenteurs des obligations émises par l'IRBC vont chercher à solder leurs positions. La valeur de la banque risque de s'effondrer et le projet de liquidation en douceur, prévue selon lui depuis septembre, risque d'échouer.

En début de soirée, Michael Noonan lance donc le processus. Il faut parvenir à achever le processus avant l'ouverture des guichets, et des marchés. En début de soirée, les dirigeants de l'IRBC sont remerciés et le contrôle de la banque est confié au cabinet KPMG. Vers 20h30, un projet de loi de 52 pages est présenté au conseil des ministres. Il prévoit le transfert de tous les actifs de l'IRBC à la banque publique NAMA et l'émission par cette dernière d'obligations pour payer les créanciers. Le projet est présenté en urgence au Seanad, le Sénat irlandais, qui l'adopte, puis, vers 3 heures du matin, au Dail, l'assemblée nationale, qui l'accepte aussi. Aucun amendement n'était toléré. Vers 6 heures du matin, le président irlandais, Michael Higgins, revenu précipitamment de Rome, promulgue la loi. L'IRBC a cessé d'exister.

Le règlement du différend avec la BCE

L'affaire ne s'arrête pas là. Cet après-midi, le gouvernement annonce avoir trouvé un accord avec la BCE sur le règlement de la « reconnaissance de dettes » (promissory notes) de 30 milliards d'euros signée par l'Etat irlandais à l'IRBC en 2010 afin que cette dernière puisse se refinancer auprès de la BCE. Cette reconnaissance de dettes obligeait Dublin à rembourser chaque année en mars 3 milliards d'euros à l'IRBC afin que cette dernière puisse ensuite rembourser les sommes levées à la BCE. Evidemment, une fois IRBC liquidée, la question de cette procédure se pose. En réalité, Dublin a clairement piégé la BCE en la contraignant à trouver un accord alors qu'elle rechignait depuis des mois à conclure.

L'accord avec la BCE met fin au paiement annuel de 3 milliards d'euros. La reconnaissance de dettes du gouvernement irlandais envers l'IRBC est remplacée par le versement direct à la BCE d'une obligation d'Etat irlandaise de 40 ans de maturité et portant intérêt à 3%. Ceci fera économiser, selon le Taoiseach (premier ministre irlandais) Enda Kenny, un milliard d'euros par an au budget. « Ce sera autant de taxes et de coupes budgétaires en moins », a conclu le Taoiseach.

Fin d'un dossier empoisonnant

Avec ce mouvement précipité, l'Irlande en finit avec un dossier qui empoisonnait son retour sur les marchés. Désormais, l'ex-«tigre celtique» peut envisager l'avenir avec plus de confiance. D'autant que le rapport de la troïka publié ce jeudi ne tarit pas d'éloges sur le pays. Reste cependant deux questions. D'abord, l'économie de l'Irlande reste fragile. Elle repose uniquement sur les exportations, la demande intérieure restant des plus faibles. Mardi, les constructions de maisons neuves ont atteint le plus bas niveau depuis 1970. Pas sûr, donc, que l'Irlande puisse être un modèle pour le reste de l'Europe. Ensuite, l'accord trouvé avec la BCE pose problème : la BCE ne doit pas acheter directement des dettes émises par les Etats de la zone euro. Certes, ici, il s'agit d'une conversion d'une dette bancaire. Mais ceci a furieusement le goût d'un renflouement direct. Il est vrai que les dirigeants européens et la BCE avaient déjà affirmé voici quelques semaines que « l'Irlande était un cas particulier. » Comme la Grèce. De plus en plus, donc, l'Europe devient donc une addition de « cas particuliers » qui permettent aux dirigeants européens d'éviter leurs propres engagements.le principal enseignement de cette "folle journée" restera cependant que, pour la première fois depuis le début de la crise, un pays a fait céder ses créanciers et la BCE dans un mouvement rapide et inédit. C'est peut-être la plus belle réussite irlandaise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 18:30 :
et les déposants dans tout ça?
l'Irlande paie la BCE avec de la monnaie de singe
Cela préfigure hyperinflation, dévaluation de l'euro et hausse de l'or et de l'argent:
http://lecgpi.com/largent/
a écrit le 09/02/2013 à 17:48 :
réduire les intérêts sur une dette qui ne devrait pas exister n'est pas un cadeau
Réponse de le 10/02/2013 à 15:04 :
Refiler cette "dette qui ne devrait pas exister" à ses partenaires européens (que l'Irlande tond allégrement avec son dumping fiscal) n'est pas non plus un cadeau.

a écrit le 09/02/2013 à 16:59 :
Tout devrait être question ici de démocratie, qui est une délégation de pouvoir de l?électeur vers l?élu censé gérer « l?argent du ménage » de façon patrimoniale. Hors tel n?est pas le cas aujourd?hui et vous pourrez vous en rendre compte en lisant le blog suivant sur la façon dont l?Etat s?est fait empapaouter par les banques, nous dirons les élites bancaires:
http://tatanka.blog.tdg.ch/archive/2012/01/18/les-banques-meurtrieres-des-etats-nations1.html

Bonne lecture !!!
a écrit le 08/02/2013 à 17:01 :
une obligation sur 40 ans à 3 %, si c'est pas du cadeau pur jus...
Réponse de le 08/02/2013 à 17:14 :
+1 ! Mais vous trouverez toujours des politiciens de bas etage dont les dents rayent le parquet pour vous dire dans 40 ans que l'Etat a paye en tout 120% d'interets cumules, soit + que le stock de dette, et que c'est un complot ignoble formente par l'elite politico-financiere... (allusion a notre ami Stop le reve...)
Réponse de le 08/02/2013 à 18:13 :
Complot, c'est le terme utilisé par la pensée dominante quand elle n'a plus d'argument pour défendre "sa réalité" face à ses detracteurs. C'est une technique vieille comme le monde.
Réponse de le 08/02/2013 à 18:43 :
Desole "Stop le Reve", 3 fois que je poste une repose a votre commentaire ci-dessous, 3 fois qu'elle ne parait pas (et pourtant pas de propos desobligeant), c'est bien dommage... En tous les cas, continuez a penser ce que vous voulez et a ajouter des cash-flows non actualises sur des decennies pour faire votre demonstration, moi ce qui m'importe c'est mon portefeuille et donc le fait que l'Etat ne puisse pas faire tourner la planche a billet. De ce point de vue je suis tranquille, c'est pas pret de bouger!
Réponse de le 08/02/2013 à 19:46 :
Relisez mes posts ligne par ligne et non pas en diagonale, j'ai donné un certain nombre d'arguments indiscutables. Après on a le droit de ne pas être d'accord. Néanmoins, renseignez-vous sur Maurice Allais, économiste français (prix nobel), qualifié de "libéral" dans sa bio wilipedia, qui remet en cause la "privatisation" de la création monétaire. Bon week-end.
a écrit le 08/02/2013 à 14:54 :
Bizarre que personne n'ait imposé à l'Irlande de revoir son systeme discriminatoire en matiere d'impôts sur les sociétés tres inférieurs à ceux pratiqués dans l'UE ,qui fait que les Americains s'implantent en Irlande pour avoir une tête de pont pour deverser leurs produits sur l'UE !
Réponse de le 08/02/2013 à 16:08 :
+10
a écrit le 08/02/2013 à 10:05 :
Et si tous les pays de la zone faisient la même chose ? Que resterait il de la BCE et la stabilité de l´Euro ? Affaire bizarre !
Réponse de le 08/02/2013 à 10:36 :
Oui, c'est ce qui s'appellerait enfin une monnaie commune et non une "monnaie unique", avec une BCE soumise au pouvoir politique et non au dogme de l'Euro fort (pour quoi faire?) comme c'est le cas actuellement.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:47 :
L'euro n'est pas une monnaie unique, c'est une monnaie commune. Vous avez l'euro allemand, l'euro français......avec un peg de 1 pour 1.
Réponse de le 08/02/2013 à 11:29 :
Pour ceux qui croient rellement que l´Euro est une monnaie "forte" (ou surevaluée) je conseille d´aller passer qq jours aux USA.
Vous verrez de ce qu il vous restera de votre monnaie "forte" apres quelques jours !!!
Réponse de le 08/02/2013 à 15:39 :
Oui? Toujours plus qu'à Paris... bon allez, je faire une semaine de shopping en Californie et dans le Minnesota...
a écrit le 08/02/2013 à 9:59 :
Bravo l'Irlande !!!
Réponse de le 08/02/2013 à 10:33 :
Pas de problème pour eux, c'est toi qui paye.
a écrit le 08/02/2013 à 9:58 :
Si une annulation des dettes spéculatives des Etats et banques seraient une bonne chose, plutôt que de s'échanger de la monnaie de singe qui n'est même pas encore sèche... il ne faut pas trop se réjouir que ce paradis fiscal vers lequel les bénéfices des grosses entreprises puis obtenir cela en plus! Car cela veut aussi dire que les autres européens vont payer 2 fois pour eux!
a écrit le 08/02/2013 à 9:29 :
Bien joué, les irlandais !
Réponse de le 08/02/2013 à 11:16 :
Yves : Pendant ce temps là ils défiscalisent les 50 milliards de profits d'Amazon en Europe et vous/nous font payer leurs dettes.
Bien joué peut être mais conte vous/nous...
a écrit le 08/02/2013 à 9:19 :
moi, je dis : bravo, les mecs !
On aimerait bien que ce genre d'action résolue soit menée en France.
Seulement une fois de temps en temps, bien entendu.
Sinon la France ne serait plus la France (qu'on aime).
a écrit le 08/02/2013 à 7:46 :
Il faut arrêter de rêver avec cette europe qui nous mène droit de le mur. Sortir de l'UE, sortir de l'euro et retouver notre souvaireneté monétaire que nos élites ont vendu aux banques (loi pompidou 73 et article 123 du taîté de Lisbonne). Faut absolument que les gens se mobilisent pour arrêter cette escroquerie si on veut préserver l'avenir de nos enfants.
Réponse de le 08/02/2013 à 8:39 :
Bonjour,
Il ne s'agit pas de sortir de l'UE ou pas. C'est tout le modÚle economique qu'il faut revoir.
Nous vivons à crédit! Tout le monde doit quelque chose à tout le monde.
Un nouveau né est redevable de plusieurs dizaines de milliers d'euros al'instant où il commence à respirer. Et ça ne s'arrangera pas tant que le modÚle inflationniste dans lequel nous vivons ne sera pas remis en cause.
Bien cordialement
Réponse de le 08/02/2013 à 9:05 :
@STOP LE REVE: n'importe quoi sans l'UE tout les pays seraient au fond du gouffre, personne ne viendrait les aider, vous parlez de souvraineté mais de quoi???? l'euro evite au moins de trop fort ecart entre les monnaies.
@Medialobotomie: oui changer le systeme je suis pour, mais comment? on est tellement pris de ce mode de fonctonnment qu'il est devenu impossible d'en sortir! une idée?
Réponse de le 08/02/2013 à 9:10 :
Sortir de l euro ou non ne changera rien on ne retrouvera de toute facon pas notre souverainete monaitaire justement a cause de la loi fondamentale que vous cite (Pompidou) qui supprime la possibilite a la Banque centrale de preter directement aux Etat, donc sortir de l UE ne reglera pas ce probleme....... Donc arrete de debiter des anneries..... La solution est le retour de Breton Woods et faire pour les Etats comme commencent a faire de grosses entreprises comme Dell qui sortent de la bourse pour recuperer la possibilite d une gestion a moyen et long terme..... Le principe d emprunter sur les marche financier est pas mal a la base car elle permet de diluer l emprunt aupres de plusieurs pretteurs, le probleme aujourd hui pour les entreprise comme pour les etats que tout les preteurs/investisseurs resonnent a tres court terme, ils veulent un minimum de risques et un maximum de profits..... Or pour que ca marche c est sur le long terme qu il faut raisonner.
Réponse de le 08/02/2013 à 9:18 :
Nous avons du vivre a crédit afin de construire cette Europe qui nous coute fort cher!
Réponse de le 08/02/2013 à 9:53 :
non les plus gros postes de depense de l etat c est le paiement de TOUS ses fonctionnaires et politiques + le financement de l assistanat euh pardon de la solidarite......
Réponse de le 08/02/2013 à 10:04 :
@icietla : c'est l'ue/l'euro qui met ces pays au bord du gouffre. Regardez les faits et sortez de votre idéologie 2 minutes. Vous pouvez développer votre théorie apocalyptique concernant une sortie de l'ue/l'euro ? Parce que les européistes comme vous sont plein de théories de ce genre qu'ils ne savent argumenter. Merci de m'éclaire svp.
@@Stop le reve : "Donc arrete de debiter des anneries" l'invective est votre seul argument ? Je vais vous donner les miens : la dette publique en France (et ailleurs) est une funeste escroquerie. La dette française est de 1800 milliards d'euros. Quand vous regardez le total des intérêts payés aux banques depuis 1974, ils s'élèvent à 1400/1500 milliards d'euros. Sans les intérêts, notre dette publique serait à peine à 20pts de pib. Pourquoi les états (via les banques centrales) prêtent de l'argent aux banques à faibles taux pour ces banques reprêtent derrière aux états à taux plus élevés. Expliquez-moi la logique, vous qui êtes si brillant.
En ce qui concerne l'ue, c'est une institution qui relève du despotisme éclairé (référendums bafoués, anciens de GS à tous les postes clefs et chefs de gouvernement nommés) et qui ne peut pas fonctionner car elle relève d'intérêts trop divergeants entre les 27 pays. Vous aurez beau dire le contraire c'est une réalité qu'on subit depuis 20 ans. Pour l'euro, une monnaie doit forcément correspondre au niveau de compétitivité d'un pays. Une même monnaie pour 17 pays différents c'est comme une même taille de chaussures pour 17 pointures différentes. A tous les deux, si vous souhaitez vous informer, allez lire chouard ou asselineau.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:27 :
Les impôts pour payer instit, infirmière ou pompier oui. Mais pour payer des intérêts aux banques NON !
Réponse de le 08/02/2013 à 10:31 :
@stop le rêve : sur la dette en France (et ailleurs, par exemple en GB ou aux USA) étudiez un peu l'histoire économique et voyez pourquoi depuis Pompidou la Banque Centrale ne prête plus directement. Pourquoi la Banque Centrale est devenue plus indépendante. Sur la gouvernabilité à 27 : La taille de l'Europe est inférieure à celle des USA (41 états) et pourtant ça marche. Idem pour la monnaie, et pourtant on ne peut pas dire que l'Arkansas ait la même productivité ou la même richesse que le New Jersey. Sur la démocratie, là encore il n'y a pas eu de coup d'état pour imposer l'Europe. Chaque pays a décidé selon ses lois. Vous ne pouvez pas imposer vos visions à des pays qui ont décidé et qui continuent à décider de vivre en paix et veulent mieux s'intégrer. Votre chacun pour soi a déjà montré ses limites en Europe.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:52 :
@stop le reve: ce que vous dites est faux et tombe droit dans la propagande demago de Le Pen - Melenchon & co. 1) Si vous empruntez 100 sur 40 ans a 3%, vous aurez effectivement paye 3*40 = 120 d'interets cumules, rien d'etonnant ni d'honteux a cela: cela ne fait aucun sens d'additioner ces montants, il faudrait les actualiser d'abord... Rien de choquant donc d'avoir paye 1500 milliards d'euros d'interets cumules depuis 40 ans!! 2) Le mythe du "la BCE prete aux banques a 1% qui pretent ensuite cet argent aux Etats a 4/5/6%, et hop la difference de taux c'est pour bibi, dans la poche de la banque", c'est faux et voici pourquoi: l'operation de refinancement des banques par la BCE, LTRO, permet de preter aux banques sur 3 ans. La duration moyenne des obligations d'Etat est bien plus longue (8/10 ans). On ne prete pas au meme taux a court terme et a long terme. Deuxiemement, les prets de la BCE sont collateralises, ce qui n'est pas le cas des prets aux Etats, ca fait tout de meme une sacree difference... Et quand a votre point de vue sur l'Euro, sans nier les difficultes que nous connaissons a l'heure actuelle et les erreurs de la construction monetaire europeenne (des pays type Grece qui du jour au lendemain ont pu s'endetter massivement car beneficiant de la garantie implicite des grosses economies de la zone Euro, c'est en tout cas ce que pensaient les marches et pour le moment ils ne se sont pas trompes d'ailleurs), je ne crois pas qu'une devaluation massive soit la solution...
Réponse de le 08/02/2013 à 11:17 :
@icietla : c'est l'ue/l'euro qui met ces pays au bord du gouffre. Regardez les faits et sortez de votre idéologie 2 minutes. Vous pouvez développer votre théorie apocalyptique concernant une sortie de l'ue/l'euro ? Parce que les européistes comme vous sont plein de théories de ce genre qu'ils ne savent argumenter. Merci de m'éclaire svp.
@@Stop le reve : "Donc arrete de debiter des anneries" l'invective est votre seul argument ? Je vais vous donner les miens : la dette publique en France (et ailleurs) est une funeste escroquerie. La dette française est de 1800 milliards d'euros. Quand vous regardez le total des intérêts payés aux banques depuis 1974, ils s'élèvent à 1400/1500 milliards d'euros. Sans les intérêts, notre dette publique serait à peine à 20pts de pib. Pourquoi les états (via les banques centrales) prêtent de l'argent aux banques à faibles taux pour ces banques reprêtent derrière aux états à taux plus élevés. Expliquez-moi la logique, vous qui êtes si brillant.
En ce qui concerne l'ue, c'est une institution qui relève du despotisme éclairé (référendums bafoués, anciens de GS à tous les postes clefs et chefs de gouvernement nommés) et qui ne peut pas fonctionner car elle relève d'intérêts trop divergeants entre les 27 pays. Vous aurez beau dire le contraire c'est une réalité qu'on subit depuis 20 ans. Pour l'euro, une monnaie doit forcément correspondre au niveau de compétitivité d'un pays. Une même monnaie pour 17 pays différents c'est comme une même taille de chaussures pour 17 pointures différentes. A tous les deux, si vous souhaitez vous informer, allez lire chouard ou asselineau..


"sur la dette en France (et ailleurs, par exemple en GB ou aux USA) étudiez un peu l'histoire économique et voyez pourquoi depuis Pompidou la Banque Centrale ne prête plus directement." Ah oui expliquez-moi, pour l'inflation peut-être ? Cet argument ne tient plus puisque la BCE fait marcher la planche à billet depuis des années (croissance de la masse monétaire largement supérieure à la croissance eu europe) et on ne constate pas d'inflation. D'autre part, nous avons la règle d'or dans la constitution aujourd'hui, n'est-ce pas ? La vérité c'est que nous avons privatiser la création monétaire aux banques pour mieux asservir les états nations. "La taille de l'Europe est inférieure à celle des USA (41 états) et pourtant ça marche.". C'est à vous de reprendre vos livres d'histoire. Les US, colonie anglaise (culture anglo-saxone depuis des siècles) qui a fait sa révolution en 1776 pour des raisons de droits de douane - boston the day - (alors que nous c'était pour la liberté) et qui s'est développée avec des rachats d'états (alaska, arizona, hawai, louisiane...) avec le dollar comme monnaie d'origine. Désolé mais rien de communs avec l'histoire en europe ou alors pourquoi pas un gouvernement mondial (ce que l?on nous prépare ? )?."Idem pour la monnaie, et pourtant on ne peut pas dire que l'Arkansas ait la même productivité ou la même richesse que le New Jersey." Pourquoi ? parce qu'il y'a des transferts de richesse des états riches vers les états pauvres (via des redistributions), comme en France entre l'idf et la corse ou la lozère."Sur la démocratie, là encore il n'y a pas eu de coup d'état pour imposer l'Europe." Ah bon ? Qui a évincé Berlusconi, le peuple italien ? Monti a été élu ? Les référendums en france, irlande, pays-bas n'ont pas été bafoués ? Vous voyez un débat dans les médias de masse (détenus essentiellement par lagardere, dassault, ppr, bolloré) avec les pro-européens et les eurosceptiques ? La construction européenne relève d?un despotisme éclairé, c?est un fait indiscutable.
"Vous ne pouvez pas imposer vos visions à des pays qui ont décidé et qui continuent à décider de vivre en paix et veulent mieux s'intégrer. Votre chacun pour soi a déjà montré ses limites en Europe." Ca c'est du blabla qui ne résiste pas à l'épreuve des faits.
Réponse de le 08/02/2013 à 11:19 :
C'est faux !!! donc pire
100 empruntés sur 40 ans à 3%/an font environ 72 d'interêts cumulés !
Réponse de le 08/02/2013 à 11:23 :
vous partez tous de la consequence: l emprunt, la cause de ces emprunts c est la DETTE de la France et la dette de la France vient bel est bien pour plus des 2/3 du financement de la fonction publique et para-publique et de la solidarite!
Donc qu on l ai emprunte a une banque centrale qui aurait du coup fait tourne la planche a billet (comme les USA) ou aux marches comme on le fait, les consequences auraient ete le meme, vous pouvez hurlez, faire de la demago c est de la comptabilite pure>>>>> On depense plus que ce qu on collecte/a besoin. Dans les 2 cas c est au finale le consommateur/contribuable qui paye soit avec une pression fiscale important, soit avec des cycles inflation/deflation et des prix delirants, et une economie Atone comme le Japon..... Donc partant de la vous vous rendez bien compte que tous vos alibi: Euro par euro, UE pas UE..... sont falacieux. Tant qu on aura pas regle le probleme de notre Etat (au sens large) obese et les derives assistanales de notre systeme social rien ne changera
Réponse de le 08/02/2013 à 11:28 :
"ce que vous dites est faux et tombe droit dans la propagande demago de Le Pen - Melenchon & co. 1)" : La propagande ce sont les européistes qui l'a font (c'est eux qui ont le pouvoir). Moi je me contente de m'informer et mes références sont plus Allais, Chouard et Asselineau que Melenchon et Lepen qui servent le système qu'il sont sensés dénoncer. Sur la dette, expliquez-moi l'intérêt de privatiser la création monétaire ? Juste une petite citation de Wright Patman, membre démocrate du Congrès 1928-1976 président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975 :"Je n?ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent? Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d?être resté assis sans rien faire et d?avoir permis à un système aussi stupide d?être perpétué." Sur ce que vous dites sur l'euro et l'ue, j'ai déjà donné mon avis sur des posts précédents.
Réponse de le 08/02/2013 à 11:30 :
@Le Sage: et vous croyez sans doute qu'une obligation d'Etat est un pret amortissable comme l'on fait a un particulier? Votre 72 d'interets vaut pour un pret amortissable (71,84 tres exactement). Pour une obligation d'Etat, on rembourse le principal a maturite, ca fait donc bien 120 d'interets cumules. Bien a vous...
Réponse de le 08/02/2013 à 11:37 :
Ok, les chiffres sont disponibles partout mais si ca vous rassure de dire que c'est démago, c'est votre choix. Mais comme disait l'autre, il n y'a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.
Réponse de le 08/02/2013 à 11:54 :
En attendant, les arguments que vous avez invoques concernant la supposee escroquerie liee a la privatisation de la creation monetaire sont demagogiques (notamment pour les raisons que je vous donnais) et les auteurs le savent tres bien. Laissez la planche a billets aux mains des politiques et vous courrez a la catastrophe: il va la faire tourner avant chaque election pour arroser tout son electorat (appauvrissant en realite tout le monde, mais en toute discretion). Il fut un temps pas si eloigne ou la France connaissait 7 a 8% d'inflation par an...
Réponse de le 08/02/2013 à 12:16 :
Mes arguments à vos nouvelles affirmations sont dans mes posts précedents. Mais vous ne répondez pas à ma question. Peut-être que nous n'avez pas de réponse ?
Réponse de le 08/02/2013 à 12:19 :
Oui vous avez raison, le système de création monétaire actuel fonctionne très bien.
Réponse de le 08/02/2013 à 12:27 :
@stoplereve c est plutot vous qui ete aveugle et chercher absolument a la fois un alibi a l incurie de notre pays (de l electeur au politique on est tous un peu responsable) et a la fois une illusion, une chimere qu on pourrait preserver tel quel notre systeme alors que c est justement lui la cause profonde de notre crise.
Réponse de le 08/02/2013 à 12:45 :
@Stop le reve: quand je parlais de vos arguments demagogiques, je parle precisement de: "La dette française est de 1800 milliards d'euros. Quand vous regardez le total des intérêts payés aux banques depuis 1974, ils s'élèvent à 1400/1500 milliards d'euros. Sans les intérêts, notre dette publique serait à peine à 20pts de pib. Pourquoi les états (via les banques centrales) prêtent de l'argent aux banques à faibles taux pour ces banques reprêtent derrière aux états à taux plus élevés". Pour les raisons avancees, ces declarations (que l'on retrouve beaucoup dans les medias egalement) sont fallacieuses et il est important que chacun le comprenne, c'est la raison pour laquelle j'insiste. Vous remarquerez que je ne me prononce pas de la meme maniere en ce qui concerne l'UE et l'Euro, car il y a un debat legitime ici et il serait bien pretentieux d'arriver avec des certitudes. Par contre, a nouveau, ce que vous dites sur la classique "loi 73+Maastricht 92" est economiquement insense. "Expliquez moi l'interet de privatiser la creation monetaire": deja ce que je mentionnais ci-dessus, a savoir surtout ne pas laisser la creation monetaire aux politiques car demagogie, clientelisme => ruine de tous. De plus, je fais plus confiance a une multitude d'acteurs pour allouer des capitaux de facon optimale (i.e. economiquement rentable) plutot qu'un gros acteur (l'Etat) qui planifierait les investissements et la production. N'oublions pas non plus que la creation monetaire est avant tout entre les mains d'une banque centrale, qui charge les banques qui se rendent a son guichet. A nouveau, ce qui se degage de vos propos et qu'on lit beaucoup en France, c'est le mythe de l'argent gratuit. Ce dernier n'existe pas. Et le jour ou vous allez trop loin dans la manipulation de la monnaie, celle-ci perd sa qualite la plus precieuse: la confiance, et elle s'effondre entrainant avec elle des pans entiers de l'economie. Une seule solution si vous voulez preserver l'avenir de vos enfants: etudier, developper des competences recherchees, travailler dur, etre mobile, bref se munir de tous les atouts pour creer de la richesse et de la valeur ajoutee. Aucun billet de Monopoly ne pourra un jour changer cette realite.
Réponse de le 08/02/2013 à 13:04 :
@ @Tyler: non, le systeme de creation monetaire ne fonctionne pas pour autant tres bien. Mais remettre les cles a nos politiques me semble etre une bien mauvaise et curieuse idee... Je suis personnellement favorable a un retour a l'etalon-or.
Réponse de le 08/02/2013 à 14:47 :
Vous préférez remettre les clefs à nos banquiers ? Entre le bien et le meilleur, je choisis le meilleur et entre le mal et le pire, je chosisi le mal, je ne suis pas un idéaliste. Mais je pense que nous avons les moyens, en tant que CITOYENS, de faire bouger les lignes. Nos politiques contrairement à nos banquiers ont la particularité d'être élus par le peuple. Je suis également pour le retour de l'étalon-or mais ce n'est pas incompatible avec le retour avec notre souveraineté monétaire. Et cela nous permettrait accesoirement d'économiser 50 milliards d'intérêt (actuellement) par an soit le deuxième poste budgétaire de la nation et de nous affranchir de la pression des marchés qui finissent par nous imposer leur politique (concept de la contre-révolution). On parle souvent de limiter l'état à son rôle régalien. Mais que y'a-il de plus régalien que de battre sa monnaie ?
Réponse de le 08/02/2013 à 14:58 :
OU SONT VOS ARGUMENTS ? Je fais l'effort d'argumenter (et on le droit de ne pas être d'accord, c'est le principe du débat) et vous, vous ne faîtes que des affirmations (à la portée d'un enfant de 4 ans). Essayez de me convaincre, je ne demande que ça. A part ça, je suis d'accord sur le fait que nous devons bien gérer l'argent du contribuable mais en quoi ce que je dis est en contradiction avec une saine gestion des finances pubiques ?
Réponse de le 08/02/2013 à 14:58 :
Revenez à la réalité dans vos arguments, La reforme de la Banque de France, a pris des années, pour arriver à la rendre indépendante et à stabiliser la monnaie dans le serpent européen. Pendant ces années, de 1974 à 1983 le taux d?inflation a été en moyenne de 13% ! La BCE n'a pas eu de politique de "planche à billet" et sans rentrer dans les détails, elle a bien contrôlé l'inflation, c'est encore son mandat, il a varié entre 1.7 et 3.2. Pour l'ensemble de la zone Euro, pendant 12 ans. En ce qui concerne les écarts de revenu entre les états, mon exemple américain, même si l'histoire n'est pas la même qu'en Europe, montre bien qu'une union économique peut fonctionner même entre des états aux caractéristiques différentes, à condition que l'union soit complète : budget, fiscalité. Sur le gouvernement mondial, pourquoi pas, mais comme je le dis, cela se fait de façon démocratique, en fonction des choix des états et c'est leur décision, autant que celle de l'UE. Personne n'a imposé Monti à l'Italie, ni Hollande à la France, c'est le fonctionnement de l'état italien qui a déterminé ce choix, avec un consensus des partis. Et le "blabla du chacun pour soi" a montré ses limites de 1900 à maintenant, pour ne prendre que l'histoire récente. Voulez vous plus de détails sur les guerres militaires et économiques ?
Réponse de le 08/02/2013 à 15:07 :
non non on Stop le reve, la creation de MONNAIE doit surtout etre independante de l etat et des politique, c est la porte ouvertes au derives (CF les 2 extreme USA et Japon) vous restez aveugle et sourd a toutes demonstration et enferme dans l utopie de la devaluation competitive qui ne marche pas (CF le dernier exemple en Date: L argentine)
Réponse de le 08/02/2013 à 15:27 :
Si j ai demontre et explique que vous prenez le probleme a l envers en cherchant absolument un alibi, vous n avez rien demontre ni explique vous posez des lieux commun en ommetant que l euro à un avantage majeur par exemple il reduit le cout de nos importation de Gaz et de Petrole payés en DOLLARS, rien que ca suffit a justifier de rester dans l euro, en sortir comme vous le voulez entrainerait une devaluation de note monnaie qui n aurait rien de competitive ca augmenterait d autant le cout de ces importations. ca vous va comme argument??? c est un argument comptable. Si on regarde tout les pays ou leur banque centrale n est pas totalement independante du politique de la FED a la BOJ en passant par la Banque centrale d Argentine, on constate des derives tant inflationniste que de cours de la monnaie...... Or je rappelle que la monnaie "papier" est fondee sur la confiance en cette monnaie, si le reste du monde a confiance en l euro et en fait "une monnaie forte" c est aussi du en partie au fait que USA, Chine,.....font tourner leur plance a billet a plein faisant de ces meme monnaies "des monnaie de singes". Alors je continue a soutenir que la creation de monnaie ne doit absolument pas etre l apanages des etats. Meme du temps des rois de Frances les derives de la creations monnaitaire etatiques ont entrainne l europe dans la famine et la guerre. Donc on en revient a ce que je demontre et explique: Pourquoi on emprunte? Pour couvrir les depenses non financees par l Etat depuis plus de 40 ans, tant qu on aura pas regle ce probleme, et continuer a matraquer fiscalement n est plus possible, on continuera a devoir emprunter! Donc comme je le dit ne partez pas de la consequence qu est l emprunt mais de la cause: la Dette publique. La seule solution pour reduire notre taux d emprunt et des reduire notre dette publique donc reformer notre systeme societale. Et je le concois ca va etre difficile il va y avoir des coupes severes, mais si on avait pris le probleme en amont au lieu d attendre patiement d etre face au mur on en serait pas la, mais maintenant c est fait, apres avoir mange notre pain blanc on va devoir bouffer du pain sec et de l eau
Réponse de le 08/02/2013 à 15:33 :
"Revenez à la réalité dans vos arguments, La reforme de la Banque de France, a pris des années, pour arriver à la rendre indépendante et à stabiliser la monnaie dans le serpent européen." Ca ne veut rien dire. Blabla sans arguments. "Pendant ces années, de 1974 à 1983 le taux d'inflation a été en moyenne de 13% ! La BCE n'a pas eu de politique de "planche à billet" et sans rentrer dans les détails, elle a bien contrôlé l'inflation, c'est encore son mandat, il a varié entre 1.7 et 3.2" Ok renseignez-vous sur les chiffres de la BCE (disponibles sur internet - sites officiels) et comparez les avec l'inflation actuel. Une fois renseigné, dîtes nous si la croissance de la création monétaire n'est pas plus élevé que la croissance économique en Europe depuis 4/5 ans ? "c'est le fonctionnement de l'état italien qui a déterminé ce choix, avec un consensus des partis." Ou est passée la volonté du peuple ? "En ce qui concerne les écarts de revenu entre les états, mon exemple américain, même si l'histoire n'est pas la même qu'en Europe, montre bien qu'une union économique peut fonctionner même entre des états aux caractéristiques différentes, à condition que l'union soit complète". Sur la base cet argument, pourquoi pas un gouvernement mondial avec un président choisi par "un consensus des partis" comme en Italie ? Je prends le temps de vous répondre par correction mais vous dîtes n'importe quoi. Revenez avec des arguments basés sur des faits avérés svp et nos échanges n'en seront que plus intéressants.
Réponse de le 08/02/2013 à 15:47 :
"non non on Stop le reve, la creation de MONNAIE doit surtout etre independante de l etat et des politique" Donc pour vous la fonction régalienne de création de monnaie soit être entre les mains d'intérêts privés ? C'est vrai que depuis que c'est le cas (1973), la France va bien mieux (moins de dettes, moins de chômage, moins de pauvres....) Vous êtes en train de nous expliquer que depuis 1974 et la perte de notre souvaireneté monétaire, c'est mieux qu'avant. A chacun de se faire son opinion."dans l utopie de la devaluation competitive qui ne marche pas" Oui vous avez raison, avoir une monnaie sur-évaluée comme actuellement avec l'euro c'est bon pour notre industrie, les usines se développent, c'est merveilleux. La force d'une monnaie doit correspondre au niveau de compétitivité d'une économie, pas plus (pas de sur-évaluation comme actuellement) et pas moins (pas de sur-dévaluation). Si vous avez une monnaie trop forte, vous êtes obligé de faire de la dévalutaion interne = baisse des salaires/coûts du travail. C'est ce qui se passe actuellement (en grèce, en espagne, en italie, en france, partout sauf en Allemagne....) Ce qui est hallucinant, c'est que vous défendez (sans arguments) un modèle qui ne marche pas depuis 40 ans.
Réponse de le 08/02/2013 à 16:17 :
@stop le reve: "Et cela nous permettrait accesoirement d'économiser 50 milliards d'intérêt (actuellement) par an soit le deuxième poste budgétaire de la nation", a nouveau non, ce n'est pas vrai. Si vous vous mettez a imprimer massivement de la monnaie vous le payerez en inflation au moment ou ce ne sera plus raisonnable. Une tres grande partie de l'argent pretee a l'Etat est deja existant et est fourni non seulement par les banques, mais aussi tous les autres investisseurs institutionnels: assureurs, fonds de pension etc... Ne cherchez pas, l'argent gratuit n'existe pas, et si vous ne savez pas qui paye, c'est probablement que c'est vous...
Réponse de le 08/02/2013 à 16:29 :
@STOP LE REVE: simplement pour fixer les idees sur les risques d'inflation quand on confie la planche a billets aux politiques: http://france-inflation.com/graphique-inflation-depuis-1901.php . Vous pouvez toujours pretendre que cette menace est ridicule, mais historiquement elle est bien presente, et ca se comprend aisement... Vu que je n'ai pas envie de perdre du pouvoir d'achat et de voir mon epargne durement gagnee fondre comme neige au soleil juste parce que l'Etat decide de facon autoritaire de diminuer la valeur de la monnaie dans laquelle je suis payee pour distribuer ce qu'il en retire a sa clientele electorale (ou exprime autrement, il me dilue), je m'oppose categoriquement a ce que l'Etat puisse imprimer la monnaie. Ou alors je n'ai plus confiance dans cette monnaie et je l'echange systematiquement contre tout bien tangible (de l'immobilier, de l'or...).
Réponse de le 08/02/2013 à 16:38 :
"50 milliards d'intérêt (actuellement) par an soit le deuxième poste budgétaire de la nation", a nouveau non, ce n'est pas vrai". Ce sont les chiffres officiels, vous les contestez sur quelle base ? quels sont vos chiffres ? ."Si vous vous mettez a imprimer massivement de la monnaie vous le payerez en inflation au moment ou ce ne sera plus raisonnable." Encore une fois c'est ce que fais la bce (et la fed) et il n y'a pas d'inflation. Les mécanismes économiques ont bougé en 40 ans, reveillez-vous. Et d'ailleurs, ce n'est pas ce que je défends. Je défends la souvaireneté monétaire ET ce n'est pas incompatible avec une sain équilibre croissance économique/croissance création monétaire. Arrêtez de lier ça à la planche à billets à plein régime, vous finissez par vous discréditer. "Une tres grande partie de l'argent pretee a l'Etat est deja existant " et alors ? "Ne cherchez pas, l'argent gratuit n'existe pas, et si vous ne savez pas qui paye, c'est probablement que c'est vous... " ce que je vois pour le moment c'est que mes impôts servent à payer la charge de la dette, et ne vois pas de contrepartie économique, au contraire. Ce sont systématiquement les mêmes arguments que vous rabachez. SVP merci de bien lire mes posts et de renouveller vos arguments.
Réponse de le 08/02/2013 à 16:46 :
Merci pour ce graph qui montre que depuis 1985 l'inflation s'est stabilisé alors que......la dette et le chômage ont explosé. Je remarque par ailleurs que de 74 à 85 (alors que nous avions déjà perdu notre souvaireneté monétaire), l'inflation avait explosé. Finalement vous mettez de l'eau dans mon moulin. Merci
Réponse de le 08/02/2013 à 17:13 :
Cher stop le reve vous vous trompez, alors 1973 c est justement l acceleration de la creation monetaire par l etat. Et oui 1973 c est la fin du Steal Glass act et de Breton Woods voulus par les politiques et les etats, c est donc la fin de la regulation bancaire et la fin de l etalon OR. On a donc donne les pleins pouvoirs aux etat pour creer et gerer la valeur de leur monnaie, avec les resultat que l on voit sur le graph... CQFD; on en revient donc a mes 2 fondamentaux la creation monaitaire doit etre independante des etats totalement (en cela l euro remplit presque son role) et dans le meme temps on doit revenir a un etalon OR ou autre pour limiter les dumping monnaitaires.
Concernant la devaluation interne comme vous dites, encore une fois vous confondez consequences et causes les Etats que vous citez n ont pas eu, et c est factuels, une gestions saines et comme la France se sont endette d annee en annee pour financer leur systeme...... CQFD. Je ne dit pas que le systeme anglo saxon ou germanique est meilleurs mais le notre est plus que faillible egalement.... D'ailleurs ce n est pas pour rien que chaque annee la cours des comptes tire grandement la sonnette d alarme.... Mais ca prouve bien que l euro ou l europe ne reste qu un alibi a l incurie de tous.... C est plus facile de dire oui c est la faute al europe, a l euro, aux allemands, aux etrangers..... que de prendre nos responsabilite. Et pour la France je suis desole je le dit,l affirme et le soutiens, depuis 40 ans donc bien avant votre date de 1973 on a desequilibre le systeme recette/depense nous poussant a toujours plus emprunter..... Ca marche tant qu on est pas controlle et que l economie va bien, mais on a jamais pris les mesures corrective apres les 2 choc petroliers, encore moins apres la crise de 1998/2000 on a colle des rustine sauf qu a un moment les rustine ca pete
Réponse de le 08/02/2013 à 17:31 :
Concernant le petrole et le gaz on s en fou du prix a la pompe ca c est un autre probleme, si on regarde la balance commerciale c est jsutement ce qui reprente 60% voir plus du cout des importations, chiffre a l appuie cela a ete explique et demontre point par point sur Riposte et BFMTV hier soir encore donc votre "Alors une sortie de l'euro sera quasiment indolore pour le plein d'essence" est totalement faut si notre Franc ne vaut rien ou moins que 10 centimes d euros et qu on continue a payer le petrole et le gaz en dollars qui lui vaut 0.89 euros ca sera loin d etre indolore mon cher!!!!! Car je vous rappelle que les taxes sont calcule sur le court du brut et sur les marges, donc rencherir le cout du petrole augmentera mecaniquement son prix. si j achete le petrole 1 et que j applique 70% de taxe donc je multiplie par 1,70, ca nous donne 1,70 si demain je l achete 3 car ma monnaie vaut moins et que j ai toujours 70% taxe 3*1.70=5.1..... CDFD. C est une logique purement mathematique et comptable. Si vous ajouter a cette augmentation des prix, la baisse des revenus en valeur vous avez une situation explosive. Vous confondez encore 3 choses totalement differentes: Le prix d importation, les taxes, et le prix a la pompe, si vous rencherissez le cout d importation vous augmentez mecaniquement le prix pour le consommateur final (CF l argentine aujourd hui qui a une inflation galopante et n a pas sauve son economie). J espere la vous avoir demontre votre erreur concernant "la balance commerciale et la monnaie"
Réponse de le 08/02/2013 à 17:47 :
@Stop le reve: je ne vois pas ma derniere reponse apparaitre, donc dans le doute, en resume: le graphe, vous oubliez les chocs petroliers de 73 et 79 qui ne sont pas etrangers aux pics d'inflation. Moi, je vois surtout qu'on reussi a la maintenir stable l'inflation. Pour le reste, "rabacher les memes arguments" ok mais ils sont de taille tout de meme... Je ne vois pas vraiment les arguments de votre cote (est-ce anormal de payer des interets? Je ne conteste pas le chiffre de 50 milliards, mais en quoi est-ce anormal? Pourquoi avoir eu un budget systematiquement en deficit depuis 40 ans? !!). Ce que je vois c'est que des le depart vous etes decridibilise lorsque vous parlez de la loi de 73 (en comparant la some des interets payes sur 40 ans et le stock de dette actuel vous additionnez des pommes et des bananes, vous comparez des prets courte terme et long terme, vous comparez des prets collateralises et des prets non-collateralises)... Bref, continuez a penser qu'imprimer des billets de Monopoly reglera nos problemes sans que l'on ait a faire d'effort, de mon cote ce qui compte c'est que l'Etat n'est pas la main dessus, et dieu merci c'est pas pret de changer!
Réponse de le 08/02/2013 à 18:09 :
1973 c'est le début de la privatisation de la création monétaire que vous le vouliez ou non. C'est un fait indiscutable. Pour les reste, restez sur vos positions pas de souci.
Réponse de le 08/02/2013 à 18:32 :
@Stop le reve: vous passez sous slience (par mauvaise foi ou par etouderie) les deux chocs petroliers qui expliquent evidemment en grande partie le passage 74-85 sur le graphe...
Réponse de le 09/02/2013 à 3:42 :
@Tyler La réalité c'est bien que les intérêts par 80% de la dette française c'est bien pour payer les banquiers, sur cela il n'y a pas de doute. Pour l'Irlande ils ont tous simplement démontrée qu'ils ne sont pas les grecques soumis au dictat de Bruxelles mais, qu' ils ont encore leurs souverainetés intacte ce qui n'est pas le cas de la France.
Réponse de le 09/02/2013 à 10:02 :
@STOP LE REVE, encore une fois, vous vous trompez et lourdement comme je l ai dit, verifiez les dates 1973, c est la fin de la dereglementation bancaire, la fin du Steal Glass Act je pense que c est cela qui vous sert a dire qu on a privatise la creation monnaitaire, or ce n est pas cela, le fait fondateur au contraire. Le fait important de 1973 en matiere de creation monnaitaire c est la Fin de BRETON WOODS, la fin de l etalon OR: Or ceci a ete voulu par les ETATS, et de la on a donne le pouvoir au politique pour jouer sur la monnaie. Pour illustrer mon propos regardez donc la situation de l Argentine, du Venezuela, de l Afrique du Sud et nombre d autre pays d afrique.... Vous partez de la consequence pour expliquer alors qu il faut remonter a la cause, La Gestion des Etats.
@Leo "La réalité c'est bien que les intérêts par 80% de la dette française" meme reflexion vous partez de la consequence avec des chiffres faux de plus, si on emprunte c est qu on depense plus qu on ne collecte>>>> Petit exemple tant que l on aura 36000 communes Francaise qui representent a elle seules 40% des communes europeennes, des conseil regionnaux et generaux, le triple des senateurs qu aux usa et le quadruple des deputes pour un pays 8 fois plus petits......il faudra les financer, comme on ne peut plus tondre on emprunte... Donc la solution reduire nos cout, comme dans une entreprise.
a écrit le 08/02/2013 à 7:03 :
Des obligations d'état à 40 ans, remises "take or leave", ont des relents d'emprunts russes version celtique. La célérite affichée par tous ces protagonistes irlandais suggère que l'opération avait été ficelée, sous couvert, bien en amont de cette nuit de sommet européen, à l'exception probable de la BCE mise devant le (for)fait accompli.
Réponse de le 08/02/2013 à 9:38 :
Effectivement, je suis de votre avis. L'Irlande n'avait pas accepté le sauvetage de la Grèce à des conditions dont elle n'avait pas pu bénéficier. L'UE ne pouvait politiquement pas faire deux exceptions d'affilée. Elle a donc préparé son plan, avec quand même certainement l'accord implicite de la BCE, et elle l'a exécuté en une nuit. Produire une loi de 50 pages et la mettre en oeuvre ne se fait pas en quelques heures même par un cabinet spécialisé, je sais de quoi je parle. Maintenant, celui qui a réellement été piégé c'est le Portugal. C'est finalement le seul pays qui a mis en oeuvre les accords, complètement, et qui n'a bénéficié d'aucun allègement de sa dette et/ou de ses intérêts. Que va-t-il faire ?
Réponse de le 08/02/2013 à 15:56 :
"il reduit le cout de nos importation de Gaz et de Petrole payés en DOLLARS, rien que ca suffit a justifier de rester dans l euro". L'argument bateau des européistes, je l'attendais. Mais mon pauvre ami, le prix de l'essence à la pompte est constituté à 70% de taxes. Le prix de l'essence HT à la pompte est à à peine, 0,40 cts d'? nets. C'est moins chère qu'un litre d'evian. Alors une sortie de l'euro sera quasiment indolore pour le plein d'essence. En attendant, 1 usine ferme tous les jours en France à cause de l'euro.
Réponse de le 09/02/2013 à 5:20 :

@GE92 @STOP LE ... Vous êtes favorable pour le gouvernement mondiale???? je croie rêver, c'est bien vrai que la bêtise humaine est sans limite pour le peuple.

Mais soyer sans crainte il y a bien une super riche oligarchie qui fait tous son possible de faire un gouvernement mondial rêver comme le gouvernement Chinois.

Je vous renvoie à la lecture sur ce site. http://secretebase.free.fr/complots/organisations/organisations.htm
Réponse de le 09/02/2013 à 12:49 :
"Vous êtes favorable pour le gouvernement mondiale????". Relisez mes posts correctement. Je souhaite que la France sorte de l'ue, de l'euro et que nous retrouvions notre souveraineté monétaire, contrairement à vous.
a écrit le 08/02/2013 à 6:58 :
Bravo! Enfin un pays qui malgré le poids de ses créanciers à su démontrer qu'il demeure souverain.
a écrit le 08/02/2013 à 6:05 :
Mouhahahaha, où comment Draghi va avoir du mal à s?asseoir facilement ce matin. Bon, en même temps, ce sont tous les européens qui en ont pris une, mais lui plus directement.
a écrit le 08/02/2013 à 1:15 :
Alors chapeau au Irlandais.
a écrit le 08/02/2013 à 0:12 :
Encore une nationalisation des pertes privées. Le capitalisme libéral est une escroquerie hypocrite. Le capitalisme industrielle de long terme, innovant. Il n'y a que ça de vrai. Allemagne + Corée + Japon à l'opposé le reste du monde.
Réponse de le 08/02/2013 à 9:52 :
Capitalisme liberal???? Un pays qui nationalise est liberale? Ca s'appel du communisme cher monsieur....
a écrit le 07/02/2013 à 23:08 :
on appel ça une entourloupe ou plus clairement une escroquerie... c'est beau la solidarité dans l union...avec des reflexes pareils adieu l europe...
Réponse de le 08/02/2013 à 8:13 :
Bravo, il a enfin compris l europophile...Adieu l EU et au plus vite; quittons cette prison des peuples !.
a écrit le 07/02/2013 à 22:52 :
Ce pays qui vient de faire plier ses créanciers aurait très bien pu les laisser tomber en ne nationalisant pas ses banques. Et c'est peut-être cette attitude qui a conduit la BCE a être conciliante. Bref, l'Irlande n'est pas la Grèce.
a écrit le 07/02/2013 à 22:50 :
La zone euro, c'est 17 poids, 17 mesures.
a écrit le 07/02/2013 à 22:50 :
cela donne envie.. c'est beau..
a écrit le 07/02/2013 à 22:48 :
Un seul mot: Bravo ! Je ne suis pas sûr que nos socialistes empêtrés dans leur idéologie euro-soumise auraient été capables d'en faire autant.
Réponse de le 08/02/2013 à 8:31 :
Bonjour, je ne suis ni pour la gauche ni pour la droite mais je me permet de rappeler que durant les 10 ans de reigne de la droite, il ne s'est rien passé non plus.
De plus vous croyez vraiment que l'Irlande a fait ça en une nuit en mode improvisation? Permettez-moi d'en douter!
Cordialement
Réponse de le 08/02/2013 à 10:45 :
Droite ou gauche ce n'est pas le problème. Ils ne font que relayer une politique qui est faites à Bruxelles.
Réponse de le 08/02/2013 à 12:28 :
Je reconnais volontiers que les prédécesseurs de nos socialistes euros soumis étaient les UMPistes tout aussi euros soumis et que ce 'était pas mieux sur ce plan avec eux. Ils sont tous PS + UMP à plat ventre devant l'Europe (et l'Allemagne)
a écrit le 07/02/2013 à 22:01 :
Un article de cet acabit et aucun commentaire???? Y aurait-il de la censure?
a écrit le 07/02/2013 à 20:50 :
Malins, les irlandais ! En attendant, ils bossent plus que nous (pas très difficile) et vont s'en sortir?eux !
Réponse de le 08/02/2013 à 10:30 :
C'est surtout par leur taxes sur les entreprises qu'ils s'en sortent en attirant les multinationales en faisant du dumping fiscal. Tout est basé sur l'exportation par des multinationales comme google qui veulent éviter l'impôt tout en sachant que ça n'est pas le minuscule marché irlandais qui les feront vivre mais les gros marchés européens tels que la France et l'Allemagne. Rien à voir avec les heures de travail..
Réponse de le 08/02/2013 à 11:50 :
L'Irlande comporte un nombre important de travailleurs immigrés (UE et hors zone UE). Pour cette raison l'Irlande a une main d'oeuvre abondante pour viser les autres marchés. Le nombre d'heures de travail n'a effectivement rien à voir. La manoeuvre de la nuit précédente ne me surprend pas du tout. La filouterie est une pratique courante au pays de de la trèfle (beaucoup de charme et de tchatche matinés de coups en douce).
Réponse de le 08/02/2013 à 12:14 :
+1
@Malin : on travail peut être un peu moins qu'eux en moyenne, mais notre productivité est elle beaucoup plus élevé... il faut arrêter ce raisonnement ultra libéral de droite qui pense que seul le nombre d'heure travaillé compte.
a écrit le 07/02/2013 à 20:32 :
Bonjour,

Résumons. On veut nous faire croire :
- que deux agences lancent une rumeur qui fait paniquer un gouvernement
- qu'elles sont la cause d'une opération "commando" ultra technique
- Que tous les protagonistes concernés sont frais et dispo (juristes, condtitutionnalistes, KPMG, sénat, parlement, président, ...)
- que entre 17:30 et 20:00 tout ce beau monde (sauf le president) etait sur le pont pour produir une loi de 52pages (imaginez le facicule) sans aucun erreur
- que KPPG a fait ça sur le pouce sans contrat ni cadre légal
- que tout ça s'est fait sans concertation avec la BCE qui est quand même un des bailleurs de fonds les plus importants
- Que la commission européenne n'a qu'à aller se rhabiller puisqu'elle n'a pas son mot à dire sur les deniers de l'UE
- que, cerise sur le gâteau, tout ce beau monde s'est mis d'accord sans accrochages
- que l'opération est une réussite technique, comptable, juridique, constitutionnelle, et diplomatique
...
Et qu'on nous prends vraiment pour des BOUGRES !!!

Bonsoir tout le monde, essayez de bien dormir quand même !
a écrit le 07/02/2013 à 20:02 :
aux contributions des contribuables ( bce ! la serpillière des banques ) qui valident sans le savoir toutes ces monstruosités sans broncher . c'est une forme de rançon sous ultimatum d'un jour . bravo !
C'EST DU VOL ORGANISE . l'irlande est un modèle pour les impôts des entreprises ( surtout étrangères ) et une deuxième corde à son arc s'ajoute .. le racket en col blanc !
faites entrer le patient suivant ! merçi .
a écrit le 07/02/2013 à 19:48 :
Ceci montre l'absurdité d'un système qui interdit à l'exécutif de contrôler l'émission monétaire et d'emprunter directement à la banque centrale pour les besoins du pays. A quand le tour de Dexia? S'il n'y avait pas eu de reconnaissance de dettes de l'Etat Irlandais vis a vis de l'IRBC en cours de liquidation pour cause d'opérations hasardeuses, on peut parier que la BCE n'aurait pas levé le petit doigt et qu'une fois de plus le contribuable en aurait été pour ses frais. (cf: Crédit Lyonnais).
a écrit le 07/02/2013 à 19:30 :
La politique économique de la Troïka est en train d'enfoncer chaque jour davantage l'économie des pays en difficultés en atomisant leur marché intérieur mais peu importe, puisqu'il semble que seule une balance commerciale excédentaire trouve grâce à ses yeux !!!
a écrit le 07/02/2013 à 19:28 :
Les banques ont l'air en "pleine" forme, en ce moment... Le marrant est que ce pays a bâti son avenir économique sur une imposition minimale des sociétés. Très belle réussite, à priori... Pourvu que ça dure.
a écrit le 07/02/2013 à 19:18 :
chouette. je m´attendais à ce que l´irelande ne repaye pas ses dettes. Ils ont donc bricolé quelquechose d´intermédiaire. L arrêtdu repaiement est uniquement repoussé. La raison est que l irelande ne reprendra pas pied: il y a trop d´émigration des jeunes bien formés et des cerveaux. Les irelandais ne sont pas comme les grecs et les francais: ils peuvent immédiatement, sans cours de langues de 1 an, travailler au canada, australie, nouvelle-zélande.. etc. (pays de langue anglaise).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :