Le chômage passe le cap des 2,5 millions de personnes en France

Le nombre de chômeurs a crû de 58.500 personnes en avril. En un an, la hausse approche les 25%.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi (catégorie A) s'est établi à fin avril en France métropolitaine à 2.506.700 personnes. Soit 58.500 personnes de plus qu'à fin mars (+2,4%). Par rapport à la même période l'an passé, le taux de chômage en France croît de 24,6 %.

Pour les hommes, l'augmentation est plus importante (+3,1 % par rapport à mars, 34,9 % sur un an) que pour les femmes (+ 1,6 % par rapport à mars, +14,9 % sur un an). Par ailleurs, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans est en hausse de 4,6 % en avril par rapport à mars et de 39,9 % sur an.

Depuis février 2009, les données sur les demandeurs d'emploi sont présentées selon de nouvelles catégories. La catégorie A comprend les demandeurs d'emploi "tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi".

En incluant les demandeurs d'emploi exerçant une activité réduite (catégories B et C), un total de 3,571 millions de Français en métropole et 3,785 millions avec les départements d'Outre-mer étaient inscrits à Pôle Emploi fin avril, et à ce titre tenus de faire des "actes positifs de recherche d'emploi". Le nombre d'inscrits dans ces trois catégories a donc progressé de 2,6% en un mois et de 16,2% en un an.

Les entrées à Pôle emploi ont augmenté en avril en métropole (+14,6% en un an en catégories A, B, C), tandis que les sorties ont diminué (-4,8% en un an). Environ un tiers des nouvelles inscriptions en métropole à Pôle emploi en février proviennent des fins de missions d'intérim et de CDD. Si les entrées pour fins de mission d'intérim ont reculé en un mois (-5,4%), elles restent en progression en un an (+3,8%). Les licenciements économiques ne représentent que 4,4% du total des inscriptions, mais ont bondi de 46,8% en un an.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Avec 55% de charges (taxes / impots...) plus 20% de frais divers (loyers, matériel..) il ne reste pas grand chose pour manger. Les PME, TPE sont ETOUFFEES, il leur faut pratiquer des taux horaires exhorbitants pour retirer un petit quelquechose. Avec...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Est-ce le fin du Socialisme plutôt que celle du Capitalisme, auquel on doit la "baisse tendantielle de notre niveau de vie"? Qui a ri?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Etat assassin ? C'est plutôt le système social triplement "turbo-compressé" par la gauche, par les syndicats de salariés, et par beaucoup de médias qui est "assassin" ! Ouvrez les yeux et réfléchissez un peu : c'est malheureusement cela.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La crise qui est mondiale et durable nécessite une remise à plat de toute notre façon de vivre. Il faut maintenant penser "solidarité" si on veut éviter les troubles sociaux et la guerre civile. Fini le chacun pour soi pour faire place au tous pour t...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
De quoi vous plaignez-vous...le gouvernement socialiste espagnol fait PIRE !!!!!!!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.