Jean-Louis Debré rend hommage à la "capacité d'indépendance de résistance" du président de la Cour des comptes

 |   |  180  mots
Le président du Conseil constitutionnel souligne également que Philippe Séguin avait le "désir ancré profondément de faire en sorte que la France, la nation française soit respectée, forte et fière".

Le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré a rendu hommage ce matin sur I-télé à Philippe Séguin, mort dans la nuit de mercredi à jeudi. "Philippe Séguin a marqué la vie politique française depuis de nombreuses années, c'était une personnalité forte, complexe, capable de résister, capable de dire non mais surtout il y avait chez lui une certaine idée de la France, un grand respect de la République et surtout le désir ancré profondément de faire en sorte que la France, la nation française soit respectée, forte et fière", a rappelé le président du Conseil constitutionnel.

Jean-Louis Debré a également insisté sur la "capacité d'indépendance de résistance" du président de la cour des Comptes :  "il avait une exigence très haute, il voulait que l'Etat soit respecté et dans tous ses postes, aussi bien comme ministre, président de l'Assemblée nationale, premier président de la Cour de comptes, il a fait en sorte que les institutions de l'Etat soit respectées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2010 à 12:05 :
Ce "cher" Jean-louis ferait bien de s'interroger aussi sur sa capacité d'indépendance par rapport à son hostilité systématique et preque haineuse vis à vis du président de la répuiblique!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :