Paris se prépare à affronter la crue centennale... et à payer "l'addition du siècle"

 |   |  654  mots
En cas d'inondation majeure, plus d'un million de personnes seraient ainsi privées d'électricité et le fonctionnement des institutions, comme des infrastructures et activités d'importance vitale, pourrait être interrompu.
En cas d'inondation majeure, plus d'un million de personnes seraient ainsi privées d'électricité et le fonctionnement des institutions, comme des infrastructures et activités d'importance vitale, pourrait être interrompu. (Crédits : DR)
Depuis quelques jours, la crue de la Seine fait resurgir le scénario d'une "inondation du siècle". Début mars, la capitale française avait lancé une simulation grandeur nature sur deux semaines avec tous les services concernés par cette "inondation du siècle", inévitable selon les experts. L'occasion de tester l'organisation des services d'urgence mais aussi de réfléchir au redémarrage des activités ainsi qu'aux moyens de financer le coût de cette catastrophe, estimé à 30 milliards d'euros.

Article publié le 7 mars 2016

Paris se prépare au pire, d'ailleurs considéré comme inévitable par les experts. Le lundi 7 mars, la capitale française s'immerge dans la simulation grandeur nature des manœuvres nécessaires pour répondre à une crue majeure de la Seine. Dénommé "Sequana 2016", l'exercice de gestion de crise, partiellement financé par l'Union européenne, durera une quinzaine de jours. Il mobilisera 87 partenaires - communes, entreprises ou services de l'Etat - ainsi que d'autres pays de l'UE.

"Risque majeur que la région sera un jour amenée à connaître", "une crue majeure à Paris pourrait directement ou indirectement toucher près de 5 millions d'habitants et un grand nombre d'activités, avec des répercussions considérables sur les plans humain, économique et social", a expliqué le préfet de police de la capitale, Michel Cadot. Un tiers de l'activité économique française, ainsi que toutes les administrations centrales sont en effet implantées en région parisienne.

Effet "domino"

Plus d'un million de personnes seraient ainsi privées d'électricité et le fonctionnement des institutions, comme des infrastructures et activités d'importance vitale, pourrait être interrompu. L'infiltration des eaux dans les sous-sols franciliens endommagerait en effet toutes les infrastructures enterrées, tous les réseaux souterrains. On observerait ensuite un effet "domino" avec des interruptions en cascade de services essentiels: effondrement des réseaux électrique et téléphonique, arrêt du chauffage urbain, coupure de l'approvisionnement en eau potable, paralysie des transports. Globalement, la crue "centennale" (à savoir  ayant une chance sur 100 de se produire chaque année) prévue par les experts pourrait, selon l'OCDE, coûter 30 milliards d'euros.

"L'événement EU Sequana est une formidable opportunité d'identifier, avec tous les acteurs impliqués,les leviers qui permettent de garantir une reprise de l'activité économique la plus rapide possible", explique l'un des partenaires, Allianz France. L'objectif de la simulation est également d'appliquer la directive européenne "inondation", qui a fixé en novembre 2013 des règles à la suite des inondations à Prague et à Londres. La région Ile-de-France a pris des mesures visant à rehausser des digues et à créer des "bassins d'orage" (recueil des eaux drainées par la voirie) afin de réduire le risque de rejet de pollution et améliorer l'entretien des cours d'eau.

Des pays européens en renfort

L'exercice implique deux phases distinctes. La première, simulant une montée des eaux, prévoit l'arrivée d'un front froid stationnaire sur le nord de la France au début du mois de février 2016, immédiatement suivi de précipitations accentuées sur l'ensemble de l'Île-de-France.

Les débits de la Seine, de la Marne et de l'Yonne augmentent alors de manière continue fin février et début mars 2016. Les niveaux de la Seine et de la Marne montent à un rythme quotidien de 50 cm. Les prévisionnistes confirment la tendance à l'aggravation pour la période du 7 au 12 mars 2016 avec une crue majeure dépassant le niveau atteint en 1910.

La France, qui déclencherait des moyens nationaux hors norme, ferait également appel au mécanisme européen de protection civile, permettant en 48 heures de demander et d'obtenir des renforts humains et logistiques de pays européens. Durant l'exercice, le 10 mars, ce mécanisme d'entraide entraînera l'arrivée d'hommes et de matériels en provenance de Belgique, d'Espagne, d'Italie et de République Tchèque.

Si, les premiers jours, l'exercice donnera essentiellement lieu à des simulations, le week-end des 12 et 13 mars, au moment du pic de crue, six exercices se dérouleront sur le terrain tandis qu'un site d'information grand public sera installé sur le Champ-de-Mars. La deuxième phase de l'exercice, du 15 au 18 mars, sera consacrée à la gestion des étapes d'un retour à la situation normale.

La seule crue dite "centennale" qu'ait connu le XXe siècle sur le bassin de la Seine date de 1910.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2016 à 9:37 :
Ne serait ce pas l'occasion de faire bosser les migrants , qu'ils se rendent utiles pour mériter leur pitance ?
a écrit le 03/06/2016 à 17:21 :
L'addition que pour les Parisiens! Heureusement. Les provinciaux ne vont pas payer pour les parisiens.
a écrit le 03/06/2016 à 12:55 :
M NICOLAT HULOT A DIT CE MATIN CHEZ BOURDIN DIRECT ?./// LEAU C EST COMME LES PAUVRES DE L EMIGRATION ELLE RENTRERAS DE PARTOUTS MEME CHEZ LES RICHES RIEN NE L ARRETERAS? ? IL ONT FAIS DES BASSINS DE RETENTION CEZ LES TURCS PAR MANQUE D HUMANITE? ET ILS N ONT PAS FAIS ASSEZ DE LACS DE RETENTION POUR DES MONTES D EAU DE NOS FLEUVES FRANCAIS QUI VONT SE FAIRE DE PLUS EN PLUS SOUVENT? LA QUESTION EST Y A T IL ENCORE DES ELU E S RESPONSABLES ET COMPETANTS EN FRANCE ? MOI J EN DOUTE? PAUVRE FRANCE???
a écrit le 03/06/2016 à 12:23 :
Cette statistique n'a plus aucun sens. Chaque année des catastrophes sur différents Dpts que l'on oublie en trois mois. Les stats ne maitrisent pas la météo. Pour Paris et ailleurs cela peut se produire 3 fois par siècle ou plus, qui plus est avec le dérèglement des éléments naturels qui ne sont pas rationnels comme des Stats. Nos Assurances multirisques vont encore ! augmenter. Et si dégâts de 40 Milliards d'euro, l'état inventera une C.S.G inondations, permanente, elle ! comme il avait inventé une C.S.G Canicule 2003. Ces impots iront vite ailleurs qu'à leur destination : augmentation toujours et encore des dépenses publiques générales
a écrit le 10/03/2016 à 9:11 :
Et sur les niveaux d'eau dans Paris à voir aussi https://eauterrefeuair.wordpress.com/2016/03/08/reperes-du-niveau-deau-a-paris
a écrit le 08/03/2016 à 19:19 :
Tu vois chérie on aurait dû voter Hidalgo, parce que depuis qu'elle est maire de Paris, les choses bougent. Elle a prévu de transformer notre quartier en marina baie de seine. T'imagines la plus-value qu'on va faire à la revente? Par contre, il faudra qu'on remonte notre vedette de Menton à Paris! Ah, non, on va en racheter une autre avec une décoration intérieure plus Parisienne, celle de Menton fait trop province !!
a écrit le 07/03/2016 à 20:27 :
Wiki dit "La crue de la Seine de 1910, souvent qualifiée de crue centennale, est le plus important débordement connu de la Seine après celui de 1658"
260 ans, ça laisse du temps avant la prochaine si c'est régulier, ouf, ça ne fera pas fuir les touristes (il faut aller au Panthéon ou au Sacré Coeur).
Les réservoirs(lacs ?) vers Troyes, ils sont sans doute faits pour contenir des gouttes d'eau. :-)
Ça n'empêche de faire des exercices pour situer les difficultés, mais ne pas perdre les archives pour le jour où.
Réponse de le 09/03/2016 à 12:50 :
Vous interprété mal l article alors. Il ne dit pas qu il y a pas eu une autre crue centennale vers 1810, il dit juste qu en 1658 la crue etait aussi / voire plus importante qu en 1910.
a écrit le 07/03/2016 à 18:26 :
Si ce genre de speculations comme le bug de l'an 2000 qu'on attend toujours peuvent permettre de créer de l'emploi ca n'est déjà pas si mal. On en sera pas à notre premier gachis. Il faut une approche basée sur des fais plus que des imprécations et des peurs ... Est ce que l'investissement de ce projet a été mesuré au regard des risques à sécuriser? Tout ca c'est de la démonstration politique qui ne va pas beaucoup nous émouvoir... sauf sous l'angle subliminal... Paris Prend l'eau et la France aussi...
Réponse de le 07/03/2016 à 20:30 :
Au labo, on avait des PC qui se mettaient en 1980 quand on les allumait, ne sachant pas passer 1999. Le DOS acceptait une date 2000 et plus mais pas le BIOS. On a dû écrire un utilitaire pour ajouter (au boot) +20 à l'année stockée dans la machine. Ce fut donc un énorme problème, l'an 2000. :-)
a écrit le 07/03/2016 à 17:07 :
Mon arrière grand-père, André Jozan, Polytechnicien et Ingénieur des Ponts-et-Chaussées, était en poste à Auxerre en 1881, année de naissance de ma grand-mère.
Il a étudié avec attention le haut-bassin de la Seine et l'Yonne pour évaluer les risques
d'inondation jusqu'à Paris. Il a établi les plans des protections et barrages pour couvrir ces risques dans les cas les plus graves. Il est ensuite venu à Paris et a continué à travailler sur le sujet avec des recommandations plus étendues. Il a aussi aidé Eiffel
pour la conception des 4 pieds de la tour dans la boucle du Champs-de-Mars, un vrai marécage. Il est décédé subitement en 1897. En 1910, les travaux qui auraient du être
effectués ne l'étaient pas et Paris a été inondé. Son gendre, André Guèrin, mon grand-père, a vu la Grange-Batelière déborder et les trains de la Gare St-Lazare faire de l'aquaplaning. Nous avons encore dans la famille des plans d'André Jozan jamais
réalisés.
Réponse de le 07/03/2016 à 19:28 :
T'as la légion d'honneur au moins !!!
a écrit le 07/03/2016 à 14:52 :
Bon article...mais lorsqu'on évoque une catastrophe on dit plutôt "un risque" qu'une "chance"...
Cordialement
a écrit le 07/03/2016 à 14:49 :
Trop tard une majorité de Français a déjà bu la tasse et les autres sont noyés par l'administration. Heureusement on a un zouave qui mesure mais il n'est plus à l'Alma !!!
Réponse de le 07/03/2016 à 20:00 :
dommage car son cousin 1er ministre devrait savoir qu'a la frontière espagnol il y a des besoin en eau ..... donc sans être grand vizir il suffit de faire un canal commun qui pourrait aider les voisins qui sont des AMIS......et permettre de limiter les inondations et faire le bonheurs de nos voisins ?
a écrit le 07/03/2016 à 14:40 :
On cherche à nous prévenir que la France prend l'eau.
a écrit le 07/03/2016 à 14:27 :
Cette manie de penser par cycle est stupide. Une crue centenniale ne se reproduit pas tous les cent ans. Ce n'est qu'un ordre de grandeur, et en l'occurence on n'a pas de données statistiques suffisantes. Alors ça peut se produire l'année prochaine ou dans 200 ans.

De plus, les conditions changent; on a créé des bassins de rétention; et le climat change, paraît-il. Donc selon les "experts" climatiques il faudrait plutôt craindre la sècheresse que l'inondation.
a écrit le 07/03/2016 à 13:57 :
Pécresse promet 120 millions d'économies en Ile-de-France...ça va servir
a écrit le 07/03/2016 à 13:30 :
"Durant l'exercice, le 10 mars, ce mécanisme d'entraide entraînera l'arrivée d'hommes et de matériels en provenance de Belgique, d'Espagne, d'Italie et de République Tchèque."

Il n'y a rien qui vous sidère dans cette phrase?
Pourquoi des secouristes de République Tchèque devraient-ils venir alors que nos "amis" Allemands qui sont géographiquement plus proche de nous, ne se déplacent même pas?
Réponse de le 07/03/2016 à 13:43 :
Vous n'y pensez pas ! Merkel qui dépenserait ses petits sous !
Réponse de le 07/03/2016 à 14:02 :
Parce que les Allemands savent que cela fonctionnera tres mal et qu'ils doivent d'abord s'occuper des refugiers.
Réponse de le 07/03/2016 à 14:50 :
Parce qu'ils ne savent pas nager !!
a écrit le 07/03/2016 à 13:30 :
"Durant l'exercice, le 10 mars, ce mécanisme d'entraide entraînera l'arrivée d'hommes et de matériels en provenance de Belgique, d'Espagne, d'Italie et de République Tchèque."

Il n'y a rien qui vous sidère dans cette phrase?
Pourquoi des secouristes de République Tchèque devraient-ils venir alors que nos "amis" Allemands qui sont géographiquement plus proche de nous, ne se déplacent même pas?
a écrit le 07/03/2016 à 13:30 :
"Durant l'exercice, le 10 mars, ce mécanisme d'entraide entraînera l'arrivée d'hommes et de matériels en provenance de Belgique, d'Espagne, d'Italie et de République Tchèque."

Il n'y a rien qui vous sidère dans cette phrase?
Pourquoi des secouristes de République Tchèque devraient-ils venir alors que nos "amis" Allemands qui sont géographiquement plus proche de nous, ne se déplacent même pas?
a écrit le 07/03/2016 à 13:23 :
le cout!!! drole c est surement gratos.cela n est que supputation et qui amis ça sur pied creusez pour savoir d un coup comme si c était possible alors que personne de parle des lacs construits pourça dans l aube et dans la marne voulu par PARIS DEPUIS 50 et 40 ans qu ils sont en services
a écrit le 07/03/2016 à 12:49 :
Manque plus qu'à Demander à Spielberg de tourner le film...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :