La France a bien échappé à la récession au troisième trimestre, mais la dette s'alourdit

 |   |  472  mots
L'Insee confirme ce lundi que la croissance française a été tout juste positive (0,1%) au troisième trimestre. La dette publique grimpe en revanche à plus de 66% du PIB.

La France a bien échappé à la récession de justesse au troisième trimestre. L'Insee a confirmé ce lundi son estimation d'une croissance de 0,1% du PIB (le produit intérieur brut) , annoncée initialement le 14 novembre. Ce chiffre positif, après une contraction de 0,3% du PIB au deuxième trimestre, permet au pays d'échapper à une récession technique (deux trimestres consécutifs de croissance négative) et contraste avec la situation de ses voisins. Dans l'ensemble de la zone euro, le PIB a reculé de 0,2%.

L'acquis de croissance pour 2008 à la fin du troisième trimestre s'établissait ainsi à 1%, selon l'Insee. Ce chiffre correspond à ce que serait la croissance de la France sur l'ensemble de l'année dans l'hypothèse d'une croissance zéro au quatrième trimestre, mais on sait que l'Insee, dans sa note de conjoncture publiée le 19 décembre, anticipe une contraction de 0,8% du PIB sur les trois derniers mois de l'année.

Les résultats détaillés des comptes nationaux publiés par l'Insee montrent que, au troisième trimestre, les dépenses de consommation des ménages ont légèrement accéléré (+0,2% après 0 au deuxième trimestre). La formation brute de capital fixe (FBCF) totale a diminué mais moins fortement qu'au deuxième trimestre (-0,2% après -1,5%). La baisse de l'investissement des ménages (-1,6% après -2,7%) a été partiellement compensée par le léger redressement de la FBCF des entreprises non financières (+0,4% après -1,1%).

Les exportations se sont redressées (+1,4% après -1,9% au deuxième trimestre), ainsi que les importations (+1,7% après -0,3%). Au total, le solde extérieur contribue pour -0,1 point à l'évolution du PIB ce trimestre (après une contribution de -0,4 point au trimestre précédent), tandis que les variations de stocks contribuent pour +0,1 point, après +0,3 point au deuxième trimestre, selon les calculs de l'Insee.

Le taux de marge des entreprises non financières (ENF) a baissé de 0,2 point à 37,2%. Le pouvoir d'achat du revenu disponible brut des ménages a diminué légèrement (-0,1% après -0,3%), ajoute l'Institut national de la statistique.

Le ralentissement économique a bien sûr des conséquences sur les finances publiques. La dette publique du pays (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) a augmenté de 15,6 milliards au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, s'établissant à 1.284,8 milliards d'euros, soit "approximativement" 66,1% du PIB, a annoncé ce lundi aussi l'Insee. Un niveau nettement supérieur aux préconisations du traité de Maastricht (60% du PIB).

"L'état des conditions de marché ne permet pas actuellement de procéder à des cessions d'actifs non stratégiques dans des conditions satisfaisantes", ce qui a pesé sur la dette publique, déclare ce lundi matin Christine Lagarde, ministre de l'Economie, dans un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je partage le scepticisme de RBPB.
Quelqu'un pourrait-il nous expliquer ce qu'est "l'acquis de croissance" dont j'ai l'impression qu'il prend en compte de la croissance de l'année précédente... Arnaque de communication?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
....jusque là, tout va bien !...
Mais ça dérape, non ?
....puisque je vous dis que tout va bien.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
+15 milliards de dette !!
ça ne vous rappelle pas le montant du paquet fiscal de l'été 2007 ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cessions d'actifs?
De qui se moque Christine Lagarde.
A la place de prendre les oeufs elle veut bouffer la poule.
C'est bien la ce qui s'appelle une idée politique a la petite semaine; lorsqu'on a rien a dire, il est préférable de se la fermer.


a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dommage de ne pas permettre les commentaires sur le périple de cette ambulance du samu qui a tourné durant 6 heures avant de trouver un hopital qui accepte de recevoir une personne de 56 ans en crise cardiaque. Cela ne s'est pas passé en afrique mais en ile de france. C'est aussi cela la france championne des prélévements obligatoires et des charges sociales dont les fonctionnaires n'ont même pas le respect de ce qu'ils appellent service public. Finalement, cette personne est décédée faute de soins. Bravo. Ces fonctionnaires vont à nouveau évoquer le manque de moyens mais ils auront toujours des problèmes de moyens. Le problème c'est leur mode de fonctionnement. Quand à la 5eme puissance mondiale qui communique sur son 0.1% de croissance, elle devrait regarder la réalité en face. Il n'y a plus que le gouvernement et ses administrations inféodées pour prendre des vessies pour des lanternes.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On vous disait bien que le nuage de Tchernobyl/Récession s'arrêtait à la frontière,...
Y'a pas besoin de relancer la consommation ou de s'occuper du pouvoir d'achat,...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
De memoire le premier trimestre etait à +0.4 %; le 2ème à -0.3% ; le troisieme à +0.1% ce qui nous fait 0.2%.Pouvez vous m'expliquer comment vous arrivez a 1%
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cession d'actif à hauteur de 15 mds ?

cela veut dire :merde on a pas pu privatiser la poste peut-être ?

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le nombre d'experts économiques sur ce forum est hallucinant. je ne comprends pas C. lagarde, pourquoi ne vient-elle pas chercher des idées lumineuses. d'aucun parle de paquet fiscal, d'autres de stats erronées, puis ce cessions d'actifs inutiles et conseil avisé qu'on lui donne c' de dla fermer. Belle brochette d'experts; avec ces économistes la France est sauvée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment faire l'autruche quand on est une dinde ?
Il suffit de s'engager en politique et on y arrive très bien. Quelques poulets pour protéger vos déplacements, beaucoup de moutons autour de vous pour guider vos idées lumineuses et tout ira bien pour vous jusqu'à la chute qui risque d'être très brutale voir violente!!!
Comment peut-on vouloir ainsi cacher la vérité aux français, ils sont assez grands pour la connaitre, le chomage grimpera à 20% avant un an, les indemnisations seront limitées à trois mois, les salaires stagnerons pour ceux qui auront un emploi, le déficit public dépassera 5% en 2010, les impôts augmenteront inévitablement, les emplois publics continueront à disparaitre, les réactions épidermiques dans les banlieues et la province seront réglées à coups de matraque comme dans les dictatures, et le pouvoir en place vascillera jusqu'à la chute inévitable en 2011. Les chomeurs sans indemnisations n'uront pas la patience d'attendre 2012 pour s'exprimer.
Leur cacher cela c'est s'exposer à ce que les français imaginent bien pire.
Mais le pouvoir n'a jamais considéré que le peuple était apte a entendre la vérité. Or le peuple est dans la vérité à la différence du pouvoir qui n'en a que des modélisations.
GP
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
à (les experts a écrit le 29/12/2008 à 17:51) la médiocrité d'un trop grand nombre d'article est indéniable , mais l'absence de réaction ou la critique non constructive l'est encore plus:
il ne faut pas être expert pour apprécier le chiffre de 1.284,8 milliards d'euros, et nous attendons tous vos solutions...
La particularité des experts, d'ailleurs tous professeurs quelque part est d'avoir défendu aux étudiants de développer les vertus de la régulation macro économique et bon nombre d'étudiants en ont été sanctionné.
Alors, entre des experts de la pensé unique qui se trompent et qui ne se mouillent jamais et des opinions de radio bistro qui ont au moins le mérite d'être bien plus souvent sincères il n'y a pas à hésiter et cela fait sourire ...i
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La France est très mal gérée et vit au-dessus de ces moyens. Il conviendrait d'économiser partout, partout même sur le train de vie des parlementaires et des hauts fonctionnaires. Ensuite, il faudrait stabiliser la population pour économiser les dépenses de constructions d'écoles, d'hopitaux, etc... Quand on aura compris cela, un grand pas en avant pourra être fait.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tout est mis en ?uvre pour éviter la brutalité d'une récession, encourager, accompagner les mesures à la hauteur de ses moyens est un devoir civique .
Tous les français ont compris, du plus modeste jusqu'à vous, alors vous pouvez travailler ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nos gouvernants ont manifestement trouvé la martingale. Eviter la récession en creusant les déficits. A raison de 15 milliards par trimestre combien de temps notre gouvernement pense pouvoir tenir tout en se gausser de 0,1 % de croissance ?
Question : qui serait en mesure de nous informer sur l'écart type de la mesure du PIB ? Cela éviterait peut être des excés d'auto satisfaction.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :