Ecosse : Sturgeon demande un nouveau référendum d'indépendance

 |   |  319  mots
Consultés en septembre 2014, les Ecossais avaient rejeté à 55% la voie de la sécession.
Consultés en septembre 2014, les Ecossais avaient rejeté à 55% la voie de la sécession. (Crédits : RUSSELL CHEYNE)
Alors que la Première ministre britannique Theresa May doit déclencher prochainement la procédure de sortie britannique de l'Union européenne, l'Ecosse réclame un deuxième référendum d'indépendance.

La Première ministre du gouvernement écossais, Nicola Sturgeon, s'est prononcée lundi en faveur d'un nouveau référendum sur l'indépendance, estimant que l'attitude du gouvernement britannique de Theresa May sur le Brexit ne lui laissait pas d'autre option.

     | Lire : Brexit : l'Ecosse osera-t-elle un référendum unilatéral sur l'indépendance ?

"La semaine prochaine, je demanderai au Parlement écossais de m'autoriser à trouver un accord avec le gouvernement britannique pour lancer la procédure qui autorisera le Parlement écossais à légiférer sur un référendum d'indépendance", a dit Nicola Sturgeon. "J'estime qu'il est important que l'Ecosse soit en mesure de décider de son futur (...) avant qu'il ne soit trop tard".

S'exprimant devant le Parlement à Holyrood, la chef de file du Parti national écossais (SNP) a dit espérer que cette nouvelle consultation, si elle devait avoir lieu, serait organisée entre l'automne 2018 et le printemps 2019. Nicola Surgeon coupe ainsi l'herbe sous le pied de Theresa May, qui doit annoncer le déclenchement de l'article 50 du traité de Lisbonne dans les heures, voire les jours,qui viennent.

     | Lire aussi : Brexit : Sturgeon dépose son plan pour que l'Ecosse reste dans le marché unique

Le "non" en tête dans les sondages

Consultés en septembre 2014, les Écossais avaient rejeté à 55% la voie de la sécession, mais les nationalistes du SNP estiment que le contexte du Brexit a changé la donne. Tandis que les électeurs du Royaume-Uni votaient globalement en faveur d'une sortie de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin dernier, les Ecossais ont en effet choisi à 62% le maintien dans l'UE et redoutent à présent les effets de ce divorce sur leur économie. Pour l'heure, selon les derniers sondages, le non l'emporterait une nouvelle fois avec 52% des voix.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2017 à 15:45 :
Une excellente idée, le non devrait l'emporter et peut-être que cela calmera tout ceux qui veulent refaire voter les anglais parce qu'on n'en sort pas là.

Tout comme les hommes d'affaires anglais, les hommes d'affaires écossais ont peur et tente des trucs...

Et si les hommes d'affaires et leurs politiciens veulent rester en UE c'est bien que nous autres citoyens avons intérêt à en sortir.
a écrit le 13/03/2017 à 15:04 :
il est bien logique que les ecossais demandent a ne plus dependre de technocrates eloignes qui leur dictent ce qu'ils doivent faire, ce qui est insupportable....
tiens, j'ai deja entendu ce discours qque part, mais bizarrement les reactions des gens ont l'air differentes
autre pb qui va se poser; l'irelande; les citoyens nord irelandais etant citoyens de sa majeste, ils sont a nouveau separes de leurs cousins du sud ( par des technocrates eloignes de leurs preoccupation qui...)
le referendum est a prevoir aussi meme si les paddies sont moins virulents
a écrit le 13/03/2017 à 14:15 :
Sturgeon ou la gauche caviar ! Une separation coûterait cher à l'Écosse qui devrait payer des droits de douane, voire de passage, pour commercer avec les autres, y compris le Royaume-Uni. Mais bon, les politiques et notamment de gauche n'ont pas à cœur leur pays, mais plutôt leur carrière :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :