Téléchargez
notre application
Ouvrir

Paris, Berlin et Rome saluent les annonces de la CE sur les investissements

reuters.com  |   |  499  mots
Paris, berlin et rome saluent les annonces de la ce[reuters.com]
(Crédits : Christian Hartmann)

PARIS (Reuters) - L'Allemagne, la France et l'Italie ont salué mercredi la volonté de la Commission européenne de renforcer le contrôle des investissements étrangers dans les secteurs jugés stratégiques, y voyant "une étape majeure pour assurer une concurrence loyale et équitable en Europe".

Dans son discours annuel sur l'état de l'Union, le président de la CE, Jean-Claude Juncker, a proposé la mise en place d'un nouveau cadre pour l'examen de ces investissements, en faisant valoir que "l'Europe doit toujours défendre ses intérêts stratégiques".

Le projet de règlement définissant ce nouvel outil de défense commerciale sera présenté mercredi à Bruxelles, a-t-on appris auprès de la Commission européenne.

Selon le Monde, le texte créerait une obligation d'information mutuelle entre les Etats sur les projets de rachats d'entreprise par des capitaux étrangers lorsqu'ils suscitent des inquiétudes en rapport avec "la sécurité ou l'ordre public".

Parmi les domaines concernés, Jean-Claude Juncker a cité les ports, les infrastructures énergétiques ou les entreprises liées à la Défense.

La Commission aurait son mot à dire concernant les actifs européens stratégiques ayant bénéficié de fonds européens d'un niveau significatif sans être pour autant dotée d'un droit de veto sur l'opération, précise Le Monde.

Dans un communiqué commun, les ministres de l'Economie français, allemand et italien, trois pays qui sont passés à l'offensive sur le sujet cette année pour amener l'UE à renforcer sa réglementation, ont déclaré que cette proposition constituait "une étape majeure pour assurer une concurrence loyale et équitable en Europe et une meilleure protection lors d'opérations d'acquisitions".

Pour la ministre allemande de l'Economie, Brigitte Zypries, elles "permettront d'assurer une concurrence équitable au sein de l'UE et offriront une meilleure protection contre les acquisitions d'entreprises qui ne respectent pas les règles de marché."

Pour son homologue français Bruno Le Maire, "l'Union européenne doit être capable de se dresser pour protéger ses intérêts, en particulier lorsque la concurrence n'est pas loyale et lorsqu'il s'agit d'intérêts nationaux stratégiques."

"C'est pourquoi la proposition de règlement aujourd'hui présentée par le président Juncker est aussi importante et pourquoi nous l'accueillons avec intérêt. C'est un premier pas essentiel pour une compétition plus juste et pour assurer une concurrence loyale au niveau mondial."

L'eurodéputé français Franck Proust, qui préside la délégation des Républicains au sein du Parti Populaire européen et pourrait devenir rapporteur du projet de règlement, s'est lui aussi félicité d'une initiative qu'il avait appuyée.

"Certains investissements étrangers en Europe ne sont pas guidés par les règles du marché mais par des décisions politiques. L'objectif n'est pas d'interdire les investissements étrangers mais les investissements étranges", a-t-il estimé dans un communiqué.

(Yann Le Guernigou, avec Gilbert Reilhac à Strasbourg, édité par Yves Clarisse)