Royaume-Uni : les inégalités de revenus se réduisent au profit des retraités

 |   |  695  mots
Les inégalités en général ont tendance à augmenter au Royaume-Uni depuis 2013.
Les inégalités en général ont tendance à augmenter au Royaume-Uni depuis 2013. (Crédits : © POOL New / Reuters)
[Graphiques] L'écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres a nettement diminué l'année dernière en raison notamment d'une revalorisation des pensions de retraite. Dans le même temps, les revenus des actifs n'ont pas retrouvé leur niveau d'avant crise. Une situation préoccupante dans le contexte du Brexit.

Les inégalités de revenus sont en baisse outre-Manche. D'après les derniers chiffres de l'Office for national statistics publiés récemment, l'écart s'est réduit grâce à une hausse de revenus des 5% les plus pauvres et une baisse des revenus des 5% les plus aisés.

Une hausse du revenu chez les plus modestes

Les chiffres de l'institut de statistiques anglais indiquent que les revenus des ménages les plus pauvres (5%) ont augmenté de 700 livres (+5.1%) entre 2015 et 2016. A l'inverse, les revenus des ménages les plus aisés (5%) ont diminué de 1.000 livres (-1,9%) sur la même période.

Les revenus (avant transferts sociaux) des ménages les plus riches seraient 12 fois plus élevés que ceux des 5% les plus pauvres (85.000 livres contre 7.000 livres respectivement). Après imposition et distribution des prestations, les différences se réduisent. Les revenus des plus aisés sont cinq fois plus élevés que les revenus des plus pauvres (62.400 livres et 12.500 livres par an respectivement). Selon l'ONS, "il y a eu un déclin graduel des inégalités de revenus ces dix dernières années, avec des niveaux similaires rencontrés à la fin des années 80".

revenus medians uk

Evolution du revenu médian disponible des ménages/ Population répartie en quintile.

Les actifs n'ont pas retrouvé les niveaux de revenus d'avant crise

Les inégalités de revenus ont tendance à baisser au Royaume-Uni en raison notamment d'une hausse régulière des pensions de retraite explique le Guardian. A l'inverse, le revenu des actifs a tendance a stagner comme l'illustre le graphique ci-dessous.

inegalites revenus

 Source : Resolution Foundation and Office for national Statistics.

Par ailleurs, les revenus des ménages retraités ont bien plus augmenté entre 2014 et 2015 (passant de 21.114 livres à 21.770 livres) que ceux des ménages non-retraités (passant de 28.426 livres à 28.481 livres) sur la même période. Les revenus de ces derniers n'ont d'ailleurs pas retrouvé leur niveau d'avant crise (en 2007, il s'élevait à 28.817 livres). En revanche, celui des retraités a connu une évolution bien plus favorable depuis la crise comme l'indique le graphique ci-dessous. Claudia Wells, qui est directrice du département consacré à l'étude du revenu et des dépenses des ménages à l'ONS, souligne que "alors que les revenus des ménages des retraités ont augmenté ces dernières années, les ménages non retraités ont toujours eu moins de revenus, en moyenne que pendant la période avant la crise".

 A la fin du mois de novembre dernier, l'OCDE notait à propos du Royaume-Uni que "dans certains cas, la faible croissance des salaires a parfois empêché les revenus de pleinement rebondir. C'est par exemple le cas au Royaume-Uni où, en dépit d'une forte création d'emplois (y compris parmi les ménages les plus modestes), la baisse des salaires réels a bridé la croissance des revenus du travail."  Par ailleurs,  le recours au "contrat zéro heure", qui ne garantit pas de salaire minimal a appauvrit une partie de la population active.

>> Lire aussi : Au Royaume-Uni, le nombre de "contrats zéro heure" ne faiblit pas

Des inégalités en hausse depuis 2013

Malgré cette baisse des inégalités de revenus au Royaume-Uni, la situation n'est pas forcément similaire au niveau des inégalités en général. L'évolution de l'indice de Gini ( qui synthétise plusieurs indicateurs comme les revenus, les niveaux de vie*) a tendance à remonter depuis 2013 d'après les données d'Eurostat (La Commission européenne utilise une échelle de 0 à 100 pour le coefficient de Gini contrairement à l'OCDE qui mesure cet indice sur une échelle de 0 à 1). Ce qui signifie que le pays est de plus en plus inégalitaire.

Bien que les inégalités de revenus se réduisent, le taux de pauvreté (*) n'a cessé d'augmenter ces deux dernières années chez nos voisins.

(*) Pour mesurer le niveau d'inégalités, les statisticiens utilisent le coefficient de Gini qui est égal à 0 dans une situation d'égalité parfaite et à 100 dans une situation d'inégalité extrême.

>> Lire aussi : Les inégalités de revenus à des niveaux records dans les pays développés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2017 à 22:58 :
On aurait presque envie de rire si ce n'était tous ces articles visant à démoniser les retraités. 1) ces gens ont cotisé toute leur vie pour bien souvent avoir des retraites minables et 2) une augmentation de 2 ou 3 euros ne peut réduire sérieusement l'écart entre les riches et les retraités pauvres !!!
Réponse de le 14/01/2017 à 22:02 :
Pauvre petit retraité qui a vécu les 30 glorieuses, le plein emploi, le logement à bas coût,... Quelle tristesse
Réponse de le 14/01/2017 à 23:56 :
@kiros: sauf que le loogement n'était pas à bas coût par rapport aux salaires de l'époque et que le plein emploi est plutôt la génération d'avant les baby boomers. Au cas probable où tu n'aurais pas remarqué, la crise dure depuis maintenant 30 ans et s'empire il est vrai. Quelle tristesse en effet que certains jeunes ne sachent que se lamenter et jalouser :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :