Le moral des ménages français se dégrade

 |   |  375  mots
Le moral des ménages est un élément clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, et donc de la croissance...
Le moral des ménages est un élément clé pour évaluer le niveau à venir de la consommation, et donc de la croissance... (Crédits : reuters.com)
L'indicateur mesurant le moral des ménages en France s'est replié en février à 95 points, en raison notamment d'un "regain de craintes" sur le front du chômage et sur le pouvoir d'achat, indique l'Insee ce mercredi.

L'incertitude pèse sur les Français. Dans son rapport mensuel rendu public ce mercredi, l'Insee rapporte que le moral des ménages recule de deux points ce mois-ci par rapport à janvier, s'établissant à 95 points. Il s'écarte ainsi un peu plus de sa moyenne de long terme, qui est de 100 points, précise l'Insee dans un communiqué.

L'Institut national de la statistique et des études économiques établit cet indicateur à partir de divers soldes d'opinion divisés en deux grandes catégories : l'une portant sur la situation personnelle des ménages, l'autre sur leur perception de l'évolution économique générale.

Les Français préfèrent reporter leurs achats

En février, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle s'est légèrement dégradée, le solde concernant l'évolution passée perdant 1 point et celui sur l'évolution reculant de 2 points.

"Les ménages sont nettement moins nombreux qu'en janvier à considérer qu'il est opportun de faire des achats importants", souligne l'Institut, qui fait état sur ce point d'un recul de 6 points, après un rebond de 8 points en janvier.

L'épargne, victime collatérale ?

Selon l'enquête mensuelle de l'Insee, l'opinion des ménages sur leur capacité d'épargne est en revanche restée stable, à son niveau moyen de long terme pour l'épargne actuelle, et légèrement au-dessus de sa moyenne pour l'épargne future.

     | Lire Livret A : la décollecte reprend

"Les ménages sont de nouveau moins nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner", souligne l'Insee qui évoque sur ce point un solde en baisse de 4 points, à son niveau le plus bas depuis août 2015.

La peur du chômage cristallise les inquiétudes

Selon l'institut, le moral des ménages est notamment plombé par un "regain de craintes" sur le front du chômage. Le solde d'opinions, sur cette question, a augmenté de 13 points, retrouvant son niveau de décembre.

     | Lire L'Unedic ne table que sur 25.000 chômeurs de moins cette année

L'opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France a quant à lui fortement diminué, perdant 7 points après en avoir gagné 5 en janvier. Le solde sur le niveau de vie passé est quasi stable (−1 point).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2016 à 14:29 :
les français épargnent trop; il faut créer une taxe sur l'énergie pour relancer la consomation
Réponse de le 24/02/2016 à 15:58 :
Et spolier toute l'épargne.
Et pour quels motifs ?
l'emploi, la croissance, l'écologie, la solidarité, l'égalité homme femme, la malbouffe....
Il n'y a pas d'autres alternatives pour libérer la croissance et l'emploi et l'embauche et lutter aussi contre les inégalités réelles ou irréelles.

Il faut que l'état capte 100% du patrimoine des français.
Réponse de le 24/02/2016 à 19:01 :
@gépé: sûr, il faut taxer plus pour relancer la consommation. Le mieux serait même de ne plus payer les gens, mais de leur donner un bol de riz par jour, avec de la sauce le dimanche pour ceux qui travaillent plus pour gagner plus. Tu devrais quand même regarder tes factures pour t'apercevoir que l'énergie, EDF et essence par exemple, est déjà taxée :-)
a écrit le 24/02/2016 à 14:14 :
C'est bizarre l'image de l'illustration de la pige, une silhouette chargée comme une mule de sacs d'achats? Pourquoi ne pas mettre un mendiant avec son gobelet en plastique vide? A en croire la sinistrose actuelle, c'est ce qui nous guette !!
a écrit le 24/02/2016 à 13:49 :
"Le moral des ménages français se dégrade"

Même de ceux qui remplissent les stations de ski en ce moment ?
Réponse de le 24/02/2016 à 23:08 :
Votre rappel est opportun : il y a une France qui travaille durement, qui souffre et est inquiète, et une autre France égoïste qui jouit, qui utilise son pouvoir pour opérer des transferts massifs de revenus en sa faveur. Cette France là réinvente la lutte des classes mais à son profit
a écrit le 24/02/2016 à 13:40 :
INVESTISSEMENTS, FRANCE, EUROPE, MONDE
Edition 2016 du « Global Cities Investment Monitor »
Avec l’association Paris-Ile de France et le cabinet d’audit KPMG.
( Etude du T4-2014 au T3-2015)
« Paris quitte ainsi le Top 3 des principales métropoles mondiales qui accueillent le plus grand nombre d’investissements internationaux. »
« Destinataire de 126 investissements internationaux en 2015 (contre 170 en 2014), Paris perd ainsi deux rangs et se classe à la cinquième place derrière Londres (330 investissements), Shanghai (183), New York (161) et Hong Kong (151). »
« IDF : Paris et sa région arrivent sur la troisième marche du podium, juste derrière Shanghai et São Paulo, des destinations mondiales qui accueillent des centres de R&D »
« La région parisienne se situe également dans le Top 6 des métropoles internationales destinataires respectivement des centres de design, des directions marketing et ventes et des quartiers généraux. »
« Dans les services financiers, Paris se situe à la 11e place, loin derrière Londres, première place financière mondiale, Hong Kong et Shanghai. »
« Paris n’est plus considérée comme une place financière attractive ! On dégringole ! », remarquait ainsi Chiara Corazza, directeur général de Paris-Ile de France Capital Economique.

« L’Europe reste le premier investisseur de Paris Ile-de-France »
« les investissements « greenfield » originaires d’Europe représentent 56 % des investissements totaux qui sont destinés à Paris, contre 33 % en provenance d’Amérique du Nord. »
« « Les investissements européens dans le monde sont vraiment très importants », a signalé Nicolas Beaudoin, associé chez KPMG. À New York, 75 % des investissements étrangers proviennent d’Europe. À São Paulo, près de la moitié (46 %) des investissements internationaux perçus sont européens, tandis qu'à Shanghai, 42 % des investissements étrangers greenfield entrants sont originaires d'Europe. »
Réponse de le 24/02/2016 à 16:58 :
Cher Marco. Vous qui avez l'air de tout savoir sur tout. Ou sont passé les 21 milliard du plan de relance européen Juncker qui devait se transformer en 315 Milliard par miracle?


http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20141125trib6d4e0c131/plan-de-relance-europeen-le-coup-de-bluff-du-magicien-juncker.html

A ce jour je n'ai pas vu d'inauguration très coûteuse par notre "cher Président" accompagné de l'invisible secrétaire d'état chargé des affaires européenne. Le miracle n'a pas eu lieu? Les dossier ne sont pas complets? Choisi?

Au plaisir de lire enfin une réponse sur ce bluff. Manipulation? Magouille? Tambouille?
Réponse de le 24/02/2016 à 20:27 :
Cher Benoit,
Junker n’est pas mon pote, ni Bruxelles, et si vous trouvez un commentaire of me qui cite Junker, vous constaterez que je ne lui lance pas des fleurs.
Evidement y’a une manipulation des chiffres, et personne n’a été dupe, je suppose.
….
Je sais que la France a été l’une des premières à remettre des dossiers.
Je n’ai pas vu grand-chose, il est vrai.
Ce que j’avais repéré :
…….
12-05-15
~200 M de la FEI, pour PME et ETI avec Bpifrance qui complète pour un total de 420 M :
http://www.credit-agricole.fr/entreprise/blog/finances/420-millions-d-euros-pour-les-pme-et-eti-innovantes.html
Les prêts Innovation et Amorçage Investissement sont accessibles aux entreprises françaises depuis le 15 mai 2015.
- le lancement industriel et la mise sur le marché d’innovations de PME et petites ETI (moins de 500 salariés) pour des "tickets" allant jusqu’à 5 millions d'euros pour Prêt Innovation (PI); cet instrument sera doté de 320 millions d'euros et garanti à hauteur de 50 % par le FEI.
- Le renforcement de la structure financière des jeunes entreprises qui réalisent une levée de fonds auprès d’investisseurs avisés, et leur accompagnement dans leur développement en leur apportant un financement complémentaire jusqu’à 500 000 euros pour le Prêt Amorçage Investissement (PAI); il sera doté d’une capacité de financement de 100 millions d'euros et garanti à hauteur de 40 % par le FEI.
….
21-05-15
PIE va financer la rénovation de 40 000 logements en copropriété*
« Loi de transition énergétique et tiers-financement »
« Ce financement permettra de générer 800 millions d’euros de travaux et de créer 6 000 emplois. »
….
24-07-15
50 M de la BEI pour les énergies renouvelables françaises
« la BEI devrait permettre à Omnes Capital de lever 200 millions d’euros d’ici la mi-2016. »
http://www.euractiv.fr/section/politique/news/la-france-en-tete-dans-la-chasse-aux-financements-du-plan-juncker/
…..
Et nous sommes 28 et le plan s’étale sur plusieurs années, alors…….. ?
Junker, son coefficient ne sera pas de x10 ou plus, mais s’il est de x4 ou x5, ce sera déjà bien !
L’effet domino est difficile à calculer pour les gains collatéraux.
Le collatéral des créations d’emplois, c’est bien une consommation supplémentaire dans la proximité des projets, restauration, hostellerie, location, transport, une consommation accrue, des rentrées d’impôt supplémentaires, moins de chômeurs à indemniser, donc des micros inflations, etc.
Toujours pareil, il faut que l'Europe y croie, si elle a le moral dans les chaussettes, les résultats seront moindres.
a écrit le 24/02/2016 à 13:29 :
et la fin des soins pour tous avec euthanasie obligatoire si tu oses te présenter aux urgences.

il n'y a qu'à ces deux conditions que la France pourra retrouver l'autoroute de la croissance.
a écrit le 24/02/2016 à 13:28 :
Le moral n'a rien à voir là dedans , les gens n'ont plus de fric , c'est tout ! ils n'achéteront pas plus dans un mois que dans 8 mois parce qu'ils n'ont plus un rond , tout au moins dans ma classe sociale ( très basse ).
a écrit le 24/02/2016 à 13:15 :
quand on est en CDD, en stage, en formation , en apprentissage ou au chômage
on ne peut rien faire comme projet d'avenir .
et ceux qui ont un CDI eux voit leur charge montée et leur salaire gelé depuis 5 ans
donc eux aussi vois leurs projets et leurs pouvoir d'achat disparaitre derrière un avenir sombre
Réponse de le 24/02/2016 à 15:55 :
Salaire bloqué depuis 2008. Janvier 2016 -18€ sur la fiche de paye et la comptable qui répond "mais non , c'est pas ton salaire qui baisse, c'est tes charges qui augmentent." Et c'est la 3eme fois en 5 ans. Par contre taxe foncière +20% cette année.

Donc c'est serrage de ceinture à tous les étages : chauffage, bouffe etc.. les vacances ? quelles Vacances ? Ma fille vient de trouver un 1er boulot CDD bien sûr. Comme elle anticipe le chômage , elle vit dans un petit studio pour faire le maximum d'économie

Consommer : avec quoi, comment. Le peu qu'on peut mettre de côté est épargné pour les encore + mauvais jours... le pire est à venir
Réponse de le 25/02/2016 à 8:46 :
J’additionne les CDD depuis des années. Aucune perspective réjouissante. Je vais pas m'acheter une maison ou une nouvelle voiture quand je ne sais pas ce que je vais faire dans 6 mois. Tout est au point mort.
a écrit le 24/02/2016 à 12:03 :
Intérim, Baromètre PrismEmploi
Profesionnels du Recrutement et de l’Intérim
Evolution des contrats, de septembre 2014 à janvier 2016:
09/14 : - 2,0%
10/14 : - 2,9%
11/14 : - 2,7
12/14 : - 4,1
01/15 : + 1,2
02/15 : + 3,7
03/15 : - 0,2
04/15 : + 2,7
05/15 : + 6,0
06/15 : + 1,6
07/15 : + 2,6
08/15 : + 4,2
09/15 : + 6,1%
10/15 : + 9,6%
11/15 : + 5,0%
12/15 : + 9,4%
01/16 : + 5,6%
.....
……………….
Commerce + 6,3%
Transport + 11,7%
Industrie + 4,4%
Services + 6,1%
BTP + 3,1%
…….
Employés + 10,6 %
Cadres et professions intermédiaires + 6,8 %
Ouvriers non qualifiés + 5,3 %
Ouvriers qualifiés + 4,3 %
........
« Après +9,7 % en décembre, la croissance de l’intérim, enregistre un ralentissement en janvier 2016 (+5,6 %). Les signaux de reprise sont donc encore à considérer avec prudence en ce début d’année 2016. »
« La dynamique observée n’est toutefois pas remise en cause. En effet, la reprise de l’intérim est intervenue à partir de janvier 2015, alors même que l’emploi intérimaire baissait encore significativement en décembre 2014. »
« L’industrie, qui a été le premier secteur à repartir à la hausse, connaît une évolution moins favorable en janvier (+4,4% vs. +9,5 % en décembre 2015). Le BTP poursuit sa croissance, là encore à un rythme moins soutenu qu’en décembre (+3,1 % vs. +6,8 %). Avec une progression de l’ordre de 6 %, les secteurs du commerce et des services demeurent dynamiques. »
« Évolution notable, la croissance dans les transports atteint 11,7 %. Ce secteur est traditionnellement révélateur de l’évolution des échanges marchands. Le niveau élevé de la croissance de l’intérim constitue donc un signe de reprise de l’activité, à confirmer au cours de l’année. »
Réponse de le 24/02/2016 à 16:46 :
Juste pour rigoler je viens de vérifier sur Pôle emploi. Il y 5 annonces intérim pour le même poste, et 3 annonces intérim pour le même emploi et ainsi de suite. Ceux que mes deux neurones peuvent occuper. Dois-je conclure qu'il faut pondérer les statistiques. Bien que l'Acoss dise que l'emploi est reparti sur les trois derniers mois. http://www.acoss.fr/home/observatoire-economique/publications/barometre-economique/barometre-economique-n65.html . Pour l'industrie la situation n'est pas bonne. Je cite "Dans l’industrie, les effectifs salariés des entreprises mensualisées reculent de 0,3 % sur trois mois et de 1,1 % sur un an. Je doute que le chômage baisse pour l'habituel addition des catégories A+B+C, territoire d'outre-mer compris. A vérifier à 18 heures.
Réponse de le 24/02/2016 à 20:41 :
Cher Benoit,
Est ce que vous vous forcez?
Ces chiffres constatent les contrats intérimaire signés, et non pas des annonces de recherches d'emplois par intérim.
Vous confondez avec l'APEC qui récence les offres d'emplois, et l'APEC étant unique, elle ne gère pas de doublons.
a écrit le 24/02/2016 à 12:03 :
Il faut aller chercher la croissance avec les dents M. Hollande.
Les gens sentent la reprise, ils vivent pleinement le croissance retrouvée.
C'est la France apaisée avec des lendemains qui chantent.
Les francais veulent juste un pacte.
N'importe lequel mais un pacte et vite M. Hollande.
Réponse de le 24/02/2016 à 12:36 :
les chiffres chômage moins 14580 chômeurs en janvier,la baisse des pensions cnav de 17%=184000 chômeurs de moins,la prise en charge des frais santé par assurance privée obligatoire à 70 ans =530000 de chômeurs en moins
Réponse de le 24/02/2016 à 13:44 :
@élu ps: et la fin de l'illusion socialiste pour redonner aux Français l'envie de créer et d'entreprendre, de ne plus être assistés et de vivre enfin pleinement leur vie sans être taxables et imposables à merci, ce sont des millions d'emplois à la clé :-)
a écrit le 24/02/2016 à 11:29 :
"les ménages préfère reporter leur achat", les ménage aimerait surtout ne pas avoir l'OBLIGATION de le faire... Vous trouvez normal qu'il soit plus facile de s'offrir un nouvelle TV que de manger? Moi pas...
a écrit le 24/02/2016 à 11:18 :
En fait c'est un manque total de confiance en l'avenir de ce pays et donc de leurs perspectives d'avenir pour eux et les enfants et petits enfants. Le chômage OUI, le pouvoir d'achat OUI et la crise migratoire n'y est pour rien ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :