Budget 2014 : gros plan sur la baisse des dépenses publiques

 |  | 907 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
14,8 milliards d'euros : c'est le montant que devrait économiser l'Etat en 2014 entre les les baisses des dépenses de fonctionnement, la réduction des concours financiers alloués aux collectivités, les efforts exigés côté sécu... Revue de détail.

Sans surprise, le montant des économies, dévoilé ce mercredi,dans le projet de loi de finances 2014, se monte au total à 14,8 milliards d'euros. Dans le détail, 9 milliards d'euros sont dégagés dans les ministères, frais de fonctionnement et autres dotations allouées aux collectivités et opérateurs de l'Etat... Et 5,8 milliards d'économies vont être faites au niveau des dépenses sociales. Tour d'horizon.

Les économies de l'Etat : 9 milliards d'euros

  • 2,6 milliards d'euros sur les dépenses de fonctionnement :

"La masse salariale sera quasiment stabilisée, soit une économie de 1,7 milliards d'euros", note Bercy. Quelles voies ont notamment été prises pour parvenir à ces économies ? Tout d'abord, le gel du point d'indice (la base de calcul de la rémunération des fonctionnaires), en 2014.

Autre grand chantier : les effectifs des ministères qui vont diminuer dans l'ensemble de 2.144 postes (10.979 créations d'emplois pour 13.123 suppressions) en 2014.

D'un côté, 10.979 emplois devraient être crées. L'éducation nationale verra ses rangs d'étoffer (+ 8.804 postes et 180 pour l'enseignement agricole), et 1.000 postes vont être crées dans les universités. C'est également le cas pour le ministère de la Justice (+ 590 postes), à cela s'ajoutent 405 créations d'emplois dans la police et la gendarmerie nationale.

De l'autre côté, le ministère de la Défense va voir ses effectifs diminuer de 7.881 postes, et le ministère de l'Economie va lui voir ses rangs dégrossir de 2.564 emplois. "Les autres ministères participeront à l'effort de stabilisation de l'emploi public à hauteur de 2.678 postes", précise Bercy.

Par ailleurs, les moyens mis à la disposition des ministères vont également diminuer d'un montant de 900 millions d'euros. Pour exemple   :

- baisse de 20 millions d'euros des dépenses de fonctionnement des services du premeir ministre.

- 28 millions d 'euros d'économies devraient être générées par la dématérialisation de la "propagande" des élections européennes.

  • 3,3 milliards d'euros sur les concours aux collectivité territoriale, opérateurs et agences de l'Etat

L'Etat a annoncé qu'il allait réduire de 1,5 milliard d'euros les dotations allouées aux collectivités, ce qui va se chiffrer à - 840 millions d'euros pour le bloc communal, - 476 millions d'euros pour les départements, et -184 millions d'euros pour les régions. Bercy a d'ores et déjà annoncé qu'en 2015, ces concours financiers diminueront de nouveau de 1,5 milliard d'euros

Concernant les opérateurs et agences de l'Etat, petites et grandes économies s'additionnent :

- 305 millions d 'euros d'économie sont ainsi demandées aux chambres consulaires (chambres de commerce et d'industrie, chambres des métiers).

- Un prélèvement de 90 millions d'euros est prévu sur le fonds de roulement du Centre national du cinéma (CNC) qui sert notamment à financer les films. Un effort de 150 millions d'euros lui avait déjà été demandé en 2013.

- un "effort d'efficience" de 10 millions d'euros devra être fait sur la restauration universitaire.

- 210 millions d'euros d'efforts vont être demandés aux six agences de l'eau qui gèrent l'aménagement et la gestion des eaux...

  •  2,6 milliards d'euros sur les autres dépenses

Dans ce poste "fourre-tout", grandes coupes et petites économies s'accumulent également :

- 230 millions d'euros vont être générées du côté du bonus écologique qui va se transformer en taxation pure et simple.

- la prime d'apprentissage est supprimée et va être remplacée par une nouvelle prime pour les entreprises de moins de dix salariés. Ce qui devrait générer 550 millions d'euros de charges en moins pour les finances publiques.

- le contrat de concession du Stade de France va être renégocié. Actuellement, l'Etat doit indemniser chaque année le consortium gérant le stade car aucun club de rugby ou de football n'y a ses quartiers. L'Etat prévoit de dégager 16 millions d'euros d'économies annuels de cette renégociation.

  • Charge de la dette : 0,5 milliards d'euros

Le gouvernement prévoit que le montant total du service de la dette publique sera en baisse de 0,5 milliards d'euros en 2014.

Les économies sur la dépense sociale : 5,8 milliards d'euros

  • Maîtrise des dépenses de l'assurance maladie : 2,9 milliards d'euros

L'essentiel des économies "porteront principalement sur des baisses de prix de médicaments, des baisses de tarifs dans certaines spécialités, la maîtirise médicalisée et des gains de productivité dans le secteur hospitalier" détaille-on du coté de Bercy.

  • la réforme des retraites : 1,9 milliard

 "Les économies sur le champ des retraites s'élèvent à près de 2 milliards d'euros" souligne Bercy. A propos des retraites complémentaires, "l'accord national interprofessionnel du 13 mars 2013 prévoit notamment une indexation des retraites complémentaires limitée à 0,8% en 2013 et une indexation infèrieure de 1 point l'inflation pour les anénes 2014 et 2015. Cette décision génère une économie de près de 1 milliard d'euros en 2014", ajoute t-on du côté du ministère de l'Economie.

Par ailleurs, "parmi les mesures de court terme, le décalage au 1er octobre (au lieu du 1er avril) de la date des revalorisations des retraites permet de générer 800 millions d'euros d'économies en 2014", explique également Bercy.

  • Divers : 1 milliard

Dans le détail, 200 millions d'économies sont prévues sur les prestations familiales et 300 millions devraient être générées par la renégociation de la convention d'assurance chômage. Enfin, 500 millions d'euros sont attendus grâce aux économies qui devraient être réalisées sur les frais de gestion des caisses de sécurité sociale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2013 à 16:58 :
Autrement dit, aucune économie réelle n'est programmée par ce gouvernement!!...Et qui va encore payer l'addition en 2014: nous, les contribuables! Car il est clair que le gouvernement va lâcher du lest avec les municipales tant pour la loi sur les rythmes scolaires (pour calmer le jeu, ils vont rendre pérenne son financement ce qui n'était pas prévu...) que pour des aides "sociales" afin de s'approprier des électeurs!...En conclusion: on n'est pas prêt de sortir de cette spirale socialiste "habituelle" puisqu'avec Mitterrand ce fut la même chose!!..
a écrit le 25/09/2013 à 13:50 :
Résultat, le pouvoir d'achat va baisser pour les retraités même pour les plus modestes (- de 1000 euros mensuel).
Seuls le RSA et le minimum vieillesse (ASPA) continueront à augmenter.
A ce rythme les personnes qui n'ont pas ou peu cotisés pour la retraite rattraperont peu à peu ceux qui ont travaillé et qui touchent une pension modeste.
Réponse de le 08/02/2014 à 19:11 :
c est bien vrai vous avez tout a fait raison

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :