Les Etats-Unis veulent réguler au plus vite les produits dérivés

 |   |  201  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Etats-Unis ont décidé d'apporter plus de transparence sur les transactions de gré à gré qui génère des milliers de milliards de dollars

On les disait hostiles à une harmonisation de la régulation des produits dérivés. Mais vendredi, les Etats-Unis ont dit vouloir agir "aussi vite que possible" pour mettre en oeuvre la partie de la réforme de la finance visant le gigantesque marchés des produits dérivés s'échangeant de gré à gré (OTC en anglais). Les transactions de gré à gré sont effectuées en dehors du cadre de la bourse, directement entre le vendeur et l'acheteur. La vice-présidente de la Réserve fédérale (Fed), Janet Yellen a rappelé qu?il était important de mettre en place des chambres de compensation, des plateformes de négociation et des obligations d'enregistrement pour ces produits. La régulation ne sera pas facile car cette réforme des marchés est susceptible d'augmenter le coût de l'intermédiation financière et de la couverture contre le risqué. Premiers responsables de la crise économique de 2008, ces produits dérivés ont vu leur valeur de réalisation atteindre 639.000 milliards de dollars fin juin 2012, pour une valeur marchande de plus de 25.000 milliards de dollars. On imagine sans peine l?impact qu?ils peuvent avoir sur l?économie mondiale. (Source : AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2013 à 23:09 :
marche noir pour les banquiers cambrioleurs et marche reglemente pour les particuliers qui se font plumer...
a écrit le 06/01/2013 à 22:59 :
le silence est d or chez certains banquiers.......
a écrit le 06/01/2013 à 9:39 :
Achetez directement les sous jacents et laissez de cote le casino des warrants. Svp merci.
a écrit le 05/01/2013 à 18:49 :
le "fiscal cliff" fait enfin devenir adulte les américains?
ils cherchent (comme hollande) les fric où il est. Sinon, ils vont imploser (comme la france).
Chouette.
Les américains nous ont raconté comment ils sont chouettes car ils ne payent pas de taxes.. maintenant ils vont nous raconter comment ils sont chouettes car ils se sont adaptés les premiers pour sauver le monde.
je les aime ces amerloques: ils ont toujours le mot de la fin.
a écrit le 05/01/2013 à 10:58 :
Une quelconque vraie régulation a-t'elle vue le jour depuis 4 ans..?? Non. Pourquoi y aurait-il un changement dans le business-as-usual.?
a écrit le 05/01/2013 à 8:38 :
J'avais déjà écrit, il y qques temps, ici, que nous étions proches de 800 000 milliards de $ u.s. de produits dérivés hors bilan créés par goldman sachs (m. blankfein) . Des produits hautement spéculatifs dont les pouvoirs publics devraient avertir l'opinion (y compris collectivités, communes, etc...) de leur dangerosité!
Réponse de le 05/01/2013 à 12:23 :
Les communes et autres régions sont responsables à 100% de leurs malheurs.
Soit, ils étaient compétents pour acheter ces produits dérivés, et alors ils mentent aujourd'hui.
Soit ils ne l'étaient pas, et alors n'avaient rien à faire sur ce marché.
C'est trop facile de venir maintenant pleurer sur les méchants banquiers, alors qu'on a fait n'importe quoi!
Comme si vous ou moi allions pleurer parce que notre portefeuille d'actions a baissé!!
Concernant GS, vous êtes sur la bonne voie, et je vous conseille l'article de Matt Taibi paru dans Rolling Stone il y a 3 ans (dispo sur le net).
Réponse de le 05/01/2013 à 12:48 :
voltR : ne mélangez pas le montant global et l'exposition nette. Le montant global est certes de l'ordre de 800 000 Mia $, mais le net de 8 000 Mia $. En cas de souci, ce sont 8 000 Mia $ qu'il faut considérer. Meme si cela est énorme, cela reste normal car le PIB mondial est de l'ordre de 70 000 Mia $, et 8 000 ne représentent qu'une partie des transactions commerciales et des investissements. Il faut bien comprendre que la plupart de ces 8 000 Mia $ concernant des contrats de change à terme (les entreprises se protègent des variations de taux de change) et surtout de contrat sur les taux d'intérêts (les entreprises et institutions financières, se protègent aussi des variations de taux d'intérêts). De mon avis, ce marché des OTC, utile pour les entreprises, devraient leur être exclusivement réservés (car elles ne sont pas des joueuses de casinos comme les banques).
Réponse de le 05/01/2013 à 17:42 :
Miloo, votre remarque tombe bien. En effet, et comme un banquier, comme TOUT professionnel, a un DEVOIR de conseil, il y a actuellement débat pour savoir si les organismes publics ont été trompés ou non. Ce que les banquiers ont déjà perdu, dans cette affaire, et TOUTE leur crédibilité, d'ailleurs.
Réponse de le 05/01/2013 à 18:40 :
Ces 800 000 milliards sont des " tu me tiens, je te tiens par la barbichette" et il ne faut pas faire fi de l'imbrication des produits, à tel point que même l'initiateur ne peut connaitre l'impact en cas de défaillance d'UN SEUL maillon!
Réponse de le 06/01/2013 à 9:27 :
OK pour les produits dérivés proposés par les banques ! chacun était libre d'en acheter. Mais, quand les banquiers trichent sur les taux d'intérêts il faut savoir le reconnaitre, car dans tous les cas ce n'est pas moi qui les ai incités à tricher . Et vous ? De plus aucune intervention des pouvoirs publics sur ce sujet !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :