16,9% : c'est le taux de chômage record atteint au Portugal fin 2012

 |   |  136  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au Portugal, le chômage a bondi au cours des derniers mois de l'année 2012. Un niveau record qui pourrait se révéler explosif dans un contexte de crise et de strictes politiques de rigueur.

Le marché de l'emploi portugais ne s'en sort pas. Au dernier trimestre 2012, le chômage touchait 16,9% de la population active. Soit 1,1 point de plus qu'au trimestre précédent. Plus de 920.000 personnes y sont désormais au chômage, selon l'INE, l'institut national de statistique. Un record.

Pire que prévu

Au Portugal, sur l'ensemble de l'année 2012, le niveau du chômage est même pire que ce qu'avaient prévu le gouvernement et les créanciers du pays. Ces derniers tablaient sur 15,8% de chômage. De quoi raviver les tensions  dans un pays où les plans de rigueur budgétaires successifs engagés ces derniers mois provoquent régulièrement la colère d'une partie de la population. 

A titre de comparaison, dans l'Espagne voisine, 26,06% des actifs n'ont pas d'emploi et en cherchent un.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2013 à 7:32 :
Il faudra revenir à une sorte de protectionnisme pour compenser les différences fondamentales entre pays, un protectionnisme qui pénalise les importations et encourage la production locale. Une TVA différentielle me semble être la solution la plus rapidement applicable. TVA réduite (15%) sur toute production locale et relevée (25%) sur produits importés. Ceci encouragerait les multinationales à investir dans les pays déficitaires afin d'y garder leurs débouchés. A la base du problème il y a les excédents et déficits des balances commerciales. Quand un pays produit plus qu'il ne consomme et que ce surplus est exporté il y aura forcément un autre pays qui va consommer plus qu'il ne produit. La est tout le problème qui a conduit à la crise actuelle. Le déficit budgétaire n'en est que la conséquence causée par le manque à gagner du aux chômage que le déficit de la balance commerciale produit.
a écrit le 18/02/2013 à 22:36 :
Il faut appliquer le droit au travail !
a écrit le 13/02/2013 à 14:46 :
Tiens .. Un chômeur s'est immolé à Nantes devant Pôle Emploi. Dans l'article, je n'invente rien : "On ignore encore ce qui a pu pousser la victime, chômeur en fin de droits, à cet acte désespéré."
Réponse de le 13/02/2013 à 15:07 :
C'était un portugais ?
Réponse de le 13/02/2013 à 15:31 :
@ quel rapport : Non, c'était un Européen. Nous sommes tous dans la même galère. Et le chômage de masse est un fléau...pas uniquement au Portugal.
a écrit le 13/02/2013 à 13:53 :
le Portugal est la future Grèce, mais s'il le faut, ce sera la petite Chypre, avec ses 17 malheureux milliards, qui fera exploser l'europe avant ... l'année 2013 voire 2014 vont être cruciales... et explosives ...
Réponse de le 13/02/2013 à 15:05 :
Rien de commun entre la Grèce et le Portugal, en tout cas au plan économique. Et encore moins avec Chypre, paradis bancaire des "investisseurs" de l'est. L'Europe n'explosera pas, mais digérera avec difficultés les évolutions budgétaires, fiscales et réglementaires. Elle va souffrir encore en 2013 mais redémarrera, sur de nouvelles bases en 2014. Même le dragon irlandais a compris qu'il y est plus en sécurité. Sans parler de tous les pays en liste d'attente.
Réponse de le 13/02/2013 à 15:22 :
@ GE92 : c''est beau de réver et de croire à la parole de nos hommes politiques, qui ne se sont jamais trompés sur rien (maastricht, en 92, c'était pour une croissance forte et la fin du chomage). Même si l'économie portugaise a plus de points forts que celle de la Grèce, ils sont tombés dans "la trappe à dettes" cad croissance moins forte que les taux d'emprunt, cad faillite inéluctable, comme l'espagne, l'italie et la France d'ailleurs. L'Irlande a compris qu'en augmentant drastiquement sa productivité (impossible pour la france et l'italie, irréformables), elle revient à niveau avec l'europe du nord, et se remet à attirer tous les capitaux qui quittent l'europe du sud, voilà pourquoi elle reste dans l'europe et les pays sur la liste d'attente ont bien compris le truc aussi !! ils sont plus compétitifs que l'europe du sud, donc vont attirer immanquablement les capitaux en rejoignant la zone monétaire optimale de l'euro. Voilà ce qui se passe réellement. Sauf que quand vous "stérilisez" les forces productives de l'europe du sud, qui n'augmentent pas assez leur productivité, vous faites sombrer l'europe entière dans la stagnation et le chomage, et c'est ce qui se passe, jusqu'à l'implosion finale ... de quelles nouvelles base parlaient vous en 2014 ???
Réponse de le 13/02/2013 à 15:25 :
"Sans parler de tous les pays en liste d'attente". Les français sont prêts à leur laisser la place. On en veut plus de cette "destruction européenne". J'ai du mal à comprendre ce qui pousse aujourd'hui un européiste à être européiste. A moins d'y avoir un intérêt peut-être ou de travailler pour les défendre ?
Réponse de le 13/02/2013 à 15:38 :
Bien sûr qu'il y a un point commun entre la Grèce et le Portugal c'est le triomphe de la Troïka. Si Chypre est un paradis bancaire alors pourquoi ce pays aurait besoin d'aide? Dix sept milliards quand même pour un si petit pays avec un peu plus d'un million d'habitants. Quand à l'Europe n'explosera pas j'en doute avec ce qui vient de se passer à Bruxelles. Je peux me tromper mais ce qui va exploser c'est le chômage avec son cortège de misère.
Réponse de le 13/02/2013 à 15:38 :
Bien sûr qu'il y a un point commun entre la Grèce et le Portugal c'est le triomphe de la Troïka. Si Chypre est un paradis bancaire alors pourquoi ce pays aurait besoin d'aide? Dix sept milliards quand même pour un si petit pays avec un peu plus d'un million d'habitants. Quand à l'Europe n'explosera pas j'en doute avec ce qui vient de se passer à Bruxelles. Je peux me tromper mais ce qui va exploser c'est le chômage avec son cortège de misère.
Réponse de le 13/02/2013 à 15:52 :
Rien a voir, l'Irlande n'a pas remonté la pente grace a une supposée augmentation de productivité, elle l'a fait d'une part parce que l'Europe a beaucoup payé (voila une raison de ne pas quitter l'Europe), d'autre part parce qu'ils ont profité des faiblesses de l'Europe en appliquant une politique fiscale ultra avantageuse pour les entreprises. Cet effet est d'ailleurs en train de ralentir et les difficultés vont resurgir. D'ailleurs, si véritablement la productivité avait été augmentée drastiquement, des emplois auraient du etre créés, or le taux de chomage y est toujours aussi élevé et est a son plus haut taux depuis la crise de 2008. Elle a juste profité d'une Europe non harmonisée et sans moyens de pression sur les Etats membres.
Réponse de le 13/02/2013 à 15:57 :
@john galt : les politiciens se trompent souvent mais les peuples suivent la direction qui leur paraît la meilleure. Les "pays du sud" suivant la terminologie de la city, pays où ils ont l'habitude d'aller en vacances, sont à l'origine de la civilisation occidentale. Si le libéralisme est plutôt du centre nord, les sudistes ont l'habitude du travail et la culture des affaires. Même si ils ne dédaignent pas le plaisir. Ils sont en train d'augmenter fortement leur productivité et leurs exportations. Et ils sont plus affamés. Morgan Stanley qualifie même l'Espagne de future Allemagne. La force de communication et de persuasion de la GB et de l'Allemagne ne vont pas résister longtemps face à la réalité des forces économiques en présence. Comparez les PIB de l'Italie et de la GB, Et l'Italie ne s'appuie pas sur la finance, mais sur l'industrie. Sa dette est interne, et son budget est dès à présent en excédent structurel. La GB en est loin. Dans l'ensemble la machine Européenne est assez forte, elle n'est pas homogène, mais c'est aussi une force, si elle reste unie.
Réponse de le 13/02/2013 à 16:15 :
@@JG : tout à voir au contraire. L'europe n'a payé qu'avec un "hair cut" sur leurs banques, mais la croissance est de retour en Irlande !! La fiscalité ultra avantageuse fait partie de leur productivité et leur attractivité .... quand au taux de chomage, comme la croissance est de retour, il va bientôt baisser ....
Réponse de le 13/02/2013 à 16:22 :
Pour dire autant d'aneries, vous travaillez forcement pour une organisation européiste. Faîtes passer le message suivant à vos patrons : la révolution est en marche et des têtes finiront par tomber.
Réponse de le 13/02/2013 à 16:27 :
galt : "il va bientôt baisser". Sous titré : "Demain, on rase gratis"... Ce mec est tout meutch, ce mec est trop...
Réponse de le 13/02/2013 à 16:31 :
Eh bien vous vous avancez totalement les 2 ou 3 années avec un retour de croissance ne suffisent pas a parler d'un retour durable, la croissance étant tres irréguliere et proche du zéro sur certains trimestres. La balance commerciale avantageuse s'explique par le fait que les entreprises y installent des "boites aux lettres", permettant ainsi de créer moins d'impots et d'investir le marché européen, et donc ceci explique le chomage qui reste haut. Ceci couplé a un durcissement des conditions intérieurs (hausse de la TVA, des impots, etc...) qui empeche toute reprise, pas sur que le léger mieux entrevu dure longtemps. A moins que le mieux soit d'avoir un peu moins de dettes au niveau de l'Etat mais plus au niveau des ménages, alors dans ce cas...
Réponse de le 13/02/2013 à 16:41 :
@ A voir ... fondamentalement, la croissance semble bien repartie en Irlande, même s'il y aura des à coup, comme partout. Quant aux "boites aux lettres", les 2200 salariés de google, les milliers d'amazon, de ryan air, etc etc etc font des drôles de "boites aux lettres" ...
Réponse de le 13/02/2013 à 16:45 :
@ G92 : les pays d'europe du sud à l'origine de la civilisation occidentale ??? phrase qui ne veut rien dire, dequelle civilisation parlez vous ? Si c'est l'actuelle, elle a pris naissance en GB et France et a pour origine le libéralisme (les "lumières"). "Les sudistes ont l'habitude du travail et des affaires" jamais vu de raccourcis aussi simplistes .... même commentaire qu'Astérix sur la fin de votre commentaire ... pour info, la dette italienne est détenue à 47 % par des étrangers, la dette française à 66 % ... Et la GB produit plus de voitures que la France et l'Italie ... ouvrez les yeux ...
Réponse de le 13/02/2013 à 16:55 :
L'humanité considérable qui se dégage des propos du sieur John Galt est vraiment admirable. A tout le moins si ce n'est le nobel d'économie, il peut prétendre au nobel de la paix...
Réponse de le 13/02/2013 à 17:23 :
@john galt : par civilisation occidentale, je n'invente rien, je me réfère à la Grèce et à Rome. Le libéralisme n'est une rien une civilisation, mais un courant de pensée économique qui s'est effectivement produit au siècle des lumières. Les affaires se réfèrent aux activités économiques de l'Italie à la naissance du commerce international et des activités bancaires associées (Venise par exemple ...), et le travail n'est pas l'apanage des pays du nord. L'agriculture n'est pas une activité sans travail. Bien que son poids relatif ait fortement diminué. La production de voitures n'est qu'une partie de l'activité industrielle, celle qui reste en GB, mais l'Italie et l'Espagne sont plus diversifiées. Sur l'Europe, et sans jugement de valeur ou insulte, comme Asterix, il s'agit de quelque chose de plus large que l'orientation économique sous-jacente (libéralisme ou autre), il est aussi question de civilisation. Séparée en une bagarre de nains, elle disparaît.
Réponse de le 13/02/2013 à 17:41 :
Avoir des entreprises n'empechent pas d'avoir un nombre important d'entreprises "boites au lettres"... La Suisse a bien le group Swatch et bien d'autres, et pourtant allez dans les cantons tels que celui de Zoug et vous verrez ce qu'on y trouve....
a écrit le 13/02/2013 à 13:44 :
Bientôt le tour de la France. Mais les français forment un peuple épris de liberté. La révolution est en marche. Quand la "masse" manipulée par nos médias se reveillera, la France retrouvera sa souveraineté (sortie de l'ue et de l'otan).
Réponse de le 13/02/2013 à 15:10 :
On se demande encore comment un internationaliste tel que de Gaulle a pu ainsi enfermer la France dans ces organisations. Heureusement que la révolution est en marche, mais le chemin est long et la pente est raide.
Réponse de le 13/02/2013 à 15:33 :
De Gaulle n'était pas pour une Europe inféodée aux US. Il s'est juste fait piégé par nos amis allemands. 2 liens pour comprendre :
http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/le-mythe-du-couple-franco-allemand-traite-elysee
ET http://www.u-p-r.fr/dossiers-de-fond/de-gaulle-et-l-europe/introduction-3
Réponse de le 13/02/2013 à 15:35 :
sortir de l´OTAN .... pour rentrer en Lybie et au Mali ...
Réponse de le 13/02/2013 à 16:00 :
Je ne vois pas le rapport, expliquez moi. Sortir de l'OTAN parce que nous faisons des guerres qui ne sont pas les notres et qu'elles servent l'impérialisme de plus en plus visible de l'oncle sam.
Réponse de le 13/02/2013 à 16:16 :
@Asterix : la France est impérialiste, l'Europe est impérialiste, comme les USA sont impérialistes. Sortez de votre village gaulois, allez faire un tour en Afrique et en Amérique du Sud et vous constaterez comment sont vu et ressentis l'Europe et la France (s'ils la connaissent) : de la même manière que les USA, en moins attractif. Chacun a l'empire qu'il peut.
Réponse de le 13/02/2013 à 16:28 :
j'ne peux plus des gens qui parlent de de gaulle....etes vous tous des vieux nostaligiques d'un planqué qui est juste venu faire le fanfaron sur un char une fois que la france etait libérée...? pffff.... meme si de gaulle etait economiquement potable a son epoque, l'epoque n'est pas comparable a aujourd'hui , ni les circuits financiers....
stop a de gaulle...il ets mort et enterré.. ! !laissez le dormir en paix. !
Réponse de le 13/02/2013 à 17:58 :
Oui "France" réveillez-vous! Seulement il va falloir arreter de faire référence au vieux général du siecle dernier et se concentrer sur l'avenir! Sortir de la zone Euro est peut-être une alternative si les francais sont prets à perdre du pouvoir d'achat et se faire "racheter" par leurs voisins à prix cassés. Sortir de l'UE et du marché commun, c'est par contre très risqué pour l'industrie de pointe francaise (ex. EADS) et la politique étrangère en général. Je ne prendrais pas ca à la légère...
Réponse de le 13/02/2013 à 19:30 :
blabla d'européiste sans aucun argument. Comme d'hab....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :