Est-il possible de réguler les produits dérivés ?

 |   |  181  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les régulateurs boursiers peinent à trouver un modèle de régulation uniforme pour arriver à mieux encadrer le marché très opaque des transactions de gré à gré...

Les stigmates de la crise des subprimes ont beau continuer d'agiter l'économie mondiale et les CDS (Credit Default Swap) favoriser la spéculation sur la faillite des Etats, harmoniser la régulation des produits dérivés est toujours un exercice difficile. Les régulateurs boursiers de plusieurs pays essayent néanmoins d'apporter plus de transparence sur les transactions de gré à gré qui génère des milliers de milliards de dollars. Les transactions de gré à gré sont effectuées en dehors du cadre de la bourse, directement entre le vendeur et l'acheteur. "Il est évident qu'une coordination entre juridictions sur la réglementation de ces activités transfrontalières faciliterait la mise en oeuvre des objectifs du G20 (...), mais une harmonisation complète --l'alignement des règles à travers les juridictions-- est difficile", explique un communiqué signé fin novembre après une réunion entre régulateurs boursiers américains, européens et japonais. En 2008, les produits dérivés constitués de créances hypothécaires titrisées avaient causé la faillite de la banque Lehman Brothers (Source : AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2012 à 14:49 :
Evidemment que c'est facile de réguler les banques, d'interdire les produits toxiques et l'hyper-trading. La seule chose qui manque c'est la volonté, et le courage qui va avec.
Car il faut un peu de courage pour aller contre les lobbies et aussi parfois contre ses propres intérêts à court terme. Mais les dirigeants ne sont ils pas jugés à leur capacité à voir plus loin que le bout de leur nez ?
Réponse de le 07/12/2012 à 12:04 :
Je suis entièrement d'accord avec vous.
Dommage que beaucoup ne se rendent pas compte encore aujourd'hui que sans volonté et sans un cap rien n'est possible...
a écrit le 05/12/2012 à 10:48 :
Et pourquoi reglementer qualques chose qui n'atteint personne si l'etat arrete de garantir les banques... Arretez d'apporter des garanties aux banques et elle feront attention....
Réponse de le 05/12/2012 à 11:12 :
Et au rayon des idées utiles et réalistes vous avez quelque chose, si on ne garantit pas les banques il faut nationaliser.. pas sur que l'état soit le meilleur des gestionnaires..
Réponse de le 05/12/2012 à 12:42 :
c est faux!
Lorsque LEHM BRITHERS a fait faillite en 2009, le Gouvernement américain a refusé de la renflouer pour faire un exemple officiellement. De plus, je ne crois pas, amoins d avoir manquer un épisode, que les grandes banques francaises aient ete nationalisées par Sarkozy en 2009, lorsqu il s agissait de les renflouer et de garantir leurs pertes..
Réponse de le 05/12/2012 à 14:19 :
Exactement... Il est tout a fait possible de laisser une banque faire faillite. Et c'est ce que l'ont devrais faire! Ils n'ont cas faire attention a ce qu'ils font sur les marchés, et d'ailleurs, les laissé faire faillites leur ferais diminuer grandement la speculation pour revenir a leurs fondamentaux... Aujourd'hui, on privatise les gains et on socialise les pertes! Alors que tout devrait etre privé, les gains comme les pertes... Un peu sur le principe du fonds d'investissement, vous savez, ce que l'ont appel a mauvais essiens le "shadow banking". Quand ils gagnent, tout les actionnaires et clients gagnent, quand ils perdent, tout le monde perds! Tout le monde connait la part de risque pris et le fait de pleine conscience... Pourquoi ne pas appliquer ce modele parfaitement egalitaire a la banque en generale??? (pour info, je travail en finance de marché ;) )
Réponse de le 05/12/2012 à 20:45 :
Si une banque fait faillite, ce sont aussi les clients qui perdent leurs économies...sauf si l'Etat garantit aux clients qu'en cas de faillite de leur banque ils seront indemnisés à hauteur d'un plafond.
a écrit le 05/12/2012 à 9:47 :
Les produits dérivés sont destinés à réguler les marchés et les risques. Pourquoi règlementer une régulation? Une régulation est beaucoup plus efficiente qu'une règlementation.
Réponse de le 05/12/2012 à 10:35 :
c'est sur la régulation a démontré toute son efficacité ces 5 dernières années, MDR
Réponse de le 05/12/2012 à 11:01 :
Et puis relisez l'article et lâchez un peu les argumentaires néo-libéraux vaseux, les produits dérivés ont servi à masquer des titres toxiques (dernière ligne de l'article) on est loin de la régulation là !
Réponse de le 05/12/2012 à 11:09 :
Bien sur, et ces produits sont donc majoritairement utilisés par les opérateurs à des fins de régulation vertueuses et de correction des anomalies de marché et non pour prendre des leviers importants sur des positions parfois particulièrement spéculatives.. Prenons les CDS par exemple un modèle de vertu et de transparence lorsque l'on sait que les compartiments les plus étroits sont manipulés à l'envie par certains établissements (cf. la Baleine de la Tamise) ou les CDS sur la Grèce par exemple qui n'ont aucun cas été des instruments de couverture mais de spéculation pure alors mêmes que ce sont censés être des produits d'assurance. Puisqu'ils servent à réguler je suppose que vous ne verriez aucune objection à ce que l'on oblige les porteurs de CDS à détenir le sous-jacent en proportion par exemple non? (si je prends une assurance habitation ça suppose que j'ai un logement) Donc non votre modèle de régulation n'est pas efficace si on ne le règlemente pas, les instruments sont détournés de leur vocation initiale, on peut être lucide sans faire de finance bashing également.
Réponse de le 05/12/2012 à 13:41 :
Je me trompe peut etre, mais je ne pense pas quand je dis que vous dites tous les 3 la meme chose...en gros que la regulation est inefficace..avis que je partage au demeurant..
Réponse de le 05/12/2012 à 13:50 :
Elle n'est pas inneficace mais plutôt insuffisante et devrait être règlementée par une tierce partie neutre mais au fait des réalités et des techniques de marché.
Réponse de le 05/12/2012 à 14:22 :
Pas d'accord... Ni regulation, ni reglementation... Une banque fais une connerie et se retrouve en situation de faillite, laissez la faire faillite... Point barre.... A partir de ce principe, elles feront la regulation d'elle meme!
a écrit le 05/12/2012 à 1:47 :
A partir du moment où la transparence est mauvaise pour les affaires, une "régulation" est impossible, c'est tout. Imaginez une Mafia sans omerta...
a écrit le 04/12/2012 à 23:09 :
Il suffirait d'appliquer la loi. Ainsi par exemple, quand un établissement financier "parque" des actifs à problème le temps de sortir ses chiffres pour les réintégrer le trimestre suivant, je veux bien parier que les textes existent qui permettent de faire cesser ces techniques déloyales vis à vis du marché et des actionnaires comme des clients. Le problème n'est donc pas de la régulation, mais de la volonté d'appliquer la loi.
Réponse de le 05/12/2012 à 11:34 :
Ce que vous dites est totalement faux, on ne peut pas faire disparaitre un actif le temps d'un trimestre, les textes comptables sont appliqués à la lettre (du moins en France) les commissaires au compte et le trésorier n'ayant aucune envie de finir en prison. Si le sujet vous intéresse instruisez-vous là c'est du niveau d'un gosse de 8 ans. (pas 10 ans, 8)
Réponse de le 05/12/2012 à 12:48 :
Un enfant de 8 ans n apprends pas ca à l ecole, ni meme un adulte comme vous d ailleurs! Par contre l arrogance s apprends aisement à defaut de connaissances..
Les trchniques comptables pullulent pour faire sortir un actif du bilan. Techniques tres largement utilisé par les etablissements de credit et les etanlissements financiers. La titrisation en est une...
Réponse de le 05/12/2012 à 13:43 :
Ah bon? Des exemples, des arguments? Là c'est juste de la diffamation ignorante, éclairez nous de vos lumières, décrivez nous une de ces techniques que vous décriez, nous verrons qui est arrogant. les théories de la conspiration venant de gens qui ne savent même pas lire un bilan ça va 2 mins, soyez crédible si vous avez quelques chose à dire AR-GU-MEN-TEZ. Le hors-bilan étant réintegré dans le bilans consolidés de la holding financière rien ne disparait, mais expliquez moi comment on fait disparaitre quelque chose, dites le moi, je m'inclinerai promis. Hors-bilan puisque je suppose que c'est à ça que vous faites références signifie qu'il s'agit d'une filiale, pas d'un paradis offshore. Mais faites moi plaisir décrivez nous un de ces fameux tours de magie..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :