Edouard Philippe est-il vraiment surpris par la situation budgétaire ?

 |   |  784  mots
Edouard Philippe, Premier ministre du président Emmanuel Macron, feint peut-être de découvrir la réalité économique de la France. Mais si son étonnement est sincère, faut-il alors accuser les restrictions à l'accès aux données économiques -ce qu'on appelle le secret statistique, véritable frein à la compréhension de la situation de notre pays, y compris par un personnel politique aguerri?
Edouard Philippe, Premier ministre du président Emmanuel Macron, feint peut-être de découvrir la réalité économique de la France. Mais si son étonnement est sincère, faut-il alors accuser les restrictions à l'accès aux données économiques -ce qu'on appelle le "secret statistique", véritable frein à la compréhension de la situation de notre pays, y compris par un personnel politique aguerri? (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Ce vendredi, dans un entretien accordé au Parisien, le Premier ministre s'est déclaré désagréablement surpris par la situation budgétaire de l'économie française. Lors des campagnes présidentielles, les erreurs de pronostic des candidats sont monnaie courante. Comment expliquer leur vision très parcellaire de la situation économique du pays ?

Les gouvernements se suivent et se ressemblent. Ce vendredi, dans un entretien accordé au Parisien, Edouard Philippe, le Premier ministre, avoue :

"Je ne pensais pas que la situation budgétaire serait aussi mauvaise."

Cette déclaration peut surprendre. Feint-il l'étonnement ? Prépare-t-il l'opinion publique avant de présenter d'éventuelles mesures de rigueur qui seraient contenues dans le projet de loi de finances 2018 ?

C'est à se demander ce que faisait et où était Edouard Philippe entre 2012 et 2017. Parce qu'il était tout à la fois député "Les Républicains" entre 2012 et 2017, maire du Havre depuis 2010, président de la communauté de l'agglomération havraise... le Premier ministre d'Emmanuel Macron ne pouvait pas ne pas être au courant de la situation de l'économie française. Sauf s'il n'a ni lu la presse ni consulté les très nombreux rapports sur le sujet produits par d'éminents économistes ou par la Cour des comptes. On ne l'imagine pas.

Edouard Philippe est-il donc définitivement de mauvaise foi, rejetant la responsabilité de la situation économique et budgétaire de la France sur ses prédécesseurs ? Ce ne serait pas la première fois que l'exécutif agit ainsi. Depuis la crise de 1974, chaque nouvel arrivant à l'Elysée, à Matignon ou au ministère de l'Economie et des Finances accuse l'ancienne équipe au pouvoir d'avoir menti sur les chiffres, d'avoir mené une mauvaise politique économique ou d'avoir balayé la poussière sous le tapis. Il y a peut-être un peu de vrai. On conçoit mal un gouvernement sur le départ refuser d'enjoliver son bilan. Sans parler de tromperie, on peut comprendre une certaine rouerie statistique et comptable. Il faut bien préparer l'avenir et se donner quelques chances de revenir un jour au pouvoir.

Accès restreint aux statistiques et erreurs de diagnostic

Alors, si le Premier ministre n'est pas de mauvaise foi, comment expliquer cette erreur de diagnostic ? Une réponse peut être avancée : toutes les statistiques ne sont pas publiques. Oui, seul le gouvernement peut accéder aux données des services statistiques de l'Etat. Et, de son côté, l'opposition n'y pas accès, ou de façon très parcellaire.

C'est ce qui explique les écarts entre les intentions contenues dans les programmes électoraux et la mise en action, une fois le pouvoir conquis.

En clair, les chiffrages des programmes de la plupart des candidats sont bien souvent truffés d'erreurs involontaires qui rendent leurs mesures irréalistes au plan budgétaire. Ces programmes ont-ils été construits au doigt mouillé ? Peut-être pas. Mais une chose est certaine, les résultats des études d'impact des mesures proposées sont pour la plupart fantaisistes. Fin 2012, François Hollande n'avait-il pas admis une erreur de diagnostic sur la situation de l'économie tricolore, expliquant ainsi l'incapacité de son gouvernement à réduire le nombre de demandeurs d'emplois et à atteindre l'objectif de de réduction du déficit public fixé lors de la campagne présidentielle ?

Défaut de transparence

Et ce n'est pas parce qu'Emmanuel Macron fut un temps ministre de l'Economie qu'il a pu avoir un accès privilégié aux statistiques publiques. Compte tenu des relations qu'il entretenait avec Michel Sapin, alors ministre des Finances, et de la solide amitié qui lie celui-ci à François Hollande, on l'imagine mal aider le candidat Macron à concocter un programme économique et budgétaire crédible.

De fait, lorsqu'Edouard Philippe indique que l'état de la situation budgétaire est plus dégradé que prévu, il ne feint pas l'innocence. Certes, il attaque l'exécutif précédent, mais il pointe aussi un défaut de transparence.

Alléger le "secret statistique" pour faciliter le débat démocratique

Alors, faut-il lever le "secret statistique", défini dans la loi n° 51-711 du 7 juin 1951 ? Bien entendu, il ne s'agit pas de communiquer publiquement les données ayant trait à la vie personnelle et familiale ou, s'agissant des entreprises, au secret commercial, et plus globalement les faits et comportements d'ordre privé recueillis au moyen d'une enquête statistique. Mais l'accès aux données économiques et financières pourrait être facilité, justement pour améliorer le processus démocratique.

Actuellement, comme le précise l'Insee, les renseignements d'ordre économique ou financier ne peuvent être communiqués à quiconque pendant une durée de vingt-cinq ans, sauf dérogation faite après avis du Comité du secret statistique pour une finalité interdisant toute utilisation de ces informations à des fins de contrôle fiscal ou de répression économique. Si l'accès aux statistiques publiques était ouvert à tous, il y a fort à parier que les débats entourant la politique économique du gouvernement seraient plus riches et mieux construits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2017 à 10:01 :
La cour des comptes alertait dès Février 2017 que la situation des comptes publics allait déraper pour l'année à venir. C'est paru notamment dans le Figaro, ce petit journal confidentiel que peu de gens à Droite lisent apparemment...

Je vois pas comment cette information importante, portée à l'oreille de journalistes et donc des citoyens aurait pu échapper à n'importe quel politicien, de droite comme de gauche, qu'il ait été ancien ministre de l'économie ou non.

A voir à qui profite le crime, pendant ce temps-là ça donne une bonne excuse pour raboter tous les budgets sous couvert d'un "on n'a pas le choix, c'est pas notre faute."
a écrit le 07/08/2017 à 1:25 :
Ce n'est pas sérieux de prétendre que Macron ignorait la situation sous prétexte qu'il n'était "que" ministre de l'économie. Il a été ministre et proche de Hollande. Que la question se pose pour le premier ministre, soit, mais le programme n'est pas fait par le premier ministre. Cela dit le programme est vide; ou quasiment.

Si Fillon voulait augmenter la TVA, c'est pour une raison, et il n'était pas plus au gouvernement que Philippe. Le secret statistique n'est donc qu'un prétexte pour justifier l'imprudence coupable dont Macron a fait preuve et continue de faire preuve. Quoique disent les statistiques, quand un politicien veut se faire élire, il promet plus que le voisin, c'est comme ça. Ils sont où tous les macronistes qui disaient que la hausse de la CSG était plus juste, et qu'avec 1.7% de hausse ce serait plus doux pour la reprise ? Ce serait vrai avec un budget sérieux, et faux avec un budget trompeur ? Non : C'est vrai ou c'est faux ! Peut-être qu'après Macron les Français arrêteront de croire les promesses de cette clique de profiteurs (et je met tout autant les insoumis et le lepenistes dedans, le principe de leurs promesses étant le même que pour les autres), mais j'en doute. Les énarques et les vendeurs d'aspirateur n'ont absolument as été changés, malgré le soit-disant changement d'assemblée. Que ce ne soient plus des acteurs qui gouvernent, là ce serait un changement. Mais remplacer des acteurs rebelles par des acteurs au service de leur maître, ça ne change rien.
a écrit le 06/08/2017 à 15:36 :
C'est un bon premier ministre économe. Il regarde par-dessus ses verres de lunettes pour les économiser. Nous sommes en bonne voie.................................de garage !
a écrit le 06/08/2017 à 13:36 :
Il n' a pas la tâche facile ...

Le nouveau sondage de popularité paru ce 3 août 2017 révèle que la descente aux enfers de Macron se confirme. Il a perdu 7 points d’opinions favorables au mois de juillet après en avoir perdu 10 en juin.

En ce début août 2017, il n’y a déjà plus que 36 % des Français à « juger favorablement son action ». Près de la moitié des Français interrogés (49%) ne sont pas satisfaits de ce qu’il a fait.

Macron s’offre ainsi la chute de popularité parmi les plus importantes et précoces de la Ve République.

Seul Hollande avait fait autant.

Et avec Macron qui se propose de vendre les bijoux de famille aux copains, le compte est bon ..

https://lesmoutonsenrages.fr/2017/08/06/vente-des-aeroports-charles-de-gaulle-et-orly-par-goldman-sachs/
a écrit le 06/08/2017 à 9:12 :
Les marcheurs en marche... maintenant paumés dans le bois des conseillers de l'administration ! Le casier judiciaire vierge…. le vote blanc... la proportionnelle.... le droit à l'erreur.... les cumulards syndicalistes… recul sur les dotations de l’armée… sur les APL…. Ferrand... Pennicaud... les villas de Ferracci… la drogue à Touret…. Mercier épinglé… tentative du gros lot sur la mamie, 1ere dame de France… Et ça continue.... !!! Décidément, l'Assemblée de Danton au Macron le Robespierre reste sourd aux attentes du Peuple .... Et son boss... l'était pas ministre de l'économie sous l'autre gros lard ? Va-t-il falloir descendre vers le Parlement pour virer tous ces politiques justes bons à causer entre eux sous le contrôle des énarques ? Ça grogne dans les chaumières de France .... GRRRRR.......
a écrit le 05/08/2017 à 23:16 :
Sauf que ce rapport de la cour des comptes pour le budget 2017 c'est de la pure prospective ! et que les rentrées fiscales seront bien plus importante que prévue par le GVT Hollande .
D'ailleurs le rapport précise bien que sur les entrées du budget, les perspectives de Sapin sont plausibles ! INCROYABLE aucun médias ne parle de ce satisfecit ;)
Que faudra t'il en penser à la fin d'année, je rappelle que qq jours après la comédie Philippe sur cet audit, l'évolution du PIB a été relevé par l'ensemble des organisme habilité à le faire ;) bref mieux que les prévisions de Sapin ..
Après la tuile AREVA elle pouvait tomber n'importe quand dans 1,2, ou 3 ans et phillipe devait être l'un des premiers au courant ;)

Bref un bel enfumage récurant
Réponse de le 07/08/2017 à 12:46 :
Heureusement il y en a qui y croit toujours. Tu es reconnu françois...
a écrit le 05/08/2017 à 17:09 :
Il oublie juste dans quelle situation son ancien parti a laissé les fiances publiques en 2012.
A savoir que si HOLLANDE n'avait pas augmenté les impôts, le déficit public aurait atteint 5.2 % du PIB fin 2012 (contre un excédents de 0.2 % du PIB en 2012 en ALLEMAGNE).
Alors qu'elle est attendue par la cour des comptes à 3.2 % du PIB à fin 2017, sans mesures correctives !!!
Et une croissance qui sera négative de 0.3 % en 2012. Alors que la croissance minimale est attendue à 1.5 % cet année.

Sans compter des détails, comme une FRANCE avec des coûts salariaux qui avaient explosé, un remboursement de 10 milliards d'euros pour un sur croit d'impôt perçu sur les valeurs immobilières, etc.

M. PILIU, à cette époque n'avait jamais tellement insisté sur tout cela.
Réponse de le 05/08/2017 à 20:53 :
Ramener le déficit public de 5,2% à 3,2% en 5 ans et en pratiquant un matraquage fiscal sans précédent na rien d'un exploit.
a écrit le 05/08/2017 à 12:44 :
Monsieur le premier ministre n'est pas au courant de l'état des caisses de la France? Je lui conseille de se renseigner auprès de son supérieur hiérarchique qui était ministre des finances il y a peu de temps, alors le Président faisait des mots fléchés a l'époque?
a écrit le 05/08/2017 à 12:34 :
Sapin et Hollande devaient prendre du Viagra jour et nuit pour être aussi optimistes sur la croissance et sur la situation de notre économie.
Du reste, Edouard va prendre les bonnes mesures qui s'imposent pour notre bien à tous : hausse de la CSG, de la TVA, du CRDS, de la TIPP, du prix du KwH, ....
Réponse de le 05/08/2017 à 21:57 :
@faut arrêter: parce que Macron n'était pas ministre de l'économie de Hollande ? Je pense au contraire que les médias ont été beaucoup trop concilaints avec Macron depuis son élection. Il faut revenir à la réalité :-)
Réponse de le 06/08/2017 à 16:20 :
Pour Brunobd :

L'exploit et la facilité ont été effectivement réalisé par les incompétents qui ont dirigé la FRANCE de 2002 à 2012, et qui ont réussi à faire passer le déficit français de 1.6 % du PIB en 2001 à 5.2 % du déficit à mi-juillet 2012, alors même dans le même temps le déficit allemand passait de - 2.4 % du PIB à un excédent de +0.2 % du PIB.
La première des choses aurait dû être de ne pas faire exploser les dépenses, ce qu'ont fait SARKOZY / FILLON afin de camoufler leur nullité économique.

HOLLANDE a eu le courage, lui d'augmenter les impôts pour éviter la faillite de la FRANCE. Vous n'avez qu'à regarder l'évolution des taux d'intérêts de 2011à 2012, pour réaliser en qui les marchés financiers avaient confiance
Mais vous préférez certainement faire des économies aux dépens des classes moyennes et des plus défavorisées, c'est-à-dire aux dépens de tout ceux qui ne peuvent s'exprimer dans les journaux, et qui ne sont pas responsables de la politique économique délirante menée durant 10 ans par l'UMP.

zaire passer
Réponse de le 07/08/2017 à 9:45 :
@René Monti
Le vrai courage aurait consisté à couper dans les dépenses de fonctionnement (puisque selon vous l'exécutif précédent les avait laissé filer), pas à augmenter massivement les impôts pour préserver les dépenses clientélistes.
a écrit le 05/08/2017 à 12:12 :
"Situation budgétaire de l'économie française" !!! Les bras m'en tombent !!! Et l'auteur prétend parler d'économie !!! Quel ignare !!! Il y a une situation budgétaire de l'Etat, mais l'économie française ne fonctionne pas sur une base budgétaire !!!! L'expression en elle-même est une idiotie...au demeurant, la situation macro-économique de l'économie française est plutôt bonne, et la situation des comptes publics tout à fait gerable, même s'il faut effectivement serrer les dépenses publiques pour stabiliser l'endettement. Voilà, la réalité.
a écrit le 05/08/2017 à 12:01 :
En vérité seul un agent de l'état connaissait les véritables chiffres mais il est parti en retraite début 2017 et son 486 est tombé en panne. Alors Sapin, avant de partir, a donné des chiffres proches des anciennes années parce qu'il fallait produire des chiffres. Édouard est arrivé ensuite et il a du faire la mise à jour des ordinateurs de son staff pour les passer tous de Windows 95 OSR2 à Windows 2000. Problème survenu : le logiciel qui pilote la comptabilité budgétaire de la France fonctionne sur Windows 3.1. Alors, apres plusieurs semaines passé à patcher, Édouard a réussi à produire qq chiffres et ils sont tous très mauvais apres conversion à la calculatrice car le logiciel gère toujours en franc.
Donc, vous voyez bien qu'il n'a pas menti Édouard. Si le 486 n'était pas tombé en panne, dès son arrivé, Édouard pouvait donner les chiffres. Qui sont certes apocalyptique sur la situation budgétaire francaise.
a écrit le 05/08/2017 à 6:10 :
Il est malhonnête de parler de baisses d'impôts, sauf pour les retraités et ceux qui en payent, alors que le tiers des dépenses budgétaires n'est pas couvert par les recettes. Vivement qu'on fasse appel aux coupeurs de coûts du privé!
a écrit le 05/08/2017 à 3:43 :
Francais, ces gens se moquent de vous.
a écrit le 05/08/2017 à 2:01 :
Si si moi aussi je suis surpris, c'est vrai que cela ne fait pas 20 ans que l on dit que l état français est au bord de la faillite
a écrit le 05/08/2017 à 0:30 :
Macron préfère l' Ue, il kiffe l' Union, il le dit en creux, il aime les ..GOPE -ça lui retire du boulot-, il préfère brouiller l' analyse grâce aux médias subventionnés par l' Ue qui ressassent depuis au moins deux décennies le confort à rester dans l' .. Ue, il fait chaud à l' intérieur, on y est bien car tout ce qui arrive ç' est de notre faute ..

Exemple l' euro sous évalué de 18 % pour l' Allemagne surévalué de 6 pour la France mais que c' est bon de surtout ne pas en ..parler!

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/07/28/20002-20170728ARTFIG00249-l-euro-est-trop-fort-de-68-pour-la-france-et-trop-faible-de-18-pour-l-allemagne-selon-le-fmi.php

Factuellement nous continuons à perdre 9 milliards annuels pour abonder le tonneau des Danaïdes Ue et voir disparaitre les 10 % du tissu industriel qui n' est pas encore délocalisé au lieu de prendre définitivement le problème à bras le corps comme nos amis anglais prennent leurs jambes à leurs cous après avoir osé rien de moins qu' un REFERENDUM ..
a écrit le 05/08/2017 à 0:03 :
Bon on va juste dire que les politiques ne changent pas. Le deficit a ete ramene de 5% a quasiment 3% en 5 ans, et les previsions de croissance sont plutot bonne a environ 1,6%, donc ca va quand meme beaucoup facilite le travail du gouvernement, qui ne fait qu'amplifier la politique du gouvernment Valls.
a écrit le 04/08/2017 à 23:46 :
Philippe n' a pas la tâceh facile dans son soutien obligé à Macron alors que celui-là se délite dans l' opinion et parce que ça le vaut bien ...
La profonde illégitimité de son élection extorquée aux Français, son narcissisme maladif, son manque de confiance en lui, son caporalisme puéril, ses bourdes déjà innombrables, son mépris de classe ostentatoire et son racisme voilé, sa méconnaissance complète de la vie difficile des gens comme tout-le-monde, son entourage composé de flatteurs, de carriéristes, de traîtres et d’incompétents, tout cela fait beaucoup. Et cela fait même trop.

Et cela se voit.

Du coup, l’atmosphère dans la majorité s’est dégradée à une vitesse vertigineuse.

Tellement vertigineuse qu’à en croire le très sérieux journal Les Échos, quelques députés de LREM, flairant qu’ils ont embarqué dans un Titanic, commenceraient déjà à envisager de… démissionner pour repartir dans le privé ! Deux mois après leur élection, cela laisse songeur.
Analyse UPR du jour...
Réponse de le 05/08/2017 à 11:52 :
N’oublions jamais, en effet, que si Macron attaque les militaires, les étudiants et les bénéficiaires de l’APL, les Français de l’étranger, les maires, et très bientôt les salariés, les bénéficiaires des allocations familiales, les chômeurs, etc., c’est dans l’objectif délirant de faire rester coûte que coûte la France dans l’euro.

Lorsque l’euro explosera – et c’est inéluctable -, cette folle politique laissera la France ruinée et dévastée.
a écrit le 04/08/2017 à 23:20 :
Et l’on en vient à se demander si – une fois de plus – le théorème des trois L (on lèche, on lâche, on lynche), créé par Jean-François Kahn, ne va pas s’appliquer plus que rapidement prévu à Emmanuel Macron, la phase du lâchage définitif intervenant dès cet automne.

Le pauvre Philippe est quant à lui déjà sur les rames ...
a écrit le 04/08/2017 à 23:05 :
Si une transparence accrue de l'exécutif est souhaitable vis-à-vis du Parlement et des citoyens, l'auteur de l'article me semble faire une confusion entre statistiques et comptabilité. En effet, les prévisions économiques sont publiques, d'origines diverses (Insee, instituts d'études, FMI, Banque de France, universitaires, etc) et débattues. Il en va de même pour les statistiques produites par des organismes publics: elles sont publiées et établies selon des méthodologies rigoureuses et contrôlées. En revanche, les données sur la situation budgétaire et comptable de l'État ne sont connues en temps réel que de l'exécutif. Même si les Commissions des finances des assemblées ont des pouvoirs d'interrogation des ministres et ministères. C'est peut-être dans cette direction qu'il faudrait mieux définir des principes de transparence (de l'exécutif).
a écrit le 04/08/2017 à 20:22 :
Quand on dénonce une telle situation, le moins est d'engager une mise en cause de ses principaux responsables : FH, MS, CE, MV et autres.
L'irresponsabilité des politiques nationaux et territoriaux est exaspérante.
a écrit le 04/08/2017 à 20:10 :
remarquez, le petit gros avait l'illusion que sarkozy avait rempli les caisses pour qu'il puisse genereusement distribuer......... il a donc dit la meme chose et a fait son petit cinema de hardy outre...... laurel et hardy, c'est plutot rigolo, quand c'est a la tele.... quand c'est la realite, par contre...
le pb de la france,, c'est meme pas la magouille de bas etage sur le rachat de telle boite pour aider les amis syndicalistes, le pb de la france, c'est le hors bilan reenchante qui amenera a la faillite
pour le reste la cour des comptes a tout dit
Réponse de le 04/08/2017 à 23:11 :
Dette : En 2007 = 921 milliards ; en 2012 = 1 386 milliards. Soit + 465 milliards (hors organismes sociaux et collectivités territoriales).

Croissance économique (source Eurostat) : En 2007 = + 2,3% ; en 2012 = 0,0%. En quasi récession ! A titre de comparaison, le taux de l'Allemagne en 2007 = + 3,3% ; en 2012 = + 0,7%.

Balance commerciale (source Eurostat) : En 2007 = − 51,988 milliards ; en 2012 = − 81,447 milliards. Soit une détérioration de 55%. A titre de comparaison, l'Allemagne en 2007 = + 194,259 ; en 2012 = + 185,004.

Destruction d'emplois, c'est-à-dire de postes de travail (source INSEE, "ensemble des secteurs marchands (hors agriculture)") : En 2007 = 16, 3972 millions ; en 2012 = 15,9605 millions. Soit une perte de 436 700 postes de travail.

Taux de chômage (source Eurostat) : En 2007 = 8,4% ; en 2012 = 10,2%. Soit une détérioration de 180 points de base. A titre de comparaison, le taux de l'Allemagne en 2007 = 8,7% ; en 2012 = 5,5%.

Sarko nous a laissé un pays dans un état déplorable en 2012.
Réponse de le 05/08/2017 à 4:37 :
Les chiffres donnés par Patriot9 sont très parlants… Mais pour être « objectif », il aurait été subtil de donner les chiffres de 2016.
Comme j’aime bien croiser les articles de La Tribune, l’article « Kerviel contre SG » indique «… en janvier 2008, en pleine tempête financière mondiale…». Celle-ci à plombée le quinquennat de NS. Si je ne suis pas certain que sans cette tempête cela aurait amélioré la situation de la France, mais il faut aussi signaler que le quinquennat de FH a été plus serein, chute des prix du pétrole (élément majeur dans les importations), euro fort, reprise économique mondiale… dont l’Allemagne a su profiter, pas la France!
En outre, les banques n’ont pas tiré les leçon de cette crise et surtout ni FH, ni l’Europe en se défaussant sur les particuliers en cas de nouvelle crise!
Réponse de le 05/08/2017 à 11:30 :
dites 2007/2012 voyez la France vs TOUS LES AUTRES PAYS EUROPEENS que ce soit croissance, chômage dette, déficit, la FRANCE AVAIT LES MEMES RESULTATS VOIRE MEILLEURS. EUROSTATS SIMPLE A COMPRENDRE VOUS VERREZ.
a écrit le 04/08/2017 à 20:06 :
Et ça continue..., les manipulateurs sont toujours là ! La moralisation de la vie politique peut attendre ! Bravo !
a écrit le 04/08/2017 à 19:33 :
Mon grand-père disait (en patois), en parlant des politiques: "Tous des menteux, tous des voleux".
Il était né en 1889, fait une guerre, subi la suivante et travaillé quasiment toute sa vie pour une retraite dérisoire. Ce qu'il en disait il y a plus de quarante ans reste valable.
a écrit le 04/08/2017 à 18:22 :
Notre démocratie est malade, les parlements devraient avoir accès à tous les comptes publics et les citoyens doivent connaître la situation financière du pays. Notre système fiscale trop concentré , qui comprend 449 niches fiscales avec un IR payé par seulement 42 % des contribuables. Nous avons les impôts les plus lourds du monde occidentale , l'état prélève 57 % de la richesse nationale. Pourtant , la dette explose et les déficits se creusent. Macron doit réformer d'urgence.
a écrit le 04/08/2017 à 18:07 :
Le premier ministre nous raconte des carabistouilles car il a soutenu le programme de Francois Fillon qui proposait aux Français un remède de cheval partant de l'analyse que les fondamentaux budgétaires et économiques étaient, à l'issue du quinquennat Hollande, très dégradés !!! D'ailleurs si Macron veut avoir des résultats à présenter aux Français en 2022, c'est le programme Fillon qu'il doit mettre en œuvre, et vite !!!!
a écrit le 04/08/2017 à 17:54 :
"Je ne pensais pas que la situation budgétaire serait aussi mauvaise." Alors Prince Philippe II ayez le courage de réformer là où ça fait mal : la fonction publique et ses 6 millions de fonctionnaires, fermeture des administrations sans utilités ou en doublons, licenciement sec (les caisse sont vides) augmentations des heures de travail, privatisation de l'éducation nationale en pleine perdition et enseignants personnels CHU et autres sous statuts privés immédiatement et sans durée pour tous, etc, etc, etc,... L'état doit revenir à des fonctions régaliennes... Des pays nordistes comme la Suède ou le Canada voir l'Allemagne, Angleterre ont réformés leur fonction publique et son aujourd'hui vertueux financièrement tout les voyants sont au vert !!!
Réponse de le 04/08/2017 à 20:46 :
Certains pays avancés ne donnent pas envie de privatiser le système éducatif et le système de santé. La seule chose qui compte , c'est le coût global d'un système en tenant compte des impôts, privatiser n'est pas une solution miracle dans tous les domaines.
Réponse de le 05/08/2017 à 12:15 :
La Suède a surtout dévalué sa monnaie car elle a toujours refusé l' euro ...!
http://www.prechi-precha.fr/suede-letat-souverain-se-met-au-regime-devalue-sa-monnaie-et-retrouve-une-economie-prospere-video/
a écrit le 04/08/2017 à 17:38 :
Il nous prennent pour des demeurés ?!? Comme si on allait croire qu'ils découvrent la situation financière de la France.

Macron était bien placé pour savoir ce qu'il en était. De plus, il avait ses entrées et ses contacts au Ministère de l'économie. Ajouté au fait, que les politiciens entre eux se transmettent des infos.

C'est systématique, à chaque changement de gouvernement, ils nous font le coup de la découverte des finances publiques.

Qu'ils ne connaissent pas précisément, l'état financier de la France est une chose. Mais de là à nous faire croire qu'ils découvrent la situation budgétaire de la France est autre chose.

Ils serait vivement temps qu'ils soient plus responsables, respectueux des citoyens et crédibles. Les temps changent. Les pratiques doivent également changer !
Réponse de le 04/08/2017 à 20:00 :
@Jade: impossible que le ministre de l'économie (Macron) n'ait pas été au courant, ou alors il est totalement incompétent et désintéressé...ce qui serait encore plus grave pour la suite :-)
a écrit le 04/08/2017 à 17:29 :
"Je ne pensais pas que la situation budgétaire serait aussi mauvaise."
Je ne pensais pas que les politiques étaient tous d'aussi mauvais MENTEURS!!!
a écrit le 04/08/2017 à 16:58 :
il savent tres bien défenfre leurs apanades personnelles
a écrit le 04/08/2017 à 16:34 :
BONJOUR : Monsieur le premier sinistre .... c'est pas moi c'est l'autre air connu et archi connu ... de grâce changez de disque celui là commence à être connu et même archi connu ! merci !
a écrit le 04/08/2017 à 16:27 :
"Si l'accès aux statistiques publiques était ouvert à tous, il y a fort à parier que les débats entourant la politique économique du gouvernement seraient plus riches et mieux construits. "
Là vous faites vraiment preuve d'un peu trop d'optimisme.
a écrit le 04/08/2017 à 16:23 :
Son chef était ministre de l'économie : doit-on le lui rappeler ?
a écrit le 04/08/2017 à 16:18 :
C'est tout à fait normal qu'il ne savait pas. Comment voulez-vous qu'il a trouvé du temps à lire les journaux pendant la campagne.
Il était occupé par des discours et par des voyages de campagne.
a écrit le 04/08/2017 à 16:08 :
Il est sourd et aveugle et il confond la colonne débit avec la colonne crédit.
Les universités des partis politiques sont d'un très mauvais niveau. Alors il fait ce qu'il peut Édouard.
a écrit le 04/08/2017 à 16:06 :
"Lors des campagnes présidentielles, les erreurs de pronostic des candidats sont monnaie courante. "

"Erreurs" ?!?

Vous êtes vraiment bien trop gentil avec eux mais c'est parce que vous n'avez pas vraiment le choix et je le comprends bien étant donné que 95% des français vous diront tout simplement qu'ils mentent volontairement pour se faire élire comme tout parti politique professionnel d'ailleurs.
a écrit le 04/08/2017 à 15:58 :
l'article ne nous dit pas de quoi il s'agit. quel type de données/statistiques déterminantes sont tenues secrètes ?
on a l'impression que l'on a déjà accès a un paquet de données. et la France était classée 2e en Europe pour l'open data, d'après notamment un article La Tribune d'octobre dernier.
Réponse de le 04/08/2017 à 17:48 :
@gfx: ne tombes pas non plus dans le piège ! Des données/statistiques secrètes pour le ministre de l'économie en poste dans le précédent gouvernement (Macron), ils te prennent pour une bille :-)
a écrit le 04/08/2017 à 15:54 :
Et un mensonge de plus ! Une ministre de l'économie (Macron) qui ne serait pas au courant de la situation budgétaire révèlerait un summum d'incompétence et je n'y crois pas ! Comme les autres, il a raconté n'importe quoi pour être élu et comme d'habitude, tout un troupeau de moutons ont mordu à l'hameçon :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :